Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Feu Boukharouba Etait'il Communiste?

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    3ème mandat

    Certainement que Boutef ne demandera pas le troisième mandat mais il l'exigera. On dis "lidak el benna aâmrou wila yatehanna", idem pour notre Boutef....pauvre Algérie.

    Laisser un commentaire:


  • tizi oualou
    a répondu
    je plaisantais souki, tu pense bien que s'il demanderait juste un 3 ème mandat, Boutef aura droit à mon avis à un forum special "guignols" et non pas "débat general" !
    quand à kaddafi, la realité a dépassé la fiction avec lui !

    Laisser un commentaire:


  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    Franchement, croyez-vous qu'il va demander mon avis ou le tien Tizi pour avoir ses 3 ou 4 mandats? Dèja El Kaddafi lui a dis, cette semaine à Alger, que si le peuple algérien aime Bouteflika alors qu'il reste président à vie?

    Laisser un commentaire:


  • tizi oualou
    a répondu
    ah vous savez les articles "envoyés par fax" aux redactions à l'occasion d'une campagne electorale ou des journalistes de la khobza ( pain ) pour dire amen aux puissants, ce n'est pas ce qui manque dans les journaux algeriens et d'ailleurs !
    cela dit, sur le domaine de la politique étrangere, on ne va pas contredire notre Bouteflika, il doit connaitre ses dossiers jusqu'au bout des ongles,on peux lui faire confiance avec 15 ans de koursi au ministere !
    mais l'essentiel que les Algeriens esperent de leur president, aprés les années de cafouillages et de promesses non tenues, ce n'est pas la Palestine,l'irak ou la somalie, mais plutot leur quotidien et leur niveau de vie pas trés réjouissant !
    et malheureusement, je ne crois pas que la situation interieure a changé en positif depuis qu'il est la, mais bon, accordons lui encore 3 ou 4 mandats, on verra bien, peut etre et inchallah, nous aurons avancé de quelques pas ! l'escargot avance lui aussi, n'est ce pas ?

    Laisser un commentaire:


  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    Souki a écrit:

    Salut!

    Le sujet est sur Boumedienne ou sur Teftef?

    merçi.
    __________________________________________________ __________

    Poser la question est déjà donner la réponse. Ceci étant dit, il s'avère que le colonel Boumedienne est toujours resté en marge de son ministre des affaires étrangères.

    Nonobstant excusez-moi.

    Pour nombreux pamphlétaires à propos de Boumedienne, ils jugeaient celui-ci socialo-arabisant-nationaliste.

    Salutations

    Laisser un commentaire:


  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    Boumedienne

    Salut!

    Le sujet est sur Boumedienne ou sur Teftef?

    merçi.

    Laisser un commentaire:


  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    Pour Tizi oualou:
    Par un concours de circonstance invraisemblable, j'ai déniché sur un autre forum l'article ci-bas paru dans Le Soir d'Algérie en date du 22 mars 2005. Dithyrambique ou par fait que ce journal a été mis à l'index par la justice algérienne? Il se peut que la présente version, le forumeur ait inversé l'article lors de certains passage.

    Salutations (je vous confirme ne pas être "bouteflekyste").
    __________________________________________________ _________

    Les Algériens et les Arabes d’une manière générale qui ont suivi l’allocution du président de la République n’auront pas été déçus ! Dans un monde arabe qui a perdu honneur et dignité depuis longtemps et où la courbette devant Bush devient la principale occupation de certains dirigeants — heureusement pas tous ! —, les mots de Bouteflika ont retenti comme un tonnerre dans un ciel noirci par la lâcheté des uns et le silence complice des autres.
    Cela fait belle lurette qu’on ne leur a pas parlé de cette manière, avec cette franchise et cet engagement qui ont longtemps caractérisé le discours arabe, avant que celui-ci ne sombre dans la médiocrité et le replâtrage, sous couvert de réalisme et de pragmatisme. L’intervention du chef de l’Etat, retransmise en direct dans la quasi-totalité des pays arabes et par les chaînes d’information internationales, a été marquée par un sens autocritique aigu qui rappelle aux Arabes leur condition réelle, loin des sentiments, des passions et des relents nostalgiques.

    Elle a fait un large tour d’horizon sur les problèmes de l’heure, en insistant sur les grands dossiers qui doivent mobiliser toutes les énergies arabes. A commencer par la Palestine que certains veulent brader dans une opération douteuse où les Arabes multiplieront les concessions sans contrepartie. «La paix contre la terre», principe conducteur du plan du prince Abdallah d’Arabie, adopté par le Sommet de Beyrouth, reste plus que jamais l’élément central de toute négociation avec l’Etat hébreu et toute autre tentative ne vise qu’à perpétuer l’ordre établi au seul avantage d’Israël.


    Bouteflika a réaffirmé solennellement l’engagement des Arabes pour la paix. Mais pas n’importe quelle paix ! Une paix juste et durable qui permettra enfin au Moyen-Orient de sortir définitivement de l’état de guerre qui l’empêche depuis des décades de jouir des bienfaits du développement socio-économique. Ce n’est pas à Alger que l’on dira autre chose et ce n’est pas à Alger que l’on bradera la cause palestinienne pour faire plaisir aux sponsors des sionistes ! A ce titre, certaines absences sont injustifiables à un moment où le navire a besoin de tout son équipage pour ne pas couler dans les eaux périlleuses des nouvelles recompositions géostratégiques.

    Si nous avons pour habitude de critiquer durement les options internes du président, — auxquelles nous restons du reste fermement opposés —, comme la privatisation et l’amnistie générale, le devoir de vérité nous impose aujourd’hui de reconnaître que M. Bouteflika vient de prononcer son meilleur discours depuis son investiture. Un discours qui nous réconcilie avec nous-mêmes, avec nos engagements passés, notre lutte séculaire et l’image que gardent de nous les peuples arabes. Nous avons retrouvé le Bouteflika des années soixante-dix, avec moins de ferveur révolutionnaire peut-être, plus de sagesse certainement, mais toujours avec cet accent de sincérité et cet engagement qui ne recule devant rien pour dire notre soif de justice, d’égalité et de paix ! Hier, j’avais comme l’impression d’entendre Boumediene et c’est tout dire... Demain ou après-demain, nous aurons l’occasion de revenir à l’amnistie, à la réconciliation et à notre sauce interne. Mais aujourd’hui, laissez-moi vous dire que je suis fier d’être algérien !
    Sur l’Irak, le président Bouteflika parlera d’indépendance, mot tabou que certains dirigeants arabes oublient ou feignent d’oublier en ces temps où tout écart peut coûter cher à ses auteurs. Il rappellera également l’occupation de la Syrie et du Liban, comme il citera le Soudan, la Somalie et d’autres points chauds où les Arabes ont fort à faire pour aider leurs frères qui souffrent et attendent… Dans un geste d’une rare noblesse, le président Bouteflika évitera d’évoquer la question du Sahara occidental par égard pour Sa Majesté Mohammed VI dont la visite en Algérie est la première d’un souverain marocain depuis treize années ! Puisse cet esprit constructif continuer à guider la diplomatie algérienne dans ses retrouvailles avec ce pays frère pour que la question du Sahara ne soit plus cet éternel empêcheur de tourner en rond. Sur toutes les autres questions, le chef de l’Etat aura été remarquable.

    Laisser un commentaire:


  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    merçi !tizi oualou...
    c'est ce que je voulais entendre !

    Laisser un commentaire:


  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    "au fait, c'est quand on doit rendre le cesar à ce qui appartient à cesar ? que je saches, c'est le FIS qui a gagné les elections pluralistes de 1992, on s'assois dessus ? belle democratie algerienne en effet !
    mais non, mais non,"
    __________________________________________________ _________
    Quelques jours après le raz-de-marrée du FIS, 425 investisseurs étrangers se sont retrouvés au World trade center de Genève avec le ministre de l’industrie (?) d’Algérie et l’ont sommé de mettre terme au scrutin du second tour, car ils ne voulaient pas d’un second Iran avec une perte de 15 milliards de dollars à leur dépens.

    Outre que les élections de 1992 n’étaient absolument pas démocratiques (les hommes ont pu voter pour leurs femmes et leurs filles), le Consul algérien à Genève m’a rapporté un fait qui tend de science-fiction. Au stade du 5 juillet, les islamistes avaient fait paraître le nom d’Allah grâce à un rayon laser et avaient mis garde les gens contre un vote à leur encontre. Est-ce vrai ?

    Enfin, on raconte que Bouteflika avait été pressentit à la présidence algérienne avant Boudiaf mais le projet s’était échoué car les généraux avaient récuser de lui remettre le commandement de l’armée. Ce qui d’après Bouteflika était contraire à la Constitution dès lors que le président est également chef des armées. Est-ce exact ?

    Une discussion politique requiert des réflexions résultées d’échanges afin de parvenir la variante la plus plausible (ce qui ne veut dire qu’elle soit juste).

    Salutations

    Laisser un commentaire:


  • tizi oualou
    a répondu
    je crois que tu as gagné ! je lache volontiers le morceau !......
    quand je te dit que nos "elections" c'est une plaisanterie, tu me sort les "votations" de suisse et du 3eme mandat de Blair ! et bien encore une fois, bardo comme on dit chez moi, je renonce à me donner raison !
    au fait, rassures moi, tu va tout de meme pas mettre le Boutef dans le meme sac que les escrocs berlusconi,bush et consorts... ?, notre Boutef est un moudjahid, un ancien ministre des affaires etrangeres qui en a, qui a eu la voix haute à la haute assemblé de l'onu, c'est un authentique patriote, c'est un héros national, digne heritier de notre grand et IRREMPLACABLE Boukharouba ! je continue ? ah j'allais oublier les 85 %.... , meme Chirac a eu 86 c'est dire la republique bananiere francaise et la belle democratie algerienne !
    au fait, c'est quand on doit rendre le cesar à ce qui appartient à cesar ? que je saches, c'est le FIS qui a gagné les elections pluralistes de 1992, on s'assois dessus ? belle democratie algerienne en effet !
    mais non, mais non, c'etait pas de la vraie democratie à l'epoque et Boutef n'a rien à voir la dedans, passez votre chemin, y'a rien à voir !
    cordialement Djilaliharib !

    Laisser un commentaire:


  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    International/Editorial
    Politique mafieuse


    MARCO GREGORI

    Paru le Mardi 14 Décembre 2004 (www.lecourrier.ch)

    Une fois de plus, Silvio Berlusconi est passé entre les mailles du filet judiciaire. Une fois de plus, il évite la prison. Mais une fois de plus, ses méthodes, dignes des pratiques mafieuses, apparaissent au grand jour. Car des trois chefs d'accusation sur lesquels le Tribunal de Milan devait se prononcer, un seul a été entièrement rejeté. Un deuxième l'a été pour insuffisance de preuves. Face au troisième –à savoir la corruption de juges–, la deuxième Chambre pénale milanaise a estimé qu'il était avéré, mais que le citoyen Berlusconi n'ayant plus eu maille à partir avec la justice depuis 1991, des circonstances atténuantes à son égard s'imposaient. D'où un abaissement du délai de prescription de 15 à 7ans (lire Le Courrier du 11 décembre). Tournons le dispositif rendu vendredi par les juges dans tous les sens, le constat demeure: le Ministère public milanais a pu prouver que Silvio Berlusconi, une fois au moins au cours de sa vie, a corrompu un juge en lui versant la somme de 434000dollars. A noter d'ailleurs que le juge en question, Renato Squillante, a lui bel et bien été condamné à huit ans de prison. Comme a été condamné en première instance à cinqans d'emprisonnement, le 22 novembre 2003, Cesare Previti, un des avocats de Silvio Berlusconi, et principale cheville ouvrière de cette opération illégale.
    Mais il y a pire. Moins de 24heures après le verdict milanais, c'était au tour des juges du Tribunal de Palerme de trancher le cas de Marcello Dell'Utri, cofondateur du parti Forza Italia et fidèle parmi les fidèles de Silvio Berlusconi. Leur conclusion est claire: ils condamnent le sénateur à neuf ans de réclusion pour collaboration avec la mafia. En d'autres termes, même si les considérants sont pour l'heure encore inconnus, il y a fort à parier qu'ils rejoignent les conclusions des procureurs palermitains Antonino Ingroia et Domenico Gozzo. Ces derniers, dans leur réquisitoire de fin novembre, définissaient Marcello Dell'Utri comme «le garant des intérêts mafieux dans le milieu financier et immobilier milanais» et comme «l'ambassadeur de Cosa Nostra au sein de la Fininvest», l'empire médiatique, immobilier et financier de Silvio Berlusconi.
    Nous nous trouvons donc face à deux hommes au destin intimement lié dont l'un a été acquitté et l'autre condamné. Mais comment ne pas voir une complicité du premier face au comportement du second? Peut-on imaginer que Marcello Dell'Utri s'acoquinait avec la mafia sans le blanc-seing du grand patron? Et comment croire à la virginité de Silvio Berlusconi lorsque l'on sait que les deux procès, celui de Milan et celui de Palerme, mettaient en cause la Fininvest?
    Sans réponse judiciaire claire, ces interrogations prennent une connotation résolument morale. Si Silvio Berlusconi était une personne digne, il renoncerait à toute charge publique. A défaut, et pour sauver les apparences, il pourrait au moins prendre ses distances à l'égard de Marcello Dell'Utri. Mais peut-être a-t-il peur que s'il lâchait son ami, celui-ci se mettrait alors à cracher dans la soupe. Toujours est-il qu'avant même de connaître le verdict palermitain, il adoubait Marcello Dell'Utri en le nommant chef de campagne en vue des élections régionales du printemps prochain. Il s'agira du dernier test avant les législatives prévues en 2006.
    Ainsi, Silvio Berlusconi délivre aux électeurs un message limpide: tout est bon pour atteindre l'objectif fixé, quitte à corrompre des juges et à s'allier avec la mafia.

    Laisser un commentaire:


  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    "ils arrivent par la voie des urnes et crois moi ca plaisante pas en occident quand il s'agit de votes !"
    __________________________________________________ ______________

    J'habite en Suisse depuis 1963, donc les votations européennes n'ont aucun secret pour moi.
    M. Bouteflika est également arrivé par les urnes jusqu'à preuve du contraire.

    Tony Blair va briguer un troisième mandat malgré le désaccord de son Parti. Sa politique est une copie coforme de celle de Tatcher (si ce n'est pire).

    Il n'y a pas de président au monde plus maffieux que Berlusconi (il est à nouveau poursuivit par la justice italienne).

    En 1933, un peintre en bâtiment autrichien au nom d'Hitler avait aussi été élu démocratiquement par les urnes en Allemagne!

    Salutations

    Laisser un commentaire:


  • tizi oualou
    a répondu
    Désolé Djilaliharib, je ne lacherais pas le morceau...... ! en toute honnetete, que tu me crois ou pas, je n'ai rien contre Monsieur Bouteflika, mais c'est sa fonction qui me chiffone ! non pas sa fonction de PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE je ne suis pas un extra terreste.... mais sa fonction de "GERANT" de la non democratie algerienne !
    tu me cite Blair,Berlusconi et autre Chirac, tu oublie meme Bush dans ta liste qui fait encore plus de ravages à son pays que tout autre et avec deux mandants machallah !
    en realité, ces personnes la ne "gerent" pas une fonction derriere la protection de lois preconcues pour eux et autres protecteurs hommes de l'ombre ( l'armée ), ils arrivent par la voie des urnes et crois moi ca plaisante pas en occident quand il s'agit de votes ! leur democratie peut elle etre aussi imparfaite, on est à mille lieux de l'egaler !
    en realité, notre democratie à nous, c'est du canada dray, connais tu la fameuse pub ? on a juste l'apparence de la chose parceque nous l'avons singé pour tromper notre monde et nous memes avec, nous sommes et nous demeurons dans le faux tant que nous jouons avec ces singeries !
    comparer Boutef à Blair, franchement !
    remarques à choisir, je prefere Boutef à ce toutou de Blair, au moins je reste "en famille" avec notre President comme en equipe nationale de foot si tu prefere.... , mais en realité, Blair est legitime, Boutef, c'est rien que du heff et du bloff.......ses predecesseurs aussi !

    Laisser un commentaire:


  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    "Boutef est dictateur ? oui il l'est dans une certaine mesure, puisqu'il ne gouverne pas dans la transparence avec les contres pouvoirs qu'une democratie oblige !"
    __________________________________________________ ______________

    Tout président qui gouverne avec une majorité confortable aux parlements peut être considéré comme maître absolu d'une nation. Or, si M. Bouteflika est un dictateur que penser de Berlusconi qui fait voter par sa majorité au parlement des lois taillées sur mesure pour lui. Que penser de Chirac qui impose au Conseil constitutionnel à lui hériger une immunité bienvenue? Que penser de Blair qui, contre ses promesses, va briguer un troisième mandat?

    Evitons le terme "dictateur" qui de nos jours est suranné et ne comparons pas le sinistre Pinochet avec le chef d'Etat algérien.

    Salutations

    Laisser un commentaire:


  • tizi oualou
    a répondu
    à mon sens tout ce que vous dites sur Boumedienne est vrai, le bon comme le mauvais !
    on va s'amuser à chercher à devenir perfectionniste en vocabulaire pour lui inventer un nouveau adjectif qui reflete exactement son régne ou quoi ?
    effectivement toute comparaison parait bien futile, mais au finish, le resultat est pratiquement le meme à de rares exeptions prés dont j'ai cité la liste.
    Boutef est dictateur ? oui il l'est dans une certaine mesure, puisqu'il ne gouverne pas dans la transparence avec les contres pouvoirs qu'une democratie oblige ! mais il est loin d'avoir les memes leviers que Boumedienne qui avait lui, le droit de gifler...... ou meme tuer ou emprisonner qui il voulait quand il voulait sans un groupe de kaskettas derriere !
    moi je suis bien content, je l'ai echappé belle !...

    Laisser un commentaire:

Chargement...
X