La moitié de la drogue transitant par l'Algérie est consommées localement, a indiqué dimanche à Alger le ministre de la Santé Amar Tou en soulignant la recrudescence de la toxicomanie dans le pays. "La moitié de la drogue transitant par l'Algérie est consommée localement contre 5% à 10% il y a quelques années. L'Algérie, qui était un pays de transit est devenue un pays de consommation", a déclaré M. Tou, lors d'un séminaire national sur la lutte contre la toxicomanie.

Le ministre a souligné "la recrudescence" de la toxicomanie en Algérie et déploré l'existence de cultures de champs de drogue dans certaines régions du pays, notamment dans le sud et à Bejaïa. M. Tou a annoncé la création prochaine, à travers le pays, de 185 cellules d'écoute et de sensibilisation sur les dangers de la consommation de drogue. Les autorités prévoient également l'ouverture d'une cinquantaine de centres d'accueil des consommateurs débutants, a précisé le ministre.

Ce séminaire permettra de former des médecins algériens qui seront chargés de l'encadrement des futurs centres de lutte contre la toxicomanie, selon le directeur général de l'Office national de lutte contre la drogue et la toxicomanie, Abdelmalek Sayah.


- Presse-Dz