Annonce

Réduire
Aucune annonce.

L’hôpital : entre le public et le privé ?

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • taurus
    a répondu
    les hopitaux algeriens????

    j ai un copain qui a fait les frais de l'hopital public il habite bousmail depuis 2H du mat a l hopital de kolea ou la sage femme n a pas voulut appeler le medcin chez lui il a fait le tour des hopitaux jusqu'a une clinique privée a sT eugene (ca lui a coute quand meme 61000 da pour une cesarienne) mais sa femme a faillit creuvé quand il ma raconte ca j en ai eu la chair de poul c'est de la folie
    Dernière modification par taurus, 15 février 2008, 14h35.

    Laisser un commentaire:


  • Scootie
    a répondu
    Le ministre affirme que le secteur public mettra le paquet pour assurer la gratuité des soins pour les personnes hospitalisées dans les hôpitaux publics.
    Qu'il mette déjà le paquet pour que les hopitaux recoivent les femmes enceinte dans des conditions humaines, qu'elles ne doivent plus coucher à même le carrelage ou devoir faire appel au piston pour avoir un lit, souvent au détriment d'une autre patiente.

    Qu'il assure cette gratuité aux personnes agées, handicapées et à tous ceux qu'on définit dans la case "personne faible". Cela peut se faire très facilement en mettant en place un système de tickets de soins à présenter aux médecins lors des consultations .............. et sans qu'il y ait aucun trafic de ces tickets (on peut rêver !!!).

    La paupérisation de la population algérienne est une véritable catastrophe qui fait que, malgré toutes les bonnes volontés possibles, il y aura toujours un blocage ou un semi-échec quelque part car toute loi ou action trouvera toujours sur son chemin un ou plusieurs rapaces qui trouvent toujours le moyen de tout détourner à leur profit et, bien sûr, au détriment du plus grand nombre .............. un qui construit, dix qui détruisent, et ce modus operandi est devenu omniprésent et valable pour tout, une espèce de quadrature du cercle !!

    Laisser un commentaire:


  • l'imprevisible
    a crée une discussion L’hôpital : entre le public et le privé ?

    L’hôpital : entre le public et le privé ?

    De la clinique privée à l'hôpital privé, le pas est déjà franchi, dans l'ouverture de la santé au secteur privé, avec des investissements non limités en terme de taille. Il est vrai qu'il n'a jamais été dit que l'hôpital est classé dans la catégorie des entreprises à caractère stratégique.


    L'hôpital, est-il une entreprise publique ?Un tel débat n'a jamais eu lieu. Le secteur de la santé fait partie du secteur des services, et on sait que parmi les sujets qui restent encore à débattre pour l'entrée dans l'OMC, figure celui de services dont il est demandé l'ouverture au secteur privé.


    Le ministre de la Santé affirme que l'ouverture au secteur privé ne constitue aucunement une menace pour l'hôpital public, ce qui revient à dire qu'il s'agit de l'engagement à ne pas privatiser les hôpitaux publics.


    Des questions peuvent se poser dorénavant. Quelles missions pour l'hôpital public et aussi pour l'hôpital privé ? Quels liens entre ces deux types d'hôpitaux, chacun selon son appartenance et l'université ? Quelle place auront les urgences dans ces deux types d'hôpitaux ? Quels rapports entre hospitalisations publique et privée ? Médecine à deux vitesses ? Des indicateurs sanitaires identiques pour évaluer les deux types d'hôpitaux ?


    A quel hôpital revient la vie préventive et à qui revient la vie curative, quand on sait que les critères de rentabilité financiers sont dominants dans le secteur privé ? Ce qui est d'ailleurs le propre de l'investissement privé.


    Le ministre affirme que le secteur public mettra le paquet pour assurer la gratuité des soins pour les personnes hospitalisées dans les hôpitaux publics.


    Or, il est constamment répété que l'hôpital public est en crise quand est fait le constat que parfois même le fil chirurgical est en manque, que les médicaments ou des médicaments sont à la charge des hospitalisés. Des salaires également à double vitesse quand le secteur privé est maître de leur fixation ?


    S'il est certain qu'il faudrait s'attendre à une migration de qualité en personnel médical du secteur public vers le secteur privé, au moins cela permettrait peut être de freiner l'exode des cerveaux pour ce qui concerne le personnel médical, c'est-à-dire les médecins et professeurs.

    N.B.

    EDITO du 14 Fév 2008.
    Le Maghreb.
Chargement...
X