Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Alger est amazighe

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Alger est amazighe

    Mais de quoi Alger est-elle finalement le nom, le surnom et le lieu, se demanderait-on en paraphrasant la célèbre interrogation du philosophe marxiste Alain Badiou au sujet de la personnalité d’un président de la Vème République française ?

    Alger, El Djazaïr, Lezzayer Tamanayt, El Bahdja, La Blanche, El Mahroussa, Ikosim, Icosium, Aldjère, Djazaïr Béni Mezghenna, Djézèyère, entre autres variantes patronymiques, est linguistiquement une femme. Elle est tous ces noms à la fois : une succession de flexions et de désinences qui font la ville d’aujourd’hui. Une dame sans âge, dont le nom, le prénom et le surnom, mais qu’importe la patronymie, déroulent l’addition de ses longs cycles historiques.

    Alger, c’est aussi l’île d’oiseaux impurs, ressuscitée par son fils Bologhine Ibn Ziri, le Sanhadji qui la nomma Dzaïr Béni Mezghenna, les Ath Mezghan, berbères de pure souche et de grande lignée. Ziri, Ziride, Dzayer, Dziri et Iziriyen, autant de déclinaisons qui désignent Alger, les Algérois et leurs racines berbères. Ainsi est constitué un nom singulier mais si pluriel par ses divers limons toponymiques qui l’ont fertilisé à travers les siècles. Alger ou Aldjère, déformation catalane d’El Djir et de Bled El Djir, la ville de la chaux.

    La légende merveilleuse dit que c’est à sa couleur que la capitale doit son autre nom d’Alger la Blanche. Puis Kheireddine Barberousse, le corsaire méditerranéen, qui ne voulait pas que sa ville conquise soit une simple succession de bosses, tertres, monticules, pentes et collines, lui donna alors son prolongement marin, avec le port et la jetée de l’amirauté. Le marin aux nefs furtives fixa ainsi le destin urbain et la continuité historique de la ville.
    Mais au-delà des différentes origines sémantiques du nom générique de la ville, Alger, c’est surtout des noms et des lieux, pour paraphraser un autre producteur de sens philosophique, le sociologue et historien algérien Mustapha Lacheraf.

    Notre capitale, c’est donc, derrière son célèbre substrat patronymique, une série de noms de lieux dont l’origine berbère n’est pas assez connue. Si Mezghenna dérive du mot berbère altéré « imazighen » (hommes libres), Télemly, un de ses quartiers les plus huppés, à titre de premier exemple, est un mot amazigh composé de « tala », la fontaine, la source, et de « oumlil », l’argile ou la chaux. Ce qui donne la fontaine de l’argile ou de la chaux, substances suggérant la couleur d’Alger la Blanche. Plus bas, vers le port, en contrebas de la Grande-Poste, la rampe Tafourah est un autre lieu à consonance berbère. Il est dit qu’il vient de la racine « Ifri », signifiant cache, grotte ou caverne. Plus haut encore, sur les hauteurs de l’Hôtel Aurassi, le quartier des Tagarins qui surplombe la merveilleuse baie d’Alger. Là encore, le nom provient du mot amazigh « tigrine », renvoyant à la pente douce plantée de blé face à l’immensité méditerranéenne.

    A la proche périphérie de la capitale foncièrement berbère de l’Algérie, Ben-Aknoun. Cette commune verdoyante était avant son nom actuel, Ben Sahoun, terre des Sahnoun comme elle fut aussi celle des Aknoun. Mais avant de porter ces deux noms à résonnance arabe, elle fut « Tizi Ouzebboudj », c’est-à-dire le nom berbère de col de l’olivier sauvage. A l’autre bout de la ville, à l’Est, El Harrach. Nom arabisé puis francisé du mot amazigh « ahrich », qui veut dire secteur, domaine, terre à proximité. Et à la banlieue sud de la ville, Tixeraïne, dans la localité au nom arabe de Birkhadem.

    Appellation provenant du tamazight « tighesret » signifiant la pierre plate servant de planche à laver ou carrément le lavoir. A l’Ouest, sur les hauteurs du littoral, précisément sur le versant nord du mont Bouzaréah, à un jet de pierre de la célèbre église de Notre-Dame d’Afrique, Zghara. Patronyme évoquant la vallée avant la mer. Quelques kilomètres après sur le même littoral Ouest, Aïn Benian. Aïn, la source en arabe accolée à « bénian », qui ne renvoie pas toutefois à construction en arabe mais au tamazight « anou », pluriel « unan », dont le sens désigne le puits, la source d’eau.

    D’autres noms, tels Zéralda à l’Ouest, Réghaïa et Oued Smar à l’Est sont d’autres signes de la toponymie qui attestent également qu’Alger est amazighe à la racine. Zéralda, appelée aussi « Zredla », a pour origine « Zghadla » qui lui-même découle de « azghal da », signifiant chaleur-ici et là et suggérant le lieu chaud par excellence, ce qu’est d’ailleurs la l’algéroise Zéralda malgré la proximité de la mer. Réghaïa, quant à elle, provient du tamazight « ergha », qui veut dire être brûlé et qui, déformé, arabisé puis francisé, est devenu Réghaïa, l’endroit chaud et marécageux. Tandis que Oued Smar, affluent principal de Oued El Harrach, évoque « assemmar », c’est-à-dire le jonc, cette plante qui s’épanouit dans les endroits humides.

    Où l’on voit donc, à travers ces quelques exemples choisis, qu’Alger est une ville parlant l’arabe, le français et le kabyle, mais dont les racines profondes jurent que son ADN est amazigh. Et que le nom qui lui convient le mieux serait finalement Mezghenna, qui veut dire notre ville amazighe.

    jeune-independant.net

  • #2
    Alger a été déclarée la capitale de la culture arabe en 2007.

    Sacrée Khalida MESAOUDI , la Kabyle zdi moh de Bouira.


    Il parait que DOHA ou Damas sera déclarée la capitale de la culture amazighe en l'an 25978 pour rendre la monnaie.
    Dernière modification par democracy, 19 août 2021, 21h31.
    "La vie n'est qu'une journée et la mort qu'une nuit."

    Commentaire


    • #3
      ... Si Mezghenna dérive du mot berbère altéré « imazighen » (hommes libres) ...

      Beni Mezghenna est le nom d'une tribu berbère du groupe Sanhāja qui s'établit dans la Mitidja et ses alentours au 8e siècle. C'est à ce titre et dans cette limite que ce nom est lié à celui d'Alger (Djazā'ir Banī Mazghanna) et rien d'autre (ni "liberté" ni "virilité") ...

      ... les Ath Mezghan, berbères de pure souche et de grande lignée ...

      On passe le "pure souche" (sic) très Waffen SS et on s'attarde un peu sur le très superlatif "grande lignée" (sic) : elle est si "grande" ladite tribu que tout ce qu'on sait au sujet des Mezghenna c'est les deux mots indiqués plus haut : que c'est un clan du groupe Sanhāja et qu'elle s'établit dans la Mitidja aux au 8e siècle. Pas une once d'info supplementaire, si ce n'est qu'ils entrerent dans l'allegence des Zirides (autre tribu sanhājienne qui, elle, peut être qualifiée de "grande" ... lol) qui les établissement dans l'Alger refondée par leur prince.

      ... Ben-Aknoun ... Cette commune verdoyante était avant son nom actuel ... « Tizi Ouzebboudj » ...

      Bāyen kāvi l-3za w mā ya3refchi l-blād ... lol : tout d'abord le lieu s'appelle (et s'est toujours appelé) 3īn e-Zabbūdja ; ensuite il ne se situe pas à Ben-Aknoun mais au Val d'Hydra !

      ... c’est-à-dire le nom berbère de col de l’olivier sauvage ...

      Et relativement ignorant de surcroît : Si le zabbūdj signifie effectivement "olivier sauvage" au Maghreb, son étymologie est plutôt arabe puisque le truc s'appelle za3badj dans les dictionnaires arabes les plus anciens ... lol

      ... à l’Est, El Harrach. Nom arabisé puis francisé du mot amazigh « ahrich », qui veut dire secteur, domaine, terre à proximité.

      Yekdeb rahj yā bū Rabb ! ...
      Dernière modification par Harrachi78, 19 août 2021, 22h26.
      "L'armée ne doit être que le bras de la nation, jamais sa tête" [Pio Baroja, L'apprenti conspirateur, 1913]

      Commentaire


      • #4
        Harrachi78

        Il a oublié Maison Carré , t'inquiètes pas ....il a aussi oublié que el djazair veut dire les iles .

        Commentaire


        • #5
          À quoi riment tant de menteries au sujet d’Alger ?
          Amazigh est la nouvelle appellation de berbère, terme apparemment cité par Ibn Khaldoun, le seul d'ailleurs. Beaucoup s'interrogent sur la falsification de ses écrits.
          Les noms des places à Alger et alentours sont tous d'origine arabe, le nom Rouiba (غابة غويبة) petite forêt en arabe, El Biar, Cheraga, Tementfoust (.المتنفس) coincée par la lettre T au début et à la fin , signe que le mot est phénicien comme Tigzirt (جزيرة) etc.
          Le cardinal Lavigerie disait : dites leur qu'ils ne sont pas arabes ils lâcheront l'islam

          Beni Mezghenna est le nom d'une tribu berbère du groupe Sanhāja qui s'établit dans la Mitidja et ses alentours au 8e siècle. C'est à ce titre et dans cette limite que ce nom est lié à celui d'Alger (Djazā'ir Banī Mazghanna) et rien d'autre (ni "liberté" ni "virilité") ...
          Même là, Sanhadja est une tribu arabe issue du Yémen.
          وإن هذه أمتكم أمة واحدة

          Commentaire


          • #6
            ... Les noms des places à Alger et alentours sont tous d'origine arabe ...

            Pas forcément. La toponymie est l'un des éléments les plus persistants et rien n'exclu que le nom de tel ou tel lieu (à Alger ou ailleurs) soit d'une origine antérieure à la présence arabe. Par-contre, ce n'est pas systématique et la persistance d'un toponyme ne définit pas l'identité du lieu en question car ses habitants eux peuvent changer au fil du temps, soit par déplacement soit par acculturation soit par les deux.

            ... Sanhadja est une tribu arabe issue du Yémen ...

            Foutaises.
            Dernière modification par Harrachi78, 20 août 2021, 07h41.
            "L'armée ne doit être que le bras de la nation, jamais sa tête" [Pio Baroja, L'apprenti conspirateur, 1913]

            Commentaire


            • #7
              T au début et à la fin , signe que le mot est phénicien

              La nouvelle théorie linguiste...

              On apprend tous les jours avec les éradicateurs sans gène.
              "La vie n'est qu'une journée et la mort qu'une nuit."

              Commentaire


              • #8
                Okba30, on devrait te décerner la palme du plus grand Khorotto de FA

                Commentaire


                • #9
                  Amazigh est la nouvelle appellation de berbère,
                  Depuis des siècles et à ce jour, au Rif, la langue parlée s'appelle et à ce jour "thmazighth". Certains disent "thmazikhth"

                  Les gens se définissent en tant que Mazigh (masculin) ou Thmazighth (féminin).

                  La haine et le rejet systématique des Berbèrophones ne va pas t'aider de sortir de ton ignorance. Mais ton mépris et ton nif de panarabe te coince dans ton khorotisme.
                  Dernière modification par democracy, 20 août 2021, 13h21.
                  "La vie n'est qu'une journée et la mort qu'une nuit."

                  Commentaire


                  • #10
                    Wallah c est pas possible avec les algérois pardon algériens
                    chacun essaie de refaire le histoire a sa façon
                    On est
                    Berbère
                    Phéniciens
                    Romains
                    Byzantins
                    Vandales
                    Arabes
                    Un peu Turc
                    mélanges. On est . ALGERIENS
                    Dernière modification par Tiliwine, 21 août 2021, 13h11.
                    Gone with the Wind.........

                    Commentaire


                    • #11
                      On est
                      Berbère
                      Phéniciens
                      Romains Byzantins
                      Vandales
                      Arabes
                      Un peu Turc
                      ça c'est pour noyer le poisson
                      "La vie n'est qu'une journée et la mort qu'une nuit."

                      Commentaire


                      • #12
                        N'importe quoi comme article, zaama il parle d'histoire

                        Commentaire


                        • #13
                          Pour comprendre Senhaja (Iznagen), Znata (Iznaten) et Masmouda (Imsmouden):

                          "La vie n'est qu'une journée et la mort qu'une nuit."

                          Commentaire


                          • #14
                            Le centre ville et les hauteurs, Alger est française.
                            Pour le reste, c'est va comme je te pousse.
                            Point de vue architecture.

                            Sinon, sociologiquement, Alger est devenue l'Algérie.
                            Les Algérois de souche, je connais pas.

                            Commentaire


                            • #15
                              Dans "Eloge des Berbères", on peut lire qu'Ibn Khaldoun cite le nom Mazigh comme étant celui de l'ancêtre des Berbères.
                              « Même si vous mettiez le soleil dans ma main droite et la lune dans ma main gauche je n'abandonnerais jamais ma mission". Prophète Mohammed (sws). Algérie unie et indivisible.

                              Commentaire

                              Chargement...
                              X