Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Pourquoi l’Algérie se réfugie derrière un complot marocain ?

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Pourquoi l’Algérie se réfugie derrière un complot marocain ?

    L'Algérie a rompu ses relations diplomatiques avec le Maroc en accusant son voisin de vouloir déstabiliser le pays. Mais cette décision est surtout motivée par les déconvenues du régime algérien…

    La décision est intervenue cinq jours seulement après que le Haut conseil de sécurité algérien a recommandé une révision des relations entre Alger et Rabat. Le 24 août dernier, Ramtane Lamamra a annoncé la décision de son pays de rompre ses liens diplomatiques avec le Maroc. Le ministre algérien des Affaires étrangères a accusé le voisin de « soutenir les organisations terroristes » à l’origine des incendies de forêt qui ont récemment ravagé la Kabylie. Il a également accusé le gouvernement marocain d’être en connivence avec « l’entité sioniste » pour déstabiliser l’Algérie.

    Pour les Marocains, cette soudaine annonce n’est que l’aboutissement d’une longue tradition perfectionnée par les responsables algériens pendant des décennies : s’attaquer au royaume pour mieux détourner les critiques dont ils font l’objet et stimuler le nationalisme de circonstance. La rupture des liens et les allégations non fondées autour d’un « complot » marocain contre l’Algérie n’ont donc à leur yeux rien de surprenants.

    Reste que cette décision intervient un mois à peine après l’appel lancé par le roi Mohammed VI dans son discours du Trône en faveur de l’ouverture des frontières et du dialogue. Deux semaines plus tard, le monarque a d’ailleurs tenu sa promesse de solidarité régionale en donnant l’ordre à son gouvernement de mobiliser deux avions bombardiers d’eau pour voler au secours de son voisin en proie aux incendies.

    Mais ce dernier a décliné l’offre, préférant demander l’aide de la France et de l’Espagne. Et la classe politique et médiatique algérienne a multiplié les attaques contre le Maroc, mettant en doute la sincérité des bonnes intentions de Mohammed VI. De nombreux reportages et éditoriaux ont accusé Rabat d’avoir orchestré une grande partie de tout ce qui a mal tourné en Algérie au cours des derniers mois, en particulier les incendies de forêt et la montée en puissance des organisations antisystèmes. La théorie la plus révélatrice, relayée sans relâche dans la presse et les cercles politiques, affirme que le Maroc serait engagé dans un complot avec « l’entité sioniste » et le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK) pour déstabiliser l’Algérie.

    Ce contexte a préparé le terrain pour l’annonce de Ramtane Lamamra. Mais la rapidité avec laquelle Alger a conclu que les incendies avaient été causés par des activistes kabyles parrainés par Rabat – sans prendre le temps de mener une enquête digne de ce nom et sans présenter d’éléments tangibles – en dit plus sur les intentions du régime algérien que sur le prétendu agenda déstabilisateur du Maroc. À court d’arguments pour contrer les avancées diplomatiques croissantes du Maroc et répondre aux attentes légitimes d’un peuple algérien désenchanté, l’establishment d’Alger a tenté de faire diversion. Il a voulu profiter de cette catastrophe pour faire oublier ses récents revers diplomatiques et la longue crise post-Bouteflika et pour galvaniser l’opinion publique autour d’une haine partagée des « ennemis du peuple ».

    Frustrations et acharnement

    Certes, la décision algérienne de rompre les liens avec le Maroc est à bien des égards un non-événement, puisque les relations diplomatiques entre les deux pays sont restées gelées pendant la majeure partie des 27 dernières années. Les frontières sont fermées depuis 1994, les échanges commerciaux demeurent insignifiants et il n’y a pas eu de visites d’État de haut niveau depuis 2012. L’Algérie voulait que cette annonce de rupture diplomatique soit fracassante. Mais vue du Maroc, elle apparaît anodine et semble être une façon de dire, que malgré la reconnaissance américaine de la marocanité du Sahara et le dénouement de la crise de Guerguerate en novembre 2020 – deux événements qui ont considérablement fait pencher la balance en faveur du Maroc et qui en ont frustré plus d’un à Alger –, l’Algérie n’a pas encore dit son dernier mot quant au rapport de forces régional. Il est très plausible qu’Alger ait graduellement pris la décision de rompre les liens avec le Maroc lorsqu’il est devenu évident que l’administration Biden n’annulerait pas la décision de son prédécesseur sur la marocanité du Sahara. Mais il fallait, pour mieux ranimer la fibre nationaliste, attendre un moment propice pour faire l’annonce. Les incendies d’août dernier étaient l’occasion attendue.

    Autre élément révélateur : si l’Algérie reproche au Maroc de normaliser ses relations avec Israël, elle est restée curieusement silencieuse sur les décisions similaires prises par les Émirats Arabes Unis, Bahreïn et le Soudan. On peut donc affirmer sans risque de se tromper que plutôt que la défense de la cause palestinienne, c’est l’emprise grandissante et graduellement irréversible du Maroc sur la diplomatie du Sahara qui est le moteur de l’acharnement manifeste de l’État algérien.

    Deux poids, deux mesures

    C’est dans ce contexte tendu que Omar Hilale, le représentant marocain aux Nations Unies, adressait, en juillet dernier, une lettre-réponse au secrétaire général du Mouvement des non-Alignés. En réponse à l’activisme diplomatique de l’Algérie en faveur du Front Polisario contre l’intégrité territoriale du Maroc, il soulignait notamment le deux poids, deux mesures du gouvernement algérien sur la question de l’autodétermination. Pour le diplomate marocain, l’Algérie, qui refuse à la Kabylie les mêmes droits qu’elle réclame pour le Sahara, ne mérite pas qu’on la prenne au sérieux lorsqu’elle demande d’être perçue ou définie comme un défenseur inconditionnel du droit à l’autodétermination des peuples opprimés. La réponse d’Alger à cette lettre sera prompte et agressive. « Déclaration de guerre » – tel sera le verdict unanime des médias et partis politiques algériens qui, d’une même voix, annonceront ainsi l’escalade à venir. Mais plutôt que de surenchérir, le roi Mohammed VI a utilisé son discours du Trône pour promouvoir le dialogue, exhorter les dirigeants algériens à surmonter l’impasse qui n’a que trop duré entre les deux pays.

    L’allocution royale semble avoir pris l’establishment algérien au dépourvu ; d’autant plus que les paroles conciliantes du roi étaient très éloignées du récit que le régime algérien a fait du Maroc au cours des six dernières décennies. Elle a suggéré une voie différente et a laissé entendre que Rabat serait prêt à transcender le passé et à plaider pour la stabilité régionale et la prospérité partagée.

    L’Algérie s’est peut-être tiré une balle dans le pied en plaçant la rivalité maroco-algérienne sur le devant de la scène. Ce nouveau regain de tension entre les deux pays va certainement pousser de nombreux membres de la communauté internationale à s’intéresser de plus près aux raisons sous-jacentes de ces derniers développements. À savoir, la volonté de l’Algérie d’acquérir une hégémonie incontestée en Afrique du Nord – ce qui nécessite un accès sans entrave à l’océan Atlantique, au sud du Maroc – et de faire son comeback sur la scène géopolitique du continent – ce qui nécessite de rattraper l’avancée stratégique du Maroc, ou tout simplement de troubler la fête africaine de Rabat.

    Jeune Afrique

  • #2
    Enfin Anzoul s'il n'y avait pas de complot marocain tu ne serait pas là toi et tes compatriotes toute la journée a salir l'Algérie, je sais pas de quoi vous vivez il faut un salaire dans la vie .
    Dernière modification par galaxy, 23 septembre 2021, 12h23.

    Commentaire


    • #3
      Pour une raison qui m'échappe, il y'a réellement un complot de l'oligarchie mondiale qui cherche a dégager les généraux algériens de leurs sièges. Mais comme les généraux algériens sont trop lâches pour désigner directement les commanditaires de ce complot contre eux, alors ils s'adressent à eux en désignant leur sous-fifre marocain.
      La géographie africaine a été façonnée par le courage des uns et par la lâcheté des autres. ​​​

      Commentaire


      • #4
        À savoir, la volonté de l’Algérie d’acquérir une hégémonie incontestée en Afrique du Nord – ce qui nécessite un accès sans entrave à l’océan Atlantique, au sud du Maroc – et de faire son comeback sur la scène géopolitique du continent – ce qui nécessite de rattraper l’avancée stratégique du Maroc, ou tout simplement de troubler la fête africaine de Rabat.]
        le blablas perpétuel du makhzen!
        Gallek un accès à l'atlantique!!

        Commentaire


        • #5
          Pourquoi l’Algérie se réfugie derrière un « complot marocain>>?
          La question est mal posée. Ce n'est pas l'Algérie mais le régime d'Alger qui se réfugie derrière le terrorisme du MAK et le complot marocain.
          La réponse est évidente: rassembler le peuple derrière lui.
          C'est l'unique solution qui reste à un régime aux abois.
          Je ne sais pas si ca va lui réussir, le fossé étant trop profond entre le peuple et lui.
          Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, Et les mots pour le dire arrivent aisément.

          Commentaire


          • #6
            La question est mal posée. Ce n'est pas l'Algérie mais le régime d'Alger qui se réfugie derrière le terrorisme du MAK et le complot marocain.
            Le MAK c'est de la connerie, mais le ministre israélien qui menace l'Algérie en direct de Rabat, ce n'est pas une vue de l'esprit..,s'il ya complot,c'est là ou il se situe et il n'est pas nouveau , pour preuve Pegasus.
            ارحم من في الارض يرحمك من في السماء
            On se fatigue de voir la bêtise triompher sans combat.(Albert Camus)

            Commentaire


            • #7
              il y'a réellement un complot de l'oligarchie mondiale qui cherche a dégager les généraux algériens de leurs sièges
              L'oligarchie mondiale n'aime pas le désordre ,elle ne cherche pas à dégager un quelconque général.
              ارحم من في الارض يرحمك من في السماء
              On se fatigue de voir la bêtise triompher sans combat.(Albert Camus)

              Commentaire


              • #8
                L'oligarchie mondiale n'aime pas le désordre ,elle ne cherche pas à dégager un quelconque général
                L'oligarchie mondiale n'aime pas le désordre car elle aime seulement son ordre à elle, et le régime algérien, qui est un reliquat de la chute du mur de Berlin, ne fait pas parti de cet ordre, d'abord parce que l'Algerie est encore le dernier pays du front du refus encore debout, et ensuite parce que la bêtise et l'intelligence limitée des dirigeants algériens ne leur permet pas d'appliquer les vœux économiques et politiques de la dite oligarchie mondiale.

                Ce qui s'est passé en Lybie et en Syrie récemment est la pour nous rappeler que l'Algerie est encore dans le collimateur de l'oligarchie mondiale, qui pour le moment est juste en stand by à cause de covid et des problèmes qu'elle rencontre en Occident à cause de la montée de l'extrême droite. Mais une fois les mains déliées sois sûrs qu'ils s'occuperont de l'Algérie comme ils se sont occupés de la Lybie, et le pays de Lyautey leur servira de base arrière.
                La géographie africaine a été façonnée par le courage des uns et par la lâcheté des autres. ​​​

                Commentaire


                • #9
                  Je ne pense pas que ca soit aussi linéaire, les forces en présence et les stratégies sont beaucoup plus multilatérales selon les intérêts de chacun ,il n'ya pas de gouvernement mondial .
                  la Syrie et la Libye ont été attaqués une coalition de pays pour des raisons géopolitiques et géo économiques qui sont propres à ces pays là ,Gazoducs irano qataris , alliance avec l'Iran , la Russie..etc.
                  l'Algérie est un Etat pivot de la méditerranée occidentale ,indispensable à la sécurité de la zone, comme le maroc qui a une façade sur lé détroit de Gibraltar ,les deux régimes autoritaires de ces deux pays ,même si pas sympathiques du tout, seront toujours soutenus ,en premier lieu par les puissances européennes .
                  ارحم من في الارض يرحمك من في السماء
                  On se fatigue de voir la bêtise triompher sans combat.(Albert Camus)

                  Commentaire


                  • #10
                    Le MAK c'est de la connerie, mais le ministre israélien qui menace l'Algérie en direct de Rabat, ce n'est pas une vue de l'esprit..,s'il ya complot,c'est là ou il se situe et il n'est pas nouveau , pour preuve Pegasus.
                    ca ne justifie pas ce boucan.
                    Le régime s'en fout de ce que fait ou ne fait pas le Maroc. ce qu'il déclare ou pas. Ce qui compte pour un régime aussi essoufflé, c'est comment encore durer, comment avoir au moins une partie de la population derrière nous. Une guerre froide contre le Maroc est une excellente opportunité pour ce régime.

                    Y a absolument aucune alternative. Il ne plus acheter l'adhésion, les caisses sont maintenant vides.
                    Il ne peut même plus donner l'espoir que les choses vont s'améliorer. Les gens voient tous les reculs et vivent tous les problèmes.

                    D'ailleurs, le régime d'Alger a toujours été sauvé par des guerres. La dernière fois, étant la guerre civile.

                    faire vibrer la corde nationaliste pour ressouder le pays, et faire oublier les problèmes économiques et politiques et l’absence d’élections crédibles. Mais d’escalade en escalade cela peut aussi dégénérer.
                    Dernière modification par Bachi, 23 septembre 2021, 17h44.
                    Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, Et les mots pour le dire arrivent aisément.

                    Commentaire


                    • #11
                      personne ne croit vraiment aux sornettes du régime , cibler le MAK et le Rachad lui permet de ramasser des militants du hirak et leur coller l'une ou l'autre étiquette selon leur régions d'origine .
                      pour le cas marocain ,il ne faut pas être naif ,le régime de ce pays mène une OPA hostile depuis un moment déjà ,une politique de la tension permanente alimentée sciemment, ce qui change, c'est que du coté d'Alger, ils ont décidés de réagir surtout que Rabat a invité Israël dans la région .
                      ارحم من في الارض يرحمك من في السماء
                      On se fatigue de voir la bêtise triompher sans combat.(Albert Camus)

                      Commentaire


                      • #12
                        personne ne croit vraiment aux sornettes du régime
                        mais quand il s'agit d'un "pays qui nous menace", y a la petite fibre nationaliste, la fierté en toc, le drapeau et tous ces trucs qui font que la nation se rassemble. La preuve, toi-même, d'habitude très sceptique face aux manœuvres du régime, tu tombes dans le piège.

                        Le régime sait trouver les moyens de s'en sortir.
                        Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, Et les mots pour le dire arrivent aisément.

                        Commentaire


                        • #13
                          honnêtement Bachi, à moins que je me trompe, mais des échos que j'ai, la rue s'en fout un peu de ces histoires avec le Maroc ,ce sujet n'a jamais fait partie de l'équation politique interne ,à contrario du cas marocain .
                          Le régime sait trouver les moyens de s'en sortir.
                          bah, je pense qu'il s'en est bien sorti ,maintenant que les anciens sont de retour, on sent qu'il ya de la sophistication dans les basses œuvres .
                          quoi qu'il en soit, l'Etat transcende le régime , il ne faut pas mélanger entre les deux .
                          Dernière modification par xenon, 23 septembre 2021, 18h24.
                          ارحم من في الارض يرحمك من في السماء
                          On se fatigue de voir la bêtise triompher sans combat.(Albert Camus)

                          Commentaire


                          • #14
                            Si nos généraux avaient deux sous de jugeote, il organiserait un référendum dans les wilayas kabyles, et je pense pas que l’autodétermination emportera la mise, ensuite on pourrai jeter ça à la figure du royaume qui n'a toujours pas avancé sur ce sujet.
                            Mais nos généraux sont des crétins qui cherchent à tout prix un bouc émissaire pour détourner l'attention sur leur gestion calamiteuse, j'ai un ami français qui me disais tout à l'heure au téléphone preuve, sil en fallait que personne n'est dupe, même pas ceux qui ne suivent de manière partielle ce qui se passe en face.
                            Aucun parti pris, je vis chez maman la France, m’y sens très bien, ne suis ni one two triste, ni 3ach el’ malik, ni allons zenfants. Patriote de nulle part, citoyen du monde.

                            Commentaire


                            • #15
                              honnêtement Bachi, à moins que je me trompe, mais des échos que j'ai, la rue s'en fout un peu de ces histoires avec le Maroc
                              Je le crois aussi...
                              Le régime va tout faire, quitte à faire dans la surenchère et l'escalade avec le Maroc, pour que le peuple rejoigne les rangs.

                              Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, Et les mots pour le dire arrivent aisément.

                              Commentaire

                              Chargement...
                              X