Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Deux condamnations pour spéculation sur l'huile de table en Algérie

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Deux condamnations pour spéculation sur l'huile de table en Algérie

    La justice entre en action dans la lutte contre la spéculation sur les produits de consommation en Algérie notamment l’huile de table.

    Moins d’une semaine après l’entrée en vigueur de la loi anti-spéculation jeudi 6 janvier, les premières condamnations de spéculateurs sont tombées.

    Le tribunal de Constantine a en effet condamné deux personnes à de lourdes peines de prison pour « spéculation illicite ». Présentés en comparution immédiate, ils ont écopé de sept ans et une amende de 600.000 dinars et de trois ans prison ferme et une amende de 300.000 dinars, selon un communiqué du parquet, rapporte El Khabar ce mercredi 12 janvier.

    Ces deux personnes ont été arrêtées suite à la saisie de 4000 bouteilles d’huile de table dans un entrepôt de stockage non déclaré dans la wilaya de Constantine auprès de la direction locale du commerce. Cet entrepôt est utilisé pour stocker illégalement des produits alimentaires, selon la même source.

    Ces condamnations surviennent alors que les autorités sont sur le pied de guerre pour tenter de contenir une nouvelle crise de l’huile de table, la deuxième en moins d’une année après celle du printemps 2021. Des enquêtes ont été lancées par les services de sécurité et les directions locales du commerce pour lutter contre la spéculation sur ce produit de première nécessité dont le prix est plafonné par l’Etat à 125 dinars la bouteille d’un litre.

    Durcissement des contrôles

    Des rumeurs sur une éventuelle hausse des prix, suite à la décision du gouvernement de supprimer graduellement les subventions, ont provoqué une ruée sur ce produit, pratiquement introuvable dans les magasins, en dépit d’une production abondante.

    L’Algérie produit plus de 2.000 tonnes d’huile de table par jour pour une consommation quotidienne de 1600 tonnes, selon les chiffres officiels. Mais la pénurie provoquée par les achats opérés par les particuliers, les commerçants et les spéculateurs a montré à nouveau les limites du système algérien des subventions généralisées.

    Pour tenter de faire face à la crise de l’huile, le gouvernement a décidé de renforcer les contrôles. Mardi, le ministre du Commerce Kamel Rezig a donné instruction aux directeurs de commerce régionaux et de wilayas de « redoubler d’efforts pour mettre un terme à la spéculation illicite et au monopole des marchandises à travers le durcissement du contrôle sur le terrain. » Il a leur demandé d’assurer le « contrôle et le suivi permanents notamment durant les jours fériés et les weekends », selon l’agence officielle APS.

    Samedi, Kamel Rezig a annoncé que le gouvernement a décidé d’interdire la vente de ce produit aux mineurs. Ces derniers sont utilisés par les commerçants et les particuliers pour doubler leurs achats en ce produit, selon le gouvernement.

    TSA
    Proverbe Chinois : "Les vérités qu'on aime le moins à apprendre sont celles que l'on a le plus d'intérêt à savoir"

  • #2
    ils doivent être pendus , la prison c'est peu pour eux , pendant ce temps beaucoup de gens ne cuisinent pas à cause de cette huile introuvable dans les magasins et les superettes, apparemment le plan macabre a touché toutes les wilayas
    Dernière modification par ACAPULCO, 12 janvier 2022, 17h09.
    Il ne faut pas de tout pour faire un monde. Il faut du bonheur et rien d'autre.
    (Paul Eluard)

    Commentaire


    • #3
      J'espère qu'il ne seront pas graciés.
      voir si il n' ya pas une guerre de clan de pouvoir
      Derrière ces activités illegales
      Gone with the Wind.........

      Commentaire


      • #4
        L'affaire de ces deux individus arrêtés n'est pas la seule. Les services de la police judiciaire ont traité durant les trois derniers mois 257 affaires liées à la spéculation

        Ils ont saisie plus de 40.000 litres d’Huile de table

        295 individus impliqués dans 257 affaires de monopole des produits alimentaires

        Algérie Éco, 11 janvier 2022

        Les services opérationnels de la police judiciaire ont traité, du 01 septembre 2021 au 07 janvier courant, 257 affaires liées à la spéculation et au monopole des produits alimentaires de large consommation sur tout le territoire national, dans lesquelles sont impliqués 295 individus, a indiqué mardi un communiqué des services de la sûreté nationale.

        « Dans le cadre des efforts de lutte contre toutes formes de spéculation des marchandises, les services opérationnels de la police judiciaire ont traité, du 01 septembre 2021 au 07 janvier, 257 dossiers liés à la spéculation et au monopole des produits alimentaires de large consommation sur l’ensemble du territoire national, dans lesquelles sont impliquées 295 individus », précise la même source.

        Ces opérations ont permis la saisie de « 13.273,22 quintaux de denrées, et 40.667 litres d’Huile de table », ajoute le communiqué.

        Proverbe Chinois : "Les vérités qu'on aime le moins à apprendre sont celles que l'on a le plus d'intérêt à savoir"

        Commentaire


        • #5
          voir si il n' ya pas une guerre de clan de pouvoir

          Possiblement Rabrab qui se venge contre le peuple pour son ami Rab Dzayar. Rabrab s'est enrichi sur le dos des Algériens grace au monopole du sucre et de l'huile pendant des décennies.

          Commentaire


          • #6
            Possiblement Rabrab qui se venge contre le peuple pour son ami Rab Dzayar
            Rebrab n’est pour rien. Le problème de la crise d'huile est le fait des spéculateurs et grossistes qui stockent l’huile de table pour créer une pénurie. Ils sont mécontents de la décision du ministère du Commerce qui oblige à facturer toutes les opérations. Ils veulent faire pression pour acheter l’huile sans facture
            Proverbe Chinois : "Les vérités qu'on aime le moins à apprendre sont celles que l'on a le plus d'intérêt à savoir"

            Commentaire


            • #7
              simplement qu c'est du n'importe quoi ..rien de plus facile pour contrer les spéculateurs : inonder le marché, tu envoies un bateau à Marseille et en un aller retour tu baises la spéculation.. entre product0oin nationale et importation aucun spéculateur ne peut suivre. Contre la pénurie de dinar ils ont bien fait tourner la machine à billets, résultat le dinar n'est pas cher...
              Aucun parti pris, je vis chez maman la France, m’y sens très bien, ne suis ni one two triste, ni 3ach el’ malik, ni allons zenfants. Patriote de nulle part, citoyen du monde.

              Commentaire


              • #8
                Huile de table : deux spéculateurs condamnés à la prison
                Ça devient n'importe quoi, c'est l'inquisition révolutionnaire ou quoi,de quel droit on met des spéculateurs en prison,il n'est pas écrit de ne pas faire des affaires, ou gagner plus légalement,ils n'ont commi aucun délit ou entorse sur le droit.
                l'état algérien veut masquer son échec à garantir un produit de base à la population en s'attaquant a des commerçants légaux, une sorte de chasse aux sorcières perpétrée par les incompétents qui dirigent l'Algérie sous le parapluie militaire.

                Commentaire


                • #9
                  Kamel la frappe, aux dernières nouvelles, ce clown est entrain de mettre en place une loi qui interdit la vente du lait (lui aussi a disparu des étals) aux +90 ans, la palette du lait CANDIA un certificat de décès de l'acheteur est exigé.
                  Pour résumer donc on a : un bouteille d'huile avec un s-12, une chkara hlib nécessite que l'acheteur se présente avec son lit de mort sur le dos ou un test PCR avec une atteinte pulmonaire de 60% au moins, une palette candia nécessite quant à elle un dossier comprenant un certificat de résidence au cimetière le plus proche et cerificat de décés datant au plus de 3 mois.

                  Commentaire


                  • #10
                    Envoyé par ACAPULCO
                    ils doivent être pendus
                    Il ne faut pas exagérer non plus! Tu veux une justice barbare de type Daech en Algérie?! Avec une telle justice, les mafieux Tebboune et Chengriha seraient les premiers à être pendus tant ils sont des escrocs archi corrompus!

                    Les pénuries et les hausses sauvages des prix de certains produits persistent en Algérie parce que l'Etat algérien est un Etat mafieux géré comme une mafia par le cartel mafieux ANP/FLN. C'est aussi simple que cela. D'ailleurs, l'Etat algérien est tellement mafieux et corrompu que l'Algérie est classée parmi les derniers au monde dans la facilité de faire des affaires : 157e sur 190 pays dans le classement Doing Business 2020.

                    Concrètement, ces 2 spéculateurs emprisonnés pour une histoire banale de stockage de 4000 bouteilles d'huile sont des amateurs totalement insignifiants comparés aux dizaines de milliards $ qui s'échangent chaque année dans le cadre de l'économie souterraine créée et encouragée par les mafieux du cartel ANP/FLN.

                    L'Etat algérien et l'économie algérienne ont tellement été sabotés et corrompus par le mafieux Tebboune et ses acolytes du cartel ANP/FLN durant les années et décennies passées que l'économie algérienne ne créé pas assez de bons emplois aux profit des jeunes algériens et le travail a été fortement dévalorisé. Résultat : des centaines de milliers voire des millions d'Algériens ne survivent que grâce aux trafics, à la fraude et autres activités de l'économie souterraine.

                    Par exemple : en bradant les carburants algériens avec des subventions massives pour acheter la paix sociale, les mafieux du cartel ANP/FLN ont directement encouragé le trafic des carburants algériens vers les pays voisins. Résultat : l'Algérie a perdu entre 80 et 100 milliards $ dans le trafic des carburants algériens vers les pays voisins, y compris au moins 50 milliards $ au profit du Maroc. Le mafieux Ouyahia lui-même avait admis dans le passé que le trafic de carburants coûtait environ 2 milliards $ par an à l'Algérie.

                    Si à l'indépendance de l'Algérie, le régime algérien avait adopté le modèle politique et économique européen, l'Algérie serait actuellement proche des pays européens en terme de développement économique et de niveau de vie des citoyens. Malheureusement, les dirigeants algériens étaient des mafieux ignorants et extrémistes qui avaient la haine de l'Occident et du capitalisme. Résultat : l'Algérie demeure un pays sous-développé et chaque année, des dizaines d'Algériens meurent noyés dans la mer en tentant de fuir la misère en Algérie.

                    Commentaire


                    • #11
                      tu spécules sur deux caisses de batata et deux ou trois bidon "zit sango" on t'encage plus que les Haddad et compagnie et comme la cour est juste et clémente vu que tu es pas aussi riche qu'eux tu paies une amende de l'ordre de 70 à 80 % seulement que les Ouyahia et leurs amis, des voleurs qui en milliards de dollars et qui en millions de dollars !
                      Apres tant d'années de la repoublik de Nezzar, il est temps de saluer "EL DJAZAÏR EL-DJADIDA " !
                      Dernière modification par pioto, 13 janvier 2022, 04h09.

                      Commentaire


                      • #12
                        La spéculation sur les produits alimentaires ne peut pas exister dans un pays à l'économie libre. Si la production nationale ne suffit pas, on importe et basta. Mais dans un pays dirigiste où le commerce est archi-verrouillé par une administration surpuissante forcément tu ne peux pas bouger. C'est tout de même improbable qu'une poignée de grossistes soient en mesure d'absorber toute la production nationale à eux seuls. Dans un pays avec une économie libre, n'importe qui voit une opportunité en cas de rareté d'un produit à importer de grosses quantités . Si les spéculateurs veulent faire monter le prix d'un produits, un homme d'affaires profite de l'aubaine pour importer, car le prix lui permet de le faire, et automatiquement il se retrouve à écouler facilement sa marchandise, quand à celui qui a voulu stocker, cà ne lui sert à plus rien, en conséquence lui aussi va commencer à solder son stock et cela entraîne mécaniquement un ajustement baissier de prix.
                        En France avant l'arrivée de Free, 3 opérateurs téléphoniques faisaient la pluie et le beau temps en s'entendant sur les prix, le 4ème a bousculé le système et lorsqu'il y a eu entente des procès ont mis de l'ordre. C'est à cela que sert l'état : à veiller au respect des règles et non pas à empêcher les gens d'entreprendre..
                        Aucun parti pris, je vis chez maman la France, m’y sens très bien, ne suis ni one two triste, ni 3ach el’ malik, ni allons zenfants. Patriote de nulle part, citoyen du monde.

                        Commentaire

                        Chargement...
                        X