Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Propagande anti-hirak des jeunes en Algérie

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Propagande anti-hirak des jeunes en Algérie

    C'est malheureusement triste de voir que beaucoup de jeunes gens adoptent les mêmes discours propagandistes, manipulateurs, mensongers et subversifs émanant de la machine gobbelienne étatique à l'endroit du Hirak.

    Dernière modification par Nodjoud, 13 janvier 2022, 09h24.

  • #2
    C'est bien cela une "foule". Si ça se trouve, les mêmes personnes marchaient hier dans la rue avec les marcheurs, et tu les retrouveras demain aussi si les circonstances venaient à changer.

    La politique, c'est le travail et la responsabilité des politiques. au-delà des aspects intellectuels, eux sont traçables et ils ne bénéficient pas du confort de l'anonymat. Ce qu'ils disent les engagent personnellement et ils ne peuvent changer d'avis chaque 5 minutes sans conséquence pour leur crédit. La foule n'a rien de ça. C'est la foule.
    "L'armée ne doit être que le bras de la nation, jamais sa tête" [Pio Baroja, L'apprenti conspirateur, 1913]

    Commentaire


    • #3
      Au-delà de la "foule" et autres tergiversations, est-ce qu'on peut s'entendre sur le fait qu'il y a un régime militaire qui mène le pays vers le fond de jour en jour et qui l'esquinte durablement ? Cette "foule" avec tout ce que cela implique n'a pas achevée le mot d'ordre établi du 22/02/2019 à savoir la primauté du civil sur le militaire.

      Commentaire


      • #4
        ... Au-delà de la "foule" et autres tergiversations ...

        Conseil d'abord : évites de "qualifer" mes propos et mes opinions, surtout si ne tu sais pas choisir les bons verbes ou les bons adjectifs aux bons endroits. Ça t'aurais par exemple évité une remarque gratuite sur l'inadéquation du verbe "tergiverser" ici vu que je n'ai rien à "retarder" de ta part, et ça nous aurait à tous fait l'économie de cette longue préface. Retour au sujet maintenant :

        ... est-ce qu'on peut s'entendre sur le fait qu'il y a un régime militaire qui mène le pays vers le fond de jour en jour et qui l'esquinte durablement ? ...

        Non, on ne s'entend pas. Ce n'est ni aussi simple, ni aussi manichéen. Il existe un système politique spécifique au pays et à son histoire récente, un système qui a pu fonctionner un certain temps et qui a pu réaliser certains aspects, mais qui a aussi échoué sur beaucoup d'autres. Ce système a atteint ses limites définitives au cours des 20 dernières années, et il doit changer, pour le bien du pays et pour son avenir. Comment ? Par quoi ? C'est ici que les choses se compliquent et qu'une foule, même très nombreuse, ne règle rien.

        ... Cette "foule" avec tout ce que cela implique n'a pas achevée le mot d'ordre établi du 22/02/2019 à savoir la primauté du civil sur le militaire ...

        Non, non. Il n'y avait rien de cela le 22/02/2019. La foule de ce jour-là était très zen, avec pour seul point réclamé pas de 5e mandat pour Abdelaziz Bouteflika. Mais, c'est cela une foule. Chaque jour elle prends la forme du jour, au gré d'une tendance, d'un esprit, d'une chance, d'une actualité, d'un sursaut, d'une manipulation ... etc., et lendemain elle pourra changer de couleur pour n'importe quelle même raison ... etc.
        Dernière modification par Harrachi78, 13 janvier 2022, 16h57.
        "L'armée ne doit être que le bras de la nation, jamais sa tête" [Pio Baroja, L'apprenti conspirateur, 1913]

        Commentaire


        • #5
          Le Hirak n’est nullement une saute d’humeur ou le résultat d’un effet de foule. C’est un mouvement citoyen qui s’est soulevé contre la Hogra et l’autoritarisme du pouvoir

          Les Algériens semblaient, depuis 1962 jusqu’au 22 février 2019, anesthésiés dans leur grande majorité. Lorsqu’il leur arrivait de contester le pouvoir, ce n’était jamais par une revendication citoyenne mais par des revendications identitaires, religieuses et salariales, sous forme de déchaînement rappelant le fonctionnement archaïque des foules

          Pour la première, les Algériens sont sortis dans la rue de façon pacifique pour revendiquer la liberté et la démocratie. Si le pouvoir actuel voulait vraiment du bien au pays, c’est avec le Hirak qu’il aurait dû faire confiance et faire appel pour construire quelque chose ensemble mais il a choisi la répression

          Les moralisateurs qui critiquent le Hirak, de ne pas pouvoir pu s’organiser politiquement, n’ont pas vu que le pouvoir a bloqué toutes les tentatives des jeunes qui ont essayé de s’organiser pour renouveler la scène politique ?

          Un Hirakiste comme Islam Benattia, qui a choisi de s’investir en politique, n’a pas pu obtenir d’autorisation pour tenir le congrès de son parti politique : le NCN (Nouveau Courant National). Les partis politiques qui ont choisi de jouer le jeu du pouvoir et participer aux élections ont vu leurs candidats écartés des listes électorales par la pseudo Autorité Nationale Indépendante des Élections (ANIE)

          C’est facile de critiquer le Hirak, confortablement de chez soi, alors que des Algériens qui se sont battus pour eux croupissent aujourd’hui en prison dans l’indifférence totale !
          Dernière modification par shadok, 13 janvier 2022, 18h22.
          Le Hirak est une idée et une idée ne meurt pas (الحراك فكرة و الفكرة لن تموت)

          Commentaire


          • #6
            Tient !... finalement tout un chacun peut s'introniser en Gustave Lebon, il y a toute une foultitude d’analystes en psychologie des foules...

            Avec une poigne de fer il est aisé de réprimé, comme de noyauté le Hirak en Dézédie.

            Mais qu'en est-il des contestations hebdomadaires devant le chancelleries algériennes à l'étranger qui discréditent et ternissent chaque jour un peu plus l'image de l'Algérie devant le monde ? ...

            C'est cela l'important, un désaveux difficile à accepté, impossible à contourné, encore moins à étouffé par le gourdin ...
            Dernière modification par infinite1, 13 janvier 2022, 18h58.

            Commentaire


            • #7
              shadok

              ... Le Hirak n’est nullement une saute d’humeur ou le résultat d’un effet de foule ...

              Le "tien" ne l'est peut-être pas, ou pas de ton point vu du moins puisque, depuis ta position et celle de ceux qui pensent comme tou, les choses sont claires et fixes. Mais, ce à quoi tous ceux qui se disent et se pensent "être" ce que tu appelles le Hirāk, c'est à la foule monstre qui est sortie manifestée le Vendredi 22/02/2019. Or, même les bonshommes sur la vidéo là disent qu'ils étaient. C'est bien cela la "foule" : du monde, beaucoup de monde réunis quelque part à moment.

              ... C’est un mouvement citoyen qui s’est soulevé contre la Hogra et l’autoritarisme du pouvoir ...

              Oui. Ça, c'est l'evidence même. Pas de souci sur ce point.

              ... Les Algériens semblaient, depuis 1962 jusqu’au 22 février 2019, anesthésiés dans leur grande majorité. Lorsqu’il leur arrivait de contester le pouvoir, ce n’était jamais par une revendication citoyenne mais par des revendications identitaires, religieuses et salariales ...

              C'est ainsi. La société algérienne a pas mal evolué au cours des 20 ou 30 dernières années, et le sursaut spontané qui en est sorti fut salutaire dans une certaine mesure. Le problème est que, au cours de ces mêmes 20 ou 30 années, la classe politique (tant dans l'opposition qu'au pouvoir) a régressé, à tel point qu'aucune force n'a pu profiter de l'élan pour capter et mener la foule afin d'en faire une force agissante, tout comme cette classe politique fut incapable de se fédérer pour se présenter en alternative viable au système en place, au moins à terme.

              ... C’est facile de critiquer le Hirak, confortablement de chez soi ...

              Tout comme il est facile de se la jouer Che Guevara en Algérie depuis l'Amérique du Nord, ou se prétendre Robespierre algérois depuis sa misérable banlieue parisienne. On pourra continuer à ce petit jeu toute l'année 2022 si tu veux. Je suis au chômage, ici-même à Alger, depuis maintenant 3 mois. J'ai du temps à en revendre ...
              "L'armée ne doit être que le bras de la nation, jamais sa tête" [Pio Baroja, L'apprenti conspirateur, 1913]

              Commentaire


              • #8
                Tout comme il est facile de se la jouer Che Guevara en Algérie depuis l'Amérique du Nord, ou se prétendre Robespierre algérois depuis sa misérable banlieue parisienne. On pourra continuer à ce petit jeu toute l'année 2022 si tu veux. Je suis au chômage, ici-même à Alger, depuis maintenant 3 mois. J'ai du temps à en revendre ...
                Harrachi78

                MDR . Tu ne changes pas, toujours K'bih, un vrai Harrachi !

                Je n'ai pas le temps pour jouer. J'ai fait mon devoir de citoyen algérien de soutenir le Hirak. Si les algériens sont satisfaits de leur situation au pays et bien tant pis pour eux

                Bonne recherche d'emploi et sans rancune
                Dernière modification par shadok, 13 janvier 2022, 19h28.
                Le Hirak est une idée et une idée ne meurt pas (الحراك فكرة و الفكرة لن تموت)

                Commentaire


                • #9
                  shadok

                  Je crois le Hirak avait atteint son but puiceque le peuple a réussi a finir avec le cinquieme mandat de Boutef.

                  Bcp de gens ont commencé a douter sur les intentions des hirakistes. J'en connais quelqu'un. Un ami de Sétif m'a dit il s'est déplacé a Alger une fois et il a compris que Hirak est manipulé par certains berberistes. J'ai un autre ami qui était pro Hirak et suivit Karim Tabbou. Mais il a commencé a douter sur ses intentions aprés l'avoir entendu dire qu'apres le Hirak '' El shami shami wal Baghdadi baghdadi''. Il a compris que Tabbou s'en fout du sort de l'Algérie aprés le Hirak et qu'il était régionaliste. Il m'a dit il a dit aussi qu'il respecte Mheni. Un type qui est l'antithese d'un état Algérien.

                  Bref, le hirak avait une bonne intention. Mais il ne représentait pas tous les Algériens. On ne sait pas qui parler au nom de qui. Qui étaient ces représentants du mouvement Hirak? Parler au nom de qui?

                  Yatnahaw ga3 c trés bien. Mais on veut une vraie releve pour qu'on tombe pas dans un vide étatique et institutionnel. Je veux pas que l'Algérie devent comme la Libye ou chaque région a ses propres pions ou que des opportunistes avec des intentions malsaines qui ne cherchent qu'a détruire l'état Algérien.

                  Le peuple Algérien mérite bcp mieux que Tebboun. Mais il faut une releve comme meme.

                  Commentaire


                  • #10
                    Harrachi78
                    Non, on ne s'entend pas. Ce n'est ni aussi simple, ni aussi manichéen. Il existe un système politique spécifique au pays et à son histoire récente, un système qui a pu fonctionner un certain temps et qui a pu réaliser certains aspects, mais qui a aussi échoué sur beaucoup d'autres. Ce système a atteint ses limites définitives au cours des 20 dernières années, et il doit changer, pour le bien du pays et pour son avenir. Comment ? Par quoi ? C'est ici que les choses se compliquent et qu'une foule, même très nombreuse, ne règle rien.
                    Le nombre d'années de dysfonctionnement étatique est discutable. Pour certains, le pays dans son ensemble ne marche pas depuis l'indépendance. Mais encore une fois il s'agit là de perception et de jugement propre aux individus ayant vécus sous certaines époque (ni toi ni moi n'avions vécu l'ère Boumediene par exemple contrairement à plusieurs ici).
                    En bref c'est très simple kho, tant et aussi longtemps qu'on ne se débarasse pas de cette junte militaire, le pays ne connaîtra jamais d'effervescence positive. C'est ce régime militaire manifestement anti-national qui bloque et empêche ce pays de progresser. On reproche beaucoup au Hirak de ne pas avoir fait émerger des initiatives mais ce qu'on ose pas affirmer c'est que ce régime a justement tout fait pour torpiller la moindre alternative en empêchant toute réunion, tout séminaire et tout dialogue venant du Hirak pouvant éventuellement faire aboutir de sérieux projets socio-politique d'envergures.



                    Non, non. Il n'y avait rien de cela le 22/02/2019. La foule de ce jour-là était très zen, avec pour seul point réclamé pas de 5e mandat pour Abdelaziz Bouteflika. Mais, c'est cela une foule. Chaque jour elle prends la forme du jour, au gré d'une tendance, d'un esprit, d'une chance, d'une actualité, d'un sursaut, d'une manipulation ... etc., et lendemain elle pourra changer de couleur pour n'importe quelle même raison ... etc.
                    Sans vouloir t'accuser akhi ceci est un argument souvent avancé par les bousba3 lazrag et ceux qui défendent le système (encore une fois, je ne veux pas du tout t'accuser). Dans la forme, oui le peuple est sorti contre l'infamie de Bouteflika mais dans le fond, c'est contre tout cet état-profond (système politique et ce régime) que le peuple est sorti car il avait bien la connaissance et l'intelligence que Boutef ou n'importe quel président depuis 1962 n'incarnaient rien d'autre que de simple facade. Malgré tout le Hirak est nécessaire pour combattre le mal qui s'est depuis trop longtemps enraciné. Tu peux dire que c'est une vision simpliste et manichéenne mais les choses sont ainsi.
                    Dernière modification par Nodjoud, 13 janvier 2022, 20h10.

                    Commentaire


                    • #11
                      Le Hirak a été une masse hétéroclite, islamistes de tous bords, progressistes de tous bords, nationalistes de tous bords, berbéristes de tous bords, je m'enfoutistes de tous bords, etc.... Une masse qui a imposé le départ de Boutoz et a sûrement perturbé ;e régime, d'oû tous les emprisonnements de grosses légumes du sétrail.

                      Ce masse ne pouvait d'aucune façon avoir un programme politique unifié sans s'éclater.

                      Perso, j'étais vraiment fier du hirak, ca a été une Algérie qui se levait enfin, mais je n'ai jamais cru que le hirak pouvait constituer une réelle opposition politique
                      Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, Et les mots pour le dire arrivent aisément.

                      Commentaire


                      • #12
                        Issabrahimi

                        Je crois le Hirak avait atteint son but puiceque le peuple a réussi a finir avec le cinquieme mandat de Boutef.
                        Le Hirak n'est pas sorti juste contre le 5ème Bouteflika. Si c’était le cas, les Algériens auraient arrêté de manifester après le départ de Bouteflika. Le 5ème mandat de Bouteflika était la goutte qui a fait déverser le vase. Les Algériens sont sortis pour un changement de système. Ils voulaient une rupture avec les pratiques du passé qui ont mené l’Algérie à la faillite depuis 1962. Ils voulaient une transition vers un vrai régime démocratique. Le slogan des premières semaines du Hirak était « Djazair Houra Dimocratia ». La situation aujourd’hui en matières des droits et libertés avec Tebboune est pire qu’à l’époque de Bouteflika

                        Bcp de gens ont commencé a douter sur les intentions des hirakistes. J'en connais quelqu'un. Un ami de Sétif m'a dit il s'est déplacé a Alger une fois et il a compris que Hirak est manipulé par certains berberistes.
                        Ça c'est le raisonnement de certains régionalistes qui n'ont aucune culture politique. J'ai un ami d'origine sétifienne qui m'a dit la même chose. Au contraire, le Hirak a uni les algériens malgré les tentatives de division et de diversions entreprises par le pouvoir. Gaid Salah avait joué sur la division avec le drapeau berbère mais ça n'a pas fonctionné.

                        Le Hirak est une idée et une idée ne meurt pas (الحراك فكرة و الفكرة لن تموت)

                        Commentaire


                        • #13
                          @Shadok,

                          Au début oui. Tout le monde était pro Hirak y compris des Artistes, des chanteurs de toutes les régions. Mais peu a peu bcp ont commencé a douter sur les intentions de certains hirakistes. Le Hirak n'était pas vraiment organisé. Qui étaient les représentants du Hirak? Karim Tabbou? Qui autre? Ils parlaient au nom de qui? Nekkaz était un représentant? Pour moi, Nekkaz, que je lui souhaite un prompt rétablissement, état un autre opportuniste. J'avais des doutes sur ses intentions. Mais quand il a fait le show d'un clown pendant les candidatures des élections, j'ai vu un type qui ne respecte meme pas le peuple Algérien. Pour moi c'était une moquerie contre le peuple.

                          Imaginons que tous l'ancien régime était mis dehors. Ou était la releve? Qui pouvait remplacer ce vide étatique et institutionel?

                          Je ne sais pas trop sur Tabbou mais mon ami m'a dit l'avait entendu par ses propres oreilles quand il disait aprés le Hirak '' el Shami shami wal baghdadi baghddi''.

                          Comme tu dis, on veut un Hirak pour aller vers le mieux, en avant. Pas un hirak pour entrer droit au mur ou créer des instabilités sociales.

                          Prenons une parallele avec le Hirak, la révolution Iranienne. Les Iraniens avaient des représentants. Il y avait élite révoltante anti Shah. Le peuple avait un représentant qui pouvait remplacer l'ancien régime du Shah. C'est pour cela que la révolution Islamique en Iran était réussi. On a pu faire le purge presque complet de l'ancien régime et le remplacer par les représentants du peuple.

                          C'est pour la meme raison que le printemps Arabe n'a pas réussi en Égypte et en Tunisie. On a une foule excitée mais sans de vrais représentants qui peuvent prendre la releve. En Égypte, le pauvre Président Morsi Allah yarhmou était tellement naif que rapidement il fut remplacé par un militaire car l'ancien régime était tjs la.

                          Je suis pour un vrai changement et je crois comme toi que le peuple Algérien mérite bcp mieux. Mais un changement n'est pas tjs synonyme de progression pour le mieux.
                          Dernière modification par Issabrahimi, 13 janvier 2022, 20h53.

                          Commentaire


                          • #14
                            Le problème qui subsiste est de créer des forces politiques capables de représenter des courant forts de la nation et de fédérer.
                            Je rêve d'un parti libéral(économiquement) laïque et fédéral.
                            Aucun parti pris, je vis chez maman la France, m’y sens très bien, ne suis ni one two triste, ni 3ach el’ malik, ni allons zenfants. Patriote de nulle part, citoyen du monde.

                            Commentaire


                            • #15
                              shadok

                              Bonne recherche d'emploi et sans rancune.
                              Il n'y a jamais de rancune mon vieux. Tu as tes convictions et c'est ton droit. En dehors de cela, tu reste et tu restera une personne honnête et respectable pour moi. Aucun risque que ça change de ce côté...
                              "L'armée ne doit être que le bras de la nation, jamais sa tête" [Pio Baroja, L'apprenti conspirateur, 1913]

                              Commentaire

                              Chargement...
                              X