Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Le Makhzen actionne les cartels de la cocaïne à nos frontières : La nouvelle guerre

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • chinobi
    a répondu
    Si c'est vrai, c'est qu'il y a des complices algériens qui prenne le relais du trafic, occupez vous de ceux là au lieu de bouder.

    Laisser un commentaire:


  • rincon
    a répondu
    Si tu veux comprendre cette filière de l'amont et en aval

    Algérie : Oran, point de transit de la cocaïne vers l’Europe ?

    L’interception de près d’une demi-tonne de cocaïne au large d’Oran fin juin rappelle d’autres affaires de saisies de stupéfiants dans la région. Dont celle mettant en cause Kamel Chikhi, alias « le boucher ».

    1 juillet 2021 à 12:57



    Le narcoterrorisme, une nouvelle source de déstabilisation en Afrique de l'Ouest?

    Laisser un commentaire:


  • oumbar
    a répondu
    il parait que la cocaine est le monopole de chengriha selon les videos fuités par bounouira et khalid teboune selon la justice algerienne

    Laisser un commentaire:


  • kamel075
    a répondu
    Europol, l'agence européenne de police criminelle, annonce ce lundi 28 novembre avoir démantelé "l'un des réseaux" de cocaïne "les plus dangereux" d'Europe. 49 suspects ont été appréhendés dans divers pays dont six "cibles de grande valeur"

    « Les barons de la drogue, considérés comme des cibles de grand intérêt par Europol, s'étaient alliés pour constituer ce qui était connu comme un “supercartel” qui contrôlait environ un tiers du commerce de la cocaïne en Europe », selon Europol. « L'ampleur de l'importation de cocaïne en Europe sous le contrôle et le commandement des suspects était massive. Et plus de 30 tonnes de drogue ont été saisies par les forces de l'ordre durant les investigations », précise l'agence européenne.


    L'un est un homme âgé de 37 ans avec la double nationalité néerlandaise et marocaine, accusé d'avoir importé des milliers de kilogrammes de cocaïne aux Pays-Bas en 2020 et 2021.

    Laisser un commentaire:


  • Hand
    a répondu
    الجزائر القارة

    Quand je lis ça je vois a quel type de personne, que tu es..

    Va te brancher sur entv et abreuve toi bien

    Laisser un commentaire:


  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    La guerre sale du cartel mekhnez monarchie corrompue, un pays isolé géographiquement و يتطاول على الجزائر القارة

    Laisser un commentaire:


  • Hand
    a répondu
    N'importe quoi tout les pays du monde ont ce genre de problème c'est pas pour autant qu'ils arrêtent de vivre ou d'attaquer le voisin...

    Laisser un commentaire:


  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    La wilaya de Tlemcen a un grand travail à faire et surtout les dairas frontalières

    Laisser un commentaire:


  • Anzoul
    a répondu
    C'est simple Acapulco, tu demanderas au fiston à tebboune comment il a fait pour développer son économie maintenant qu'il n'est plus en cellule.

    Laisser un commentaire:


  • ACAPULCO
    a répondu
    on ne peut pas s'occuper tranquillement de notre économie ? on reste tout le temps aux aguets de ce poison qui ne se termine jamais ?

    Laisser un commentaire:


  • Le Makhzen actionne les cartels de la cocaïne à nos frontières : La nouvelle guerre

    De par sa situation géographique, l'Algérie tend à devenir un pays de transit par excellence pour acheminer de la drogue depuis et vers de nombreux pays du monde.
    https://www.lexpressiondz.com/storag...216427b07c.jpg Au royaume du Maroc, le haschisch est roi
    Outre le haschisch marocain et les psychotropes, une autre drogue inonde, ces derniers temps, le marché algérien. Il s'agit de la cocaïne et de l'héroïne. Deux drogues dures. Dans un communiqué publié, hier, la direction générale des douanes révèle la saisie, au niveau du port d'Alger, de 7,6 kilogrammes de cocaïne. Une marchandise en possession d'un Algérien en provenance d'un pays étranger. Une saisie opérée par les services de la direction régionale des douanes du port en coordination avec les éléments de l'ANP. Une saisie loin d'être la première du genre.

    En effet, le dernier bilan hebdomadaire de l'ANP, rendu public le 23 novembre en cours, a fait état de la saisie de 25 kilogrammes de cocaïne.
    La veille, les services de sécurité de la wilaya d'Alger, représentés par la police judiciaire de Draria, ont réussi à saisir un kilo de drogue dure. Tandis que le service central de la Dgsn en charge de la lutte contre le trafic de drogue a annoncé le 15 novembre dans un communiqué la saisie de pas moins de 5,5 kilos d'héroïne, 550 grammes de cocaïne, 108 grammes d'un mélange surnommé «tchoutchna». Une drogue mélangée avec d'autres médicaments pharmaceutiques. Auparavant le Service central de lutte contre le trafic illicite des stupéfiants (Scltis) relevant de la direction générale de la Sûreté nationale (Dgsn), sous la supervision du procureur de la République près le tribunal de Bir Mourad Raïs, a saisi, le 10 octobre dernier, un kg de cocaïne. De la cocaïne à profusion.

    Dans le cadre des efforts conjoints menés sur le terrain, par les services opérationnels des brigades des douanes, en coordination avec les services de sécurité, les agents de la brigade mobile relevant des services de l'inspection divisionnaire des douanes de Blida, ont procédé, septembre dernier à Blida, à la saisie de cinq kg de cocaïne, soigneusement dissimulés dans un véhicule utilitaire. Une autre saisie. Deux jours auparavant, un communiqué du ministère de la Défense nationale a révélé la saisie de 5,1 kilogrammes de cocaïne. Des saisies devenues, ces derniers temps, monnaie courante. Mais, des saisies qui révèlent des tendances alarmantes. D'autant que la saisie par les services des gardes-côtes de la wilaya d'Oran au port d'Arzew, en juin 2021, de près de 500 kg de cocaïne, retrouvée flottant à la surface de la mer près du port d'Arzew, devait être la sonnette d'alarme. En outre, la cocaïne s'est faufilée jusqu'aux quartiers populaires, alors que les années précédentes, cette drogue dure était réservée aux plus riches.
    Les rapports annuels de l'Office national de lutte contre le trafic de drogue (Onlctd) font état d'une hausse considérable du trafic des drogues dures visant l'Algérie.

    Que signifient ces saisies pour l'Algérie, un pays qui jusqu'alors n'était pas perçu comme un acteur stratégique du commerce de la cocaïne en Afrique? Ou alors, l'Algérie est-elle devenue l'une des plaques tournantes dans le trafic international de drogue? De par sa situation géographique, l'Algérie tend-elle à devenir un pays de transit par excellence pour acheminer de la drogue depuis et vers de nombreux pays du monde? Selon les observateurs, il semble peu probable que la cocaïne ait été destinée à la consommation locale.

    Le marché national étant trop restreint pour absorber une telle quantité de stupéfiants d'autant qu'à raison de 14000 à 15000 DA le gramme, un kilogramme de cocaïne vaut entre 14 et 15 millions de dinars. Il semble donc bien plus probable que la cocaïne ait été en transit en Algérie, destinée à être distribuée en Europe et au Moyen-Orient.

    D'autant que les récentes saisies laissent croire que la cocaïne transite de plus en plus par la côte nord-ouest. Un itinéraire s'appuyant sur les routes
    historiques du cannabis naissant au Maroc.

    l'expression
Chargement...
X