Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Prise en charge des patients à l’étranger. Interpellé sur des «accords douteux», le ministre répond

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Prise en charge des patients à l’étranger. Interpellé sur des «accords douteux», le ministre répond




    Par Zine Haddadi
    La prise en charge des patients algériens à l’étranger, notamment en Turquie, a fait l’objet d’une question parlementaire adressée au ministre du travail et de la sécurité sociale Fayçal Bentaleb.

    Les établissements hospitaliers privés turcs ont été pointés du doigt à plusieurs reprises au sujet de la qualité des services proposés, ce qui a posé la problématique de la révision des accords signés avec eux.
    Le député FLN de la wilaya de Djelfa, Ahmed Rebhi, auteur de la question adressée au ministre du travail Fayçal Bentaleb, n’hésite pas à parler d’accords douteux avec certains établissements à l’étranger, citant notamment l’exemple de la Turquie.
    Interpellé à ce sujet, le ministre du travail a expliqué le déroulement des procédures qui mènent à la signature des accords entre la caisse nationale des assurances sociales et les établissements hospitaliers à l’étranger.

    Le ministre précise

    « La signature des accords entre la Cnas et les établissements hospitaliers étrangers se fait conformément à des critères et des conditions contraignantes et précises discutées au cours de négociations avec les établissements postulants », a indiqué le ministre du travail.
    Ce dernier a expliqué, en outre, que des visites de terrain sont effectuées pour veiller à la qualité des services proposés par les établissements en question ainsi qu’à leur réputation et leur expérience avant de les choisir.
    Une commission nationale médicale, expérimentée dans le domaine, supervise les opérations de signature des contrats avec les établissements étrangers. La commission est composée de spécialistes et d’experts dans les différentes spécialités médicales conventionnés avec la Cnas, a indiqué le ministre du travail.

    La commission effectue, ajoute le ministre, une étude comparative objective sur le plan technique et financier des accords en voie de signature avec les établissements de santé étrangers, à condition qu’ils soient bien classés, qu’ils disposent d’équipes médicales compétentes et d’équipements médicaux sophistiqués.

    Une fois que la commission donne son feu vert, des négociations sur les tarifs sont menées via des visioconférences dans le cadre du respect de la convenance des prix avec les services objet d’accord, en prenant en considération les équilibres financiers de la Cnas sous la coupe des responsables des prestations et des opérations financières de la caisse.
    Toutes ces étapes, précise Fayçal Bentaleb, s’effectuent en coordination avec les représentations diplomatiques dans les pays ciblés. Une fois tout ce processus achevé, la signature finale du contrat avec l’établissement hospitalier étranger intervient à la Cnas.
    Le ministre du travail a ainsi détaillé les démarches à suivre avant la signature des contrats avec les hôpitaux à l’étranger.

    La Cnas se tourne vers les établissements européens

    Concernant les établissements privés turcs mis en cause, le ministre du travail a évoqué un processus de diversification des sites d’accueil des patients algériens à l’étranger et l’amélioration de la qualité de la prise en charge.

    Fayçal Bentaleb a cité comme exemple les accords signés en mai dernier avec le groupe hospitalier italien San Donato et le CHU Brugmann de Bruxelles en Belgique.
    Dans sa réponse, le ministre a révélé que dans le cadre de l’accord avec le groupe hospitalier Donato, une équipe médicale italienne a procédé durant la période comprise entre le 26 et le 30 mai dernier à dix opérations chirurgicales sur des enfants souffrant de maladies cardiaques compliquées, au niveau de la clinique cardio-infantile de Bou Ismaïl, en collaboration avec l’équipe médicale locale. Bentaleb a précisé par ailleurs que ce genre de cas nécessitait par le passé une prise en charge à l’étranger.
    Toujours dans le cadre de l’accord signé dernièrement, l’équipe médicale de la clinique cardio-infantile de Bou Ismaïl bénéficiera de formation au niveau de l’établissement italien prochainement.

    Par ailleurs, le ministre du travail a rappelé que la prise en charge à l’étranger demeure une mesure exceptionnelle qui concerne des cas qui dépassent actuellement le nombre de six, dont le traitement n’est pas disponible dans les établissements hospitaliers nationaux.
    La commission médicale déjà citée examine les dossiers de demande de prise en charge, et c’est elle qui donne l’accord pour le transfert à l’étranger, selon le ministre, qui indique que la Cnas accompagne le malade durant tout le processus de traitement et jusqu’à son retour au pays.
    Une fois de retour en Algérie, la Cnas exige un rapport détaillé du médecin traitant du patient concernant toutes les interventions subies dans l’établissement médical à l’étranger.
    Z.H.



    lalgerieaujourdhui . dz











Chargement...
X