Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Utilisation de l’énergie nucléaire à des fins pacifiques L’Algérie monte au front

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Utilisation de l’énergie nucléaire à des fins pacifiques L’Algérie monte au front



    Elle a plaidé le droit « inaliénable » et «intangible » des États membres de l’Aiea à en bénéficier.


    Le domaine de l'énergie connaît des mutations sans précédent. L'Algérie, qui dispose d'un remarquable potentiel, est au-devant de la scène. Elle oeuvre d'arrache-pied pour s'y adapter et réaliser une transition énergétique de manière progressive, en adoptant un mix qui prenne en considération l'ensemble des énergies disponibles. À ce titre, l'énergie nucléaire constitue une alternative de choix même si L'hydrogène occupe une place centrale.

    La question s'est invitée aux travaux de la réunion du Conseil des gouverneurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (Aiea), qui s'est tenue à Vienne du 3 au 7 juin. Le délégué permanent de l'Algérie à Vienne, l'ambassadeur Larbi Latroche a saisi cette opportunité pour plaider le droit «inaliénable» et «intangible» des États membres de l'Agence internationale de l'énergie atomique (Aiea), à en bénéficier.

    Mettant en exergue le rôle remarquable de l'Algérie dans le renforcement des capacités des pays africains en matière d'utilisations pacifiques des technologies et des applications nucléaires. La stratégie et les programmes de l'Algérie dans le domaine de l'énergie atomique ne datent pas d'hier. Le processus est, cependant, loin d'être un long fleuve tranquille.

    Une ambition contrariée comme c'est le cas à chaque fois qu'un pays émergent ou en voie de développement montre son intérêt à accéder à cette technologie de pointe restée longtemps le pré carré des grandes puissances. Elles n'ont pas hésité à l'utiliser à des fins militaires. En témoignent les bombardements d'Hiroshima et de Nagasaki (du 6 au 9 août 1945) par les Américains qui auraient fait 250 000 victimes. Auxquelles il faut ajouter les morts causées ultérieurement par divers types de cancers (334 cancers et 231 leucémies sur la population suivie. Les armes de destruction massive, l'Algérie en connaît un rayon à travers les essais nucléaires français, notamment.

    Gerboise bleue, nom de code de l'opération qui avait pour but de procéder à l'essai de la première arme nucléaire à Reggane (Sud du pays) représentait une puissance de 70 kilotonnes, l'équivalent de quatre fois celle d'Hiroshima. Dès son accession à l'indépendance, en 1962, elle a adhéré à l'Organisation des Nations unies et fait de la ratification du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires une des actions majeures de sa diplomatie.

    Depuis qu'elle en fait partie, en janvier 1995, elle n'a eu de cesse de militer en faveur du désarmement et de la non-prolifération de l'arme nucléaire. Une position qui se justifie, aujourd'hui, avec son statut reconnu de «pays exportateur net de paix». Son programme nucléaire qui date de 1981, n'a aucune visée militaire bien qu'il ait été entouré de suspicion, par les Américains, notamment. L'Algérie n'abdique pas. Un premier pas a été franchi avec la signature le 26 mars à Sotchi (Russie), d'un mémorandum d'entente de coopération dans le domaine de l'utilisation pacifique de l'énergie nucléaire.

    Une feuille de route pour les activités de coopération conjointe pour les années 2024 et 2025, qui englobent l'utilisation des applications nucléaires dans le domaine de la santé, du traitement par rayonnement, des réacteurs de recherche, des produits pharmaceutiques nucléaires, de la formation scientifique et technique, ainsi que le développement de technologies et d'applications nucléaires à des fins pacifiques.

    À cet effet, son élection le 30 septembre 2023 à Vienne, en Autriche, à l'unanimité par la 67e conférence générale de l'Agence internationale de l'énergie atomique (Aiea) en tant que membre au Conseil des gouverneurs de l'agence pour la période 2023-2025, devrait activer la concrétisation de son plan national de développement des applications pacifiques de l'énergie nucléaire. Elle se fait désormais le porte-voix de tous les pays qui y aspirent...pour la paix dans le monde.

    lexpressiondz

  • #2
    Le traité de non prolifération de l'arme nucléaire n'avait été qu'un leurre pour les pays qui ne disposaient pas de cette énergie, en quelques sortes: Nous avons les bombes et vous en êtes interdit d'en avoir !

    Commentaire


    • #3
      Ah oui l'hydrogène occupe une place centrale en Algérie qu'on m'explique comment ils s'y prennent et ce qu'ils font pour cela ou en ce sens
      Je suis prêt à discuter n'importe quel point sur ce sujet

      Commentaire


      • #4
        Les technologies de l'hydrogène n'en sont encore qu'au stade fœtal ...

        Commentaire


        • #5
          Un article qui date de ......2009

          chab3ouna Makrout , bonne nuit

          ------



          L’Algérie se dotera de sa première centrale nucléaire en 2020


          L’Algérie se dotera d’une centrale nucléaire tous les cinq ans après sa première centrale dont l’acquisition est prévue en 2020, a déclaré mardi le ministre algérien de l’Energie et des mines, Chakib Khelil.

          Publié le 24 février 2009 Lecture : 1 minute.

          « Vers 2020, l’Algérie aura probablement sa première centrale nucléaire et nous aurons une centrale tous les cinq ans après », a déclaré M. Khelil à la radio nationale, selon l’agence APS.


          L’Algérie a déjà conclu des accords pour le nucléaire civil avec l’Argentine, la France, la Chine et les Etats-Unis et des négociations sont en cours avec la Russie et l’Afrique du Sud pour de nouveaux accords, a indiqué M. Khelil.

          Jeune Afrique



          Dernière modification par sako, 12 juin 2024, 00h01.

          Commentaire


          • #6
            sako

            Un article qui de date de ......2009

            ... Une feuille de route pour les activités de coopération conjointe pour les années 2024 et 2025, qui englobent l'utilisation des applications nucléaires dans le domaine de la santé, du traitement par rayonnement, des réacteurs de recherche, des produits pharmaceutiques nucléaires, de la formation scientifique et technique, ainsi que le développement de technologies et d'applications nucléaires à des fins pacifiques.
            À cet effet, son élection le 30 septembre 2023 à Vienne, en Autriche, à l'unanimité par la 67e conférence générale de l'Agence internationale de l'énergie atomique (Aiea) en tant que membre au Conseil des gouverneurs de l'agence pour la période 2023-2025, devrait activer la concrétisation de son plan national de développement des applications pacifiques de l'énergie nucléaire. Elle se fait désormais le porte-voix de tous les pays qui y aspirent...pour la paix dans le monde.
            https://www.lexpressiondz.com/index....s/noprofil.png Mohamed TOUATI

            Commentaire


            • #7
              L' énergie nucléaire pour fabriquer de l'hydrogène est l'avenir le rendement de l'énergie verte est lamentable.

              Commentaire


              • #8
                chab3ouna Makrout , bonne nuit


                Bonjour

                Je n'attends plus rien… le pays est bloqué hélas… il tourne en rond, parfois la vitesse de ce tourner en rond est rapide, parfois à l'arrêt ou très lentement.
                Cela donne l'illusion de développement…
                Vous attendez quoi de personnes qui gèrent et qui ne gèrent que leur poste et leurs intérêts personnels… leurs poches…
                En Algérie est comme un rond-point… tout le monde tournent et il a l'impression d'avancer les uns bloquent les autres et hiya machia ... souvent les uns accusent les autres de 3issaba et le tour est joué, souvent, on utilise des martyrs.

                Personne ne sait où va le pays, car les uns ont peur des autres

                Commentaire


                • #9


                  Commentaire


                  • #10


                    Commentaire


                    • #11
                      N'exagérons rien !
                      Une chose est sûre, c'est que l'Algérie ne s'engagera jamais sur le chemin du nucléaire militaire. Je crois que ceci a été suffisamment démontré aussi bien en interne qu'en externe.
                      Reste à savoir si la propagande occidentale arrivera à entacher cette conviction, je ne le crois pas non plus...

                      Commentaire


                      • #12
                        Hidhabi

                        Ce n'est pas la question ici… lorsqu'on voit et on expérimente le niveau des dirigeants, de la maitrise de n'importe quel savoir et les budgets alloués à l'éducation, à la recherche et le niveau intellectuel même des directeurs des centres de recherche. Et comment tout est bloqué…
                        Ça m'amuse de lire des mensonges… et des héroïsmes vide de sens

                        sais-tu que l'Algérie grouille de maternelles et 'écoles privées au lieu que l'état maitrise l'éducation de son peuple, bientôt des universités privées
                        Kawar wa3ti le3war

                        il n'y aucune politique de recherche scientifique, car pas de moyens… il y a zéro moyen

                        c'est surtout ça le problème


                        Commentaire

                        Chargement...
                        X