Annonce

Réduire
Aucune annonce.

L'Islamisme, maladie de l'Islam

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • L'Islamisme, maladie de l'Islam

    Ce qui caractérise la décadence de l'Islam, c'est:

    1) La tendance à réduire les principes de l'Islam à l'application qui en fut faite aux premiers siècles (...)

    2) La sharia, la loi de Dieu, n'était plus, chez les "littéralistes" un principe d'application universelle fondée sur des lois très générales, applicables aux sociétés les plus diverses: Dieu seul commande, Dieu seul possède, Dieu seul sait, condamnant toute prétention au droit divin du pouvoir, (...)

    La sharia se réduit, pour les intégristes, à quelques interprétations littérales de quelques versets sur le vol, l'héritage, ou le statut de la femme, qui étaient des cas particuliers de l'application des principes à des sociétés différentes de la nôtre.

    La prétention "d'appliquer la sharia" en confondant la sharia divine, telle qu'elle est définie dans le Coran, avec le "fiqh" c'est à dire les applications humaines qui en ont été tentées au cours de l'histoire, en y mêlant les interprétations de juristes plus ou moins obnubilés par les pressions du pouvoir, est aujourd'hui la principale maladie de l'Islam. (...) Ce qu'il est convenu d'appeler islamisme est, aujourd'hui, une maladie de l'Islam, parce qu'il confond la sharia. ( voie morale éternelle et universelle, ouverte, au nom de Dieu, par tous les prophètes), avec la législation ( fiq) qu'elle peut inspirer à chaque époque pour résoudre les problèmes de cette époque.

    Roger Garaudy ( Le Terrorisme Occidental)



    -------------------------------------------------------------------


    Que pensez-vous du diagnostic de Garaudy ?
    Dernière modification par Bachi, 09 février 2008, 16h11.
    Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, Et les mots pour le dire arrivent aisément.

  • #2
    Garaudy à raison en ce qui conçerne quelques textes de la charia qui pretent à confusion ou ceux qui relevent d'une contradiction evidente d'avec le coran.
    Il a egalement raison de ce qui est d'aprehendé la charia comme au temps des califes.
    .

    Commentaire


    • #3
      François Burgat -Oeil Critique-

      La maladie de l’Islam
      Abdelwahab Meddeb - Paris, Le Seuil, coll. « La couleur des idées », 2002, 222 p.



      « Il est du rôle de l’écrivain de pointer la dérive des siens et d’aider à leur ouvrir les yeux sur ce qui les aveugle. Je tiens, comme on dit, à commencer par balayer devant ma porte » écrit Abdelwahab Meddeb en introduction de La maladie de l’Islam. Moi aussi, serais-je tenté de répondre à l’écrivain tunisien avec plus de sympathie que d’impertinence en lui rendant ici, en quelque sorte, une partie de sa politesse. En s’efforçant de ne pas tomber dans l’excès inverse, ces « sanglots de l’homme musulman » ne pêchent-il pas en effet par… l’excès de civilité de leur auteur à l’égard de ses hôtes parisiens ?


      C’est de là en tout cas que naît la frustration en refermant cet inventaire si confortable des péchés de l’« Autre » que nous propose A. Meddeb pour explication des dérives du 11 septembre 2001. Ne doutons pas que, même publiée à Paris et en langue française, cette introspection critique sera utile à ces lecteurs musulmans pour qui A. Meddeb nous dit avoir eu « une pensée particulière » en l’écrivant. Sert-elle en revanche réellement la cause de l’immense majorité, francophone, de son lectorat ? On peut ne pas en être totalement convaincu. Rendons justice bien sûr à un ouvrage où l’érudition est de rigueur. Moins que chacun de ses développements, c’est en fait l’équilibre général de la démonstration qu’il est difficile de cautionner.


      A. Meddeb n’ignore rien en effet des causes externes de sa « maladie de l’Islam ». « C’est, recense-t-il très lucidement, la non reconnaissance de l’Islam par l’Occident », « la façon de le cantonner dans le statut de l’exclu », « la manière dont l’Occidental renie ses propres principes dès que l’intérêt le réclame » et « la façon qu’a l’Occidental (et, de nos jours, sous la forme de l’Américain) d’exercer dans l’impunité son hégémonie selon la politique dite des deux poids deux mesures ». « C’est l’exercice de l’injustice dans l’impunité qui nourrit la haine et le hideux terrorisme, lequel reste l’arme du démuni, du faible, de celui qui a épuisé les ressources du droit ». Mais s’il prend le temps d’identifier avec une belle précision l’essentiel des responsabilités de l’« Autre » occidental, dont « une diabiolisation du Palestinien, de l’Arabe, du musulman, révélatrice d’un racisme aussi ravageur que le nouvel antisémitisme arabe » (p. 213), A. Meddeb prend le parti de donner à sa démonstration une tonalité explicitement unilatérale. « [La maladie occidentale], je ne fais que l’évoquer au passage et je ne voudrais pas que le lecteur y débusque une manière de symétrie : maladie contre maladie. Si tel était le cas, mon projet serait vidé de toute substance. Loin de moi l’idée de neutraliser la maladie dont je traite par l’invocation de la maladie de l’autre ». C’est bien là que le bât blesse. La question essentielle à laquelle son livre échoue dès lors à répondre est la suivante : la violence des attentats imaginés par Oussama Ben Laden et Aïman Dhawahiri est-elle déterminée, majoritairement, par l’usage du lexique (religieux) qui prétend (en partie au moins) la légitimer ? Provient-elle dès lors de causes « internes à l’Islam », consubstantielles à l’histoire des musulmans, exprimant une dérive idéologique qu’il faudrait rechercher dans la nature de la relation que ces musulmans entretiennent avec leur dogme sinon dans celui-ci ? Ou bien cette inhumanité relève-t-elle d’une plus profane logique de contre-violence ? A. Meddeb penche franchement pour la première hypothèse. Tout en saluant le courage de son introspection et le bien fondé de bon nombre de ses remarques, je penche (et avec moi bon nombre de mes collègues travaillant dans le monde musulman) pour la seconde. Cette violence aurait parfaitement pu recourir à mes yeux, à un autre lexique : celui du nationalisme, celui du communisme, du national-socialisme ou de bien d’autres « dogmes » religieux ou parfaitement profanes. Le très chrétien pape copte Chenouda III et bien d’autres autorités chrétiennes d’Orient ont, exemple entre mille, très significativement cautionné à plusieurs reprises le recours aux attentats suicides des désespérés de la politique israélienne. L’usage de la violence (et encore moins de la contre-violence) aveugle légitimée par une vision dichotomique, simplificatrice, voire raciste du monde n’est en aucune manière, à l’échelle du siècle qui vient de s’achever comme de ceux qui l’ont précédé, l’apanage d’une seule religion ou d’une seule culture. Des camps d’extermination du nazisme (qu’aucune « maladie de la chrétienté » n’a réellement été sollicitée pour expliquer) à ceux du communisme en passant par les commandos terroristes du sionisme naissant et ceux de l’ETA ou de l’IRA, il apparaît au contraire, comme la plus « démocratiquement » répandue des dérives de notre humanité. Si parfaitement condamnables soient-ils, les raccourcis pris avec l’héritage humaniste du monde par les inventeurs des attentats du 11 septembre ne sauraient donc, sans dommage pour l’analyse, être référés à une maladie récente (ou, encore moins, ancestrale) « de l’Islam ». Tel est le principe analytique qu’il faut, me semble-t-il, réaffirmer fortement dans une conjoncture où le camp du plus fort tente de masquer ses responsabilités derrière de dangereuses explications culturalistes. Les attaques conduites contre les États-Unis, amplifiées par la redoutable « efficacité » que leur a donné la conjonction des technologies aériennes et des concentrations urbaines, sont avant toute chose le produit de la radicalisation, bien plus prévisible que l’on ne l’a souvent dit, et bien plus banale aussi, d’une composante de la population du monde soumise depuis plusieurs décennies à cette terrible logique des deux poids et deux mesures dont A. Meddeb n’ignore rien : par Israël interposé ici (dans les territoires palestiniens martyrisés, au Liban, en Jordanie), par la protection d’indéboulonnables dictatures ailleurs (pas seulement en Algérie ou dans le pays de A. Meddeb), par des agressions militaires directes enfin (en Irak où plus de 500 000 enfants sont morts des suites de l’embargo américain), une partie du monde musulman n’est pas complètement illégitime à percevoir comme arrogant et discriminatoire le traitement que lui réservent les puissants de ce monde en général et les États-Unis en particulier. Hors de cette inventaire réaliste des formes et des effets de la domination, il n’est point à mes yeux de « salut » pour l’analyse.


      .../...

      Si tu as beaucoup de richesses, donne ton bien.
      Si tu possèdes peu, donne ton coeur!
      Charif Barzouk

      Commentaire


      • #4
        François Burgat -suite et fin-

        .../...



        Qu’on ne s’y trompe pas : l’enjeu de ce débat n’est pas circonscrit au champ intellectuel. Il détermine largement en effet les formes de la réaction à cette violence, dite « terroriste », dont tout porte malheureusement à penser, en particulier si elle est aussi mal interprétée, que l’on n’a pas fini d’en parler. A. Meddeb est-il, de ce point de vue, de bon conseil ? L’illusion d’une issue « éducative » à la crise de nos relations avec le monde musulman n’est pas nouvelle. Elle est aussi répandue qu’elle est confortable intellectuellement. Elle s’appuie sur un paradigme fort simple. Il suffirait que les musulmans se décident à faire une nouvelle lecture de leur Coran, ou encore à s’en tenir à meilleure distance, qu’ils achèvent en quelque sorte leur mutation modernisatrice, pour résorber la profondeur des ressentiments palestiniens, irakiens ou algériens à notre égard. À nous bien sûr de les y aider : il suffira de leur enseigner (à travers ces colloques bien pensants où s’entre-congratulent les seuls partisans d’un même camp ou grâce aux moins nuancés des films de Youssef Chahine consacrés par nos prix les plus prestigieux) à lire enfin leur Coran dans le bon sens. C’en sera fini alors de l’intégrisme, du terrorisme d’Al-Qaïda, des kamikazes palestiniens et, pourquoi pas, des incendies de voiture dans les banlieues. Cette illusion est parfaitement mystificatrice.


        La dynamique de modernisation intellectuelle a, dans le monde musulman comme partout ailleurs, besoin d’une atmosphère nationale et régionale de libéralisme politique. Tout progrès de l’esprit ne peut intervenir que dans un contexte libéré des dictatures locales, des oppressions régionales qui nourrissent et crédibilisent les postures réactives. Or, toute la contradiction vient précisément de ce que nous contribuons d’une main à renforcer, directement (à coups de bombes britanniques ou américaines) ou indirectement (par le soutien aveugle aux errances d’Ariel Sharon ou aux dictateurs arabes qui acceptent de le fréquenter), ce radicalisme que nous prétendons combattre de l’autre. La « maladie de l’Islam » est le produit et non la cause de ce cercle vicieux dont nous tardons tant à sortir. « Quand on résiste (à l’oppression politique, aux manipulations de toutes sortes), croyez vous que l’on puisse aller de l’avant ? » rappelle si justement l’« islamiste » Tareq Al Bishri. Pour le reste, demander à l’histoire longue de rendre compte des crises politiques contemporaines peut nourrir le meilleur ou le pire des résultats. L’approche historique, si essentielle par ailleurs, peut être en effet la porte d’entrée à la plus classique des dérives essentialistes. Plus facile à mobiliser que les contacts directs avec des sociétés diversifiées, complexes et changeantes, elle a de tout temps eu tendance à pallier la difficulté à affronter la trivialité politique d’une réalité. En Algérie comme en Palestine, l’idéologisation (en l’occurrence « l’islamisation ») de résistances politiques largement profanes malgré le vocabulaire religieux qu’elles emploient, a permis d’une identique façon de discréditer toute opposition même légaliste, à de parfaites dictatures. Prenant prétexte du lexique religieux d’une partie des acteurs, le recours à l’histoire « islamique » permet à Alger de masquer l’implication directe et structurelle des services d’une junte cynique dans la manipulation de la violence. À Gaza ou à Hébron il permet de discréditer toute velléité de résistance armée à un ordre régional israélo-américain, qui a de longue date donné la preuve qu’il ne comprenait aucun autre langage. Dans les deux cas cette « sur idéologisation » aboutit à une même impasse analytique et politique : masquer l’origine réelle de la violence, préalable pourtant indispensable à quiconque entend la résorber.


        Lorsqu’il exemplifie notre cher Albert Camus et son incapacité historique à admettre le versant le plus sombre du fait colonial, réduit l’œuvre d’Hassan Al Banna à un vilain prurit « anti-occidentaliste », omet de s’interroger sur les raisons de la lente radicalisation de Sayyed Qutb, renvoie au fin fond de la hiérarchie explicative les causes trivialement politiques du blocage d’une partie de l’intelligentsia musulmane et la part décisive qu’y jouent ces tyrans « laïques » que nous soutenons infailliblement, A. Meddeb nous adresse un message dont je ne doute pas qu’il reçoive, comme ceux de Rachid Boudjedra, Rachid Mimouni ou Taslima Nasreen, etc. avant lui, un accueil enthousiaste sur les rives de la Seine. Aide-t-il vraiment son lecteur à voir plus clair sur la façon de dépasser les tensions et les malentendus qui s’accumulent en ce moment même ? On peut ne pas en être convaincu. Dans un siècle où le premier des défis de l’Occident réside dans son incapacité à établir des relations dépassionnées et réalistes avec des forces (dites islamistes) aussi majoritaires qu’elles sont profondément ancrées dans son environnement politique du Sud, une dénonciation par trop unilatérale, si élégante soit elle de la part d’un auteur de culture musulmane, de cette seule « maladie de l’Islam » n’est donc peut-être pas celle des contributions dont le public français a aujourd’hui le plus besoin.


        http://www.iris-france.org/Notes-2002-09-21e.php3

        Si tu as beaucoup de richesses, donne ton bien.
        Si tu possèdes peu, donne ton coeur!
        Charif Barzouk

        Commentaire


        • #5
          Peut on dire que l'islamisme à fait connaitre l'islam en dépit de ce que le mot (islamisme) peut porter tout les travers qu'il lui sont imputés.
          .
          Il me semble que depuis la reconquista l'islam à pris un coup de massue qui l'a assomé pendant des siecles.
          Alors je me pose la question suivante : comment l'islam aurait pu renouer avec les siens sans l'islamisme ?
          .

          Commentaire


          • #6
            A. Meddeb n’ignore rien en effet des causes externes de sa « maladie de l’Islam ». « C’est, recense-t-il très lucidement, la non reconnaissance de l’Islam par l’Occident », « la façon de le cantonner dans le statut de l’exclu », « la manière dont l’Occidental renie ses propres principes dès que l’intérêt le réclame » et « la façon qu’a l’Occidental (et, de nos jours, sous la forme de l’Américain) d’exercer dans l’impunité son hégémonie selon la politique dite des deux poids deux mesures ». « C’est l’exercice de l’injustice dans l’impunité qui nourrit la haine et le hideux terrorisme, lequel reste l’arme du démuni, du faible, de celui qui a épuisé les ressources du droit ». Mais s’il prend le temps d’identifier avec une belle précision l’essentiel des responsabilités de l’« Autre » occidental, dont « une diabiolisation du Palestinien, de l’Arabe, du musulman, révélatrice d’un racisme aussi ravageur que le nouvel antisémitisme arabe » (p. 213), A. Meddeb prend le parti de donner à sa démonstration une tonalité explicitement unilatérale. « [La maladie occidentale], je ne fais que l’évoquer au passage et je ne voudrais pas que le lecteur y débusque une manière de symétrie : maladie contre maladie.
            Salut Jalal,

            Medeb explique les causes réactionnaires de la maladie mais n'explique pas en quoi la maladie est-elle maladie?
            Tous les fondamentalismes religieux sont réactionnaires.
            Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, Et les mots pour le dire arrivent aisément.

            Commentaire


            • #7
              Hello Btp et Bachi

              Btp, je crois que c'est Ibn Arabi grand penseur du moyen age qui a parlé d'exclusivisme musulman.


              Bachi, je pense justement qu'il explique relativement bien en quoi l'exclusivisme religieux est effectivement une maladie, le manque de distance avec la lettre coranique par exemple dont il décrit chez beaucoup de musulman l'irrationalité de la pensée, comme une des causes majeures de cette maladie et qui amène subrepticement la société musulmane tout entière à des incohérences. Cette irrationalité nous fait perdre pied avec les réalités de la société vers un idéal imaginaire que serait le passé et la grandeur de la civilisation musulmane. Cette nostalgie du passé, bien souvent conduit les musulmans à devenir ce qu'il appelle "des hommes du ressentiment" (un des symptômes) qui souvent rejette la responsabilité des échecs de leur société uniquement à des causes extérieures, sans pouvoir regarder la cause première de la déchéance de la société musulmane qui est de toute évidence la profonde "dormition" de la pensée rationnelle.


              J'ai posté la description du livre de A.Meddeb par François Burgat parce que lui ne comprend pas en quoi sa démonstration peut-être utile pour un parisien et plus largement pour des occidentaux.. Mais pour quelqu'un aillant grandi dans la culture musulmane, elle est à mon sens particulièrement limpide et très éclairante pour ceux qui y sont liés.

              Si tu as beaucoup de richesses, donne ton bien.
              Si tu possèdes peu, donne ton coeur!
              Charif Barzouk

              Commentaire


              • #8
                Medeb explique les causes réactionnaires de la maladie mais n'explique pas en quoi la maladie est-elle maladie?
                Tous les fondamentalismes religieux sont réactionnaires.
                Salut Bachi,

                Avant qu'il explique quoi que ce soit, qu'il commencera d'abord a respecté le malade à la manière d'un Vis-à-Vis: Médecin-malade

                Commentaire


                • #9
                  Avant qu'il explique quoi que ce soit, qu'il commencera d'abord a respecté le malade à la manière d'un Vis-à-Vis: Médecin-malade
                  Quel malade ?
                  Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, Et les mots pour le dire arrivent aisément.

                  Commentaire


                  • #10
                    Que pensez-vous du diagnostic de Garaudy ?
                    C'est comme demander a un esquimo de nous faire part de son experience d'homme bedouin ayant vecu toute sa vie dans le grand sahara de la Mauritanie.

                    Voila ce que j'en pense.

                    Sans rancune.

                    Commentaire


                    • #11
                      Eh bien !
                      C'est toute une pensée.
                      Inepte ...
                      Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, Et les mots pour le dire arrivent aisément.

                      Commentaire


                      • #12
                        Quel malade ?
                        Je parlais du Medeb pardis!
                        Il diagnostique non pas l'islamisme radicale comme une maladie mais carrement l'Islam. Il le prend pour une pathologie.

                        Commentaire


                        • #13
                          C'est toute une pensée.
                          C'est comme essayer de trouver la sortie, et "reflechir" a une issue dans une voie sans issue.
                          Moi je ne dirait pas inepte mais plutot Gachis de la pensee

                          Salam

                          Commentaire


                          • #14
                            Hllo !

                            Il me semble bien pourtant que toute la force de l'islamisme tient de ses arguments tirés directement du Coran, en tout cas de son interprétation au sens politique du terme, donc l'islamisme est bel et bien la maladie de l'Islam. La pathologie chez le malade se distingue par la croyance du sujet musulman en particulier, L'islam, c'est un culte voué par un sujet humain et pas par un fantôme ou un ange et puis on attaque pas une religion en tant que tel, mais bien les dérives des hommes qui perpétuent ce culte à travers les siecles.

                            C'est évident, mais apparemment pas pour tout le monde...

                            Si tu as beaucoup de richesses, donne ton bien.
                            Si tu possèdes peu, donne ton coeur!
                            Charif Barzouk

                            Commentaire


                            • #15
                              Jallal-a-bad

                              Mais si, c'est tres evident !
                              Donc d'apres ton analyse, on est entrain de dire que tout les musulmans sont malades ou plus exactement sont fous.
                              Ou me trompe je ?

                              Commentaire

                              Chargement...
                              X