Annonce

Réduire
Aucune annonce.

EDF et Enel seront les maîtres d’œuvre de la relance du nucléaire

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • EDF et Enel seront les maîtres d’œuvre de la relance du nucléaire

    Depuis l'adoption en juillet, au Sénat, d'une loi gommant ce rejet la voie est libre politiquement. Le premier réacteur pourrait entrer en service en 2020, à moins que des oppositions locales ne retardent ou n'empêchent cette «renaissance».
    EDF et Enel ont annoncé, début août, la création d'une co-entreprise à 50/50 chargée de réaliser des études de faisabilité pour la construction d' «au moins quatre EPR en Italie», des réacteurs de troisième génération.
    La création de cette société, baptisée Sviluppo Nucleare Italia SRL, installée à Rome, est la première déclinaison industrielle de l'accord politique de coopération nucléaire signé en février par le président français, Nicolas Sarkozy, et le chef du gouvernement italien, Silvio Berlusconi.
    Mais des voix s'élèvent pour dénoncer la domination de ces deux géants européens de l'énergie sur le futur parc nucléaire.
    Le président d'Edison, deuxième producteur italien d'électricité, réclame un rôle dans la relance de cette énergie, son groupe souhaitant lui aussi construire et exploiter des centrales dans la Péninsule.
    «Nous avons pris acte de l'accord Enel-EDF, qui laisse Edison, d'une certaine façon, dans une sorte de vide», a regretté Giuliano Zuccoli, lors d'une récente réunion de chefs d'entreprise à Rimini (Italie). «En septembre, a-t-il ajouté, nous demanderons à nos partenaires quels sont leurs plans.» Et notamment à EDF, M. Zuccoli étant aussi PDG de la régie milanaise A2A qui assure le contrôle d'Edison avec le groupe français.

    Il faudra plus de quatre EPR

    «Nous sommes disponibles pour accueillir les contributions de quiconque se montre intéressé, producteurs et énergivores», a annoncé l'administrateur délégué d'Enel dans un entretien publié mercredi 26 août par le quotidien économique Il Sole 24 Ore. Fulvio Conti a rappelé que «le nucléaire devra satisfaire 25 % des besoins énergétiques en Italie» et qu' «avec EDF, notre plan prévoit d'en réaliser plus ou moins la moitié». Mais il faudra plus que quatre EPR pour fournir 25 % de l'électricité du pays en 2030, comme le prévoit le gouvernement.

    Le Monde source La Nouvelle République (Algérie)
    "Le mouton a peur du loup, mais c'est le berger qui le mangera" (proverbe roumain)
Chargement...
X