Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Sonatrach sera en 2020 le deuxième producteur mondial de GNL.

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Sonatrach sera en 2020 le deuxième producteur mondial de GNL.

    Sonatrach, la compagnie nationale d'hydrocarbures, sera en 2020 le deuxième groupe producteur de GNL (Gaz Naturel Liquéfié) dans le monde, signale une étude internationale réalisée par Evaluate Energy, un bureau d'étude anglais sépcialisé dans l'industrie du Pétrole et du Gaz , et révélée par le site marocain spécialisé en économie lemagazinedumanager.com. Selon cette étude, la production de Sonatrach en 2020 dépassera les 30 millions de tonnes par an, soit presque 10 millions de tonnes de plus qu’en 2010.

    "Elle viendra donc après l’actuel leader mondial Qatar Petroleum qui devrait produire plus de 50 millions de tonnes et avant Royal Dutch Shell qui devrait quant à lui produire 23 millions de tonnes", rapporte à ce sujet lemagazinedumanager.com qui estime que cette augmentation de la production de GNL "devrait également profiter à l’Algérie elle-même puisque la structure de la consommation nationale d’énergie est dominée par le gaz naturel (35.3%), suivi des produits pétroliers (29.4%) et de l’électricité (27.7%)".
    Il est à signaler que selon de nombreux experts du groupe British Petroleum, une hausse de la production de gaz naturel dans le monde est attendue en raison des projets d'exploration et d'expansion planifiés en anticipation d'une demande future haussière.
    D'après ces mêmes experts, l'Algérie dipose de sérieux atouts pour s'imposer comme leader dans le marché du GNL car elle figure parmi les principaux pays exportateurs qui ont utilisé les gazoducs comme mode de distribution. Elle fait partie aussi des 15 pays qui possèdent des installations de liquéfaction.
    Notre pays dispose, enfin, de quantités significatives de gaz naturel qui restent encore à découvrir.

    Abderrahmane Semmar (El Watan).
    Il y a des gens si intelligents que lorsqu'ils font les imbéciles, ils réussissent mieux que quiconque. - Maurice Donnay

  • #2
    Comme disait la mère de Napoleon "Pourvou qué ça doure !"

    Nos gouvernants ont signé des contrats exorbitants, indexés sur le prix du pétrole, pour l'approvisionnement en gaz, dont il y a actuellement surproduction . ceci sur 25 ans, avec Algérie, Norvège, Russie.
    Croisez les doigts, pour que cela dure, car la corde commence sérieusement à se raidir du coté des pays occidentaux.
    Pour l'instant ces hausses, font l'affaire des actionnaires de GDF SUEZ, et autres EON ENEL etc,
    mais aussi du lobby nucléaire qui se frotte les mains.
    Si la crise devait durer à mon avis faudra renégocier.

    Je cite : Le Monde du 29/03/2011

    Une fois de plus, les prévisions des experts ont été démenties par les faits. Il y a six mois, la majorité d'entre eux prédisait un fort repli des prix du pétrole et du gaz en raison du ralentissement économique mondial.
    On assiste à un tout autre scénario : l'or noir continue de s'apprécier sur les marchés et le baril de brut a oscillé ces derniers jours autour de 74 dollars avant de se replier à 72 dollars, mardi 25 août.
    A l'inverse, la surproduction a fait tomber le prix du gaz à son plus bas niveau depuis 2002 sur le New York Mercantile Exchange (Nymex) à moins de 3 dollars par million de BTU (soit 27,6 mètres cubes ) - loin des 13,57 dollars atteints en juillet 2008 dans le sillage du pic du baril de brut (147,50 dollars). Un écart qui pourrait se creuser dans les prochains mois.
    "Le mouton a peur du loup, mais c'est le berger qui le mangera" (proverbe roumain)

    Commentaire


    • #3
      ça tombe bien vu que le développement de la production du GNL vise plutôt des marchés lointains, principalement asiatiques ( chine, japon, corée du sud etc.....), c'est primordiale pour l'Algérie de diversifier ses clients.

      Commentaire


      • #4
        Tant qu'il y a un marché qui s'appelle la Chine, qui a fait envoler les prix des matières premières, vu sa demande qui ne cesse d'augmenter, il faut tourner l'outil de production à plein régime et profiter de cette aubaine.
        Il y a des gens si intelligents que lorsqu'ils font les imbéciles, ils réussissent mieux que quiconque. - Maurice Donnay

        Commentaire


        • #5
          C'est pour ça que les occidentaux travaillent pour trouver de nouvelles solutions.



          Une feuille artificielle qui peut chauffer une maison


          Des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) ont développé une feuille artificielle qui produit de l’énergie dix fois plus vite que la photosynthèse naturelle, et qui pourrait créer assez d’énergie pour chauffer une maison pendant un jour.
          Un scientifique nommé John Turner avait déjà créé la première feuille artificielle il y a plus d’une décennie, mais celle des chercheurs du MIT est plus petite, plus puissante et moins chère que celle de Turner.
          Le professeur Daniel Norcera a récemment présenté son modèle lors du meeting annuel de l’American Chemical Society en Californie. Il s’agit d’un appareil solaire sophistiqué de la taille d’une carte à jouer que l’on laisse flotter dans un récipient d’eau. Un peu à la manière de la photosynthèse réalisée par une feuille naturelle, la feuille utilise la lumière du soleil pour séparer les deux composants essentiels de l’eau, l’oxygène et l’hydrogène, qui sont ensuite utilisés pour produire de l’électricité.

          La conception de ce nouveau prototype, qui contient également de la silicone et des circuits électroniques, a été possible grâce à la découverte de nouveaux catalyseurs puissants et bon marché en nickel et en cobalt. La feuille a fonctionné pendant au moins 45 heures d’affilée sans s’arrêter au cours des tests préliminaires. Norcera estime qu’avec quatre litres d’eau, une feuille pourrait produire assez d’électricité pour une maison dans un pays en développement pendant un jour. Il n’en fallait pas plus pour que certains tabloïds britanniques s’extasient: «Des scientifiques prétendent avoir trouvé le “Saint Graal” de la science avec une feuille artificielle qui pourrait transformer chaque maison britannique en sa propre centrale», écrit le Daily Mail.

          L'invention peut sembler trop belle pour être vraie, mais elle est bien réelle et est déjà en passe d’être commercialisée. Wired.co.uk rapporte que le géant indien Tata Group a déjà passé un accord avec le chercheur du MIT pour construire une centrale électrique de la taille d’un réfrigérateur au cours des prochains 18 mois. Pour le moment, Nocera vise principalement les pays en développement:
          «Notre but est de faire de chaque maison sa propre centrale électrique. On peut imaginer des villages en Inde et en Afrique dans un futur proche achetant des systèmes de production d’électricité basiques et abordables à partir de cette technologie.»

          Commentaire


          • #6
            C'est pour ça que les occidentaux travaillent pour trouver de nouvelles solutions.
            On exportera au reste du monde ...

            Commentaire


            • #7
              C'est pour ça que les occidentaux travaillent pour trouver de nouvelles solutions.
              les occidentaux travaillent, les pays producteurs se mettent plein les poches et les autres n'ont que leur yeux pour pleurer

              Commentaire


              • #8
                Vous êtes déjà en retard d'une guerre les amis, les occidentaux et notamment un Français Bernard Stroiazzo Mougin Président fondateur de l'entreprise Bio Fuel Systems a mis au point une solution révolutionnaire sur le marché des énergies alternatives.

                Une surface de 52 000 kilomètres carrés permettrait d'obtenir 95 millions de barils de carburant par jour.

                Et le coût du baril est de 30 dollars
                L'Homme s'obstine à inventer l'Enfer dans un monde paradisiaque. Jacques Massacrier

                Commentaire


                • #9
                  La meilleure chose qui puisse arriver c'est l'augmentation du prix du pétrole pour nous obliger à passer en masse aux énergies renouvelables.

                  En investissant à fond dans ce domaine, on va améliorer les performances de celles que nous connaissons déjà et probablement en trouver de nouvelles.

                  Commentaire


                  • #10
                    Le monde dependera du petrole et du gaz pendant encore un bon bout de temps, minimum 25 a 30 ans et encore !
                    alors calmez vous un peu les lolo
                    veni vidi vici .

                    Commentaire


                    • #11
                      La meilleure chose qui puisse arriver c'est l'augmentation du prix du pétrole pour nous obliger à passer en masse aux énergies renouvelables.
                      C'est qui "nous" ?

                      Commentaire


                      • #12
                        Vous êtes déjà en retard d'une guerre les amis, les occidentaux et notamment un Français Bernard Stroiazzo Mougin Président fondateur de l'entreprise Bio Fuel Systems a mis au point une solution révolutionnaire sur le marché des énergies alternatives.
                        c'est pour ça qu'ils se sont précipités pour faire la guerre en Libye. c'est parce qu'ils ont des solutions alternatives... ils ont des cheveux! Toi t'es super en avance. vous avez déjà colonisé la planète Mars?

                        Commentaire


                        • #13
                          salam 3alikoum

                          SLOUGI barak'allah fik pour l'article , il a l'air très intéressant ton article

                          Commentaire


                          • #14
                            Des micro-algues pour fabriquer du biopétrole

                            Envoyé par Neutrino
                            c'est pour ça qu'ils se sont précipités pour faire la guerre en Libye. c'est parce qu'ils ont des solutions alternatives... ils ont des cheveux! Toi t'es super en avance. vous avez déjà colonisé la planète Mars?
                            Mais qu'est-ce tu racontes, le pétrole vert issue des algues est déjà une réalité, c'est pas une chimère

                            Les chercheurs de Bio Fuel Systems (BFS) travaillent actuellement sur un projet de biopétrole à base de micro-algues. Les végétaux en question s'alimentent du gaz carbonique rejeté par une cimenterie.

                            La structure mise en place par Bio Fuel Systems (BFS) ressemble à une forêt de tubes remplis de millions de micro-algues. Les bâtiments sont situés sur une plaine de la région d'Alicante au sud-est de l'Espagne. Il s'agit là d'un concept sur lequel travaillent depuis cinq ans des chercheurs espagnols et français. Si le prototype est encore considéré comme expérimental, il pourrait fournir l'énergie de demain : le biopétrole.

                            Le principe consiste à acheminer via un pipeline le dioxyde de carbone rejeté par une cimenterie non loin de la structure. En même temps que l'air est dépollué, le gaz recueilli alimente en énergie les micro-algues afin qu'elles puissent quotidiennement se multiplier. Ces végétaux, issus d'une dizaine de souches, ont été prélevés en Méditerranée et en Atlantique. Tous les jours, les 400 tubes sont vidés d'une partie de leur liquide. Celui-ci est filtré, pour obtenir une biomasse à la base du biopétrole. L'eau restante est remise dans les tubes.

                            Une unité pourrait produire plus d'un million de barils par jour

                            Le protocole a été mis en place dans l'objectif de reproduire en accéléré le processus de formation du pétrole. Eloy Chapuli, ingénieur, explique à l'AFP : "Nous essayons de simuler les conditions qui existaient il y a des millions d'années, quand le phytoplancton s'est transformé en pétrole. De cette façon, nous obtenons un pétrole équivalent au pétrole actuel". Selon M. Stroïazzo-Mougin président et fondateur de BFS, une unité de 50 kilomètres carrés serait capable de produire environ 1 million 250.000 barils par jour. La société assure que les barils pourront être vendus à un prix compétitif grâce à la vente de produits dérivés obtenus à partir de la biomasse.

                            Cependant l'idée est utopique et le pétrole produit devra attendre quelques temps avant d'être commercialisé. "Il nous faudra entre cinq et dix ans de plus pour passer à une production industrielle", confirme M. Stroïazzo-Mougin. Pour l'heure, d'autres entreprises se sont lancées dans d'ambitieux projets. C'est le cas de Vattenfall, groupe d'énergie public suédois qui étudie depuis 2010 un dispositif à base d'algues capables d'absorber le gaz carbonique rejeté par les usines de charbon. L'entreprise américaine ExxonMobil désire également investir jusqu'à 600 millions de dollars pour exploiter le potentiel des algues dans la production de pétrole.

                            Maxiscience
                            L'Homme s'obstine à inventer l'Enfer dans un monde paradisiaque. Jacques Massacrier

                            Commentaire

                            Chargement...
                            X