Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Oman : Quarante ans de réalisations remarquables

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Oman : Quarante ans de réalisations remarquables

    Entre 1970 et 2009, le sultanat d’Oman a enregistré une série de réalisations économiques remarquables qui sont autant de signes d’un développement et d’une croissance sérieusement planifiés et judicieusement conduits. Les chiffres en témoignent ; en voici quelques uns parmi les plus saillants : un PIB multiplié par 170 et un PIB/h multiplié par 35 ; des échanges commerciaux qui sont 23 fois ce qu’ils étaient en 1975, avec des exportations qui ont atteint la valeur de OR 10,6 Mds (contre OR 753 m) et des importations d’une valeur de OR 6,9 Mds (contre OR 488 m).

    La production pétrolière est passée de 332.000 b/j en 1970 à plus de 812.500 b/j en 2009 et les réserves de pétrole sont aujourd’hui estimées à 4,8 milliards de barils contre 1,4 milliards de barils à l’avènement du sultan Qabous. Dans le même temps, le sultanat a réduit sa dépendance sur le pétrole en diversifiant ses ressources économiques. Ainsi, la part des secteurs non-pétroliers dans le PIB est passée de 31,6% en 1970 à 59% aujourd’hui. De plus, les revenus pétroliers qui représentaient 100% du revenu total du sultanat en 1970 n’en représentent plus aujourd’hui que 66%.(1)

    Dans le même temps, l’investissement public dans des projets de développement a atteint OR 94 Mds sur quarante ans, soit une moyenne de OR 2,35 Mds/an, pour développer la santé, l’électricité, l’eau, les routes, les transports et les communications dans toutes les régions et les gouvernorats du sultanat. Un effort particulier a été mis sur l’éducation qui, entre 1976 et 2009, a bénéficié d’un investissement de près de OR 10,3 Mds : le nombre total d’étudiants a ainsi atteint 531.393 en 2009 dont 23,644 poursuivent leurs études au niveau supérieur et le nombre d’écoles 1.040 (contre seulement 3 en 1970).

    La santé publique a, de son côté, bénéficié de OR 4,1 Mds et les projets d’infrastructure, (routes, aéroports, électricité et eau) ont, quant à eux, mobilisé OR 8,85 Mds. Enfin, pour ce qui est de la communication et de la technologie de l’information, le nombre d’usagers d’internet est passé de 12.000 en 1995 à 1,5 millions en 2009 pendant que les détenteurs de téléphone mobile sont eux passés de 50.000 en 1996 à 3,631 millions en 2009.

    Les secteurs plus traditionnels de l’agriculture et de la pêche n’ont pas été en reste puisqu’ils ont bénéficié d’un investissement global de OR 292 millions,pendant que celui du tourisme (2,9% du PIB en 2009) enregistrait un boom remarquable : de 39 hôtels et 2.855 chambres en 1993-1995, l’offre est passée à 218 hôtels et 10.420 chambres en 2009, et les revenus du secteurs sont passés de OR 35,1 m en 1995 à OR 144,1 millions en 2009 pour un nombre de touristes qui est passé de 352.000 à 1,7 millions.

    Sur le plan du commerce et des échanges internationaux, le sultanat a adhéré à l’OMC (Organisation mondiale du commerce) et contracté de nombreux accords bi et multilatéraux afin de s’assurer un environnement économique sain et stable. Stabilité à laquelle, d’ailleurs, a largement contribué la politique monétaire du gouvernement en limitant le taux d’inflation tout au long de ces années et en adoptant un taux de change fixe dès 1973, indexant l’OR au dollar US (OR 1 pour US$ 2,6008).

    Cette politique a réussi à séduire les investisseurs et a permis au secteur bancaire de se développer. De 17 banques en 1970, le sultanat est passé à 249 aujourd’hui, avec un volume de crédit octroyé au secteur privé qui a atteint OR 9,8 Mds rien que sur 2009. En 1989, le sultanat créait sa bourse et les investissements y sont en progrès constant, avec des échanges de valeurs qui ont totalisé OR 6,1 Mds en 2009.

    Enfin, l’investissement direct étranger (IDE) a atteint OR 5,029 Mds en 2009, en augmentation de 15,3% par rapport à 2008 et de 130% par rapport à 2006 ! La situation de l’emploi est stable, avec une fonction publique de près de 136.600 postes et omanisée à plus de 87%, et un secteur privé qui compte 158.315 salariés répertoriés à la Sécurité sociale.

    Autant de chiffres, donc, qui montrent l’importance des efforts consentis par le gouvernement omanais sur ces quarante années et la sagesse de la politique suivie. Mais les efforts ne s’arrêteront pas là. En effet, l’année 2011 démarre avec un nouveau plan quinquennal, le huitième depuis l’avènement du sultan Qabous. Ce plan prévoit, notamment :
    La réalisation d’un développement durable de l’économie dans une stabilité renforcée.
    L’avancement d’un développement des ressources humaines qui puisse permettre à tous les citoyens de jouer pleinement leur rôle dans la croissance économique du pays.

    La création d’un secteur privé efficace, capable de booster le développement économique et social omanais et de prendre pleinement sa place dans un système d’économie globale hyperconcurrentiel.

    (1) : M. Ahmad ben Abdelnabi Macki, ministre de l’Economie

    Chambre de commerce franco-arabe

    Superficie : 309 500 km2
    Population : 3,5 millions
    Capitale : Mascate
    Villes principales : Salalah, Sur, Sohar, Nizwa.
    Langue officielle : arabe
    Monnaie : Riyal omanais
    Fête nationale : 18 novembre
    PIB (2009) : 49 Md $
    Croissance démo. : 3,1 %
    Espérance de vie : 74 ans
    Taux d’alphabétisation : 84,4%
    L'Homme s'obstine à inventer l'Enfer dans un monde paradisiaque. Jacques Massacrier

  • #2
    Ils auraient dû faire beaucoup mieux, avec 3.5 millions d'habitants, presque l'équivalent de la population d'Alger, chaque omani acquérait une belle villa , une auto et plus ..gratuitement , mais à la surprise de tous, les omanis comme les Bahreïnis, sont sortis dans la rue pour dénoncer le " fassad "(corruption)
    Dernière modification par absent, 11 avril 2011, 04h27.

    Commentaire

    Chargement...
    X