Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Iveco sortira son premier véhicule « Made in Algeria » en novembre 2016

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Iveco sortira son premier véhicule « Made in Algeria » en novembre 2016

    Ival, représentant en Algérie du constructeur italien Iveco, lancera la production de véhicules utilitaires dès le mois de novembre 2016.
    Ce jeudi, le dirigeant d’Ival et vice-président du FCE, Mohamed Bairi, a présenté le projet, en présence du président d’Ivco, Pierre Lahutte.
    L’usine sera implantée dans la région de Bouira, avec une capacité de production initiale de 1 500 unités par an, notamment pour le produit phare de la marque, Daily.

    La production pourra être portée à un niveau entre 6 000 et 8 000 unités à l’horizon 2024.
    La participation d’Iveco consistera en un appui technique et un transfert de savoir-faire pour l’assemblage des véhicules.

    400 emplois et développement d’un réseau de sous-traitance

    Près de 400 emplois directs seront créés, selon Mohamed Bairi, qui insiste également sur le développement d’un important réseau de sous-traitants. En effet, pas moins de 52 d’entre eux ont exposé leur production, lors d’une cérémonie de présentation.
    Le PDG d’Ival a également mis en avant le fait d’installer l’usine de montage à Bouira, une région économiquement « déshéritée ».
    Le total de l’investissement avoisine les 35 millions d’euros, en plusieurs phases, selon M. Bairi.

    Le marché des véhicules industriels (utilitaires et poids-lourds) représente entre 3 milliards et 4 milliards de dollars en Algérie. Iveco est bien placé en termes de ventes, avec une 2e place pour les poids lourds et une 4e place pour les véhicules utilitaires.

    Une intégration rapide


    Par ailleurs, bien que l’on insiste sur un processus long et progressif, l’entreprise mise sur un taux d’intégration élevé, notamment grâce au développement de la sous-traitance. Dès le départ, ce taux devrait atteindre les 25%, puis pourrait rapidement atteindre le taux d’environ 50%.

    Cette usine a le potentiel de devenir un élément important dans le réseau mondial d’Iveco.
    Le président du groupe, Pierre Lahutte, a rappelé que l’entreprise a un modèle de développement à l’international basé sur le partenariat, comme celui avec Ival en Algérie.
    De plus, le pays représente 13% de ventes du groupe dans la zone Afrique.

    Aujourd’hui, le principal site de production d’Iveco dans la région est basé en Libye.
    Seulement, au vu de la situation sécuritaire qui y prévaut, le site est actuellement fermé.
    Ainsi, l’Algérie a une « bonne carte à jouer », en tentant de faire délocaliser l’unité de production, pense-t-on dans l’entourage du groupe.

    TSA

  • #2
    Encore un entrepôt.

    Commentaire


    • #3
      ou un investissement d'un entrepreneur algérien qui va générer 400 emplois.

      Commentaire


      • #4
        c'est mieux que rien, les petits ruisseaux font les grandes rivières..chacun sa façon de voir les choses...selon qu'ont soit algérien ou marocain.....bref rien ne change.
        plus sérieusement, la multiplication de ce genre de projet est de bonne augure.

        Commentaire


        • #5
          Effectivement Ecalir c'est une bonne chose pour l'Algérie !

          Commentaire


          • #6
            le journaliste aura plus de lecteurs en exagerant (100% algerien) mais effictivement toute création d'emploi est bonne, j’espère que nos amis algériens seront d'accord aussi quand les emplois sont crée chez le voisin

            Commentaire


            • #7
              salam

              la grande différence c'est que ce sont des algériens associés qui créent ces emplois et inutile de polémiquer sur les parc auto entre les deux pays c'est du simple au triple, n'est ce pas

              comprendra qui pourra, à bon entendeur

              Commentaire


              • #8
                Il y a création d'emplois et d'entreprises algériennes en masse.. La fusion de ces Pme donnera des champions nationaux, difficile à comprendre lorsqu'on est dans la logique un Hub..
                Dernière modification par Cicino, 10 décembre 2015, 19h01.

                Commentaire


                • #9
                  Meis pas besoin de pavoiser ce n'est que du SKD, du simple montage, la construction automobile en tant que telle n'existe pas en Algérie.

                  C'est bien c'est une petite usine va apporter quelques emplois !

                  Commentaire


                  • #10
                    le journaliste aura plus de lecteurs en exagerant (100% algerien) mais effictivement toute création d'emploi est bonne, j’espère que nos amis algériens seront d'accord aussi quand les emplois sont crée chez le voisin
                    100% d'accord, encore une fois, il y a de la marge entre l’exagération des uns et la négation des autres....tout ce qui est bon pour le Maroc et bon pour l’Algérie et tout ce qui est bon pour l’Algérie et bon pour le Maroc. ça parait naïf ou simpliste....mais chacun à sa façon de voir les choses.

                    Commentaire


                    • #11
                      Effectivement c'est un projet qui réduira d'une certaine manière les importations algériennes.

                      Mais il faut rester objectif ce n'est pas parce que le journal écrira 100% algérien que le journal aura plus de lecteur ! Ce genre d'exagération fausse la réalité du pays.
                      Dernière modification par iridium, 11 décembre 2015, 09h42.

                      Commentaire


                      • #12
                        Ça bouge chez le Voisin

                        Il semble bien que les choses commencent a bouger chez notre voisin. J esepere qu une vraie dynamique économique s'installe en Algérie et que ce ne sont pas juste des coups médiatiques qui n aboutis seront a rien , en fait il y a bcp de grands projets en Algérie qui n ont pas vu le jour, ou qui ont pris beaucoup de temps meme trop de temps a se concrétiser. L erreur a ne pas faire c est de réduire les investissements publics. Malheureusement j ai entendu parlé du Gel de plus de 5 CHU , de tous les projets de Tramways qui n ont pas encore commencé et qui ont été pourtant projeté.il faut réduire le budget de fonctionnement et non pas le budget d investissement.il faut refaire une répartition des fonctionnaires publics afin d optimiser la fonction publique ..mais surtout il faut réduire le budget militaire certe l Algérie a de longues frontières a protéger mais je trouve démesuré le budget octroyé a l armement en ces moments difficiles.
                        une vraie dynamique en Algérie nécessitera le retour de cadres ingénieurs et chercheurs algériens formés a l étranger pour mener une vraie reforme économique efficiente

                        Commentaire


                        • #13
                          salam

                          je répète iridium, ce sont des algériens symétrie sur ce point précis inexistante chez toi

                          Commentaire


                          • #14
                            Les algeriens n'apportent rien homis l'argent, la technologie le savoir faire, le management est exclusivement européen sinon l'Algerie n'aurait pas attendu 2015 pour ouvrir une usine de montage de 1000 véhicules. L'Algérie ne ramasse que des très petit projets skd a faible volume. Les usines de ce genre existent au Maroc depuis des années ça n'a rien de nouveau au Maghreb c'est juste une nouveauté en Algerie.

                            Commentaire


                            • #15
                              Toutes ces déclarations font suite aux nouvelles mesures introduites par la loi des finances de 2014 qui obligent les concessionnaires d’investir dans l’industrie automobile dans un délai de trois ans.

                              La question que tout le monde doit se poser: est-ce que ces ateliers de montage qui verront le jour, seront rentables et donc viables ?

                              Ce n'est pas certain ! Une usine de montage destiné au marché intérieur ne peut pas être rentable au-dessous d'un certain de chiffre de production et surtout de vente.

                              En dehors de Renault et de Peugeot, les autres marques écoulent moins de 40 000 unités par an pour Dacia et Hyundai et moins de 30 000 unités par an pour les autres. Des chiffres insuffisants pour faire tourner une usine fut-elle de montage

                              Commentaire

                              Chargement...
                              X