Annonce

Réduire
Aucune annonce.

La Turquie lance la construction du plus grand aéroport du monde

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • La Turquie lance la construction du plus grand aéroport du monde

    Le gouvernement turc a lancé ce jeudi un appel d'offres pour la construction d'un troisième aéroport à Istanbul, destiné à devenir le plus important de la planète avec une capacité d'accueil de 150 millions de passagers (plus deux fois Roissy). Les premiers vols sont prévus en 2016 ou 2017.

    Ce n'était donc pas un coup de bluff comme certains le pensaient chez Aéroports de Paris. La Turquie va bel et bien se doter d'un troisième aéroport à Istanbul, destiné à devenir le plus important de la planète.

    Le gouvernement turc a lancé ce jeudi l'appel d'offres avec remise des copies au plus tard le 3 mai pour la construction d'une plateforme aéroportuaire colossale pouvant accueillir 100 millions de passagers par an, avant d'être étendu pour atteindre 150 millions de passagers, deux fois plus (largement) que l'aéroport de Roissy aujourd'hui.

    En 2012, le plus grand aéroport du monde, celui d'Atlanta a accueilli plus de 90 millions de passagers. « Nous avons évalué le coût du projet à plus de sept milliards d'euros, sans compter les frais de financement », déclarait mercredi le ministre des Transports, Binali Yildirim. Un investissement pharaonique comprenant six pistes de décollage et d'atterrissage à la hauteur de celui qu'envisage de se doter Dubai.

    Les premiers vols sont prévus en 2016 et 2017. "Je souhaite qu'un consortium puissant s'empare du projet et réalise l'aéroport au plus vite. Cela se fera bien sûr par étapes, mais notre objectif est d'achever ça en trois à quatre ans", a indiqué mardi le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan.

    Croissance très forte de Turkish Airlines

    Cette annonce traduit la croissance du trafic aérien en Turquie, tirée par la croissance du pays mais aussi par la stratégie de Turkish Airlines. Moins médiatisée que les compagnies du Golfe comme Emirates, Qatar Airways ou Etihad, elle n'a rien à leur envier en termes de développement. Les commandes se succèdent les unes après les autres. Plus de 100 avions monocouloirs doivent être commandés d'ici à fin mars et une commande fde cinq Airbus A330-300 doit être finalisée cette semaine.

    La croissance du trafic est hallucinante. Et les profits suivent. La stratégie de montée en gamme ou de sponsoring est également comparable à celle des compagnies du Golfe. Et sans faire de polémiques sur des soutiens financiers de l'Etat actionnaire (Turkish est une entreprise privée, cotée en Bourse avec l'Etat turc au capital).

    Projets fous

    Ce nouvel aéroport doit être construit près de la mer Noire, au nord-ouest de la ville, sur l'un des derniers terrains d'importance encore inoccupés d'une agglomération stambouliote à la population estimée entre 15 et 18 millions d'habitants. Pour le Premier ministre cet aéroport s'inscrit dans un ensemble plus vaste de "projets fous" qui seront mis en oeuvre "immédiatement après" son achèvement.

    A proximité un large canal --de 150 mètres de large et 25 mètres de profondeur sur 45 à 50 kilomètres de long- sera creusé pour relier la mer Noire à la mer de Marmara afin de détourner le trafic maritime qui engorge le détroit du Bosphore, en plein coeur d'Istanbul.

    En outre, deux villes nouvelles d'un million d'habitants chacune, dont une près de ce canal seront construites.

    La donne est changée pour ADP

    Aujourd'hui, Istanbul dispose deux aéroports. Celui d'Atatürk géré par TAV (dans lequel ADP a pris 38%) qui accueille chaque année quelque 35 millions de passagers mais est totalement saturé. Et celui de Sabiha Gokcen, construit sur la rive "asiatique" d'Istanbul, qui peut accueillir environ 3,5 millions de passagers par an, pour l'essentiel transportés par des compagnies à bas coûts.

    Pour ADP qui vient d'investir dans TAV, cette annonce change la donne (lire ici l'article : Aéroports de Paris s'est-il fait rouler dans la farine en Turquie).

    Fabrice Gliszczynski
    La Tribune
    L'Homme s'obstine à inventer l'Enfer dans un monde paradisiaque. Jacques Massacrier
Chargement...
X