Annonce

Réduire
Aucune annonce.

La dissolution des entreprises se poursuit dans la wilaya de Aïn Defla

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • La dissolution des entreprises se poursuit dans la wilaya de Aïn Defla

    Bonsoir, L'ETRABAD, une autre grande entreprise qui disparaît à la fin de l'année 2006, elle n'aura même pas eu la chance d'être privatisé ou restructuré.
    -------------------------------------------------------------------------

    La wilaya de Aïn Defla continue de perdre ses entreprises publiques économiques depuis le lancement de l'opération de privatisation des entreprises au niveau national.

    En effet, après la dissolution de 16 entreprises locales dans le cadre de l'application du décret exécutif 249/94 du 25/09/1994 et six (6) autres entreprises économiques publiques, à savoir EDG, ENAL, SOTRAMET, EDIPAL, EDIED où plusieurs travailleurs ont été orientés vers la caisse de chômage puis carrément, livrés à la rue en ce qui concerne nombre d'entre eux jusqu'à présent et ce, pour indisponibilité de postes de travail. Après épuisement de la durée de prise en charge, d'autres travailleurs ont été directement mis à la retraite, alors qu'une partie a préféré acheter les actions de ces sociétés pour créer de petites entreprises.

    L'ETRABAD, cette entreprise économique publique spécialisée dans le bâtiment, a pu supporter toutes les mutations vécues ces dernières années et les obstacles dus à un code de marché public ne donnant aucune chance aux entreprises endettées de se rattraper et de travailler en décrochant un plan de charges dans le secteur du bâtiment qui a vu le lancement de nombreuses opérations, et ce, afin de payer leurs dettes et faire un bénéfice permettant de garder les postes de travail de nombreux travailleurs spécialisés.

    Cette entreprise que tous les citoyens de la région connaissent vient d'être la cible de la machine de la privatisation qui, décidément, semble n'épargner aucune entreprise publique observant des difficultés même surmontables, d'autant que l'ETRABAD, cette entreprise qui a réalisé de nombreux grands projets dans cette wilaya et même après l'impact des mutations et du code du marché ainsi que la compression de l'effectif des travailleurs, est arrivée à assurer régulièrement le salaire des travailleurs et ce, en utilisant son propre matériel pour préparer du béton et en assurer la vente aux particuliers et entreprises locales et nationales, dont certaines activant dans le grand projet de l'autoroute Est-Ouest qui traverse cette wilaya.


    Son matériel a même été loué à des entreprises, en particulier le matériel de transports, et ce, dans le cadre de la politique instaurée par les responsables de cette entreprise pour assurer des rentrées et les salaires des travailleurs, après que les autorités locales et centrales ont privé cette grande entreprise d'un plan de charges, en appliquant un code de marché public qui

    enrichit les entreprises riches et achève bien celles en difficulté, comme si la chance de se redresser n'était plus accordée depuis des années.

    En somme, les travailleurs de l'ETRABAD viennent de recevoir à la place du cadeau de fin d'année 2005 un avis pour partir au chômage et à la retraite. Pour ces travailleurs, l'année 2006 fera partie des mauvais souvenirs alors que l'année 2007 semble obscure pour leur famille et eux-mêmes.

    Madani Azzeddine
    25 Décembre 2006. La Tribune
    L'Homme s'obstine à inventer l'Enfer dans un monde paradisiaque. Jacques Massacrier

  • #2
    pour la reprise d'une entreprise mal en point , il faut que l'état commence par effacer son passif : sa dette .
    Mr NOUBAT

    Commentaire

    Chargement...
    X