Annonce

Réduire
Aucune annonce.

62 métiers ouverts en France pour les Roumains et Bulgares

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • 62 métiers ouverts en France pour les Roumains et Bulgares

    LE MONDE | 29.12.06 | 16h37 •

    Le 1er janvier 2007, Roumains et Bulgares, nouveaux entrants dans l'Union européenne, ne bénéficieront pas, en France, d'une pleine application du principe de libre circulation mais d'une ouverture partielle du marché du travail.

    "Les travailleurs roumains et bulgares pourront rentrer dans 62 métiers qui ne trouvent pas aujourd'hui de réponse en termes d'offres d'emploi, a ainsi annoncé le ministre délégué à l'Emploi, Gérard Larcher. C'est donc une ouverture progressive et maîtrisée" qui leur sera appliquée, à l'instar des ressortissants des huit autres pays d'Europe centrale et orientale dont l'adhésion remonte à mai 2004 et qui, depuis le 1er mai, peuvent accéder à ces métiers.

    Ces métiers, qui représentaient près de 700 000 offres d'emploi en 2005 dont un tiers en moyenne ne pouvait être pourvu faute de demande, relèvent de sept secteurs économique : le bâtiment et les travaux publics (ouvrier du béton, charpentier, carreleur, couvreur, menuisier, conducteur de travail, etc.) ; l'hôtellerie-restauration-alimentation (cuisinier, serveur, etc.) ; l'agriculture (maraîcher-horticulteur, arboriculteur-viticulteur, éleveur de porcs, lapins, volaille...) ; la mécanique (chaudronnier, tôlier, opérateur-régleur, ajusteur, etc.) ; les industries de "process" (pilote d'installation ou opérateur de production dans l'agroalimentaire, le verre, le papier carton, etc.) ; le commerce et la vente (attaché commercial, vente à distance, représentant à domicile, etc.) ; et enfin la propreté (agents d'entretien, laveur de vitres, etc.). Pour ces métiers, l'autorisation de travail subsiste mais elle est simplifiée.

    La France n'est pas le seul pays à appliquer des restrictions pour les Roumains et les Bulgares. Ont d'ores et déjà décidé de faire de même le Danemark, les Pays-Bas, la Grèce, l'Espagne, l'Allemagne, l'Autriche, le Luxembourg, la Belgique. La Grande-Bretagne et l'Irlande le feront aussi, alors qu'elles avaient ouvert complètement leur marché du travail dès 2004. Les deux pays ont annoncé qu'ils imposeraient des restrictions, avec des quotas pour les moins qualifiés, qui ne pourront travailler que dans l'agroalimentaire.

    Lorsqu'ils se déplaceront pour un séjour touristique de moins de trois mois, Roumains et Bulgares bénéficieront néanmoins de la libre circulation : une simple carte d'identité leur suffira.
    "Le mouton a peur du loup, mais c'est le berger qui le mangera" (proverbe roumain)

  • #2
    Mais il y a 4 millions de chômeurs en France, comment est-ce possible ?
    L'Homme s'obstine à inventer l'Enfer dans un monde paradisiaque. Jacques Massacrier

    Commentaire


    • #3
      moins de 3 millions.

      mais les metiers sont tres mal repartis: ya trop de sangsues intermediaires et pas assez de manuels.

      Commentaire


      • #4
        Il y a eu une baisse de 10% de chomage cette année en France, mais il reste des postes vaquants qui ne trouvent pas preneur, pour la simple et bonne raison que les français sont ou mal formés pour ces secteurs, ou ne veulent pas y travailler, il faut donc faire appel a la main d'oeuvre etrangere.

        Commentaire


        • #5
          Envoyé par Quasard
          Il y a eu une baisse de 10% de chomage cette année en France.
          Je ne crois pas à la propagande journalistique, combien de dizaine de milliers de jeunes ont quitté la France cette année ?

          Sans compter les emplois intérim et les stages à vie.
          L'Homme s'obstine à inventer l'Enfer dans un monde paradisiaque. Jacques Massacrier

          Commentaire


          • #6
            Meme si la baisse hors travail temporaire n'atteint pas 10% il reste que la tendance est claire et elle est baissiere, il n'y a pas matiere à polemique je crois ^^
            --------------------------------------------------------------------

            Le nombre de demandeurs d'emploi a reculé de 17 400 en novembre. Un collectif pointe 2,3 millions de « chômeurs invisibles », mais pour le gouvernement le reflux est général.

            APRÈS UNE PAUSE en octobre, le chômage s'est remis à décroître en novembre : le nombre de demandeurs d'emploi recule de 17 400 (- 0,8 %), pour atteindre 2 112 300 personnes. À 8,7 %, contre 8,8 % en septembre et octobre, le taux de chômage retrouve son niveau de juillet 2001. « C'est un mois classique, avec un rythme de baisse traditionnel, autour de 20 000 personnes, commente Jean-Louis Borloo, le ministre de l'Emploi. Le nombre de chômeurs a baissé de 10 % en douze mois, et de 15 % depuis l'inversion de tendance en février 2005. »

            En novembre, ce mouvement a profité aussi bien aux jeunes (- 1,3 %) qu'aux seniors (- 1,4 %) et aux chômeurs de longue durée (- 1,8 %). Le gouvernement l'explique par la réussite des différentes facettes du plan de cohésion sociale : emplois aidés (80 000 dans le privé depuis le début de l'année, 357 000 dans les collectivités locales et les associations), meilleure coopération entre Assedic et ANPE, suivi personnalisé des chômeurs, soutien à la création d'entreprise... Le CNE « poursuit sa vie » et représente 8,2 % des emplois dans les entreprises de moins de 20 salariés. *Enfin, dans les services à la personne, 130 000 emplois ont été créés en 2006 (+ 11,3 %) et « le début de l'année 2007 sera très riche, avance Jean-Louis Borloo, car de grands groupes comme La Poste se mettent au chèque emploi-service universel ».

            Pour faire reculer le chômage, « il y avait des choses qui ne dépendaient que de notre propre organisation » du marché du travail, et pas« du niveau de l'euro ou du cours du brut ! » assure-t-il. « La mécanique paraît réglée. » Un satisfecit et une assurance que ne sont pas venus troubler le collectif Les Autres Chiffres du Chômage (ACDC). Rassemblant des associations comme AC ! ou des syndicats comme Sud ANPE et la CGT Insee, ce groupe affirme que « plus de la moitié des demandeurs d'emplois est exclue du chiffre officiel ». Il parle de « manipulation des chiffres » et d'« instrumentalisation politique de l'ANPE ».

            Le même « thermomètre » depuis 1995

            ACDC additionne les 220 000 chômeurs des départements d'outre-mer, les 871 000 demandeurs d'emploi à temps partiel, les 452 000 chômeurs ayant travaillé plus de 78 heures au cours du mois, mais aussi les 412 000 personnes dispensées de recherche d'emploi (car proches de la retraite) et les 321 000 « demandeurs d'emploi non immédiatement disponibles » car en stage, en formation, en arrêt maladie ou en congé maternité. La France compterait ainsi « près de 2,3 millions de chômeurs invisibles ».

            Des chiffres pas vraiment cachés - le gouvernement ne les conteste pas - mais pas franchement mis en avant... La statistique de référence du gouvernement concerne les chômeurs immédiatement disponibles et à la recherche d'un CDI à temps plein. Le taux de chômage retenu par le Bureau international du travail est calculé de la même façon depuis 1995. « Si on change le thermomètre tous les jours, c'est difficile de mesurer l'évolution de la température », rétorque Jean-Louis Borloo.

            Son ministre délégué, Gérard Larcher, précise que, en considérant l'ensemble des personnes immédiatement disponibles à la recherche d'un CDI, d'un CDD ou d'une mission d'intérim, à temps plein ou à temps partiel, ayant ou non travaillé plus de 78 heures au cours du dernier mois, « le nombre de chômeurs a reculé de 9,2 % en un an. La tendance générale est donc très proche des 10 % observés pour la catégorie 1. »

            Lefigaro

            Commentaire


            • #7
              avec ces roumains et bulgares qui viendront prendre le travail des Français le chomage va encore grimper :22:

              Commentaire


              • #8
                Sayfi c'est une vision simpliste que tu as de l'economie, les etrangers qui viennent en france travailler, ne prennent pas la place de français ils travaillent dans des secteurs qui ont du mal a trouver de la main d'oeuvre.
                Le travail de ces immigrés crée de la richesse et de la croissance pour la France, et l'aide donc à creer de nouveaux emplois et ce meme pour les Français eux memes

                Commentaire


                • #9
                  Quasard
                  il y a 3 milions de chomeurs en France
                  trop c'est trop

                  Commentaire


                  • #10
                    Raison de plus pour recruter la ou la population de chomeurs francais ne peut convenir pour creer des emplois pour ces chomeurs si.

                    Commentaire


                    • #11
                      Quasard
                      si le Français refuse de travailler dans le batiment (c'est juste un exemple) c'est parce que c'est mal rémunéré
                      pareil pour la restauration, ...
                      il nous faut une autre politique d'emploi qui a pour but d'encourager ces 3 millions de chomeurs à travailler dans ces domaines qui ne trouventpas de mains d'oeuvre ...

                      Commentaire


                      • #12
                        Mal rémunéré?
                        Il y a des couts a respecter, si on augmente les prix dans le batiments et la restauration pour mieux payer les travailleurs dans le secteur, ca augmentera le cout de la vie pour l'ensemble des français.
                        La taxation pour ces deux secteurs a deja été revu, mais les charges pour les patrons du secteurs, restent élevés et les salaires qui peuvent paraitre bas, sont en fait assez haut, car c'est souvent des petites entreprises qui travaillent dans le secteur, et elles n'ont pas les moyens des grandes chaines.
                        Donc en attendant de trouver mieux, vaut mieux engager ailleur.

                        Commentaire


                        • #13
                          J'ai travaillé dans la restauration
                          et je peux te dire que c'est un métier très physique mais le salaire est très bas :22: et c'est pareil pour le batiment...

                          Commentaire


                          • #14
                            Tu n'es pas le seul à avoir travailler dans la restauration.
                            De plus ma famille tient aussi un restaurant donc je peux te dire que les salaires aussi bas qu'ils puissent paraitre pour des petits resto ben c'est deja beaucoup.
                            Donc sauf si tu veux encore plus saigner le client, y'a pas moyen d'augmenter les salaires.

                            Commentaire


                            • #15
                              Quasard
                              avant d'augmenter les salaires, il faut d'abord baisser les impôts de restauration
                              c'est ce que Chirac avait promis
                              mais comme c'est un président menteur ... :22:

                              Commentaire

                              Chargement...
                              X