Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Les métiers qui vont recruter en 2015

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Les métiers qui vont recruter en 2015

    Bonjour, la division du travail s'internationalise de plus en plus, ce qui fait qu'il ne restera plus que les services dans les pays de l'OCDE ou tout au moins les services publiques.
    -----------------------------------------------------------------

    Selon une étude du Centre d’analyse stratégique et de la Dares, qui paraît mercredi 3 janvier, une quinzaine de métiers concentreront la moitié des emplois à pourvoir d’ici 2015, essentiellement dans le domaine des services. La France poursuit sa tertiarisation, ce qui ne garantit pas néanmoins que le chômage baissera à long terme


    Quels secteurs vont recruter le plus en 2015 ? Selon une étude du Centre d’analyse stratégique (ex-commissariat au Plan) et de la Dares (ministère de l’Emploi), qui paraît mercredi 3 janvier, une quinzaine de métiers concentreront la moitié des emplois à pourvoir d’ici 2015, essentiellement dans le domaine des services. Les deux organismes, poursuivant des travaux entrepris en 2005 sur la configuration du marché du travail en 2015, ont examiné en détail une vingtaine d’entre eux (des métiers de l’agriculture à ceux des services aux particuliers) sous l’angle de la demande de travail (combien de personnes vont partir en retraite dans ces métiers? comment va évoluer l’emploi dans les secteurs concernés?), mais aussi de l’offre (quel est le profil des personnes qui sont actuellement dans ces métiers?).

    Essor du tertiaire

    Le rapport fait en particulier un zoom sur les métiers de l’aide et des soins aux personnes fragiles, et explique les enjeux économiques et sociaux du développement et de la professionnalisation de ces emplois. Il ressort que l’économie française va poursuivre sa tertiarisation et les emplois de service vont se développer, particulièrement dans cinq domaines : les services aux particuliers (400 000 créations d’emplois prévues), la santé et l'action sociale (308 000), les transports et la logistique (225 000), les métiers administratifs (197 000), le commerce et la vente (194 000).

    Cet essor du secteur tertiaire va s’accompagner d’une demande accrue de cadres et d’emplois peu qualifiés dans les services (employés de maison, agents d’entretien). Les assistants maternels et les aides à domicile seront les plus demandés avec 211 000 postes à pourvoir d’ici 2015, pour répondre à des besoins grandissants comme l'aide aux personnes dépendantes ou insuffisamment satisfaits comme la garde d'enfants.

    La France aura également besoin de davantage d'aides-soignants (149 000) et d'infirmières (78 000) dans les établissements d'hébergement mais aussi à domicile. Parallèlement, pour satisfaire notamment les besoins croissants d'expertises, études de marchés, audits ou conseils juridiques, les recrutements d'informaticiens vont augmenter (149 000), de cadres administratifs (131 000) ou encore de cadres commerciaux (97 000). Avec la multiplication des échanges de marchandises due à la mondialisation, les postes à pourvoir seront aussi plus nombreux dans le transport et la logistique (conducteurs de véhicule, ouvriers qualifiés de la manutention).

    Déclin de l'agriculture et du petit commerce

    En revanche, certains métiers devraient continuer à décliner d'ici 2015, dans l'industrie mécanique notamment, mais aussi dans l'agriculture, le petit commerce et l'artisanat. Dans dix ans, la France comptera moins de secrétaires (-84 000), moins d'ouvriers non qualifiés de la mécanique, du textile et du cuir (-41 000), moins d'agriculteurs (-47 000), moins de maraîchers et de jardiniers (-56 000), moins de patrons de café, d'hôtel ou de restaurant (-25 000) mais aussi moins de bouchers, de charcutiers et de boulangers (-14 000).

    Enfin, conclut l’étude, les départs massifs à la retraite des "papy-boomers" ne feront pas baisser mécaniquement le chômage français à moyen ou long terme si rien n'est fait pour amener les entreprises à changer leurs habitudes de recrutement. Le risque demeure de voir coexister un chômage de masse, notamment parmi les hommes peu diplômés, et des difficultés de recrutement dans certains métiers, comme l'aide à domicile, ou certains bassins d'emploi

    Isabelle Tallec
    3 janvier 2007. L'Express
    L'Homme s'obstine à inventer l'Enfer dans un monde paradisiaque. Jacques Massacrier

  • #2
    Tsss ne pas prendre en compte les biotechnologies, les biomasses, et la nanoindustrie est une grosse erreure.

    Commentaire


    • #3
      Envoyé par Qasard
      Tsss ne pas prendre en compte les biotechnologies, les biomasses, et la nanoindustrie est une grosse erreure.
      Je crois que ce journaliste est clairvoyant, à part les services de proximité et le secteur publique, je ne vois pas ce qui empêchera les industries à haute valeur ajouté et les services demandant de la matière grise de s'exiler dans des pays ou l'ingénieur est payé 200 euros par mois.
      L'Homme s'obstine à inventer l'Enfer dans un monde paradisiaque. Jacques Massacrier

      Commentaire


      • #4
        Meme s'ils s'exilent, ces nouveaux secteurs creeront des emplois dans des metiers de conseil et d'achat, d'import export.
        Il faudra donc garder un minimum de cadre si on veut pas se faire arnaquer

        Commentaire

        Chargement...
        X