Annonce

Réduire
Aucune annonce.

La dette française, un fardeau... qui s'arrache sur les marchés

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • La dette française, un fardeau... qui s'arrache sur les marchés

    LE MONDE ECONOMIE | 08.01.07 | 20h27 •

    Paradoxe ? Alors que la réduction de la dette est une priorité affichée du gouvernement, Jacques Chirac a proposé, lors de ses voeux, une réduction de l'impôt sur les bénéfices des sociétés de 33 % à 20 % en cinq ans. De son côté, le ministre des finances, Thierry Breton, a engagé en décembre une réflexion sur la retenue à la source de l'impôt sur le revenu à partir de 2009, qui aurait pour effet d'éviter l'imposition des revenus 2008. Même si cette réforme, en réalité, ne permettra pas de sauter une année d'imposition - les impôts 2009 étant perçus plus tôt à la place de ceux de 2008 -, la pédagogie de M. Breton, généralement appliquée à expliquer les méfaits de la dette, en devient en tout cas moins lisible.

    Son ministère a pourtant pu annoncer, mardi 2 janvier, une bonne nouvelle : la baisse de l'endettement de l'Etat en 2006. A la fin décembre 2006, la dette négociable s'est établie à 876,59 milliards d'euros, soit 0,76 milliard de moins qu'en 2005. Le chiffre total de la dette des administrations publiques à la fin 2006 - qui inclut la dette des collectivités locales et des administrations de Sécurité sociale et atteignait 1 151,8 milliards d'euros le 30 septembre - ne sera connu qu'en mars 2007. Mais l'objectif de diminuer le ratio de la dette totale des administrations publiques dans le produit intérieur brut (PIB) de 66,6 % du PIB à 64,6 % devrait être atteint au 31 décembre 2006 voire dépassé.

    "FACILITÉ"

    L'amélioration provient de plus-values fiscales qui seront "bien au-dessus" des 5,1 milliards d'euros annoncés en décembre, a précisé le ministre du budget, Jean-François Copé, le 4 janvier. D'autre part, 15,6 milliards d'euros de rachats de dette ont été effectués, notamment grâce aux recettes de privatisations. Enfin - et surtout - l'Etat a réduit sa dette à court terme en gérant au plus près sa trésorerie. Le stock d'emprunts à court terme (BTF) a ainsi été réduit de 29,1 milliards d'euros en 2006.

    Faut-il alors croire les Cassandre martelant "l'insoutenabilité" d'un endettement public représentant, selon le rapport rendu par la Commission présidée par le président de BNP Paribas, Michel Pébereau, à M. Breton en décembre 2005, 41 000 euros par ménage, et la menace que fait peser sur l'économie un Etat vivant au-dessus de ses moyens ?

    L'endettement reste certes au-dessus de la norme européenne des 60 % du PIB. Le rapport Pébereau proposait de "rompre avec la facilité de la dette publique". Il prenait en compte aussi les engagements futurs de l'Etat, notamment les retraites des fonctionnaires, pour un montant compris entre 400 et jusqu'à 1 000 milliards, si l'on applique "les normes comptables des entreprises privées".

    Mais, justement, explique Jean-Marc Daniel, professeur d'économie à l'ESCP-EAP et à l'Ecole des mines de Paris, l'Etat n'est pas assimilable à une entreprise privée : il est "éternel" et "différent par la nature de ses missions". Pierre Cailleteau, directeur de l'analyse de la politique économique et financière de l'agence Moody's, ajoute : "Lorsque nous notons les risques de défaut de paiement de l'Etat français, nous lui attribuons la meilleure note, Aaa." "Ses finances publiques sont bien plus robustes que celles de la plupart des pays du monde", dit-il. Si une crise de confiance est donc exclue, "l'analyse du profil de risque de la France tient en deux questions majeures : est-ce que l'augmentation de la dette répond à une logique d'investissement public "productif" ou au moins porteur d'avenir ? Comment les passifs futurs - les engagements sociaux sur les retraites et la santé, liés au vieillissement de la population - seront-ils couverts ?", explique M. Cailleteau. L'Etat ne risque donc pas de faire défaut à ses créanciers, mais plutôt de réformer les prestations de ses assurés.

    Parce que sa signature est excellente et la gestion de sa dette par l'Agence France Trésor (AFT) réputée, l'Etat se finance d'ailleurs au meilleur coût : un taux de 3,43 % à un mois et de seulement 4,03 % à cinquante ans. "Depuis deux ans, nous arrivons à nous financer avec quasiment les mêmes taux d'intérêt que l'Allemagne à un point de base près (0,01 %), ce qui fait de la dette de l'Etat français une des moins coûteuses de la zone euro pour les contribuables", explique Benoît Coeuré, directeur général de l'AFT. L'avènement de l'euro a aussi permis à l'Etat de s'adresser au marché mondial de l'épargne, la dette française étant détenue à près de 60 % par des non-résidents. "Jusqu'en 1999 et la création de l'euro, le Trésor représentait 85 % des émissions obligataires d'Etat en francs. Il se trouvait dans la situation de la "baleine dans l'étang", chaque mouvement provoquait une vague et éclaboussait les autres acteurs. Aujourd'hui, le Trésor français ne représente plus que 20 % des émissions de dette souveraine en euros. C'est une différence considérable. La diversification des acheteurs permet une grande liberté de politique d'émission et apporte beaucoup de stabilité contre les crises financières", explique M. Coeuré.

    L'image du bas de laine du ménage ou de la trésorerie d'entreprise, qu'il faudrait à tout prix "équilibrer", ne s'applique pas véritablement à la dette publique. Cette dernière est en fait l'un des instruments financiers permanents de la puissance de l'Etat. Ce qui n'exempte pas de la gérer au mieux.
    "Le mouton a peur du loup, mais c'est le berger qui le mangera" (proverbe roumain)

  • #2
    Je crains toujours davantage qu'il sera dur de récupérer les 1300 milliards que la France nous doit!
    ____________________________________

    Voilà pourquoi Breton a lancé le chiffre de 2 000 milliards. Mais il s'est pris les pieds dans le tapis. Cette somme, dit-il en substance à La Tribune, est l'addition des 1 167 milliards et des 900 milliards (futurs) au titre de la retraite des fonctionnaires, dont 450 pour ceux de l'Etat et autant pour ceux des collectivités locales. Et le ministre d'affirmer que ces chiffres figurent «dans tous les rapports de l'Etat». Effectivement, le compte général de l'administration des finances (pour les courageux: www.minefi.gouv.fr) parle de 890 milliards d'euros au titre des retraites des fonctionnaires: on serait donc proche des 900 milliards cités par le ministre. Mais les 890 milliards ne concernent que les fonctionnaires… d'Etat!

    Alors, d'où viennent les chiffres de Breton? D'un calcul préliminaire de la mission Pébereau estimant respectivement à 430 et à 470 milliards la charge des retraites des agents de l'Etat, d'un côté, et celle des personnels des collectivités locales et des hôpitaux, de l'autre. Premier problème: la méthode utilisée pour chacun de ces deux types de fonctionnaires n'est pas homogène, et la mission doit encore affiner ses calculs. Second problème: la différence, pour les seules retraites des fonctionnaires de l'Etat, entre les 890 et les 430 milliards, tient au fait que, dans le premier cas, on retient l'ensemble des prestations à verser et, dans le second, la partie non financée par des cotisations correspondantes!

    http://www.lexpress.fr/info/economie...asp?ida=436072

    Commentaire


    • #3
      Salut
      J'ai choisi ce sujet pour un exposer en economie mais j'arrive pas a trouver un plan en 2 parties.

      vous pouvez m'aider svp

      Commentaire


      • #4
        Je hais l'économie. Tout au plus, jai conservé l'article paru dans Le Monde relatif à ton sujet...auquel je n'y crois pas!

        Commentaire


        • #5
          Je hais l'économie. Tout au plus, jai conservé l'article paru dans Le Monde relatif à ton sujet...auquel je n'y crois pas!

          J'ai pas tres bien compris

          Commentaire


          • #6
            Simplement que l'écomie n'est pas ma tasse de thé mais néanmoins, j'ai conservé l'article du journal Le Monde relatif à l'introduction de ce sujet.

            Commentaire


            • #7
              ok
              Cependant personne est dans la mesure de m'aider svp

              Commentaire


              • #8
                Mais que veux-tu au fond?

                Commentaire


                • #9
                  COmme je l'ai dit plus haut j'ai un expo en economis ou il faut choisir un arrticle de presse et le présenter/commenter devant la classe.

                  Pour le présenter il faut une intro un develeppement et une conclusion.
                  Mais je n'arrive pas a trouvé 2 parties a mon sujet.

                  Commentaire

                  Chargement...
                  X