Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Classement des économies les plus libres du monde. L’Algérie 134e sur 157 nations

Réduire
Cette discussion est fermée.
X
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Classement des économies les plus libres du monde. L’Algérie 134e sur 157 nations

    Selon un récent rapport élaboré et publié cette semaine par le Wall Street Journal et la Fondation Heritageet classant les pays les «plus libres au monde» en 2007 sur le plan économique...L’Algérie est parmi les pays dont l’économie est la moins libre du monde.

    L'Algérie à la 134e place seulement avec un degré de liberté économique estimé à 59,9 %, et ce sur une liste de 157 nations dominées par Hong Kong et Singapour qui occupent les deux premières places.
    Le Bahreïn, 39e au niveau mondial, vient en tête des 17 pays arabes pris en compte dans le rapport, alors que l’Algérie n’est que 15e, devançant simplement la Syrie (142e mondial) et la Libye (155e mondial). Derrière le Bahreïn, on retrouve le Koweït (57e) et la Tunisie (69e), en tête des pays de l’Afrique du Nord, devant le Maroc (96e) et la Mauritanie (126e).

    Globalement, le rapport note un net recul des libertés économiques dans les pays arabes par rapport à l’année précédente, alors que 12 des 20 premiers pays appartiennent au continent européen et que les trois derniers du classement sont la Libye, Cuba et la Corée du Nord.

    Les auteurs du rapport ont, pour établir leur étude, pris en considération 10 indicateurs parmi lesquels la liberté des affaires, du commerce et de l’investissement, ainsi que l’ampleur des impôts et des taxes, l’intervention du gouvernement dans l’économie et la politique monétaire et fiscale.

    Une nouvelle catégorie a été introduite cette année, à savoir la liberté du travail, qui représente la flexibilité des lois du travail. Les pays sont ensuite classés par groupes, qui vont du groupe des «libres» puis des «en majorité libres» jusqu’aux pays «non libres» en passant par les pays «modérément libres».

    Ainsi, 7 pays ont été considérés comme «libres», 23 comme «en majorité libres», 103 comme «modérément libres», alors que 20 pays ont été classés comme «non libres». Par région, l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient ont été classés au 4e rang avec un degré de liberté estimé à 57 %, après l’Europe, l’Amérique et l’Asie.

    Pour la 13e année consécutive, Hong Kong est arrivé en tête de ce classement qui a été publié la première fois en 1995. Pour ce pays, le degré de liberté a été évalué à 89 %, du fait de sa faible fiscalité et de son marché du travail très flexible.

    Singapour est arrivé en 2e position avec un degré de liberté de 86 %, suivi par l’Australie (82,7 %) qui s’est hissée du 9e au 3e rang, du fait d’une nouvelle méthodologie de classement prenant également en compte les libertés sur le marché du travail.

    Quatre pays européens figurent parmi les 10 premiers : le Royaume-Uni (81,6 %), l’Irlande (81,3 %), le Luxembourg (79,3 %) et la Suisse (79,1 %). Les Etats-Unis occupent le 4e rang (82 %). S. B.

    - Le Jeune Independant

  • #2
    Franchement c'est abusé.
    Mais je pense que le faite de ne pas faire partie de L'OMC est très pénalisant et déteriore gravement notre classement...
    A QUAND LA REVOLUTION ECONOMIQUE EN ALGERIE?

    Commentaire


    • #3
      On se souvient de la révolution économique entreprise par l'Argentine:fiasco total!

      Commentaire


      • #4
        En Algérie beaucoup de secteurs économiques sont vraiment très en retard, l'économie nationale est gérée par une poigné de personne qui tirent à leur profit les richesse du pays. Les réformes sont là, les lois existent, mais rien n'est appliqué sur le terrain. Les réformes bancaires se font attendre depuis bientôt 6ans, pareil pour l'industrie, etc... Donc au finalement en additionnant tous les retards qui existent à droite, gauche on arrive à une telle note qui à vrai dire ne surprend personne.

        Une note de la CNUCED arrivée dernièrement montre que les investisseurs s'intéressent peu à l'Algérie (hors secteur des hydrocarbures). C’est évident que sans une véritable libéralisation l'économie nationale continuera à décevoir.

        Commentaire


        • #5
          franchement moi je ne crois pas dutout a se classement,tt le monde est entrein de saboter l'lagerie ds ces classement ,quesqu'ils ont contre nous????
          Se tromper est humain, persister dans son erreur est diabolique. (Saint Augustin)

          Commentaire


          • #6
            franchement moi je ne crois pas dutout a se classement,tt le monde est entrein de saboter l'lagerie ds ces classement ,quesqu'ils ont contre nous????
            Ce n’est pas une question d'aimer ou pas l'Algérie cela n'a rien à voir. Prenons juste un exemple simple celui de la banque et de la finance.

            Toutes les grandes banques nationales sont des banques publiques mal gérées par de pseudo PDG proches des maîtres du pouvoir qui au passage confondent les caisses de leur banque et leur propre poche. (cf les scandales financiers). En Algérie le secteur de la finance est gravement malade, et tous les économistes te le diront que le secteur de la finance c'est la colonne vertébrale de l'économie, c'est l'un des secteurs centraux du financement économique des pays développés et des pays émergents. Comme on dit l'argent c'est le nerf de la guerre. Donc sans un secteur financier performant, et sans une bourse des valeurs digne de ce nom comment peut on prétendre à un développement de notre économie ? C'est quasi impossible.

            Au niveau libéralisation le programme de privatisation n’a concerné que des hôtels et des structures sans importances dont l’état été l’actionnaire et le gérant. Sinon les deux seules vraies entreprises privatisaient été l’ERIAD Sétif et Saidal mais sur une période 4 ou 5 et au niveau d’un pays de 32 millions d’habitants ça reste vraiment très maigre.

            Commentaire


            • #7
              Normal on cherche à vendre les canards boiteux ( très nombreux) et garder les quelques rares bijoux...
              Les réformes sont bien trop longue...
              Maudit pétrole en effet nos dirigeants ne se pressent pas car il y a pour l'instant du fric... Donc les ide sont pour eux secondaires.

              Commentaire


              • #8
                "Maudit pétrole en effet nos dirigeants ne se pressent pas car il y a pour l'instant du fric... Donc les ide sont pour eux secondaires." qoute maceo)

                Va dire cela à la Norvège (pays au premeir rang depuis 5 ans pour le développement) troisième exportateur de pétrole. Tu feras aussi s'étrangler Chavez par ta position.

                Et n'oublions pas que l'Algérie occupe le second économiquement en Afrique...un exploit jamais vu après 12 ans de guerre civile.

                Commentaire


                • #9
                  L’Algérie dispose d’un code des investissements des plus libre au monde mais sur le terrain il y a beaucoup de bureaucratie qui dissuade les investisseurs. Généralement, ces blocages sont l’œuvre d’interprétations d’individus au niveau de l’administration et des banques et non des lois.
                  Le Hirak est une idée et une idée ne meurt pas (الحراك فكرة و الفكرة لن تموت)

                  Commentaire


                  • #10
                    La situation interne n'est pas sécurisée totalement. De là réside la frilosité des investisseurs étrangers à choisir l'Algérie.

                    Commentaire


                    • #11
                      maceo

                      Maudit pétrole en effet nos dirigeants ne se pressent pas car il y a pour l'instant du fric... Donc les ide sont pour eux secondaires.
                      Non le pétrole n'y est pour rien alhamdoulah c'est une manne considérable qui donne du poids au pays. Mais c'est vrai comme tu le dis avec l'argent que ça rapporte, les réformes et la promotion des IDEs deviennent vite secondaires. Les ventes pétrolières aident à gonfler le PIB et mettent les indicateurs économiques au vert mais le peuple n'en profite pas, l'industrie est complètement sinistré, l'agriculture presque inexistante, entraînant un chômage qui d'après les chiffres officiels atteint 15% . Les exportations hors hydrocarbures sont complètement marginales, les importations chaque années un peu plus importantes.

                      Commentaire


                      • #12
                        Envoyé par walid_dz
                        l'agriculture presque inexistante
                        Il ne faut pas exagéré. Avec les dernières réformes, le secteur de l’agriculture est en pleine croissance en Algérie.
                        Le Hirak est une idée et une idée ne meurt pas (الحراك فكرة و الفكرة لن تموت)

                        Commentaire


                        • #13
                          La situation interne n'est pas sécurisée totalement. De là réside la frilosité des investisseurs étrangers à choisir l'Algérie.
                          Non je ne pense la situation interne est très correcte même si des problèmes persistent ou apparaissent. C'est surtout l'application des lois et les réformes qui empêchent et dissuadent les investisseurs.

                          Par exemple aujourd'hui c'est inimaginable pour un industriel d'attendre 8 à 10 jours pour que sa marchandise embarque sur un bateau pour l'export pareil pour l'importation des matières premières les délais sont long. Sur le forum éco d'El watan un économiste nationale disait qu'en terme de coût ça coûte moins cher de faire voyager un conteneur entre Rotterdam et Changaï que de faire Alger-Rotterdam.

                          En plus ces dernières années les coupures d'eau et maintenant d'électricité on fortement perturbé les industrielles au point que Saïdal à investit dans des groupes électrogènes.

                          Pareil pour l’infrastructure routière et ferroviaire vieillissante et en mauvaise état il faut au moins 5 heures en trains pour faire Alger Oran !!!!

                          Commentaire


                          • #14
                            Il ne faut pas exagéré. Avec les dernières réformes, le secteur de l’agriculture est en pleine croissance en Algérie.
                            Oui je suis d'accord avec toi c'est ce que dit la presse mais tout le monde sait que c'est faux les prix des mercuriales nous donne le ton sur la réalité des choses. On parle d'abondance dans le secteur depuis 2 où 3 ans au point d’envisager de faire de l'export mais comme à l’accoutumer se sont des promesses sans lendemain.

                            Commentaire


                            • #15
                              Envoyé par walid_dz
                              En plus ces dernières années les coupures d'eau et maintenant d'électricité on fortement perturbé les industrielles au point que Saïdal à investit dans des groupes électrogènes.
                              Je ne sais pas d’où tu tiens ces informations ?! L’électricité et l’eau n’ont jamais été un frein pour les investisseurs. La Sonelgaz et l’ADE font très bien leur travail surtout lorsqu’il s’agit d’industriels. C'est des clients potentiels pour eux.
                              Dernière modification par shadok, 18 janvier 2007, 13h08.
                              Le Hirak est une idée et une idée ne meurt pas (الحراك فكرة و الفكرة لن تموت)

                              Commentaire

                              Chargement...
                              X