Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Saïd Barkat l’a annoncé hier Vers la satisfaction totale du marché national

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Saïd Barkat l’a annoncé hier Vers la satisfaction totale du marché national

    Liberté
    Par : Hafida Ameyar
    Lu : (104 fois)


    Le ministre de l’Agriculture a affiché un bilan de plus d’un million d’emplois créés dans son secteur depuis le lancement du PNDAR en 2000.

    La situation du secteur de l’agriculture s’est nettement améliorée en 2006, affichant “un taux de croissance provisoire” de 4,5% contre un taux de 2,5% l’année précédente. L’annonce a été faite, hier, par les responsables du secteur, lors de la rencontre d’évaluation du Plan national de développement agricole et rural (PNDAR), qui a rassemblé l’ensemble des cadres au siège du ministère de l’Agriculture et du Développement rural. Dans son intervention, le ministre de l’Agriculture, Saïd Barkat, a exprimé sa satisfaction devant les résultats obtenus, dont l’objectif est de réduire la dépendance par rapport à l’étranger. Il a abordé les effets positifs du plan qui, pour rappel, a été lancé en 2000, en mettant en exergue la création de près de 1,060 million d’emplois, dont 104 300 emplois pour la seule année 2006. Il a également justifié “la croissance soutenue” dans son secteur par un certain nombre de facteurs tels que notamment l’adaptation des cultures au climat, l’élargissement des surfaces utiles et l’adhésion volontaire de 387 000 exploitations au PNDAR, ainsi que les fonds réservés pour la réalisation des projets. “Plus de 200 000 exploitations n’ont plus besoin de l’aide du ministère et peuvent rejoindre désormais le système bancaire”, a déclaré
    M. Barkat, en se déclarant convaincu de l’adhésion prochaine de plus de 300 000 exploitations.
    L’intervenant a, par ailleurs, informé de la signature, “la semaine prochaine”, d’une convention entre son département et la Banque algérienne de développement rural (Badr). Le ministre s’est félicité du “retour avec un nouveau look” de cette banque, qui travaillera dorénavant “au service du secteur agricole”, tout en promettant “le financement, même pour les petits éleveurs”.
    Rappelant que le financement pour le quinquennat 2005-2009 est de 360 milliards de dinars, y compris pour les régions du Sud et celles des Hauts-Plateaux, M. Barkat a indiqué que grâce aux investissements alloués à l’agriculture, “nous avons fait revivre la terre, créé des emplois, combattu la désertification et augmenté la production”. Il a, cependant, reconnu que la production des légumes secs “n’a pas eu tellement d’effet sur le terrain”, malgré le soutien apporté par la tutelle. Le même constat a été établi pour la production de la pomme de terre, qui devrait s’améliorer cette année grâce aux “dispositions qui ont été prises”. Sur un autre registre, il a affirmé que la facture du lait est “toujours élevée, même si l’on importe moins”, en raison de la hausse des prix à l’étranger. Le ministre a rejeté l’idée des “logements ruraux regroupés”, en appelant à la réhabilitation des anciennes bâtisses qui serviraient d’étables ou d’espaces de stockage. Il a également sollicité les cadres de l’agriculture, en leur demandant de généraliser l’énergie solaire, particulièrement “dans les zones éloignées”, d’utiliser “les multichapelles” dans la plasticulture, de maîtriser les technologies du froid, d’encourager l’horticulture et de poursuivre les plantations d’oliviers. Non sans omettre de rappeler aux responsables de wilaya de mieux “identifier” les marchés de collecte de lait.
    Pour Saïd Barkat, le moment est venu pour faire “un saut qualitatif”. “Nous allons vers une autre phase, celle de la satisfaction totale de notre marché, sauf pour certains produits, et celle de l’exportation de qualité”, a-t-il soutenu.
    En ajoutant qu’une bataille va être engagée pour défendre la datte Deguelet Nour, en tant que produit spécifique à l’Algérie.
    Il est à souligner que la rencontre nationale d’Alger, qui regroupe les cadres exerçant au niveau de la tutelle et des directions et organismes de wilaya, ainsi que ceux de la Chambre nationale de l’agriculture, s’achèvera aujourd’hui.

    10 000 hectares seront réservés à la pomme de terre
    Entre 6 000 et 8 000 hectares (ha) sont actuellement consacrés à la production de la pomme de terre, soit 100 000 t de semences. Cette superficie, qui n’était que 1 500 ha en 1999, devrait atteindre les 10 000 ha pour 2007-2008, ce qui équivaudrait à 150 000 t de semences. Ces informations ont été données hier par le directeur du PNDAR, M. Sebbah. Ce dernier a indiqué qu’un dispositif a été mis en place récemment par le ministère de tutelle, dont l’objectif est de “réduire” les importations.
    Outre l’accroissement de la superficie, des mesures d’encouragement des agriculteurs sont prévues, accompagnées de l’amélioration des conditions de stockage des semences de la pomme de terre. M. Sebbah a également noté que les productions agricoles ont, pour la plupart, enregistré une hausse, excepté la tomate industrielle, en raison de l’ouverture du marché mondial et de la “concurrence déloyale”. “Nous allons reprendre la production de la tomate, grâce à la mise en place, cette année, d’un dispositif incitatif pour que les agriculteurs et les transformateurs reprennent l’activité”, a déclaré ce responsable. En signalant que des efforts sont fournis pour améliorer l’oléiculture, dont la superficie est passée de 176 000 ha à près de 300 000 ha.

    Développement de l’agrumiculture et de l’oléiculture
    Le programme de développement de l’agrumiculture, lancé à la fin 2006, touche plus de 9 000 ha, réservés à l’augmentation de la production des “petits fruits” (mandarine et clémentine), ainsi que les oranges, “tardives” ou “de saison”.
    Cela, pour permettre un meilleur approvisionnement du marché national. Concernant ce programme, les agriculteurs adhérents réclament le soutien à la réalisation de la plantation et un accès au “crédit de campagne”. S’agissant du programme relatif à l’oléiculture en intensif, amorcé dans la wilaya d’El-Oued (2 250 ha), il est réalisé à 90%.
    Le ministre de l’Agriculture vient de lancer un programme de 3 250 ha, qui concernera 15 wilayas des zones steppiques et sahariennes. À cela s’ajoutent les 2 326 ha pris en charge par les cellules régionales et qui concernent 7 wilayas, pour la campagne 2007-2008.

    H. Ameyar

  • #2
    Je ne sais pas si on va bientot atteindre la satisfaction totale du marché national. C'est un objectif stratégique.

    Néanmoins quelques indices tendent à affirmer que c'est possible. Difficile mais possible.

    Je lisais quelques statistiques émanant du centre informatique et statistique des douanes et j'ai relevé ceci :

    Importations de Viandes
    1° Trimestre 2005
    Importation en valeurs : 56,95 Millions de dollars
    1° Trimestre 2006
    Importation en valeurs : 16,46 Millions de dollars

    Soit un différentiel des importations de viandes de l'ordre de -71,10%.
    Il y a une tendance inverse dans le domaine du sucre (augmentation de 30%). Le projet de raffinerie de sucre de Cevital arrive à point nommé.

    Commentaire


    • #3
      C'est bien. Je crois que le PNDAR commence à apporter ses fruits et même ses légumes
      Dernière modification par shadok, 25 janvier 2007, 10h47.
      Le Hirak est une idée et une idée ne meurt pas (الحراك فكرة و الفكرة لن تموت)

      Commentaire

      Chargement...
      X