Annonce

Réduire
Aucune annonce.

de la Nationalisation des hydrocarbures..a la privatisation!

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • de la Nationalisation des hydrocarbures..a la privatisation!

    Il y a 36 ans le 24 févier 1971 fut la nationalisation des hydrocarbures.
    Et aujourd’hui 36 ans après on pense à la privatisation, ou l’autonomie de toutes ses filières et la sonatrach y compris.

    « Les unités publiques de production sont désuètes. L’Etat les a longtemps financées et ne peut plus le faire encore. »

    « Les entreprises publiques ne sont pas mes biens pour les vendre. Je sens vos craintes. Mais nous n’avons pas d’autres issues. Il faut que nous sortions notre économie de sa dépendance entière des hydrocarbures. La privatisation ne se fera pas au détriment des travailleurs et l’Etat aidera les entreprises publiques performantes »,
    a déclaré Abdelaziz Bouteflika Interpellé hier par une victime du terrorisme lors de son discours à la Maison du peuple, siège de l’UGTA, à Alger, Evoquant les privatisations, pour lesquelles l’UGTA est favorable,

    La privatisation est, pour lui, un moyen de créer des richesses !!



  • #2
    Bonjour Thirga!

    En effet la privatisation a bien fonctionné dans d´autres pays. Il a meme raison de dire qu´elle crée la richesse. Si on voit par exemple le decollage de l´economie espagnole pendant les années 80 et 90.
    Mais je ne sais pas si tu partages une certaine apprehension en ce qui concerne notre pays. Car je dois dire que notre pays a besoin d´abords de lois qu´on doit appliquées.
    “Tout le monde fait des bêtises. Le fin du fin, c'est de les faire au moment où personne ne regarde.”

    Commentaire


    • #3
      Il est monnaie courante de scander de tels argumements pour justifier les privatisations. La privatisation n'est pas une fin en soi et la régulation par la marhcé n'est pas une panacée non plus, les hydrocarbures doivent rester dans les mains de l'Etat tant que le développement social du pays n'est pas encore achevé, il est très loin de l'être à nos jours. Je comprend très bien qu'on puisse faire appel à des prestataires externes, externaliser ou nouer des alliances avec des entreprises privées mais je ne vois pas pour quoi sacrifier un secteur qui rapporte 23 Millards de dollars chaque année.
      Privatiser la SONATRAC aurait aussi de lourdes conséquences sur l'équilibre politique du pays.

      Commentaire


      • #4
        La société Total a eu un chiffre d'affaire de 120 milliard d'euros et un résultat net de 9 milliard d'euros en 2004, pourquoi la Sonatrach n'a qu'un chiffre d'affaire de 30 milliard de $, qu'est ce qui a empêché cette société de faire des investissement ou de prendre des participations ces 30 derniéres années, qui prend les décisions stratégiques, est-elle optimisé, qui fait quoi, y a t-il un sur effectif, toute ces questions sont à traiter si on veut que Sonatrach puisse exister dans 50 ou 100 ans.
        L'Homme s'obstine à inventer l'Enfer dans un monde paradisiaque. Jacques Massacrier

        Commentaire


        • #5
          Comparaison n'est pas raison, cher ami Total est née suite à une grande fusion entre les mastodontes français du secteur, elle est présente dans les cinq continents et ellle pèse beacoup plus que la SONATRACH. Mais que la SONATRACH ait une mauvaise gestion ou une gestion non efficiente n'est pas un argument suffisant pour la privatiser.

          Commentaire


          • #6
            Envoyé par Amilcar
            Comparaison n'est pas raison, cher ami Total est née suite à une grande fusion entre les mastodontes français du secteur, elle est présente dans les cinq continents et ellle pèse beacoup plus que la SONATRACH. Mais que la SONATRACH ait une mauvaise gestion ou une gestion non efficiente n'est pas un argument suffisant pour la privatiser.
            Qui a parlé de privatiser Sonatrach, on parle du changement de statut, d'ouvrir son capital pour le mettre sur le marché des actions pour que des Algériens puissent en acheter, on peut en mettre 10 % sur le marché, ça ne mettra pas la Sonatrach en péril. le peuple aussi a le droit de toucher des dividendes, pas seulement ceux qui ont le privilége de travailler chez Sonatrach parce qu'il ont eu du piston.

            .
            Envoyé par ZEK
            C’est la première fois depuis le début des années 1990, lorsque Sadek Boussena était ministre de l'Energie et qu'Abdelhaq Bouhafs dirigeait pour la première fois la Sonatrach, qu'une équipe aussi compétente se trouve à la tête du secteur vital des hydrocarbures
            http://www.algeria-interface.com/new...article_id=429
            Et pour la bonne gestion elle est récente d'après Algéria interface.
            Dernière modification par zek, 25 février 2005, 02h59.
            L'Homme s'obstine à inventer l'Enfer dans un monde paradisiaque. Jacques Massacrier

            Commentaire


            • #7
              Envoyé par zek
              ... on peut en mettre 10 % sur le marché, ça ne mettra pas la Sonatrach en péril. le peuple aussi a le droit de toucher des dividendes, pas seulement ceux qui ont le privilége de travailler chez Sonatrach parce qu'il ont eu du piston.
              Pourquoi seulement ceux qui acheteront des actions auront droit aux dividentes, c'est tout le peuple algérien qui devrait en benéficier et non pas les quelques priviligié qui auront les moyens de s'acheter les actions.

              Comme le disais Gharib, le problème de l'Algérie est un problème de loi et du respect de celle-ci. Pour ma part je ne pense pas que Sonatrach soit un problème aujourd hui, d'ailleurs c'est parmi les rare chose qui marche en Algérie, c'est justement la repartition ou l'utilisation de ses dividentes qui pose problème.
              A croire que le gouvernement à regler tout les problèmes qui se posent dans le pays, et il ne reste plus qu'a légiférer sur Sonatrach, en fait si le gouvernement est si interessé c'est qu'il doit y avoir des demandes américaines qui n'ont d'ailleurs jamais cesser depuis 4,5 ans.

              Cette empressement à ouvrir le capital de la poule au oeuf d'or des algériens ne me dit rien de bon en plus il ne faut pas ce leurrer une fois que l'on commence à ouvrir un capital, la privatisation n'est jamais trés loin, et se serait vraiment dommage que les algériens perdent non seulement cette manne de leur mains mais quelque part aussi un certain poid aux niveau géostratégique.

              Commentaire


              • #8
                Les temps ont changé

                Avant il y avait deux blocs et les plus petits pouvaient se cacher derrière le bloc soviétique avec des approches économiques socialistes voire communistes.

                De nos jours il n'y a plus qu'un bloc celui des capitalistes. Dans le capitalisme les plus forts deviendront plus forts et les plus faibles sont condamnnés à disparaître.

                Dans ce nouveau monde on commercialisera pour les plus forts des produits fabriqués par les plus pauvres.

                Voilà ce à quoi l'algérie est forcée de s'adapter. Elle ne pourra pas résister au nouveau monde.

                Commentaire


                • #9
                  Tout de manière quand une compagnie étrangère fait une découverte en Algérie, c’est du manque à gagner pour Sonatrach, alors autant ouvrir le capital pour que cette compagnie puisse recevoir des transferts technologique et du capital pour avoir plus de moyens de prospections en Algérie, en Libye et en Mauritanie, ce serait déjà pas mal, c’est mon avis.
                  L'Homme s'obstine à inventer l'Enfer dans un monde paradisiaque. Jacques Massacrier

                  Commentaire


                  • #10
                    A noter

                    Que Bouteflika depuis la nomination de khalil chekibe a complétement boulversé la compagnie. Il demande du résultat et veux en faire une compagnie qui perce plus en dehors de l'algérie.
                    A suivre.

                    Commentaire


                    • #11
                      La privatisation peut être une solution, mais ne règle pas tous les problèmes.

                      Le problème est qu’on n’est pas encore prêt a ça, avec les outils dont nous disposons actuellement…il faut il faut une bonne stratégie.

                      En effet pour parler de privatisation, on besoin de lois, de statut, de reformes et de planification pour l’avenir..et a long terme. Tout doit être change dans ces entreprises,a commencer par les mentalités,.



                      L’Algérie a d’abord besoin d’une politique mure, et adaptée. Gérer pour améliorer les choses et non pas les dégrader.



                      Commentaire


                      • #12
                        Je ne pense pas que la privatisation à l'heure actuelle soit la solution, je salue néamoins la prudence et la mesure de l'Etat dans la déréglementation progressive des hydrocarbures.Il est temps aussi que l'algérie commence à penser à l'après pétrole!!!!

                        Commentaire


                        • #13
                          Salut,

                          Je pense que la privatisation n'est pas un choix mais une realite... pour exsiste a long terme Sonatrach a besoin des fonds estime entre 50$ et 73$ milliards pour les 10 annees a venir (source Bayphase), a votre avis d'ou viendrrai une somme pariel:

                          Equity??? je m'endoute
                          Debts??? c un pays a grand risque c ki cette banque qui prendrrai ce risque

                          PS:j'ai cherche sur le net leur annual report pour analyse un petit peu leurs Finantial performances,bon j'ai trouve le rapport de 2003, sur la premiere page ils disent que tout les chiffres se trouvent sur la page 81,mais le rapport a seulement 80 pages??? wakila je devien aveugle ou fou..voila le link http://www.sonatrach-dz.com/pdf/rapport/rap-2003uk.pdf

                          Tanmirt
                          Dernière modification par tikouk, 26 février 2005, 16h25.
                          Happy are those who dream dreams and are ready to pay the price to make them come true.
                          Leon J. Suenes

                          Commentaire

                          Chargement...
                          X