Annonce

Réduire
Aucune annonce.

«L’Amérique de Trump, c’est 4,1% de croissance!»

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • «L’Amérique de Trump, c’est 4,1% de croissance!»

    Si le président américain est sans cesse conspué pour ses tweets et ses provocations, il obtient cependant des résultats économiques remarquables, argue Nicolas Lecaussin, directeur de l’Iref (Institut de recherches économiques et fiscales).

    On pourrait publier des livres avec les moqueries et autres railleries à l’adresse du président Trump. Journalistes, analystes, spécialistes ou politiques s’en donnent à cœur joie, à chaque tweet c’est reparti!

    Tout ce monde aurait dû se rendre compte depuis longtemps que nous ne sommes pas vraiment au cirque, malgré les déclarations et tweets provocateurs dans le style bien connu de Trump. La rencontre récente avec le président de la Commission européenne Juncker a révélé un président qui ose demander la liberté totale des échanges commerciaux entre l’Europe et l’Amérique et la fin des subventions («No tariffs, no barriers and no subsidies!»). Du jamais vu! Même Reagan ne s’y serait pas aventuré. Ce qui confirme que, contrairement à ce qu’on pouvait dire ou écrire ici ou là, Trump est bien un vrai libéral adepte du libre-échange.

    Trump est en train de faire exploser un système hypocrite basé sur des tarifs douaniers et des réglementations plus ou moins cachées, protégés par des organisations bureaucratiques internationales
    En fait, il est en train de faire exploser un système hypocrite basé sur des tarifs douaniers et des réglementations plus ou moins cachées, protégés par des organisations bureaucratiques internationales. Il semble avoir convaincu Juncker, au moins en partie, et il est en train de faire la même chose avec le Nafta (traité de libre-échange nord-américain) et avec la Chine, quitte à forcer un peu la main de ses dirigeants. Trump a été le premier à dénoncer les méthodes commerciales chinoises et la façon dont les entreprises étrangères sont malmenées et espionnées quand elles s’installent en Chine. Les leaders chinois ont cru jusqu’au dernier moment que Trump allait renoncer à ses menaces. Espoir perdu, il n’en a rien été.

    Et cette politique marche! La suppression des réglementations et la baisse massive de la fiscalité ont stimulé l’économie américaine. Le taux de croissance économique a été de 4,1 % au deuxième trimestre et de plus de 3 % en rythme annuel. L’investissement des entreprises a augmenté de 6,3 % en 2017 et de 9,4 % dans la première moitié de l’année 2018. L’emploi est pratiquement en surchauffe en Amérique. Le taux de chômage est descendu à 3,8 % (mai) et les employeurs ont de plus en plus de mal à embaucher. Impressionnantes sont aussi les statistiques concernant les minorités.

    Le taux de chômage de la population noire est tombé à 5,9 %, ce qui ne s’était jamais produit depuis que ces données existent (1972)! Et celui des hispaniques est à seulement 4,9 %. Les inscriptions au chômage atteignent le niveau de… 1973. Autre point crucial: comme les entreprises manquent de main-d’œuvre, elles ont de plus en plus tendance à embaucher des jeunes à partir de 16 ans. Et selon le Labor Department, leur taux de chômage est extrêmement bas: 13,9 % pour les 16-19 ans, 7,2 % pour les 20-24 ans.

    Les revenus des Américains ont augmenté de 3,4 % au premier trimestre et la hausse va continuer grâce à la baisse des impôts. En moyenne, les ménages vont payer, en 2018, 2000 dollars d’impôts de moins qu’en 2017. Les entreprises ont aussi largement profité de la baisse de l’IS (impôt sur les sociétés) de 35 % à 21 %. Environ 600 grandes entreprises ont déjà accordé des primes et des hausses de salaires à leurs employés. Le 25 mai dernier, Trump a signé trois décrets qui donnent la possibilité à l’administration fédérale de licencier très facilement les fonctionnaires qui ne sont pas performants. C’est une réforme très concrète.

    Trump n’obtient pas seulement des résultats économiques. Il est devenu le garant des valeurs conservatrices et un rempart contre le «progressisme» ambiant
    Le président américain a aussi affaibli le pouvoir des fonctionnaires syndicalistes, dont le temps consacré aux activités du syndicat est de plus en plus limité: pas plus de 25 % du temps de travail. Quand on pense à nos syndicalistes à temps plein payés par l’administration… De même, les embauches des fonctionnaires fédéraux se feront de manière transparente, les contrats seront même publiés en ligne, afin de court-circuiter les syndicats. L’année dernière, plus de 2 500 fonctionnaires fédéraux ont été licenciés, 80 % de plus qu’en 2016. Rappelons que l’Amérique compte 3,6 millions de fonctionnaires fédéraux pour une population de 326 millions d’habitants. En France, nous avons 2,4 millions de fonctionnaires d’État pour 67 millions d’habitants.

    Mais Trump n’obtient pas seulement des résultats économiques. Il est devenu le garant des valeurs conservatrices et un rempart contre le «progressisme» ambiant. Il veut en finir avec la plaie de la discrimination positive dans les universités américaines et avec les dérives du politiquement correct. Les juges qu’il a nommés à la Cour suprême seront les défenseurs de ses idées et, vu les sondages, la population américaine semble de plus en plus acquise à sa politique. Tout n’est pas gagné mais quels changements et quelles réformes pour quelqu’un considéré comme un «demeuré»!

    Pendant ce temps, en France, la croissance économique au deuxième trimestre est à… 0,2 %. Le taux de chômage, lui, est remonté à 9,2 % au premier trimestre, ce qui place (Eurostat) notre pays en 25e position parmi les 28 membres de l’Union européenne ! Qu’importe! À défaut de croissance, Alexandre Ben-alla passe au «20 Heures», le peuple et les chômeurs peuvent dormir tranquilles.

    Nicolas Lecaussin
    Le Figaro
    L'Homme s'obstine à inventer l'Enfer dans un monde paradisiaque. Jacques Massacrier

  • #2
    Trump a été le premier à dénoncer les méthodes commerciales chinoises et la façon dont les entreprises étrangères sont malmenées et espionnées quand elles s’installent en Chine
    Trump n’est pas le premier a denoncer les methodes douteuses de la Chine, d’autres présidents américains l’avaient fait avant lui, seulement ils ( Clinton, Bush et Obama) ont cédé face à la pression du lobby des importateurs américains. Les Chinois croyaient a tort que Trump va céder aussi surtout que la plus part des marques US (incluant la fille de Trump) sous-traitent la fabrication de leurs produits en Chine, mais c’était mal connaitre Trump.

    Commentaire


    • #3
      De toute manière la chine et les USA sont mano a mano
      si l'un tombe l'autre le suivra

      la situation économique actuelle n'est pas le fruit des actions de Trump (
      ce n'est pas en 2 ans que l'on crée une croissance aussi importante
      C'est grace aux années Obama et à l'amortissement des effets subprimes que l'économie américaine a repris dans un contexte de rattrapage.

      Trump n'y est pour rien

      Mais c'est le défaut de la Démocratie

      un leader prend les décisions douloureuses mais salutaires
      une fois les premiers fruits commencent à apparaître il est renversé par la plèbe fatiguées des mesures difficiles menées et redonnent le pouvoir souvent en cas d'alternance au parti responsable de la crise.
      .
      .
      ''La pauvreté ne sera plus séditieuse, lorsque l'opulence ne sera plus oppressive''
      Napoléon III

      Commentaire


      • #4
        Envoyé par Pihman
        Trump n'y est pour rien
        Sans être un fan de Trump, il faut quand même avoué que c'est lui qui a baissé les impôts des sociétés et que cela à remis du carburant dans l'économie US.

        Les taxes sur les produits importés des entreprises US fabricant à l'étranger, on quand même pousser ces entreprises américaines à réinvestir aux États-Unis.
        L'Homme s'obstine à inventer l'Enfer dans un monde paradisiaque. Jacques Massacrier

        Commentaire


        • #5
          ZEK

          Mais avec cette guéguerre tarifaire avec les grande économies de la planète, ces entreprises qui investissent maintenant risquent de se retrouver avec des marchés de plus en plus inaccessibles
          .
          .
          ''La pauvreté ne sera plus séditieuse, lorsque l'opulence ne sera plus oppressive''
          Napoléon III

          Commentaire


          • #6
            Mais avec cette guéguerre tarifaire avec les grande économies de la planète, ces entreprises qui investissent maintenant risquent de se retrouver avec des marchés de plus en plus inaccessibles
            Les entreprises américaines exportent relativement peu à partir des USA, ils visent avant tous le marché local US, quand ils veulent exporter ils le font à travers leurs usines en Chine, Mexiques et autres pays….si l’économie US allait mal on va dire que c’est à cause de Trump maintenant qu’il va bien on doit dire la même chose….ce qui a permis cette croissance c’est que les compagnies US et non-US ont eu peur de perdre accès au marché US, alors ils ont geler voir annuler leur programme d’expansion hors USA pour investir aux USA, le meilleur exemple c’est Toyota qui a annulé un projet d’installation au Mexique pour ouvrir une usine aux USA.

            Commentaire

            Chargement...
            X