Le leader national des matériaux de construction va inaugurer dans les prochains mois sa première cimenterie dans la région. Équipée des toutes dernières technologies, elle produira 1,6 million de tonnes de ciment par an.


« Nous sommes très fiers de cette usine. Dans les temps qui courent, il n’y a pas beaucoup de constructions d’unités industrielles, notamment à l’échelle du groupe LafargeHolcim. L’usine d’Agadir-Souss fait partie des rares unités qui sont actuellement en cours de construction ». Cette introduction de Brahim Ez-zerrouki, directeur industriel de LafargeHolcim Maroc (LHM), faite au tout début de la visite de la nouvelle unité du groupe, donne le ton : le top management du leader national des matériaux de construction est réjoui de l’état d’avancement de cette première usine de LHM dans la région Souss-Massa mais également dans les provinces du Sud (LafargeHolcim Maroc compte uniquement à ce jour une unité de broyage à Laâyoune). Mais la joie n’a pas fait oublier aux responsables la priorité du groupe : la santé & sécurité. Ainsi, tout au long de la visite du chantier qui s’étend sur 100 ha, ils n’ont cessé de veiller au respect des gestes barrières, ainsi que le port du matériel de sécurité (casque, gilet…).

La nouvelle usine de l’entreprise qui représente la première capitalisation boursière industrielle au Royaume se situe dans la commune de Tidsi-Nissendalene (province de Taroudant), tout près d’une carrière de calcaire reliée au site via un transporteur long de 4,5 km, le deuxième plus grand de l’entreprise après celui de Meknès. 1537 ouvriers (dont 30% de locaux) appartenant à 40 entreprises marocaines et 4 étrangères travaillent sur ce projet entamé en 2018 et qui devait être livré fin 2020 mais qui a subi des retards à cause de la pandémie du coronavirus. « L’épidémie était imprévisible. Les entreprises travaillant sur le projet ont déclaré le cas de force majeure. Nous avons dû suspendre certaines parties du chantier, notamment les opérations à l’intérieur des espaces clos, ce qui a engendré un retard de 6 à 7 mois », explique Abderrazak Ghari, directeur du projet de l’usine Agadir-Souss. Portée par un investissement de 3 milliards de DH, l’usine sera finalement opérationnelle en juillet 2021 et permettra d’accompagner le développement de la région et des provinces du Sud qui connaissent un essor socio-économique important. Pour fonctionner, elle aura besoin d’un effectif de 200 à 300 personnes et LHM pense d’ores et déjà aux projets d’extension.

La capacité annuelle de production est de 1,6 million de tonnes de ciment, ce qui représente l’une des plus grandes capacités de LHM et qui devrait être atteinte durant les 3 premiers mois du début d’exploitation. L’usine de LafargeHolcim Maroc est à la pointe de la technologie. Selon le concept du groupe LH « Plant of Tomorrow » (L’usine de demain), la cimenterie utilisera des technologies d’automatisation, la robotique, l’intelligence artificielle et l’entretien prédictif pour améliorer son processus de production. Ces solutions innovantes garantissent une production de ciment plus sûre, plus efficace et plus durable. « La production sera essentiellement destinée au marché de la région Souss-Massa et les provinces du Sud pour accompagner le développement des projets dans cette zone. Au niveau national, nous sommes en surcapacité du ciment par rapport au marché. Nous étudions donc la possibilité d’export vers l’Afrique de l’Ouest à partir de l’usine d’Agadir-Souss principalement pour le clinker car le ciment ne voyage pas convenablement », souligne Brahim Ez-zerrouki. En matière d’énergie verte, à l’instar des autres usines du groupe au Maroc, la cimenterie d’Agadir-Souss sera alimentée dès 2023 par de l’électricité éolienne et utilisera également des combustibles alternatifs. Une fois opérationnelle, l’usine Agadir-Souss portera la capacité industrielle de LafargeHolcim Maroc à 41 unités, dont 7 cimenteries.

challenge