Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Objectif 30 milliards d’exportations hors hydrocarbures d’ici à 2030

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Objectif 30 milliards d’exportations hors hydrocarbures d’ici à 2030


  • #2
    Export: la nécessité de disposer d'intrants locaux pour baisser les coûts de production soulignée


    La nécessité de produire des intrants de l'industrie nationale localement, pour baisser le coût du produit national et ainsi hisser sa compétitivité à l'export, a été soulignée jeudi à Alger par plusieurs opérateurs activant en Algérie.

    "Si on n'atteint pas l'indépendance au niveau des intrants, nous ne serons jamais compétitifs face à d'autres opérateurs étrangers", a estimé le P-dg de l'entreprise de produits hygiéniques Faderco, Amor Habes, lors d'un panel animé au cours du Forum de l'export organisé par le Conseil du renouveau économique algérien (CREA).

    Selon lui, les opérateurs nationaux subissent une valeur supplémentaire sur les intrants importés en plus du coût de leur transport.

    "On s'est rendu compte qu'il fallait fabriquer nos propres intrants. Ca nous permet de maîtriser la qualité de notre produit, ses coûts et sa disponibilité", a expliqué Habes soulignant l'importance, pour qu'une entreprise active à l'international, de maîtriser ses intrants en les fabriquant elle-même ou bien via des fournisseurs locaux.

    Par ailleurs, l'opérateur économique a plaidé en faveur d'une campagne de promotion du label "Made in Algeria" à l'international pour faciliter aux produits nationaux d'intégrer les marchés étrangers, notamment en Afrique.

    De plus, pour être compétitif il faut une organisation très performante via un staff orienté à l'international.

    M.Habes a également mis en avant l'intérêt de développer au sein des écoles de commerce et des universités les formations aux métiers du commerce international pour hisser les capacités d'export des entreprises algériennes.

    De son côté, l'actionnaire et administrateur en charge des affaires de la société "Tosyali" en Algérie, Alp Topcuoglu, a estimé que la chaîne d'approvisionnement est très importante dans le processus d'export et que les fournisseurs doivent être efficaces et compétitifs, appelant ces fournisseurs à investir davantage dans les créneaux des produits et consommables de l'industrie sidérurgique utilisés par la société "Tosyali" en Algérie.

    "Actuellement, malheureusement nous importons par exemple l'ensemble des structures métalliques et les panneaux-sandwich", a-t-il dit, expliquant que cela induit des coûts supplémentaires liés notamment au fret.

    Le responsable turc a souligné, par ailleurs, les atouts de l'Algérie en termes d'export, citant notamment la position stratégique de l'Algérie à proximité de plusieurs marchés porteurs "comme un commerçant au milieu de ses clients".

    Pour le P-dg du Groupe agroalimentaire "SOPI", Reda Salem Hachelef, l'Algérie doit se servir de ses atouts actuels dont celui du bas prix de l'énergie notamment dans une conjoncture où les prix énergétiques ont flambé ailleurs dans le monde.

    "Avant, nous importions beaucoup de produits. Désormais, nous sommes en surcapacité, nous pouvons inverser la vapeur et conquérir les marchés européens surtout avec notre avantage concurrentiel énergétique", a-t-il estimé, relevant le succès des produits agroalimentaires nationaux en Europe et au Canada où la présence de la communauté nationale est importante.

    Plusieurs panels ont été organisés lors du Forum de l'export organisé par le CREA sous le haut patronage du président de la République, Abdelmadjid Tebboune.

    A l'issue de cet évènement, ouvert par Premier ministre Aïmene Benabderrahmane, en présence de plusieurs membres de l'exécutif et d'opérateurs économiques nationaux, le ministre du Commerce et de la Promotion des exportations, Kamel Rezig, présidera la séance de clôture durant laquelle des recommandations autour des leviers de développement de l'export en Algérie seront adoptées.

    Commentaire


    • #3
      "Si on n'atteint pas l'indépendance au niveau des intrants, nous ne serons jamais compétitifs face à d'autres opérateurs étrangers", a estimé le P-dg de l'entreprise de produits hygiéniques Faderco, Amor Habes



      Faderco Setif

      Commentaire


      • #4
        Futur siège de Faderco Alger Bab Ezzouar

        Concept

        Le futur complexe immobilier de FADERCO SA accueillera en partie son siège social, et sera situé à proximité de l’aéroport d’Alger dans un quartier en pleine mutation. L’ensemble immobilier s’inscrit dans un double objectif, celui de renouveler l’offre tertiaire avec une forte empreinte écologique dans le contexte urbain et réglementaire actuel, et de créer une offre de services élargie et innovante.

        Programme
        Une tour de bureaux comme signal
        L’Immeuble de Grande Hauteur (IGH) se composera d’un socle commun de 4 niveaux proposant des programmes publics, un business center, un fitness et un restaurant collectif accessible aux deux entités du projet.





        Dernière modification par djamel, 22 octobre 2022, 15h11.

        Commentaire


        • #5
          Objectif 30 milliards d’exportations hors hydrocarbures d’ici à 2030
          wach, l'Algérie va se mettre à fabriquer des babouches?



          Commentaire


          • #6
            Objectif 25 milliards d’exportations hors hydrocarbures d’ici à 2025
            Of course... la junte est capable de tout. Elle dit seulement "sois" et il est aussitôt.

            Commentaire


            • #7
              30 milliards d’exportations est un objectif facilement atteignable d'ici 2030 si le train des reformes continue dans l'agriculture, le secteur minier, les PME ...
              "Les vérités qu'on aime le moins à apprendre sont celles que l'on a le plus d'intérêt à savoir" (Proverbe Chinois)

              Commentaire


              • #8
                Si les mafieux sont toujours au pouvoir en 2030, ce sera 30 milliards ! Quiconque donnerait le vrai chiffre sait ce qui l'attend.


                Le plus beau dans ces histoires d'exportation algérienne, c'est qu'il est impossible de vérifier la véracité des chiffres. Depuis que Tebboune est président, plus aucune donnée n'est publiée ni par le ministère des finances, ni par le ministère du commerce, ni par les douanes. C'est le blackout total.

                Commentaire


                • #9
                  il suffirait que les turque délocalise ( en projet) leur production de textile vers usine géante de relizane pour dépasser se chiffre largement

                  Commentaire


                  • #10
                    Montant ridicule si l'on songe que rien qu'avec le haschich la dictature marocaine réalise 23 milliards d'exportation !

                    - Le cannabis équivaut potentiellement à 23% du PIB marocain

                    La production totale de cannabis au Maroc pour la campagne d'exploitation 2015-2016 était estimée à 700 tonnes métriques, ce qui équivaut potentiellement à 23% du PIB du Maroc (100 milliards de dollars), une fois transformée en haschisch, estime un rapport du Département d'Etat américain, soit 23 milliards de dollars

                    Le Département d’Etat américain vient de publier son rapport annuel sur l'état mondial du trafic de drogue et de substances illicites pour 2017. Selon le document (INCSR 2017) le Maroc se maintient comme premier producteur et exportateur mondial de cannabis.

                    Le Desk.ma

                    Commentaire


                    • #11
                      Envoyé par djamel
                      Futur siège de Faderco Alger Bab Ezzouar
                      Une nouvelle cité financière de la commune de Belouizdad Alger






                      Commentaire


                      • #12
                        Ce ne sont pas les projets qui manquent, une fois tous mis en exploitation et avec la nouvelle loi de l'investissement portant principalement sur l'encouragement de l'exportation notamment hh, ce chiffre de 30 milliards $ me semble à notre portée.

                        Commentaire


                        • #13
                          Je réitère qu'avec le haschich la dictature parvient à engranger annuellement 23 milliards de dollars et donc, les 30 milliards convoités sont pour le moins une optique frileuse.

                          Commentaire

                          Chargement...
                          X