Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Le FMI loue la très forte réaction politique du Maroc face à la sécheresse et la guerre en Ukraine

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Le FMI loue la très forte réaction politique du Maroc face à la sécheresse et la guerre en Ukraine

    Le FMI a salué la « forte réaction politique » à un contexte particulièrement dur, conséquences de la guerre en Ukraine accentué par une sécheresse devenue chronique depuis plusieurs années.

    A l’issue de ses consultations conclues avec le Maroc, le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a noté que les répercussions de la sécheresse et de la guerre russo-ukrainienne ont été lourdes de conséquences de sur l’économie du Royaume en 2022 et ce, en dépit de la très forte réaction politique du gouvernement marocain, a indiqué l’instance financière internationale dans un communiqué.


    Après un fort rebond de 7,9% en 2021, l’activité économique devrait ralentir à 1¼% cette année, en raison de la chute de la production agricole, de la détérioration des conditions extérieures et de la baisse du revenu disponible, prévoit le FMI.

    La hausse des prix des denrées alimentaires et de l’énergie a alimenté les pressions inflationnistes, qui se sont généralisées, l’inflation globale devant culminer à 6,5% en moyenne en 2022. Tandis que les envois de fonds compensent en partie l’impact négatif sur le compte courant, et les réserves internationales restent à des niveaux confortables, fait savoir le FMI.

    Et de préciser que malgré l’augmentation des dépenses courantes due aux subventions revues à la hausse et à d’autres mesures politiques qui ont atténué l’impact économique des chocs, le déficit budgétaire global devrait diminuer en 2022. Cela reflète la bonne performance à la fois des revenus fiscales (principalement sur les revenus des sociétés et la TVA) et des autres revenus non fiscales (dividendes des entreprises publiques).

    Le ratio de la dette de l’administration centrale au PIB est projeté à environ 69% d’ici la fin de 2022, un niveau nettement inférieur au niveau projeté au moment du rapport des services de l’AIV 2021, principalement en raison de la révision à la hausse du PIB suite au changement d’année de référence. La croissance du PIB devrait s’accélérer pour atteindre 3% en 2023, principalement grâce au rebond de la production agricole et à ses retombées positives sur le reste de l’économie.

    L’inflation devrait diminuer progressivement pour atteindre environ 4% en 2023, à mesure que le choc des prix des matières premières se dissipe progressivement et que l’orientation monétaire devient moins accommodante. Le déficit du compte courant devrait se resserrer vers sa norme d’environ 3% du PIB à moyen terme, stimulé par les réformes structurelles.

    Les directeurs exécutifs du FMI a par ailleurs félicité les autorités pour la réponse politique très vigoureuse qui a atténué l’impact social et économique des récents chocs négatifs. Alors que les risques pesant sur les perspectives économiques sont orientés à la baisse, la poursuite de politiques vigoureuses et une mise en œuvre rapide des réformes soutiendraient l’activité économique à l’avenir. Pour l’avenir, ils ont soutenu la poursuite d’un engagement fort du Fonds.

    Les administrateurs ont encouragé la banque centrale à poursuivre sa transition vers un cadre de ciblage de l’inflation une fois que celle-ci aura diminué et que l’incertitude actuelle se sera dissipée. Ils ont aussi soutenu la Loi de Finances 2023, qui établit un équilibre entre la nécessité de réduire le déficit, d’atténuer l’impact social et économique des chocs et de financer les réformes structurelles. Ils ont estimé que de nouvelles mesures fiscales et de dépenses seraient nécessaires pour accélérer la réduction de la dette publique et reconstituer les réserves budgétaires

    Le FMI salue par ailleurs le ferme engagement des autorités à mettre en œuvre des réformes structurelles globales. La réforme des systèmes de protection sociale, de santé et d’éducation permettrait d’améliorer l’équité et la qualité de l’accès, de mieux cibler les dépenses et de soutenir le capital humain à long terme. Les réformes des entreprises publiques et d’autres initiatives visant à stimuler l’investissement privé stimuleraient la croissance du secteur privé.
    L’institution financière internationale a par ailleurs souligné que des efforts continus pour réduire la dépendance aux combustibles fossiles, remédier à la pénurie d’eau et réduire les inégalités entre les sexes sont tous essentiels pour soutenir la croissance potentielle du Maroc. Il est prévu que les prochaines consultations au titre de l’article IV avec le Maroc se tiendront selon le cycle standard de 12 mois.

    challenge

  • #2
    C'est normal car le marouuc viendra bientôt mendier de l'argent auprès du fmi

    Commentaire


    • #3
      Le maître félicite son élève pour la bonne application des consignes qu'il lui dicte.
      وألعن من لم يماشي الزمان ،و يقنع بالعيش عيش الحجر

      Commentaire


      • #4
        Ça fait pas rire un pays avec sont petit panier qui va au resto du cœur mondial le FMI.

        Commentaire


        • #5
          Tu devrais repenser à l'époque où personne ne voulait prêter de l'argent à l'algerie, qui a dû aller frapper à la porte du fmi.

          Commentaire


          • #6
            "Tu devrais repenser à l'époque où personne ne voulait prêter de l'argent à l'algerie, qui a dû aller frapper à la porte du fmi."

            Période que vous souhaitiez voir se répéter mais malheureusement il faudra attendre encore un peu

            Commentaire


            • #7
              Non je ne vous le souhaite pas.
              personne n'a envi de voir la maison mitoyenne à la sienne s'effondrer.
              N'eût été la planche à billet, pardon, le financement non conventionnel, Alger ne serait pas aux portes du fmi, mais dans le salon.
              Alger à imprimé autant que ses réserves de change !

              Commentaire


              • #8
                "Non je ne vous le souhaite pas.
                personne n'a envi de voir la maison mitoyenne à la sienne s'effondrer."

                Ça je ne le croie plus! Le khawawisme ce n'est pas ma tasse de thé !

                "N'eût été la planche à billet, pardon, le financement non conventionnel, Alger ne serait pas aux portes du fmi, mais dans le salon.
                Alger à imprimé autant que ses réserves de change !"
                Encore une fois tu as un niveau extrêmement bas en économie ! Résumez la situation de la sorte c'est preuve d'une haine aveugle envers la grande Algérie ce qui confirme mes propos ci-dessus !

                Si tel est le cas il ne reste plus qu'au marouuc à imprimer autant de billets que nécessaire pour solder sa dette interne et ainsi éviter le passage inéluctable au FMI !

                Commentaire


                • #9
                  Le FMI loue la très forte réaction politique du Maroc
                  Lol. C'est comme si que le FMi dis au Maroc :

                  "Nous te glorifions oh maroc." .
                  Le sol c'est la patrie, améliorer l'un c'est servir l'autre.
                  L' agriculture.

                  Commentaire

                  Chargement...
                  X