Annonce

Réduire
Aucune annonce.

ministres du roi se rebiffent

Réduire
Cette discussion est fermée.
X
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • ministres du roi se rebiffent

    Ministres, réveillez-vous !
    “Imaginez un peu cela : le salaire de ministre n’a pas bougé depuis 20 ans”. Les propos sont ceux d’un actuel membre du gouvernement El Fassi, qui ajoute que la fiche de paie s’est même resserrée par rapport aux années 1990 : “L’une des premières décisions prises par Abderrahmane Youssoufi a été de gratter 20 000 dirhams sur le salaire perçu par ses ministres”. Il s’agissait d’une prime dite de “la primature” que le gouvernement de l’alternance a sacrifiée pour donner l’exemple en matière de réduction du train de vie publique.
    Ils ne sont tout de même pas à plaindre…. Abbas El Fassi est aujourd’hui payé 70 000 dirhams nets par mois, 100 000 si l’on compte ses primes. Les ministres, eux, sont à 60 000 dirhams, les secrétaires d’Etat à 50?000. Mais l’Etat prend en charge le loyer, paie les factures d’eau et d’électricité, et met à leur disposition deux voitures (et paie l’essence), en plus de trois employés de maison.
    Cela dit, ce que les ministres de Sa Majesté omettent souvent de déclarer, c’est leur prime d’investiture. Au moment de sa nomination, chaque heureux porteur de valise ministérielle perçoit 10?000 dirhams, le double pour le chef du gouvernement. Et rebelote quand il s’agit de quitter leur poste. Mais cette fois-ci le bonus est plus conséquent : un minimum de 200 000 dirhams pour un secrétaire d’Etat et un maximum de 320?000 dirhams pour un Premier ministre sur le départ. Qui a dit que les remaniements n’avaient rien de bon ?
    Rassurons-nous, les ministres sont tous assurés de maintenir leur standing. S’ils arrivent à rebondir dans un poste qui leur assure un revenu supérieur à 39?000 dirhams, tant mieux pour eux. Dans le cas contraire, l’Etat leur assure ce niveau minimum. “Sur les 300 ministres qui ont défilé depuis que le Maroc est indépendant, une centaine continuent toujours de toucher cette indemnité”, confie une source au ministère des Finances.
    Les walis et gouverneurs du royaume sont tout aussi choyés. Actuellement, un wali perçoit une rémunération nette de 45 000 dirhams, 15 000 dirhams de plus qu’un gouverneur. Sans parler des avantages en nature et toute la logistique de l’agglomération à disposition. Cette nouvelle grille des hauts fonctionnaires de l’Intérieur est en vigueur depuis l’instauration, en novembre 2008, du dahir traitant du nouveau statut des agents d’autorité. Ce qui a valu aux walis comme aux petits khalifas des augmentations de salaires allant de 5000 à 12 000 dirhams. Négocié en catimini par Chakib Benmoussa, le dahir royal qui a court-circuité le gouvernement et le parlement, a aussi engendré une crise politique. Car quand il s’agit de salaire, tout le monde veut avoir son mot à dire…
Chargement...
X