Annonce

Réduire
Aucune annonce.

22.000 militaires français interviennent à l'étranger

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • 22.000 militaires français interviennent à l'étranger

    Le Figaro Par Isabelle Lasserre 08/04/2011

    Les forces françaises engagées sur plusieurs fronts

    Actuellement, 22.000 militaires français interviennent à l'étranger selon le ministère de la Défense.

    Sept mille marins sur l'eau, un porte-avions au maximum de ses capacités, un sans-faute réalisé par les Rafale au-dessus de la Libye et une force d'intervention rapide qui réagit au quart de tour à Abidjan quand l'ONU le lui demande. Les armées françaises n'avaient pas été engagées aussi visiblement dans des opérations extérieures depuis longtemps. Cette posture est-elle longtemps tenable avec la réforme qui depuis trois ans taille dans les effectifs et les équipements des forces armées? Oui, répondent les responsables de la défense, qui récusent l'idée que les armées françaises, tiraillées entre leurs différents fronts, soient d'ores et déjà obligées de travailler à «flux tendus».

    22.000 hommes dehors

    Selon le contrat opérationnel du livre blanc de la défense publié en 2008, les armées peuvent envoyer 30.000 hommes en opération pendant un an. Avec 4000 militaires en Afghanistan, 9700 en Afrique dont 1500 en Côte d'Ivoire, les dispositifs au-dessus de la Libye, au Kosovo et au Liban, 22.000 militaires sont actuellement à l'extérieur des frontières, selon le ministre de la Défense. «Nous ne sommes pas au taquet, nous sommes dans la phase supérieure de la mobilisation», affirmait jeudi le ministre de la Défense, Gérard Longuet, au Sénat. Les renforts envoyés en Côte d'Ivoire ont été prélevés sur les forces prépositionnées en Afrique, notamment à Libreville. Quant à l'opération aérienne déclenchée au-dessus de la Libye, de l'autre côté de la Méditerranée, elle consomme essentiellement des avions. «Même s'ils sont dispersés, les moyens engagés restent finalement assez modestes. Nous sommes loin d'une situation de rupture», assure un officier général.

    La France pourrait selon lui maintenir ce type d'engagement, qui sollicite assez peu nos avions de transport à bout de souffle, pendant plusieurs mois. C'est d'ailleurs le pari qu'a fait la Royal Air Force britannique, dont le chef d'état-major a affirmé qu'il avait planifié pour ses avions un engagement de six mois.

    Accords de défense

    À long terme, la pression sur les coûts risque cependant de se faire ressentir, dans une période de restrictions budgétaires. «Si le conflit dure, nous serons obligés d'en tirer les leçons et de faire évoluer les moyens financiers de ces Opex», a reconnu le ministre de la Défense.

    Si les interventions en Libye et en Côte d'Ivoire prouvent que Paris est toujours capable de mener trois fronts à la fois, elles posent en revanche la question des choix stratégiques à long terme de la France, qui a choisi de se désengager de l'Afrique au moment où le continent vit des changements importants. Gérard Longuet l'a rappelé jeudi : Paris reste «dans une logique de diminution de ses effectifs militaires en Afrique». Il a fermé des bases et revu à la baisse les accords de défense bilatéraux au moment où d'autres puissances, comme les États-Unis ou la Chine, s'intéressent de près au continent.
    "Le mouton a peur du loup, mais c'est le berger qui le mangera" (proverbe roumain)
Chargement...
X