Annonce

Réduire
Aucune annonce.

"On dirait qu'Al-Jazira est en deuil"

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • "On dirait qu'Al-Jazira est en deuil"

    LEMONDE.FR | 03.05.11 Propos recueillis par Aline Leclerc

    D’origine irakienne, Hosham Dawod est anthropologue, membre de l’Institut interdisciplinaire de l’anthropologie du contemporain (IIAC-CNRS). Il revient dans cette interview sur la couverture réservée par la célèbre chaîne qatarie Al-Jazira, en langue arabe, à la mort d’Oussama Ben Laden.

    En quoi, pour la chaîne Al-Jazira, la mort d'Oussama Ben Laden revêt une importance particulière ?

    Aujourd'hui, le monde entier évoque cet événement majeur qu'est la mort de Ben Laden. Mais en regardant la chaîne Al-Jazira, celle-ci donne l'impression d'être plus concernée que les autres : d'abord en raison de la politique éclectique menée à l'échelle arabe et internationale par le riche émirat, ensuite parce qu'Al-Jazira a été l'une des rares chaînes de télévision à rendre public les messages des dirigeants d'Al-Qaida, en particulier d'Oussama Ben Laden.

    On a souvent soupçonné, dans le monde arabe, le Qatar d'avoir passé un marché tacite avec Al-Qaida stipulant en substance : "Nous diffusons vos informations et messages, et en échange vous nous laissez la paix." Sans tirer les moindres conséquences, il est à noter que le Qatar n'a jamais été inquiété par Al-Qaida, bien qu'il abrite l'une des plus grandes bases américaines dans la région et que son régime est protégé par des accords de sécurité passés avec des "grands et petits Satan".

    Comment réagissez-vous au traitement d'Al-Jazira ?

    Ce matin n'importe quelle télévision, radio, journal se devait d'évoquer cet événement au moins au travers des faits : que s'est-il passé, comment, etc. Mais on a un peu l'impression, en voyant ça en langue arabe, qu'Al-Jazira vit une situation de deuil à peine dissimulée, de tristesse, de frustration. On n'est pas dans l'évocation neutre des faits, ni dans ce qu'a fait cette organisation depuis vingt ans. Les images de reportages qui passent en boucle montrent le chef d'Al-Qaida dans une posture beaucoup plus paisible, parfois même humaniste. Les commentaires écrits à chaud par la rédaction d'Al-Jazira évoquent davantage le désintéressement de Ben Laden pour la vie facile et mondaine et sa recherche des bienfaits du travail, du combat et du djihad, etc.

    A aucun moment Al-Jazira ne revient sur les attentats d'Al-Qaida visant des civils innocents en terre arabo-musulmane, ni ne diffuse la moindre image des corps déchiquetés des dizaines de milliers de ces victimes au Yémen, au Pakistan, en Indonésie, en Asie centrale, en Turquie, en Irak, en Somalie, au Soudan, en Egypte, en Algérie, voire en Arabie saoudite ou même à Gaza, sans parler des milliers de victimes en Europe en aux Etats-Unis. Al-Jazira a été jusqu'à installer une terminologie distinctive choquante en hissant les victimes des Américains et Occidentaux au rang de martyrs (chahîd), tandis que les victimes d'Al-Qaida ne demeurent en dernière instance que des morts ordinaires (maqtoul).

    Comment analysez-vous ce choix ?

    Cela montre les limites de cette chaîne et, plus globalement, de la "diplomatie" du Qatar, qui par une sorte de tour de passe-passe est un jour du côté de l'Occident, comme en ce moment en Libye, la veille encore soutenait le Hezbollah au Liban, le Hamas à Gaza, ou par le passé convainquait la France de faire venir le syrien Bachar Al-Assad lors d'un défilé du 14-Juillet. L'image du pays, comme de la chaîne, paraît floue, brouillée. Al-Jazira, en réalité, s'est construite à partir de messages islamistes et d'une frustration des nationalistes arabes. Et, c'est cette tendance qui était à l'œuvre [hier] en regardant le traitement de cette actualité par la chaîne. Peut-être en va-t-il autrement pour leurs correspondants à l'étranger, mais à Doha une grande tristesse traverse la chaîne. C'est un deuil à peine dissimulé avant d'être une nouvelle, et plus qu'à un moment d'information, on a le sentiment d'assister avec Al-Jazira à une commémoration.
    Ne demande pas ton chemin à quelqu'un qui le connait déjà,
    tu risquerai de te perdre.

    Vieil adage Hassidin

  • #2
    C"est totalement vrai quand je les ecoute on dirait qu'ils sont en deuil.

    Commentaire


    • #3
      hier sur aljazeera il y a avait même Tayssir Alouni qui exprimait sa tristesse ainsi qu'un autre islamiste un certain Sibai á partir de Londre qui condamnait l'assassinat!
      La chaîne est en chute libre bien avant la mort de Ben Laden, depuis le deal sur Bahrain! Des jounalistes comme Ben Jeddou, Qassem Faissal ont déjá quitté la boite, bientôt Djamal rayane le palestinien qui donne l'impression d'être totalement dégouté...

      Bien fait pour sa gueule, l'algérie n'a pas attendu ces évenements pour la declarer une vraie khenzira!

      Commentaire


      • #4
        A quand viendrait le tour de Ben Guenna et de Ziani, nos vedettes sur cette khanzira, shame on them pour leur position sur le Bahrein et la Lybie, que s'est-il passé de l'autre avis ( الرأي الآخر )?
        Ask not what your country can do for you, but ask what you can do for your country.

        J.F.Kennedy, inspired by Gibran K. Gibran.

        Commentaire


        • #5
          A quand viendrait le tour de Ben Guenna et de Ziani, nos vedettes sur cette khanzira, shame on them pour leur position sur le Bahrein et la Lybie, que s'est-il passé de l'autre avi

          ed Devise ya mon frère !! certains Algeriens sont capables de vendre leur âmes au diable pour une carte de séjour ou de l'Euro, dans les années 90 je me rappelles certains Algeriens qui avaient voté pour le FIS , n'hésitaient à supplier les fonctionnaires des préfectures, on se faisant passer pour des gens menacés par les islamistes, Moralité les traitres sont partout pas seulement en Libye :22:
          Faute de grives , nous mangeons des Merles

          Commentaire


          • #6
            "On dirait qu'Al-Jazira est en deuil"

            effectivement il le sont ,comment ne pas l’être pour cette chaine qui a perdu la "voix son maitre" ?

            Commentaire


            • #7
              "On dirait qu'Al-Jazira est en deuil"

              meskina. ils ont perdu leur "vedette" mais il va sûrement être vite remplacé... le deuil ne va pas durer...

              Al Qaïda a perdu une bataille, pas la guerre.

              Commentaire


              • #8
                On dirait qu'Al-Jazira est en deuil

                D’origine irakienne, Hosham Dawod est anthropologue, membre de l’Institut interdisciplinaire de l’anthropologie du contemporain (IIAC-CNRS). Il revient dans cette interview sur la couverture réservée par la célèbre chaîne qatarie Al-Jazira, en langue arabe, à la mort d’Oussama Ben Laden.

                En quoi, pour la chaîne Al-Jazira, la mort d'Oussama Ben Laden revêt-elle une importance particulière ?
                Aujourd'hui, le monde entier évoque cet événement symbolique majeur qu'est la mort de Ben Laden.Mais en regardant la chaîne Al-Jazira, celle-ci donne l'impression d'être plus concernée que les autres : d'abord en raison de la politique éclectique menée à l'échelle arabe et internationale par le riche émirat du Qatar, ensuite parce qu'Al-Jazira a été l'une des rares chaînes de télévision à rendre publics les messages des dirigeants de AL-Qaida, en particulier d'Oussama Ben Laden.
                Dans le monde arabe, on a souvent soupçonné le Qatar d'avoir passé un marché tacite avec Al-Qaida stipulant en substance : "Nous diffusons vos informations et messages, et en échange vous nous laissez la paix." Sans tirer les moindres conséquences, il est à noter que le Qatar n'a jamais été inquiété par Al-Qaida, bien qu'il abrite l'une des plus grandes bases américaines dans la région et que son régime soit protégé par des accords de sécurité passés avec des "grands et petits Satan".


                Comment réagissez-vous au traitement d'Al-Jazira ?
                Lundi matin, n'importe quelle télévision, radio, journal se devait d'évoquer cet événement au moins au travers des faits : que s'est-il passé, comment, etc. Mais on a un peu l'impression, en voyant ça en langue arabe, qu'Al-Jazira vit une situation de deuil à peine dissimulée, de tristesse, de frustration. On n'est pas dans l'évocation neutre des faits, ni dans ce qu'a commis cette organisation depuis vingt ans. Il faut reconnaître que du côté américano-occidental, certains médias n'ont pas non plus fait montre d'un grand professionnalisme mettant en valeur les scènes de liesse dans les rues, avec la fameuse expression du Far West " we got him ! ". Mais sur Al-Jazira, les images de reportages qui passent en boucle montrent le chef d'Al-Qaida dans une posture beaucoup plus paisible, parfois même humaniste. Les commentaires écrits à chaud par la rédaction d'Al-Jazira évoquent davantage le désintéressement de Ben Laden pour la vie facile et mondaine et sa recherche des bienfaits du travail, du combat, du djihad...
                A aucun moment Al-Jazira ne juge nécessaire d'accorder de l'espace à ceux atteints par les attentats d'Al-Qaida visant des civils innocents, même en terre arabo-musulmane, ni ne diffuse la moindre image des corps déchiquetés des dizaines de milliers de ces victimes au Yémen, au Pakistan, en Indonésie, en Asie centrale, en Turquie, en Irak, en Somalie, au Soudan, en Egypte, en Algérie, voire en Arabie saoudite et à Gaza, sans parler des milliers de victimes en Europe et aux Etats-Unis. Al-Jazira a été jusqu'à installer une terminologie distinctive choquante en hissant les victimes des bombardements américains et occidentaux au rang de martyrs (chahid), tandis que les victimes d'Al-Qaida ne demeurent en dernière instance que des morts ordinaires (maqtoul).


                Comment analysez-vous ce choix ?
                Cela montre l'incohérence de cette chaîne et, plus globalement, de la "diplomatie" du Qatar, qui, par une sorte de tour de passe-passe, est un jour du côté de l'Occident, comme en ce moment en Libye, la veille encore soutenait le Hezbollah au Liban, le Hamas à Gaza, ou par le passé convainquait la France de faire venir le Syrien Bachar Al-Assad lors d'un défilé du 14-Juillet. L'image du pays, comme de la chaîne, paraît floue, brouillée. Al-Jazira, en réalité, s'est construite à partir de messages islamistes et d'une frustration nationaliste arabe aiguisée par des défaites successives. Et c'est cette tendance qui était à l'œuvre [hier] en regardant le traitement de cette actualité par la chaîne. Remarquons que, s'il en va autrement pour leurs correspondants à l'étranger, à Doha une grande tristesse traverse la chaîne. C'est un deuil à peine dissimulé avant d'être une nouvelle, et plus qu'à un moment d'information, on a le sentiment d'assister avec Al-Jazira à une commémoration.

                Le monde.fr
                Propos recueillis par Aline Leclerc
                Dernière modification par absent, 04 mai 2011, 06h17.

                Commentaire


                • #9
                  Mais on a un peu l'impression, en voyant ça en langue arabe, qu'Al-Jazira vit une situation de deuil à peine dissimulée, de tristesse, de frustration.
                  Propagande contre propagande, voilà où on est maintenant. J'ai suivi l'annonce de sa mort et les interviews des différents islamistes sur la chaine, les journalistes se sont mis à attaquer les bourricots qu'ils questionnaient en leur demandant: esr ce que vous pensez normal de soutenir quelqu'un qui a tué des civils innocents? Ces propos on les rapporte pas bien sûr..
                  Pas à la tique ..

                  Commentaire

                  Chargement...
                  X