Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Lettre ouverte d’un immigré au Canada

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Lettre ouverte d’un immigré au Canada

    Nous, immigrants, désirons grandement contribuer au développement du Québec, à sa croissance démographique, sa prospérité économique et sa diversité socioculturelle.

    Nous ne sommes pas venus ici les mains vides. Nous ne sommes pas venus ici pour quémander notre pain quotidien. Non ! Nous sommes arrivés ici munis pour la plupart d’entre nous de diplômes et d’une ou plusieurs langues, en plus du français, et avions hâte de partager nos connaissances, notre savoir-faire, notre expérience, de mettre tous ces bagages «intellectuels» à la disposition de cette société qui nous a accueillis. Autant nous apportions avec nous ces actifs qui n’ont rien coûté à notre société d’accueil, autant nous étions prêts à nous investir corps et âme dans cette nouvelle culture. Pour preuve de cette volonté, nous étions prêts à apprendre, à nous remettre en question et à changer nos habitudes de vie pour adopter celles de notre pays d’accueil. N’est-ce pas là la meilleure preuve de notre désir d’intégration ?

    Pourtant, pour en arriver là, nous avons eu à surmonter beaucoup de difficultés et d’écueils, à commencer par la séparation d’avec nos familles, nos amis, nos réseaux professionnels. Bref, il a fallu tourner une page de notre vie, espérant en ouvrir une autre plus sereine, pleine d’espoir tant pour nous que pour nos enfants.

    Le Canada pour nous était ce havre de paix où nous espérions nous épanouir, panser nos blessures et au sein duquel nous pensions être le point d’arrimage entre notre pays d’origine et celui qui nous a accueillis.

    Nous voulions, rêveurs que nous étions, établir des ponts entre les cultures, assurer l’avenir de nos enfants, et nous réaliser en tant qu’hommes et femmes de bonne volonté pour peu qu’on nous en donne la chance. Nous pensions sincèrement que c’était possible par le travail, l’abnégation, le don de soi mais également par une main tendue pour nous aider à faire le premier pas et nous donner la chance de faire nos preuves et de dire au monde que «nous sommes capables», comme n’importe quelle autre personne qui vit dans ce pays.

    Nous avons bel et bien satisfait aux critères d’immigration (diplômes, expérience de travail, santé et judiciaire) et les gouvernements fédéral et provinciaux ont bel et bien signé l’entente qui nous lie à eux pour notre installation au Canada.

    Nous sommes maintenant canadiens, québécois et de nationalités étrangères aussi; un vrai trois en un ! Un acquis et un droit irréversibles; que cela n’en déplaise à certains. Dans une société dite démocratique, donc basée sur la transparence et l’égalité des chances, seule la compétence (ensemble de savoirs, de savoir-faire et de savoir-être) permettra de distinguer les individus, sur le plan du travail, donc sur la sphère socioéconomique. Malheureusement, nombre d’immigrants maghrébins n’ont pas eu la chance de démontrer leur compétence sur le terrain, puisqu’on ne leur offre pratiquement pas d’emplois. Une telle situation n’est pas sans avoir de conséquences sur eux qui, après avoir consommé leurs maigres économies, se retournent vers l’aide sociale distribuée parcimonieusement. L’urgence, pour raisons de nature financière, les oblige souvent à accepter le premier emploi qui s’offre à eux bien sans égard aux conditions et à la reconnaissance de leurs diplômes; il s’agit souvent d’emplois difficiles, comportant des tâches avec lesquelles ils sont peu ou pas du tout familiers.

    La question est donc de savoir sur quelle base, sur quels critères, sur quelle qualité seront-ils évalués.

    Saurions-nous les raisons pour lesquelles le Québec nous a ouvert grandes ses portes ? Sont-elles d’ordre économique, démographique... Il se trouve malheureusement qu’on est ici, juste pour servir de poules couveuses « aux oeufs d’or », rien que pour assurer le renouvellement des générations (tout le reste ne nous concerne pas.)

    La population québécoise francophone, 6,9 millions d’habitants, est doublement menacée:


    1. les taux de natalité n’ont jamais été aussi bas et la cohorte d’âges la plus importante, la génération du baby-boom vieillit;

    2. elle vit sur un continent nord-américain peuplé par plus de 250 millions d’anglophones.

    L’enjeu est donc clair.

    Dans cette province que nous chérissons fort et connaissons bien, la plus grande au Canada et la deuxième plus peuplée, vivent plus de 650.000 immigrants (africains, asiatiques et latinos), dont environ 65.000 (10%) assistés sociaux aptes au travail. Là où le bât blesse c’est que ces mêmes immigrants n’occupent que 2,5% des postes de la fonction publique.

    Sur le plan politique, les immigrants font la traversée du désert; leur représentation est quasiment nulle.

    De quelle intégration parlez-vous alors ?

    Nous entendions parfois de beaux discours faisant allusion à la notion d’égalité des chances, sans égard à la race ou à l’origine ethnique (article 10 et 8.1 de la charte des droits et libertés de la personne). Des « décideurs » ou chefs de partis qui prétendent que les immigrants et les minorités visibles sont une réalité incontournable de la société canadienne; mais est-ce vraiment le cas sur le terrain, ou tout simplement des tentatives de ralliement de votes à la juste cause ? Pourtant, dans la pratique, la réalité socioéconomique de cette catégorie de citoyens n’a jamais suscité un intérêt particulier et encore moins un débat sérieux autour de cette question.

    Cette situation a placé ces immigrants dans des conditions de précarité et de risque confortables; ce qui a aggravé le niveau de pauvreté chez eux.

    Les immigrants ayant réussi se compte malheureusement sur les doigts des deux mains.

    Nous sommes bien placés pour savoir que de nombreux immigrants issus notamment du Maghreb maîtrisent suffisamment le français et disposent de diplômes et de savoirs appréciables pour occuper sans complexe des postes clefs et jouer ainsi leurs rôles d’acteurs économiques au sein de cette société d’accueil; là est réellement l’enjeu stratégique à considérer (un manque à gagner énorme).

    Par manque d’intérêt à leur égard, ces immigrants, sans horizon réel, s’empêtrent dans une vie à très court terme, et donc perçue par beaucoup d’entre eux comme instable et sans sécurité.

    Certains, découragés et traumatisés, ont préféré quitter le Québec pour une autre province.

  • #2
    Messieurs les décideurs, votre politique d’immigration est un vrai gâchis ! Au lieu de vous concentrer, à coup de millions de dollars, dans la gestion des ambitions individuelles, donc forcément provisoires ou dans des préoccupations administratives insensées, comme les équivalences des diplômes ou la reconnaissance des expériences acquises çà et là, en lieu et place de discours idéologiques malheureusement déconnectés de la réalité, il y a plutôt urgence à inscrire des projets collectifs à grande visibilité et à forte adhésion populaire; j’entends «immigrants inclus». « Ne dit-on pas que les réformes réussies sont celles qui suivent la volonté de la société et non qui la précèdent ».

    Au risque de me tromper, le Canada est bien une «société démocratique, une société de droit et de justice», les décideurs, les responsables d’entreprises, les élus locaux... à l’échelle de tout le pays, doivent donc se pencher sérieusement sur cette préoccupation vitale, qui n’est autre que les problèmes que vivent quotidiennement les immigrants, dont celui de l’emploi en particulier.

    Il faut donc agir vite; quitte à user d’un puissant coup de barre sur la tête des gens qui continuent à penser que sans eux et ceux qui leur ressemblent, la terre s’arrêtera de tourner; et qui pensent que les immigrants ne sont là que pour renforcer les clans des chômeurs et d’itinérants ou encore celui de l’économie informelle par des activités illégales. Le gouvernement du Québec entend favoriser l’immigration maghrébine dans son plan triennal, où les Algériens représentent 45% de la part réservée à cette contrée. L’Office québécois des statistiques apporte la preuve par les chiffres. En six mois, de janvier à juillet 2006, la province a accueilli 20.519 immigrants, dont 10,8% d’Algériens, 7,6% de Français et 6,4% de Marocains.

    L’engouement des Maghrébins pour rejoindre le Québec est sans commune mesure qu’adviendrat-il alors avec cette réalité très dure qui les attend dans cette province qui connaît un fort taux de chômage (plus élevé que la moyenne du Canada). La réflexion gagnante passe par des solutions en profondeur et plus imaginatives; le Québec peut se rattraper, il est en mesure de s’amender, et de régénérer à nouveau, fort d’avoir intégré une dimension nouvelle vers l’universel. Le Québec doit impliquer les immigrants dans les débats qui conditionnent l’avenir de toute la province; qu’ils soient économiques, politiques, socioculturelles, éthiques ou autres...

    Le Québec doit, surtout, mettre les moyens nécessaires en vue d’augmenter les capacités d’écoute, de communication et d’information en direction des immigrants, pour une meilleure intégration. C’est dans le dialogue, la conviction mutuelle, l’addition de toutes les bonnes volontés que la société trouvera son compte.

    Continuer à agir avec arrogance et à considérer les immigrants comme personnes mineures, le Québec perdrait de sa crédibilité sans aboutir à « domestiquer » personne.

    Il se trouve aussi que les immigrants maghrébins sont quelque peu rudoyés face à cette sorte de tolérance de la société d’accueil, inhabituelle pour eux. Les hommes et les femmes ont les mêmes responsabilités et jouissent des mêmes droits aux yeux de la loi tant dans les affaires publiques que dans la vie privée. Cette permissivité, cet air de liberté qu’ils découvrent n’est pas sans incidents au sein des couples suite au choc produit par l’exercice des droits individuels (épouses maltraitées, fugues chez les jeunes filles, divorces, etc.).

    Il est vrai que l’immigrant doit fournir des efforts pour s’intégrer et s’adapter à son nouveau milieu de vie. Il doit être prêt à découvrir et à respecter les valeurs fondamentales de la société d’accueil. Il doit reconnaître la diversité et s’inscrire dans cette riche mosaïque culturelle internationale. Il doit accepter d’évoluer dans le respect des autres et de tolérer la différence. Il doit surtout savoir défendre ses valeurs pacifiquement, dans le cadre d’un débat ouvert.

    Les Maghrébins ont beaucoup à gagner à s’approcher, se parler et s’accommoder. Ils doivent, à l’instar des autres communautés, reconnaître et maintenir la laïcisation comme valeur commune de l’espace public. Ils doivent aussi respecter les particularités religieuses des autres, et vivre leur foi en toute sérénité.

    C’est seulement à ce prix que nous pourrions parler d’intégration réussie... Je dirai plus exactement d’un modèle québécois.

    Vous êtes libres de ne pas souscrire à ce que j’ai écrit, mais au moins reconnaissez que c’est la vérité.

    Ahcène Moussi : Président de l’association, Migrants Maghreb Canada- Quotidien d'Oran

    Commentaire


    • #3
      Bonjour, on pourrait remplacer une partie du titre par Lettre ouverte d’un immigré en France, pour s'apercevoir que le problème n'est pas seulement canadien.

      La seule différence c'est que la seconde génération née au Canada ne subit pas la discrimination à l'embauche comme en France.

      Cordialement.
      L'Homme s'obstine à inventer l'Enfer dans un monde paradisiaque. Jacques Massacrier

      Commentaire


      • #4
        "Les immigrants ayant réussi se compte malheureusement sur les doigts des deux mains."

        Quand j'ai dit cela dans un post précédent (voir les grands décus du Canada) j'ai subi un assaut de la part de Nedjma et consorts. J'ai même été taxé de negatif.

        Commentaire


        • #5
          "Il se trouve aussi que les immigrants maghrébins sont quelque peu rudoyés face à cette sorte de tolérance de la société d’accueil, inhabituelle pour eux"

          Inhabituelle????? Il ne faut quand même pas exagérer, ces maghrébins ont pour la plupart fait de hautes études et pour de nombreux d'entre eux dans des pays occidentaux et en plus ils ne viennent pas de la jungle ces maghrébins pour être "rudoyés " par "cette sorte de tolérance de la société d’accueil, inhabituelle pour eux"

          Commentaire


          • #6
            Que diront ces milliers de Mahrebins diplomés et qui revent de l etranger et qui n ont pas eu cette chance de quitter le pays faute de Visa! À la rigueure Votre lettre est un tranquilisant pour eux! Une consolation

            Malheureusement tjrs cette mentalité d attendre que le pays d acceuil ou meme le pays d origineie fasse quelquec chose pour les gens ??!
            , oubliez ces belles paroles sur l integration et l image que vs avez fabriquée avant votre installtion dans ce pays et creez votre propre emploi par ex. , en occident il ne suffit pas de maitriser quelques langues etrangeéres , ou de disposer meme de quelques diplomes

            Le Canada a fait le prmier pas: il vs a acceuilli! Et ce n est pas evident! C est a´vs de continuer!

            Commentaire


            • #7
              "Ils doivent, à l’instar des autres communautés, reconnaître et maintenir la laïcisation comme valeur commune de l’espace public. Ils doivent aussi respecter les particularités religieuses des autres, et vivre leur foi en toute sérénité."

              Ils doivent...........ils doivent..........On exige trop de ces maghrébins. Il faudrait aussi que cela soit reciproque et que la société d'acceuil respecte aussi les particularités des maghrébins et leur donne les mêmes chances qu'aux autres.

              Commentaire


              • #8
                La moindre des choses c'est de bien vouloir adopter et accepter les lois du pays d'accueil sinon ya khoya reste chez toi!

                Commentaire


                • #9
                  adopter et accepter les lois du pays d'accueil sinon ya khoya reste chez toi!
                  J’entends souvent répéter cette phrase a nos immigres. Mais cela veux dire quoi au juste. Moi je ne crois pas que les Algériens installes au Canada ou en France essayent de passer au feu rouge ou de prendre le métro sans payer ou de se loger gratuitement. Ce la veux dire quoi adopter et accepter les lois du pays d'accueil

                  Commentaire


                  • #10
                    La moindre des choses c'est de bien vouloir adopter et accepter les lois du pays d'accueil sinon ya khoya reste chez toi!
                    non , il n y apas ou noir ou blanc, il ya aussi le gris, ni ca ni l autre, on peut bien s installer en Occident sans se voir contraint de se laiciser ou de nier son identité ou d etre dans la debauche!

                    Commentaire


                    • #11
                      C'est bien beau d'avoir des diplomes et de parler le français mais ça ne suffit pas : il faut faire ses preuves comme tous les autres immigrés et canadiens ! La mentalité est différenet et ce n'est pas au pays de s'adapter mais à l'individu. Certes, des facilités doivent être mises en place mais faut pas pousser.

                      "Les immigrants ayant réussi se compte malheureusement sur les doigts des deux mains."

                      Conneries. J'en connais beaucoup qui sont très bien, qui ont de bons emplois et confirmé avec beaucoup d'amis algériens !
                      La mauvaise langue n'est jamais à court d'inventions !

                      Commentaire


                      • #12
                        DZmes Bond

                        C'est bien beau d'avoir des diplomes et de parler le français mais ça ne suffit pas : il faut faire ses preuves comme tous les autres immigrés et canadiens ! La mentalité est différenet et ce n'est pas au pays de s'adapter mais à l'individu. Certes, des facilités doivent être mises en place mais faut pas pousser.
                        entierement daccord avc toi,

                        Commentaire


                        • #13
                          Louali

                          Quand j'ai dit cela dans un post précédent (voir les grands décus du Canada) j'ai subi un assaut de la part de Nedjma et consorts. J'ai même été taxé de negatif.
                          je ne voulais pas vous taxer de négatif , mais en voulant vous expliquer qu'il ne faut pas géneraliser ... je me suis peut etre mal exprimée .

                          si je vous ai offensé ; telle n'était pas, loin de là, mon intention , désolée

                          Commentaire


                          • #14
                            Nedjma: "je ne voulais pas vous taxer de négatif , mais en voulant vous expliquer qu'il ne faut pas géneraliser ... je me suis peut etre mal exprimée .
                            si je vous ai offensé ; telle n'était pas, loin de là, mon intention , désolée"


                            Sans rancune chère Nedjma

                            Commentaire


                            • #15
                              "Là où le bât blesse c’est que ces mêmes immigrants n’occupent que 2,5% des postes de la fonction publique."

                              Et dire qu'on appelle le Canada et le Québec des destinations ouvertes aux autres cultures et à l'immigration!

                              Commentaire

                              Chargement...
                              X