Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Le Canada deçoit l'ONU

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Le Canada deçoit l'ONU

    Aux yeux des Nations unies, le Canada ne fait pas bonne figure pour ce qui est de la lutte contre la pauvreté, même s'il est reconnu comme un pays riche.

    Un rapport du Comité des droits économiques, sociaux et culturels de l'ONU, publié lundi, déplore le fait que 11,2 % des Canadiens vivent toujours dans la pauvreté. Pire, le Canada n'a même pas de seuil officiel de pauvreté pouvant servir de référence.

    Le Comité souligne que les travailleurs gagnant le salaire minimum ont un revenu sous le seuil statistique de pauvreté. Et pour ceux qui n'ont pas d'emploi, les montants consentis en aide sociale sont largement insuffisants, selon l'ONU.

    Même s'il salue la baisse du taux de chômage de 13,7 % en 1998 à 11,2 % en 2004, le Comité déplore la difficulté qu'ont les personnes sans emploi à avoir accès à des prestations d'assurance-emploi. De plus, les montants reçus, 55 % du revenu depuis 1997, ont diminué par rapport aux années précédentes.

    Les Autochtones désavantagés

    Les Autochtones du Canada sont toujours loin d'avoir le même niveau et les mêmes conditions de vie que les autres Canadiens. Le Comité indique que les Autochtones n'ont pas un accès égal à l'emploi, à l'eau potable, aux services de santé, au logement et à l'éducation.

    Le Comité relève aussi des lacunes dans le respect des droits et traditions ancestrales des Autochtones. Seul point positif se rapportant aux premiers occupants du pays: les disparités aux plans de la mortalité infantile et de l'éducation secondaire, par rapport au reste de la population, ont diminué dans les dernières années.

    De façon générale, les catégories de personnes vivant le plus souvent dans la pauvreté sont les Autochtones, les Canadiens d'origine africaine, les immigrants, les personnes handicapées, les jeunes, ainsi que les femmes monoparentales ou ayant un faible revenu. Le Comité note qu'en Colombie-Britannique, la pauvreté chez les enfants et dans les familles monoparentales a augmenté entre 1998 et 2005.

    Beaucoup de clients pour les banques alimentaires

    D'après le rapport du Comité, 7,4 % des Canadiens souffrent d'insécurité alimentaire. Plus de la moitié des prestataires d'aide sociale, soit 51 %, ont recours à une banque alimentaire en raison d'un revenu insuffisant. Une forte proportion de ceux qui ont besoin de ces banques sont des enfants ou des jeunes, ajoute le rapport.

    Le rapport déplore le manque de logements sociaux, en particulier à Hamilton et à Montréal. Le Comité s'inquiète de la pratique des évictions forcées pour non-paiement de loyer. Il se désole du fait que le Canada compte encore de 100 000 à 250 000 sans-abri.

    Le Comité regrette que le Canada n'ait pas ramené les transferts fédéraux en matière de santé, d'éducation postsecondaire et de programmes sociaux à leur niveau de 1994-1995.

    Les investissements gouvernementaux en santé font par ailleurs partie des points positifs du rapport du Comité. Mais ses membres se permettent un avertissement relatif au récent jugement Chaoulli de la Cour suprême, autorisant l'assurance privée de soins offerts dans le réseau public au Québec. Le Comité demande aux tribunaux de veiller à ce que le Canada ne déroge pas à ses engagements en matière d'accès égal aux soins de santé.

    Le Comité souligne malgré tout les efforts canadiens pour régler la question de l'équité salariale, ce qui a permis à plusieurs femmes d'augmenter leur revenu. Il approuve l'augmentation de la durée des congés parentaux de six mois à un an. L'ONU estime également que l'augmentation du niveau de l'aide internationale du Canada, qui est passé de 0,27 à 0,33 % du PIB, est un point positif.

    Le manque d'efforts est dénoncé

    Le Comité déplore que le gouvernement canadien n'ait pas donné suite à la plupart de ses recommandations antérieures, formulées en 1993 et en 1998. Il ne peut identifier aucun facteur qui expliquerait ces dérogations du Canada à ses obligations.

    Dans un communiqué, la Ligue des droits et libertés s'est dite satisfaite des conclusions du rapport. L'organisme a dit espérer que les gouvernements fédéral et provinciaux feront mieux pour améliorer le sort des plus démunis d'ici la parution du prochain rapport de l'ONU, en 2010.

    Sources:Radio Canada (le site web)
    __________________

  • #2
    hélas

    Commentaire


    • #3
      harper est attaqué de tout coté, je pense que les canadiens n'apprecient pas son "pro bushisme".
      Dernière modification par reeeeeverblu, 10 décembre 2006, 17h45.

      Commentaire


      • #4
        Moi je me souci même plus de ce que pense l'onu vu que pour moi, cette organisation a perdu toute crédibilité à mes yeux aprés le silence lors de l'annonce des etats unis de l'entrée en guerre en irak.

        Organisation des nations unies ....... pfffff ......
        Ma d lebher asma'aa yeqqar, Tamazight assen a tt-nag°i ... (Quand la mer sera devenue désert, ce jour-là nous refuserons tamazight)

        Commentaire


        • #5
          On dirait que ce rapport est un rapport-type ! Tu peux remplacer Canada par USA, France, Angleterre... et t'auras les mêmes conclusions.

          Les inégalités se creusent de partout malheureusement !
          La mauvaise langue n'est jamais à court d'inventions !

          Commentaire

          Chargement...
          X