Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Khalifa, le retour...

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Khalifa, le retour...

    Bonjour, je vous propose un dossier de presse sur l'affaire Khalifa, une affaire qui n'a pas fini de faire parler d'elle.
    --------------------------------------------------------------------------

    Depuis quatre ans, la justice algérienne s’active avec une vigoureuse lenteur pour instruire le « scandale Khalifa » (7 milliards de dollars détournés, excusez du peu). Le procès des cent premières personnes mises en cause dans l’affaire (en attendant celui de quatre ex-ministres et autres hauts fonctionnaires) était annoncé comme imminent par le tribunal criminel de Blida en juin dernier. Puis en juillet. Puis... silence radio.

    Et, le 4 octobre, la presse algérienne l’annonçait pour novembre... Bakchich est en mesure de conseiller à la très « indépendante » justice algérienne d’attendre quelques semaines de plus, afin qu’elle soit pleinement éclairée. En effet, début 2007, un très étonnant « polar à clés » va être publié par un éminent éditeur littéraire français : son auteur, un ancien haut fonctionnaire algérien, apparemment familier du sérail, y fait le récit, aussi précis que troublant, de la façon dont certains « décideurs de l’ombre » algériens auraient mis le pied à l’étrier d’un jeune pharmacien arriviste, en l’aidant à siphonner les fonds de grands organismes sociaux pour créer une banque privée. Mais bien sûr, ce n’est qu’un roman...

    Par Dougy drou py

    --------------------------------------------------------------------------

    Procès Khalifa, manifestations, émeutes et terrorisme...vous prendrez bien un peu de football en dessert ?
    Saga « Khalifa », ambiance de la brousse judiciaire algérienne...

    Nous connaissons tous la saga Khalifa, c’est homme « parti de rien » devenu milliardaire en vendant des médocs (c’est dire à quel point il a des idées). Dans une interview accordée à VSD, il revient sur le collapsus de son « empire ». Il mêle vrai et faux. Au chapitre du faux, il nie toutes les turpitudes qui lui sont reprochées et met sa banqueroute forcée sur le compte d’une jalousie que lui vouerait Boutef qui aurait eu peur qu’il lui dispute son poste de président.

    Le procès « ne pourra jamais se tenir, car ils n’ont procédé à aucun bilan financier lors de l’ouverture de la liquidation. Ils sont donc dans l’incapacité absolue d’afficher un seul chiffre valable. [...] Je vais tenter de prouver que le gouvernement algérien a récupéré tout l’argent du groupe d’une façon frauduleuse. » « VSD. Vous êtes recherché par Interpol, pourtant, on vous retrouve dans un lieu public.

    R. K. C’est Alger qui a délivré le mandat et non Interpol. Il s’agit d’une notice rouge, ce qui ne vaut pas mandat d’arrêt international. Cela signifie que la personne désignée est visée par un mandat d’arrêt dans son pays d’origine. [...] Cette opération contre mes collaborateurs Sami Kassa et Djamel Guelimi a été montée de toutes pièces deux jours avant notre mise sous administration judiciaire. Si argent liquide il y avait, où sont passés ces 2 millions d’euros ? Où sont les photos de la prise ? Le code des douanes est clair : lorsqu’il y a prise, on la photographie. Or ce document n’existe pas. »

    Analyse : Ce qui permet à RK d’être aussi affirmatif, c’est que si un procès sérieux devait se tenir, c’est toute la sphère influente en Algérie qui finirait au trou. Alors on fait traîner les choses, sous une apparence de justice qui suit son cours. Témoin, cet article du Jeune Indépendant :

    L’instruction a été bouclée, le procès attendu pour le mois prochain. Le dossier Khalifa transmis à la chambre d’accusation. Le Jeune Indépendant, 6 juin 2006. L’instruction de l’affaire Khalifa a été achevée au niveau du tribunal de Chéraga et le dossier, ficelé, a été transmis, avant-hier, à la chambre d’accusation au niveau de la cour de Blida [...]. La chambre d’accusation devra à son tour étudier le dossier pour, selon les cas, soit programmer une date pour un procès, soit « rejeter » et demander un complément d’instruction. [...]Combien de temps prendra le travail de la chambre d’accusation ? Notre source a déclaré qu’« il est impossible de limiter dans le temps le travail de la chambre d’accusation ». [...] Plus de 4 000 personnes ont été auditionnées [...] Aussi, une centaine de personnes, dont quarante directeurs généraux d’entreprises publiques ainsi que d’anciens cadres de la banque, ont été inculpées et mises sous contrôle judiciaire, alors que cinq autres sont sous mandat de dépôt. Le fait que des ministres ont comparu devant les juges d’instruction risque également de prolonger davantage le dénouement de l’affaire. En effet, plusieurs ministres, dont celui actuel de la Solidarité et les anciens des Transports, des Ressources en eau, du Travail et des Affaires sociales, des Finances et de l’Habitat, ont été entendus [...]. Bénéficiant du privilège de la juridiction, c’est la Cour suprême qui devra statuer sur leur cas en désignant un juge d’instruction. La justice avait promis de remonter jusqu’au premier maillon de la chaîne pour déterminer les responsabilités dans cette « grandiose arnaque » du siècle. [...]

    Analyse : Autant dire, c’est pas demain la veille, que l’affaire sera réglée.

    Lounis Aggoun

    --------------------------------------------------------------------------

    En février 2005, Akram Belkaïd a publié aux Editions du Seuil, « Un regard calme sur l’Algérie ». L’un des chapitres est consacré à l’affaire Khalifa : avec l’accord de l’auteur, voici un extrait de ce chapitre.

    Un regard calme sur Khalifa.
    http://www.bakchich.info/article692.html

    --------------------------------------------------------------------------

    Trop méconnu, le livre de Lounis Aggoun et Jean-Baptiste Rivoire, Françalgérie, crimes et mensonges d’États (La Découverte 2004), a décrit par le menu l’ascension du jeune et fringuant Rafik Khalifa. Extraits.

    Khalifa : Quand le clan Belkheir draguait le PAF.
    http://www.bakchich.info/article691.html

    --------------------------------------------------------------------------

    Le procès de Khalifa a commencé le 9 janvier. L’intéressé attend au chaud, à Londres

    Le procés des petits Rafik de Khalifa.
    http://www.bakchich.info/article680.html
    L'Homme s'obstine à inventer l'Enfer dans un monde paradisiaque. Jacques Massacrier

  • #2
    une affaire qui n'a pas fini de faire parler d'elle

    hier a la télé :l'affaire stavisky
    L'affaire Stavisky

    L'affaire Stavisky éclate la veille de Noël 1933 par l'arrestation d'un certain Tissier, directeur du Crédit Municipal de Bayonne, pour escroquerie par mise en circulation de faux bons de caisse.

    On apprend que Tissier n'est qu'un instrument : celui de Serge Alexandre, de son vrai nom Stavisky, qui, avec la complicité du député-maire de Bayonne, Garat, vient de créer ce Crédit Municipal.

    Emis pour 235 millions de bons de caisse, il est couvert par à peine 20 millions de bijoux déposés en garantie, lesquels de plus sont faux ou surévalués. L'argent a été prêté à Stavisky, qui s'en sert pour financer ses spéculations.


    Le scandale est d'autant plus énorme qu'il se révèle que Stavisky a déjà fait l'objet de poursuites, toutes étouffées sur intervention de ministres ou de parlementaires corrompus. Moins de quinze jours plus tard, on apprend que Stavisky, qui s'est enfui et que la police traque, se serait suicidé dans une villa de Chamonix...

    Cette affaire a été exploitée par tout ce que le pays comptait d'anti-parlementaristes et d'antisémites. Des ministres et des parlementaires se sont laissés corrompre ou naïvement tromper. Ce scandale fut le détonateur de la chute du cabinet Daladier.


    a quand la chute d'un sous secretaire d'etat dans notre beau pays
    admire la personne qui te critique car victime de sa propre jalousie elle ne fait que t admirer......

    Commentaire

    Chargement...
    X