Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Le rapport Bénisti

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Le rapport Bénisti

    La lutte contre l’insécurité en France connaît des fortunes diverses et souvent pas très heureuses en matière de libertés et de droit des personnes.

    Un rapport préliminaire destiné à inspirer le ministre de l’Intérieur Dominique de Villepin pour son projet de loi sur la question et qui lui a été remis récemment par une commission parlementaire en est la meilleure illustration. Préparé sous la houlette d’un parlementaire de l’UMP (Parti de la majorité actuelle), Jacques-Alain Bénisti, ce texte présente les familles issues de l’immigration comme potentiellement dangereuses «dès l’âge de trois ans». Il dit ceci, à propos des enfants entre 1 et 3 ans: «Seuls les parents, et en particulier la mère, ont un contact avec leurs enfants. Si ces derniers sont d’origine étrangère, elles devront s’obliger à parler le français dans leur foyer pour habituer les enfants à n’avoir que cette langue pour s’exprimer». Et un peu plus loin, au titre des «actions» préconisées: «Mais si elles sentent dans certains cas des réticences de la part des pères, qui exigent souvent le parler patois du pays à la maison, elles seront dissuadées de le faire».

    En plus de la tonalité franchement raciste du rapport, son auteur suggère rien de moins que la création d’une police linguistique. Il s’agira de traquer toutes les familles d’origine étrangère et de les empêcher de parler à leurs enfants dans leur langue maternelle. Cette désignation est d’ailleurs remplacée par «patois», un mot horriblement connoté et désignant surtout des populations issues du Sud.

    Les jeunes issus de familles originaires du Maghreb, d’Afrique ou d’Asie, parlant une langue autre que le français sont donc perçus comme des catégories potentiellement dangereuses.

    «Si les actions de prévention veulent être efficaces, elles doivent impérativement commencer dès les prémices de déviances, c’est-à-dire dès le plus jeune âge», affirme le rapport.

    Derrière cette vision liant étroitement l’origine étrangère, l’échec scolaire puis la criminalisation, se cache une philosophie - dix-neuvième siècle ! - selon laquelle l’étranger est dangereux par définition. Pour le couper de ses archaïsmes et de sa barbarie, il faut constamment le surveiller, lui, ainsi que son rapport quotidien à sa langue et à sa culture d’origine, avant de le réprimer en le marquant et en le «signalant» dès l’école. Après ce sera au tour des établissements spécialisés, de la commune, puis de la police, à le prendre en charge et éviter qu’il ne perturbe l’ordre social. Un mauvais parfum de totalitarisme qu’un grand nombre d’acteurs politiques et associatifs en France refusent et dénoncent.

    Le 3 février dernier, des syndicats, des collectifs de travailleurs sociaux et des associations de défense des libertés ont manifesté à Paris contre le rapport Bénisti et contre le projet de loi de prévention de la délinquance.

    Regroupés autour d’un mouvement, le Collectif national unitaire (CNU), ils ont dit non au «devoir de signalement» qu’on veut leur imposer et contre le fait de stigmatiser l’immigration. Alors que leur mobilisation se poursuit, des linguistes se sont élevés pour dire qu’ils trouvent affligeant qu’un rapport élaboré par des parlementaires manifeste une ignorance aussi grave sur l’apprentissage des langues.

    In le Quotidien d'Oran du 12-02-2004

    Pour lire le rapport visiter le site du député Maire UMP Jacques-Alain Bénisti

    http://www.jabenisti.com/article.php3?id_article=202


    Quelques morceaux choisis :

    "La politique de prévention doit remplir un objectif d’efficacité qui passe par le renforcement des échanges d’information entre les différents acteurs qui entourent les jeunes : les parents, le corps enseignant, les éducateurs, les élus locaux, la police...." (p 5)

    "Seuls les parents, et en particulier la mère, ont un contact avec leurs enfants. Si ces derniers sont d’origine étrangère, elles devront s’obliger à parler le Français dans leur foyer pour habituer leurs enfants à n’avoir que cette langue pour s’exprimer" (p 9)

    Si cette mère persiste à parler "l’étranger"
    "l’institurice (sic) devra alors passer le relais à un orthophoniste..." (p 10) [1]

    "Entre 13 et 15 ans [...] si des faits délictueux apparaissent à cet âge[...] le jeune devra quitter le mileu scolaire traditionnel et rentrer dans la filière d’apprentissage d’un métier dès la fin de l’école primaire" p 11 [2]

    In le site web du Collectifs contre le projet de loi de prévention de la délinquance :

    http://www.abri.org/antidelation/article755.html
    “If you think education is expensive, try ignorance”
    Derek Bok
Chargement...
X