Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Les Saharouis Esperent Des Resultats A Manhasset

Réduire
Cette discussion est fermée.
X
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Les Saharouis Esperent Des Resultats A Manhasset

    Les Sahraouis des camps de réfugiés attendent l'esprit rivé sur Manhasset

    [Aps 14/3/08] SMARA (camps des réfugiés sahraouis) - Plus de 150.000 Sahraouis qui vivent dans les camps de réfugiés dans des conditions extrêmes prennent leur mal en patience à la veille de l'ouverture, dimanche à Manhasset, près de New York, du 4e round des négociations directes entre leur représentant légitime, le Front Polisario, et le Maroc. Les réfugiés sahraouis qui ont fui voilà trente-trois ans leur pays, le Sahara Occidental, après son invasion par l'armée marocaine et des milliers de colons marocains, vivent principalement grâce à l'aide internationale qui n'est pas souvent généreuse.
    Avec le temps, les réfugiés se sont adaptés quelque peu à la rudesse des conditions climatiques du désert, particulièrement ceux qui étaient, il y a plus de trente ans, de paisibles citoyens de villes sahraouies bercées par l'Atlantique, comme Layoune et **********
    "Cela fait 22 ans que je n'ai pas vu ma mère", se lamente Ali M, la quarantaine dont les deux enfants sont scolarisés en Espagne et qui gagne sa vie grâce à un petit restaurant. Ali avait pris part à la lutte armée dans les rangs de l'ALPS. "Depuis 17 ans, nous vivons dans une situation absurde de ni guerre ni paix", ajoute Ali pour décrire cette attente cruelle d'une partie du peuple sahraoui, auquel l'occupation marocaine et aussi mauritanienne avaient imposé l'exil à des centaines de kilomètres de chez eux.
    Pour ceux qui connaissent bien la vie dans les camps des réfugiés, humanitaires et journalistes, les conditions naturelles dans ces contrées ne sont pas faciles à vivre. "La meilleure période côté climat, pour séjourner ici, c'est l'automne, les autres mois sont fortement déconseillés. Sachez qu'en hiver, le mercure tombe facilement à un degré la nuit, alors qu'en été la canicule sévit le jour et la température atteint les 50 degrés à l'ombre", résume à l'APS, un humanitaire habitué des lieux.
    Que dire alors pour les Sahraouis qui sont contraints d'y être à longueur d'année? Les réfugiés vivent dans des habitations construites en pisé (toub), un matériau affectionné ici, parce qu'il procure chaleur en cas de froid et fraîcheur en période de canicule. Or, les toits de ces maisonnettes sont couverts de tôle ondulée, ce qui n'arrange par les choses lorsque les rayons du soleil brillent fort. Ces toits sont lestés de grosses pierres et de pneus de véhicules pour empêcher le vent de les arracher quand il se lève et lève avec lui le sable très fins qui aveugle. Cependant, les Sahraouis possèdent une riposte efficace au vent de sable, le "chach", un tissu long de trois mètres qu'ils utilisent avec dextérité comme une sorte de passe montagne.

    50.000 sans-abri après les inondations de 2006

    Dans ces lieux difficiles, les catastrophes ne sont pas inconnues. Les Sahraouis se souviennent toujours des terribles inondations qui ont frappé les camps, en février 2006, détruisant maisons, écoles et centres de soins. Des pluies diluviennes avaient, en effet, anéanti 50% de la structure de ces camps, touchant quelque 12.000 familles et faisant plus de 50.000 sans-abri, selon le constat établi par le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).
    Ces précipitations anormalement élevées pour une région désertique, avaient en outre détruit 70% des réserves alimentaires des réfugiés déjà assez maigres. "Si en temps normal les réfugiés sont mal lotis, alors que dire lorsque même le sort s'acharne contre vous", se désole Ahmed, la quarantaine, qui se lance dans une très longue analyse sur les chances d'un retour des réfugiés un jour dans leur pays. "Il suffit que quelques pays influents décident de faire pression sur le Maroc, pour que nous les Sahraouis reprenions une vie normale chez nous", pronostique-t-il, tout en affichant son pessimisme quant à l'aboutissement des négociations directes entre le Maroc et le Front Polisario.

    "Nous voulons l'indépendance"

    Ahmed avait 16 ans lorsqu'il avait été contraint de fuir en 1976 l'invasion militaire marocaine. "Nous avions marché pendant quatre jours et quatre nuits avec nos baluchons avant d'atteindre la frontière algérienne. Les gens venaient de partout, et on avait été accueillis avec du lait et des dattes", se rappelle-t-il les yeux embués de larmes.
    "Nous voulons obtenir l'indépendance et retourner chez nous auprès de nos familles", dit Fatma, déplacée avec son défunt mari à l'âge de 18 ans d'e Layoune. Aujourd'hui, elle a cinq garçons et une fille qu'elle va marier prochainement.
    Fatma est parmi les familles sahraouies qui hébergent les invités étrangers de passage dans le camp de Smara.
    Ici, le thé est roi et les tournées se succèdent pendant des heures, entrecoupées de débat sur tout et rien et particulièrement sur le devenir des populations sahraouies et sur la répression qui s'est abattue sur elles dans les territoires occupés, depuis plus de deux ans, à cause des manifestations pacifiques réclamant l'autodétermination.
    Cette répression, tous les responsables politiques et militaires sahraouis vous en parlent sur la base de témoignages des personnes concernées. Aujourd'hui, grâce au téléphone portable, les réfugiés savent tout sur ce qui se passe de l'autre côté du mur.
    Malgré les difficiles conditions de vie dans les camps, la vie s'organise. Les services de base comme l'école, la prise en charge sanitaire, l'approvisionnement en eau potable et en nourriture, il est vrai rare par les temps qui courent, fonctionnent. "Nous allons revenir au volontariat dans ces services" assure à la presse Mustapha Esseyed, ancien négociateur du Polisario du temps de James Baker, qui donne un éclairage lucide sur le futur.
    "La propagande marocaine et la désinformation qui diabolise les dirigeants du Polisario ne fait plus recette et elle va desservir le régime en place à Rabat ", soutient-il, avec ce ton d'un homme convaincu de la justesse de la cause de son peuple. "Puisque le Maroc dit que les Sahraouis sont des Marocains, pourquoi donc ne leur fournit-il pas les services de base comme les infrastructures, l'école et la santé?", se demande-t-il. "Le Sahara occidental n'a jamais été marocain et les dirigeants marocains le savent. Ce qui les intéresse, c'est le pillage de nos ressources naturelles", explique-t-il. C'est du reste, ce que pensent tous les Sahraouis où qu'ils se trouvent.
    [Aps 14/3/08]

    e.mail webmaster: aps@aps.dz----Direction commerciale: dcm@aps.dz

  • #2
    "La propagande marocaine et la désinformation qui diabolise les dirigeants du Polisario ne fait plus recette et elle va desservir le régime en place à Rabat ", soutient-il, avec ce ton d'un homme convaincu de la justesse de la cause de son peuple. "Puisque le Maroc dit que les Sahraouis sont des Marocains, pourquoi donc ne leur fournit-il pas les services de base comme les infrastructures, l'école et la santé?", se demande-t-il.
    Pardon? Dites moi que je reve, c'est donc ca qu'on leur inculque dans les camps, que Laayoune, Dakhla et Smara c'est l'ethiopie? C'est vrai, il faudrait peut etre prendre exemple de ce qui se fait a Tindouf...

    Voila l'exemple type du propagandiste qui veut faire passer l'autre partie pour propagandiste... Il s'y trahit en sortant des sornettes.

    Commentaire


    • #3
      http://www.algerie-dz.com/forums/showthread.php?t=73593

      pas si sur ayoub
      The truth is incontrovertible, malice may attack it, ignorance may deride it, but in the end; there it is.” Winston Churchill

      Commentaire


      • #4
        algerie

        slt ayoub au moins la tu sais de quoi tu parle ,l eleve a depasser le maitre, Voila l'exemple type du propagandiste qui veut faire passer l'autre partie pour propagandiste... Il s'y trahit en sortant des sornettes.

        Commentaire


        • #5
          Le propagandiste est celui qui fait passer Hamada Ould Derouich pour un sahraoui . Il peut même aller jausqu'à le présenter comme étant un porte parole.

          Ainsi s'est terminée cette fable de "retour au bercail", par une usrpation d'identité dénoncée par un tiers.

          Que dire de plus, si ce n'est écouté le temoignage poignant de ces sahraouis chassés de leur terre par les colonnes de Dlimi.
          Ahmed avait 16 ans lorsqu'il avait été contraint de fuir en 1976 l'invasion militaire marocaine. "Nous avions marché pendant quatre jours et quatre nuits avec nos baluchons avant d'atteindre la frontière algérienne. Les gens venaient de partout, et on avait été accueillis avec du lait et des dattes", se rappelle-t-il les yeux embués de larmes.
          "Nous voulons obtenir l'indépendance et retourner chez nous auprès de nos familles", dit Fatma, déplacée avec son défunt mari à l'âge de 18 ans d'e Layoune. Aujourd'hui, elle a cinq garçons et une fille qu'elle va marier prochainement.

          Commentaire


          • #6
            bah il n'ont que rester a tindouf les quelque millier de gens (algerien et malien principalement ) qui compose le polizario les autre le maroc leur ouvre grand la porte .
            layoun est le plus grand de peche d'afrique ..........................
            au sahara l'eaux coule 24/24
            et on est en securité plus qu'alger.
            le maroc subventionne tous et les marocain sont majoritaire les sahraoui de souche devienne une minorité .
            alors pour les gens qui reve debout .....bah l'enfer algerien leur convient le mieux

            Commentaire


            • #7
              Citoyen

              Ne t'en déplaise Ould Derwich est bel et bien le porte parole de Saharouis mauritaniens qui souhaitent intégrer le projet d'autonomie proposé par le Maroc et cela est officiel depuis decembre 2007 car il n'en n'avait pas fait mystère contrairement à ce que la propagande raconte.


              Axapac : Pour tout Saharaoui l'enfer est aussi bien au Maroc qu'en Algérie car aucun des deux n'est leur pays, ils sont comme des apatrides tentant de survivre au milieu d'une bataille qui n'a que faire d'humains qui encombrent tout le monde. La vie d'un Saharaoui aussi bien en Algérie qu'au Maroc n'a rien de réjouissant car nul part il n'est considéré comme un compatriote ; les siens sont dispersés et il ne sait pas si un jour ils seront tous réunis....
              Dernière modification par zwina, 15 mars 2008, 22h15.
              Les libertés ne se donnent pas, elles se prennent

              Commentaire


              • #8
                zouina:
                si on reclame un état pour tt les sahraouis de l'afrique du nord

                Commentaire


                • #9
                  au maroc les sahraoui vivent comme des roi avec tout l'argent qu'on leur pompe .
                  a mediter

                  Commentaire


                  • #10
                    posté par plazma

                    zouina:
                    si on reclame un état pour tt les sahraouis de l'afrique du nord
                    ne t en fait pas , cette proposition est déja faite par zwina ..???????
                    A qui sait comprendre , peu de mots suffisent

                    Commentaire


                    • #11
                      >>>Ne t'en déplaise Ould Derwich est bel et bien le porte parole de Saharouis mauritaniens qui souhaitent intégrer le projet d'autonomie proposé par le Maroc et cela est officiel depuis decembre 2007 car il n'en n'avait pas fait mystère contrairement à ce que la propagande raconte.

                      Porte parole de quoi !
                      Le mec s'est présenté au legislatives mauritaniennes en 2006 (battu), il est soupçonné d'alimenter le trafic d'armes par des enquêteurs tiers et toi tu semble bouder les informations pour s'intéresser à ce qui me fais plaisir ou ce qui peut me gèner.
                      C'est ton droit de croire la propagande makhzenienne et c'est ton droit de défendre ce type, ainsi que son souteneur Khalli Henna Oueld Rachid.

                      Cela ne changera rien, ce type s'est fait passé pour un sahraoui, deux ans auparavant il se réclamait mauritanien sur les colonnes d'un quotidien algérien.

                      Les services marocains ne pouvaient pas ignorer l'identité d'une aussi grosse pointure, eux qui ont été capable de démasquer un simple jeune qui s'est fait passer pour moulahoum Errachid.

                      Quand on défend le makhzen il faut s'armer d'un minumum d'arguments, autrement il faut creuser un galerie dans le sable et s'engoufrer dedans en attendant que les choses se remettent en place.

                      Commentaire


                      • #12
                        Citoyen

                        Entre être soupçonné d'un acte et être coupable, il y a une certaine différence surtout que cet article date de 2006 et que s'il avait été complice les américains qui sont très nombreux en Mauritanie l'auraient depuis bien longtemps arrêté. Relis bien les articles que j'ai posté car jamais lors de ses déclarations il n'a dit qu'il n'était pas mauritanien par contre qu'il soit Saharaoui est très probablement vrai car son nom l'indique clairement. Il a décidé de répondre favorablement au projet d'autonomie proposé par le Maroc et il en a parfaitement le droit même si le gouvernement mauritanien a pondu une loi qui rend coupable de haute trahison celui qui le ferait.
                        Les libertés ne se donnent pas, elles se prennent

                        Commentaire


                        • #13
                          Axapac : Pour tout Saharaoui l'enfer est aussi bien au Maroc qu'en Algérie car aucun des deux n'est leur pays, ils sont comme des apatrides tentant de survivre au milieu d'une bataille qui n'a que faire d'humains qui encombrent tout le monde. La vie d'un Saharaoui aussi bien en Algérie qu'au Maroc n'a rien de réjouissant car nul part il n'est considéré comme un compatriote ; les siens sont dispersés et il ne sait pas si un jour ils seront tous réunis....

                          Zwina
                          .................................

                          Je suis d'accord avec toi sauf que je pousserais pas l'extrémisme jusqu'à reclamer des indépendances de toutes les ethnies existantes au Maghreb sinon on va se retrouver avec une mosaïque de micros etats qui seront des proies faciles pour les super puissances comme c'est le cas pour les pays du golfe.

                          Je suis plutot pour des autonomies pour les régions qui ont des spécificités propres comme les sahraouis ou les amazighes à l'instar de ce qui se passe en Espagne pour les Basques ou les catalans à titre d'exemple.

                          Concernant le sahara occidental ,au moins , le Maroc envisage de donner aux enfants de cette region la possibilité de gerer ,eux memes , leurs richesses , de promouvoir leur culture et élire directement leurs représentants au sein d'un parlement regional.Seuls le timbre et le drapeau ne sont pas négociables.

                          Je ne pense pas que les sahraouis algeriens qui n'obtiennent pratiquement rien des gigantesques richesses hydrocarbures dont regorge leur sous-sol soient logés à la meme enseigne par les gouvernants algeriens.
                          Dernière modification par chicha51, 16 mars 2008, 20h04.

                          Commentaire


                          • #14
                            Chicha

                            Non malheureusement ce n'est absolument pas ce que propose les gouvernants algériens aux Saharaouis pourtant ils le devraient car les Saharaouis ont le droit à cette autonomie qui est légitime mais cela signifierait laisser une partie de la manne pétrolière et cela ils ne le veulent surtout pas.
                            Les libertés ne se donnent pas, elles se prennent

                            Commentaire


                            • #15
                              Citoyen

                              Tu t'en prends à la propagande du Makhzen alors que tu ne fais que repercuter la propagande FLN usée jusqu'à la moelle.

                              Tu n'essayes nullement de prendre du recul pour te rendre compte que coté algerien , le recrutement des non sahraouis qui ne sont pas originaires du Sud Marocain ( à commencer par leur chef Adbelaziz) est monnaie courante.

                              Voici le temoignage d'un ex polisarien qui a rejoint le Maroc.

                              "N’oubliez pas que ceux qui ont le droit de quitter Tindouf et rentrer au territoire ne représentent plus que 15 % des Saharouis marocains.
                              Ils ont tous les documents attestant qu’ils ont vécu sous l’occupation espagnole jusqu’en 1975. Par contre, les Sahraouis d’origine algérienne représentent quelque 75 % et n’ont aucun document attestant qu’ils avaient vécu au Sahara du temps des Espagnoles.
                              Plus que cela, la plupart des responsables et des chefs du Polisario sont mariés à des Algériennes. C’est notamment le cas de Mohammed Abdelaziz et le secrétaire général et président de la chimérique RASD surnommé H’mitou et dont la femme n’est autre que la fille d’un certain Hamdi, président du conseil municipal de Tindouf.
                              Ce Mohamed Abdelaziz qui, d’ailleurs, n’a aucun acte de naissance dûment délivré par les autorités espagnoles et peut donc être considéré comme un non Sahraoui"

                              http://www.*******************/modul....php?itemid=33

                              Commentaire

                              Chargement...
                              X