Annonce

Réduire
Aucune annonce.

LE MAROC, L’ESPAGNE ET LES AUTRES : DIFFÉREND RÉGIONAL ET SHIFT GÉOSTRATÉGIQUE: un conflit armé est-il à craindre?

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • LE MAROC, L’ESPAGNE ET LES AUTRES : DIFFÉREND RÉGIONAL ET SHIFT GÉOSTRATÉGIQUE: un conflit armé est-il à craindre?

    Au lieu de chialer sur l'occupation des présides Ceuta et Melilla, pourquoi alors la dictature marocaine ne s'emploie pas à libérer ces deux villes par les armes comme les FARces l'avaient tenté d'égard à l'ilot à chèvres ibérique de Persil en 2002?

    Les FARces seraient-elles trop lâches ou traumatisées par leur échec à l'ilot de Persil?

    - Loin de toute crispation «nationaliste» exagérée, il m’intéresse en tant que Marocain de lire d’une autre perspective la crise actuelle avec l’Espagne. Non pas uniquement à travers le prisme du moment politique immédiat dans ce qu’il signifie et ce qu’il dissimule, mais essentiellement sous l’angle du temps historique par essence long. Car à mon sens, on ne peut appréhender certains aspects de cette crise que par le biais d’une vision globale, ou d’une approche qui s’y apparente.

    D’emblée, j’affirme qu’autant je suis internationaliste, je suis, sans hésitation aucune, tout autant patriote.

    Et si j’ai pleinement conscience de la condition d’homme qui habite tout être humain sur cette terre, j’ai tout autant conscience de mon attachement à ma patrie, à cette terre, à ce ciel et aux braves personnes qui les peuplent. Cet attachement s’applique à l’ensemble de l’histoire de mon pays, proche et lointaine, et à toutes les dimensions de son devenir dont je me considère responsable, dans la limite de mes possibilités, différenciant en cela la patrie de ce que je pourrais reprocher à tel ou tel responsable quel qu’en soit le niveau.

    La patrie n’est pas un simple lieu de naissance, un certificat de résidence, un refuge ou encore un espace pour déployer nos compétences ou nous construire un parcours. La patrie est tout cela et plus à la fois. La patrie est ce lieu de l’univers auquel j’appartiens et d’où je prends mon envol. De son eau je me suis abreuvé, de son blé je me suis rassasié et dans ses langues j’ai nommé les choses. Elle est la montagne, les arbres, l’eau, le sol et ses braves gens.
    Parlons maintenant de l’autre

    Qui est cette Espagne avec laquelle notre relation diplomatique s’est récemment tendue dans des proportions inédites ?

    Pour évoquer l’Espagne d’aujourd’hui, il est nécessaire d’invoquer auparavant l’Espagne d’hier.

    L’Espagne a appartenu et le continue à ce que nous appelons communément «l’Occident». Si un article de ce genre ne saurait suffire pour appréhender le concept dans sa globalité, ses représentations ainsi que ses mutations historiques, contentons-nous de rappeler qu’il renferme les pays de l’Europe de l’Ouest (et de l’Est partiellement), en plus des Etats-Unis d’Amérique et de leurs alliés en Asie et en Australie.

    Depuis cinq siècles et la fin de la présence arabo-islamique en tant qu’entité politique sur la presqu’île ibérique et l’arrivée de l’Europe (et je ne dis pas la découverte) sur le continent américain, suivie de la Renaissance enclenchée au 16ème siècle, cet Occident se convainc d’avoir été créé pour gouverner le monde. Si bien et si fort qu’il pense que sa domination fait tellement partie intégrante de «l’ordre naturel des choses», tellement que cette question en est devenue une composante consubstantielle, une culture établie, dans son esprit irrévocable, non pas uniquement en Occident mais bien au-delà.

    Nul n’ignore les millions d’âmes humaines emportées pour asseoir l’hégémonie de l’Occident. Depuis l’expulsion des Mauresques de l’Espagne catholique, on a assisté concomitamment à l’infamante traite négrière soutenue jusques par certains grands philosophes des Lumières ; à l’élaboration de théories sur la suprématie ethnique y compris la négation de l’existence d’âmes chez les membres des peuples colonisés pour les déposséder de toute velléité de résistance afin de disposer sans retenue de leurs richesses.-.

    Quid.ma

    A suivre
Chargement...
X