Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Lutte d’influence en Afrique : l’Algérie en confrontation avec Israël

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Lutte d’influence en Afrique : l’Algérie en confrontation avec Israël

    Le Premier ministre israélien a choisi le Maroc pour évoquer publiquement pour la première fois l’Algérie comme étant une source d’inquiétude pour son pays, avec en toile de fond une lutte d’influence en Afrique.

    Yaïr Lapid a déclaré jeudi 12 août à partir de Rabat qu’il a évoqué avec son homologue marocain « les inquiétudes au sujet du rôle joué par l’Algérie dans la région, son rapprochement avec l’Iran et la campagne qu’elle a menée contre l’admission d’Israël en tant que membre observateur de l’Union africaine ».

    Plus énigmatique, le chef du gouvernement israélien a cité parmi les motifs de l’inquiétude de son pays et de son allié, le « rapprochement » de l’Algérie avec l’Iran.

    Dans les faits, rien ne permet de conclure à un « rapprochement ». Les relations de l’Algérie avec l’Iran sont ce qu’elles étaient il y a plusieurs années, à moins que ce soit la présence banale du Premier ministre algérien à la cérémonie d’investiture du nouveau président iranien qui est interprétée comme un signe de rapprochement.

    Aussi, si l’Iran peut constituer une menace pour Israël, du fait de la proximité géographique, ce n’est pas le cas de l’Algérie. De même que l’Iran, pour les mêmes raisons, ne peut menacer ni le Maroc ni ses intérêts.

    Israël et le Maroc ont désigné l’Algérie comme le principal obstacle à leurs projets en Afrique. Sans surprise, la réponse d’Alger n’a pas tardé. « Cette sortie intempestive, dont le véritable instigateur n’est autre que Nasser Bourita en sa qualité de ministre des Affaires étrangères du royaume du Maroc, traduit une sourde volonté d’entraîner son nouvel allié moyen oriental dans une aventure hasardeuse dirigée contre l’Algérie, ses valeurs et ses positions de principe », a mis en garde le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué publié hier dimanche.

    L’Algérie a estimé que l‘« aventurisme dangereux qui parie sur le pire constitue un démenti formel à la prétendue « main tendue » que la propagande marocaine continue de répandre abusivement et vainement. »

    L’Algérie a l’habitude de s’en prendre à Israël, notamment sur la question du conflit en Palestine, mais Tel-Aviv n’a jamais répondu. Mais, dès qu’elle a entamé une action diplomatique contre les intérêts israéliens en Afrique, Israël a fini par exprimer son « inquiétude ». Pourquoi ?

    Selon des sources diplomatiques à Alger, le véritable enjeu pour l’alliance israélo-marocaine c’est l’influence en Afrique. C’est là que les intérêts et les intentions des deux pays peuvent buter sur l’Algérie et sa diplomatie, qui cherchent à se redéployer dans un continent fortement convoité par les grandes puissances.

    Comme l’a dit Yaïr Lapid, l’Algérie a en effet initié et assumé une campagne contre l’admission d’Israël en tant que membre observateur de l’Union africaine.

    Le 3 août, les ambassadeurs de sept pays membres de l’instance panafricaine à Addis-Abeba, dont l’Algérie, ont signé une note désapprouvant la décision du président de la Commission africaine, Moussa Fati, d’admettre Israël comme membre observateur. M. Fati a accédé à la demande des pays contestataires d’inscrire la question à la prochaine session du Conseil exécutif.

    Les deux tiers des Etats membres de l’Union africaine reconnaissent Israël et il est difficile de prédire à ce stade l’annulation de la décision. Mais il n’en reste pas moins que le retour en force de la diplomatie algérienne sur la scène africaine est perçu comme une menace pour les plans israéliens -mais aussi marocains- sur le continent.

    L’influence en Afrique en toile de fond

    L’illustration du rôle que l’Algérie espère de nouveau jouer c’est sa récente initiative pour désamorcer le litige autour du barrage de la Renaissance entre l’Ethiopie, l’Egypte et le Soudan.

    Le ministre des Affaires étrangères algérien, Ramtane Lamamra, s’est rendu fin juillet dans les trois capitales et l’initiative de l’Algérie a été favorablement accueillie. L’Ethiopie fait partie des pays qu’Israël considère comme d’anciennes zones d’influence à reconquérir, au même titre que l’Érythrée, le Cameroun, le Ghana, la Côte d’Ivoire, l’Ouganda et le Rwanda, explique dans un article publié sur le site de RFI, Benjamin Auge, spécialiste de l’Afrique subsaharienne à l’Ifri (France).

    Israël a fait son retour progressivement en Afrique dans les années 1980 et 1990 après la rupture qui a suivi la guerre du Kippour en 1973. Depuis une décennie, d’abord sous l’impulsion de l’ex-premier ministre Benjamin Netanyahu, il vise de nouvelles zones d’influence au Sahel et en Afrique centrale.

    La dernière décennie a été marquée par un offensive tous azimuts d’Israël en Afrique, par le biais de la diplomatie économique et les investissements. Aujourd’hui, il entretient des relations diplomatiques avec 40 pays africains et dispose d’ambassades dans douze pays, en attendant l’ouverture « dans quelques mois » de celle de Rabat comme annoncé lors de la visite de Yaïr Lapid au Maroc.

    Le Maroc a aussi mis à profit l’absence de l’Algérie pour se déployer sur le continent par le même biais, c’est-à-dire par la diplomatie économique, multipliant les investissements, les échanges commerciaux, les liaisons aériennes. Le Royaume, qui ne dispose de ressources financières pour mener sa politique africaine, est soutenu dans cette entreprise par ses alliés du Golfe et Israël, avec qui il entretient des relations depuis des décennies.

    Il a même pu retourner la position de certains pays vis-à-vis de la question du Sahara occidentale, échouant toutefois à faire exclure la République sahraouie de l’Union africaine où elle siège comme membre à part entière.

    La très forte croissance que prédisent les économistes à l’Afrique a fait du continent une zone que convoitent les puissances mondiales et régionales. Le retour de l’Algérie sur la scène diplomatique continentale et surtout son ambition de devenir une porte de l’Afrique pour l’Europe par le biais du méga port d’El Hamdania, dans lequel est impliquée la Chine, et la route transsaharienne, ont de quoi inquiéter.

    Toutefois, pour peser réellement en Afrique, la diplomatie de la parole ne suffira pas. Alger doit passer aux actes, en incitant et en aidant ses entreprises à conquérir les marchés africains, à rétablir les ponts de la coopération dans le domaine de la formation.

    L’Algérie peut s’appuyer sur sa bonne réputation en Afrique où elle a aidé de nombreux pays à se défaire du colonialisme et de l’Apartheid, et sur ses alliés qui chercher aussi à étendre leur influence sur le continent africain.

    TSA

  • #2
    L’Algérie peut s’appuyer sur sa bonne réputation en Afrique où elle a aidé de nombreux pays à se défaire du colonialisme et de l’Apartheid, et sur ses alliés qui chercher aussi à étendre leur influence sur le continent africain.
    Comme quoi la diplomatie de la parlotte, n'est pas prête de changer.

    Commentaire


    • #3
      Astarozhna!!!!! Dans une semaine ou deux ils vont accusé l'Algérie de posséder l'Arme fatale! C'est atomique cette affaire!

      Commentaire


      • #4
        Astarozhna!!!!! Dans une semaine ou deux ils vont accusé l'Algérie de posséder l'Arme fatale! C'est atomique cette affaire!
        L'arme fatale de l'Algérie, c'est la stagnation de son élite de vieillards militarisé qui ne veulent pas lâcher le pouvoir et qui resté politiquement, idiologiquement et mentalement stagné dans les années 60-70.

        Commentaire


        • #5
          @tariqlr

          Ha ha , c'est déjà dit lorsque l'Algérie voulait construire une centrale électrique nucléaire , il y eut toute une campagne médiatique mondiale sur le fait que l'Algérie serait alors capable de construire l'arme nucléaire .

          Commentaire


          • #6
            Le Maroc ne vaut pas un pet sans tous ses commanditaires depuis la nuit des temps et aujourd'hui il sert de porte d'accès et de carpette sur laquelle l'état sioniste s'essuie les pieds pour coloniser facilement et avec arrogance les états d'Afrique qui n'ont même pas encore cicatrisé les blessures, les humiliations et asservissements des anciens colonisateurs. Les nouveaux maîtres de l'Afrique sont à vos portes; ils ne demandent pas votre autorisation d'entrer dans vos pays, ils vous l'impose et vous bousculeront si vous vous y opposez. Le Maroc comme Israël sont indignes de respect et de confiance tant que l'un n'abandonne pas sa colonisation du Peuple Sahraoui et l'autre du Peuple Palestinien. Ceux sont là les obstacles à lever pour que l'Algérie ne s'oppose plus à une présence israélienne et même à des relations diplomatiques. L'Algérie et son peuple ne s'abaisseront à aucune bassesse ou compromission sournoise et hypocrite. Contrairement aux deux pays cités ils n'ont jamais agressé ni colonisé qui que ce soit; ils n'ont jamais envahis un état voisin ou comploté contre qui que se soit! Au contraire ils ont à mainte reprises depuis l'indépendance apporté leur aide et soutien à chaque pays qui en avait besoin, y compris les USA lorsque les diplomates américains étaient prix en otage en Iran...... "Les marocains" plutôt le petit roi, ses larbins du gouvernement et son makhzen étaient déjà ridicules lorsqu'ils dissimulaient leurs traitrises mais aujourd'hui ils se prostituent à ciel ouvert et sans honte comme de joyeuses filles de bordels de luxe...Royal

            Commentaire


            • #7
              Ben Sayeh

              Tout simplement un grand bravo et un grand merci.

              Commentaire


              • #8
                La très forte croissance que prédisent les économistes à l’Afrique a fait du continent une zone que convoitent les puissances mondiales et régionales. Le retour de l’Algérie sur la scène diplomatique continentale et surtout son ambition de devenir une porte de l’Afrique pour l’Europe par le biais du méga port d’El Hamdania, dans lequel est impliquée la Chine, et la route transsaharienne, ont de quoi inquiéter.
                C'est bien de dire ça...mais il n'y a aucun risque...
                Aucun parti pris, je vis chez maman la France, m’y sens très bien, ne suis ni one two triste, ni 3ach el’ malik, ni allons zenfants. Patriote de nulle part, citoyen du monde.

                Commentaire


                • #9
                  lamamra essaye toujours de modifiier l'ordre du jour de la 39eme conseil executif de l'UA qui se deroule actuellement en ethiopie

                  son tweet

                  Ramtane Lamamra | رمطان لعمامرة
                  @Lamamra_dz
                  لحظات قبيل انطلاق أشغال الدورة 39 للمجلس التنفيذي للاتحاد الأفريقي، سعدت بلقاء زملائي وزراء خارجية كل من جنوب إفريقيا، زامبيا، توغو، بورندي، تشاد، نيجيريا وجيبوتي والتشاور معهم حول البنود الرئيسية المدرجة على جدول أعمال اجتماعنا
                  .

                  Commentaire


                  • #10
                    les accusations du regime faussaire contre le maroc et israel à la veille du 39eme conseil executif de l'UA ne sont pas une coïncidence

                    Commentaire


                    • #11
                      l'Algérie devient comme une petite gamine qui ne fait que crier et veut attirer l'attention de toute la famille.....mais toute la famille l'ignore, donc elle commence à se créer des histoires fictives toute seule...la dite gamine qui a bousiller son futur toute seule accuse mtn les autres....triste gamine....
                      "None are more hopelessly enslaved than those who falsely believe they are free"

                      Johann Wolfgang von Goethe.

                      Commentaire


                      • #12
                        L'Algérie et son peuple ne s'abaisseront à aucune bassesse ou compromission sournoise et hypocrite.

                        L'Algérie et son peuple sont les otages d'oligarques séniles et illégitimes prêts à sacrifier et le peuple et le pays pour se maintenir en place...

                        Le moment venu, lorsqu'ils verrons T'Zagatte a l'Ihoum prendrons la tangente vers les pays sur les quels ils crachent leur venins aujourd'hui.

                        L'exemple d'un Aamar Saadani réfugié au Maroc est des plus édifiants.
                        Dernière modification par infinite1, 14 octobre 2021, 13h43.

                        Commentaire

                        Chargement...
                        X