Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Énergie. Du gaz marocain en 2024

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Énergie. Du gaz marocain en 2024

    Courrier de l’Altas 4 octobre 2022

    Voilà une bonne nouvelle qui nous change du climat anxiogène provoqué par la guerre de l’Ukraine sur la question de l’énergie : le Maroc pourra commencer à profiter de son gaz naturel découvert au large de Larache en 2024. C’est Leila Benali qui confirme l’information.


    La ministre de la Transition énergétique et du Développement durable, en réaction à une question posée par un député, a annoncé une première date cible pour le démarrage de la production du gisement de gaz propre au large de Larache, précisant qu’à partir de fin 2024, le Maroc pourrait bénéficier de son propre gaz.

    La responsable a avancé des détails précisant que l’Agence nationale des hydrocarbures et des mines (ONHYM), en collaboration avec son partenaire étranger, la société Repsol, a effectué des forages d’exploration sur la base entre la mi-décembre 2021 et la mi-janvier de cette année ont réalisé des études géologiques ou géophysiques.

    Selon Benali, ces forages et les conclusions ou rapports qui en sont tirés indiqueraient l’existence de réserves de gaz dans la région. Elle a ajouté que si les études menées confirment les hypothèses économiques efficientes de ce projet, l’exploitation du gaz naturel pourrait démarrer à partir de fin 2024.

    Il ne faut pas oublier que le département de l’Energie, après avoir lancé la réactivation du gazoduc Maghreb-Europe (GME) en flux bidirectionnel, a pris à bras-le-corps le dossier de la transition énergétique en optant résolument pour la diversification des sources d’énergies.

    Tous les détails de ce vaste projet ont été publiés sur le Bulletin 0fficiel du 26 septembre 2022 avec notamment les nouvelles zones désignées pour recevoir les sites de développement de projets de production électrique à base de l’énergie solaire.

    Un projet qui ambitionne d’étoffer le quadrillage du territoire en sites de production, de simplifier les procédures d’autorisation et par la même occasion de renforcer l’attractivité du secteur des énergies renouvelables pour les investisseurs privés nationaux et internationaux.

    Dans cette stratégie de consolidation de l’intégration industrielle pour l’émergence d’un tissu entrepreneurial et industriel national dans le domaine des énergies renouvelables, la répartition des zones a pour objectif de couvrir la grande majorité du territoire.

    Selon le texte de loi, les zones situées dans le Nord et le littoral méditerranéen, la façade atlantique, le Centre-Nord jusqu’au Centre-Sud, la totalité du flanc oriental et Sud-Est du Royaume ainsi que l’ensemble des territoires sahariens, ont été reconnues aptes à recevoir les sites de développement de centrales de production d’électricité à partir des sources d’énergie solaire.

  • #2
    « Selon Benali, ces forages et les conclusions ou rapports qui en sont tirés indiqueraient l’existence de réserves de gaz dans la région. »

    « indiqueraient l’existence ? »

    A parce que c’est pas sur ????

    Commentaire


    • #3
      tout est au conditionnel, malheureusement

      Elle a ajouté que si les études menées confirment les hypothèses économiques efficientes de ce projet, l’exploitation du gaz naturel pourrait démarrer à partir de fin 2024.
      Espérons que les études le confirment.

      Commentaire


      • #4
        Du gaz marocain en 2024

        "Les vérités qu'on aime le moins à apprendre sont celles que l'on a le plus d'intérêt à savoir" (Proverbe Chinois)

        Commentaire


        • #5
          Conneries makhzeniennes, tout le monde que : le gaz, jamais de chez jamais au Maroc…

          RV en 2024 les amis. Vos posts sont mis en favoris
          "Tout ce qui te dérange chez les autres, c'est seulement une projection de ce que tu n'as pas résolu en toi-même" - Bouddha

          Commentaire


          • #6
            J’avais déjà pris le rdv pour 2022 mais y’avait personne

            En 2010 et 2016 aussi !

            Commentaire


            • #7
              Tel quel

              Tout ce qu'il faut savoir sur le plan gazier marocain

              ÉconomieLE 17 DÉCEMBRE 2014

              Abdelkader Amara a présenté, le 16 décembre, le plan national du gaz liquéfié qui devrait notamment permettre de réduire la dépendance énergétique du Maroc. Telquel.ma le décrypte en quatre questions.

              Le ministre de l’Energie et des Mines, Abdelkader Amara, a présenté, le 16 décembre à Rabat, sa feuille de route pour le plan national gazier. Ce plan, qui nécessite un financement de 4,6 milliards de dollars (un peu plus de 40 milliards de dirhams), prévoit l’importation massive de gaz naturel liquéfié (GNL) au Maroc afin que le royaume réduise sa dépendance à d’autres ressources énergétiques et diversifie ses méthodes de production d’électricité.

              Quant aux infrastructures nécessaires, il faut compter sur une enveloppe de 2,4 milliards de dollars. Un terminal gazier sera construit à Jorf Lasfar et sa construction nécessitera 800 millions de dollars. 600 millions de dollars supplémentaires seront nécessaires pour la construction d’une jetée maritime capable d’accueillir les navires transportant du GNL. Et 400 autres millions de dollars seront dévolus à la construction d’un espace de stockage. Enfin la construction d’un gazoduc permettant le transport du gaz nécessitera un investissement de 600 millions de dollars. Ce gazoduc aura une longueur d’environ 400 kilomètres et passera par Mohammedia et Kenitra. Les 2,2 milliards de dollars restant seront consacrés à la construction des centrales de l’ONEE.

              Commentaire


              • #8
                telquel

                Les russes et les américains se disputent le gaz marocain



                ÉconomieLE 30 MARS 2016

                Les russes et les américains se disputent le gaz marocain
                ÉconomieLE 30 MARS 2016

                En pariant sur le gaz naturel liquéfié (GNL), le royaume met en concurrence deux des plus grands producteurs mondiaux, la Russie et les États-Unis.

                Le 15 mars à Moscou, le Kremlin est paré aux couleurs du Maroc. Dans la salle de réception, les Russes ont pris place du côté droit. La délégation marocaine accompagnant le roi Mohammed VI dans sa visite officielle en Fédération de Russie a déjà pris place du côté gauche de la salle, juste en face du monarque. En première ligne, les deux conseillers du roi, Fouad Ali El Himma et Taïeb Fassi Fihri échangent quelques sourires. En arrière-plan, les deux Aziz du gouvernement sont côte à côte. Le ministre de l’Agriculture, Aziz Akhannouch, murmure quelques mots à Aziz Rabbah, ministre de l’Équipement et du Transport.

                Complétant la délégation, Abdelkader Aâmara, ministre de l’Énergie et des Mines, attend pour signer avec son homologue russe Alexander Novak un mémorandum d’entente sur la coopération dans le domaine de l’énergie, notamment en matière de gaz naturel liquéfié. Les deux parties conviennent aussi de créer un groupe de travail bilatéral chargé de suivre sa mise en œuvre. Si les officiels marocains sont restés discrets sur les détails de ce mémorandum, leurs partenaires russes ont rapidement précisé que l’accord signé concernerait «l’approvisionnement en gaz naturel liquéfié, la création d’infrastructures gazières et l’exploitation d’hydrocarbures».
                Une stratégie gazière


                Un large éventail de biens et de services qui tombe à point nommé pour coller au plan de développement gazier lancé par le Maroc en décembre 2014 (voir encadré). La stratégie gazière du royaume vise à porter la consommation de gaz naturel à 5 milliards de m3 à l’horizon 2025. La visite royale au Kremlin est ainsi une première concrétisation: la Russie approvisionnera le Maroc en gaz. Ce qui confirme une précédente indiscrétion de Abdelkader Aâmara à TelQuel en janvier dernier. Le ministre de l’Énergie et des Mines nous affirmait alors que les négociations pour la fourniture de gaz étaient «presque terminées». Les opérateurs du marché de l’énergie n’attendaient plus que l’annonce officielle. Elle n’est pas encore au rendez-vous, mais c’est tout comme.

                Quand on demande à un membre de la délégation marocaine à Moscou si le mémorandum d’entente engage les deux parties ou s’il s’agit d’un gentlemen’s agreement sans force exécutoire, la réponse fuse: «L’accord sera appliqué. Il n’y a aucun doute là-dessus.» Les contours de cet accord bilatéral ont été discutés bien avant le voyage officiel. C’est le très discret Abderrahim El Hafidi, secrétaire général du ministère de l’Énergie, qui a été chargé de cette mission, il aurait même réussi à négocier “un prix intéressant”. Contacté pour confirmer cette information, El Hafidi n’a pas donné suite à nos sollicitations. Si rien n’a filtré de ces négociations, c’est aussi parce que le sujet est hautement sensible. En plus des considérations de confidentialité liées au business, s’ajoute la compétition entre la Fédération de Russie et les États-Unis.

                Dernière modification par djamel, 05 octobre 2022, 18h29.

                Commentaire


                • #9
                  Les russes et les américains se disputent le gaz marocain
                  Tel Quel est devenu aussi con que la grande majorité des torchons marocains.

                  Commentaire


                  • #10
                    Li yetmenna khir men li yestenna
                    l'espoir fait vivre dit-on
                    أصبحنا أمة طاردة للعلماء مطبلة للزعماء

                    Commentaire


                    • #11
                      Avant 2024 et le Smig marocain est 3 fois superieur a l’algerien, imaginez le futur…
                      "Tout ce qui te dérange chez les autres, c'est seulement une projection de ce que tu n'as pas résolu en toi-même" - Bouddha

                      Commentaire


                      • #12
                        li parle di gaz..l'autre il parle d'autre chose, il est ou le gaz ?

                        Commentaire


                        • #13
                          ayoub7
                          Avant 2024 et le Smig marocain est 3 fois superieur a l’algerien, imaginez le futur…
                          tu ai pas concerner tu te la coule en douce en france !!!

                          Commentaire


                          • #14
                            Les russes et les américains se disputent le gaz marocain

                            Commentaire


                            • #15
                              Benboulaid@« tu ai pas concerner tu te la coule en douce en france »

                              Et il flâne sur la corniche de tanger en claquant ses indemnité de chômage que pôles emplois a bien voulu lui accordé
                              Un vrai boulet pour la France

                              Commentaire

                              Chargement...
                              X