Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Dimona et Rabat, Le Maroc, nouvelle puissance nucléaire avec l’aide d’Israël? L’Algérie inquiète

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Dimona et Rabat, Le Maroc, nouvelle puissance nucléaire avec l’aide d’Israël? L’Algérie inquiète

    SPECIAL ISRAELVALLEY. EDITORIAL de Daniel Rouach. Depuis des mois en tant que Vice-Président de la Chambre de Commerce Israël-Maroc à Tel-Aviv je suis actif dans les relations bi-nationales. Etant expert en transferts de technologie (du militaire au civil), je savais que certaines questions ne doivent jamais être posées. Surtout lorsque l’on sait que les Algériens scrutent avec attention tout ce qui est écrit sur le Maroc et sa défense.





    Le domaine de coopération nucléaire est ultra-sensible. On n’en parle donc presque pas! Depuis quelques semaines ce mot « nucléaire » est enfin prononcé sans équivoque par des acteurs de la relation binationale.

    Selon notre propre enquête, les marocains se tournent vers Israël dans le domaine nucléaire civil car selon un expert israélien : « les Français, champions du nucléaire, ne souhaitent pas vraiment coopérer dans ce domaine. Ils craignent la réaction d’Alger.Et surtout ils ne veulent pas de prolifération nucléaire. »

    Une question (qui est rarement posée en public) est en train d’émerger dans les milieux israélo-marocains de la coopération bilatérale. Le Maroc va t-il devenir une puissance nucléaire avec l’aide d’Israël? Si Shimon Peres était vivant il est certain que sous sa bannière la réponse aurait été positive.

    Selon une source marocaine : « Dans une optique de renforcer sa souveraineté énergétique et de réduire les coûts et les émissions de carbone, le Maroc a décidé depuis quelques années de diversifier ses ressources énergétiques en envisageant de construire des réacteurs nucléaires afin d’accélérer la transition vers une économie verte. Le tout premier Centre National de Formation en Sciences et Technologies Nucléaires a été ouvert en 2021 au Maroc, dans le prolongement du Centre National de l’Energie, des Sciences et des Technologies Nucléaires (CNESTEN) à Maamora, avec pour objectif de « s’assurer de la sûreté et la durabilité des techniques nucléaires par le biais des compétences marocaines ».

    Selon (1) : « En se disant « prêt » à partager sa technologie nucléaire, Israël entend renforcer davantage les différents accords de coopération signés avec les pays arabes depuis qu’ils ont décidé de rétablir leurs relations dans le sillage des accords d’Abraham.

    Dans un discours très récent, Moshe Edri, le directeur général de la Commission israélienne de l’énergie atomique espère que les accords de normalisation signés en 2020 avec le Maroc « ouvriront la voie à un dialogue direct significatif dans la région, y compris dans les forums nucléaires« , soulignant que cette nouvelle coopération sera placée sous les auspices de l’AIEA. Ces traités n’ont pas été bien accueillis par l’Iran, qui considère avec suspicion les mouvements entre les différentes nations qui y sont parties.




    Cette déclaration a été faite en marge de la 66e conférence générale de l’Agence internationale de l’énergie à Vienne. Moshe Edri a déclaré qu’il s’agissait d’un autre tournant dans les relations entre Israël et les pays arabes tels que le Maroc, les Émirats arabes unis et Bahreïn qui ont accepté de signer un traité de paix avec l’État juif, selon un communiqué de presse publié par l’IACE ».

    Selon (1) : « Les relations diplomatiques entre le Maroc et Israël connaissent l’un de leurs meilleurs moments et continuent sur la voie du succès. Les deux pays créent constamment des accords commerciaux pour coopérer dans divers domaines. Comme ce fut le cas au début de l’année, le pays d’Afrique du Nord et Israël ont à nouveau signé un accord dans lequel ils se disent prêts à mettre à disposition leur technologie nucléaire après la normalisation des relations avec l’État hébreu. C’est ce qu’a annoncé mercredi le directeur général de la Commission israélienne de l’énergie atomique (IAEC), Moshe Edri.

    Israël et le Maroc continuent de signer des accords pour renforcer les relations entre les deux nations. Cette fois, l’accord a été signé en présence du ministre de l’Éducation, Yifat Shasha Biton, du président de l’industrie aérospatiale, Amir Peretz, du président de l’université Bar-llan, le professeur Aryeh Tsavan, du chef de l’ambassade du Royaume du Maroc en Israël, M. Abderrahim Beyyoudh, et de hauts responsables de sociétés énergétiques israéliennes.

    Beyyoudh a noté que le Maroc et Israël avaient déjà des liens de longue date. « Cela nous encouragera à continuer à faire pression pour un meilleur avenir pour l’ensemble de la région ».

    L’objectif principal de ces accords est de stimuler l’énergie entre les deux nations dans des domaines tels que le développement de batteries rechargeables, le recyclage, l’énergie solaire, l’économie de l’hydrogène et, l’un des défis les plus importants pour le Royaume, le stockage et le transport de ses ressources énergétiques vers les pays voisins comme l’Espagne.

    Des scientifiques de l’université Bar-Ilan, de l’université de Tel Aviv, de l’université Ben Gurion, de l’université Ariel, du Technion, de l’institut Weizmann et de l’université hébraïque de Jérusalem ont participé à l’événement. Le professeur Doron Auerbach, directeur scientifique du Centre pour l’énergie et la durabilité de Bar-Ilan, a dirigé l’accord avec le professeur Yair Einali de la faculté de science et d’ingénierie des matériaux, et le professeur Jones Elmi, chercheur principal à l’université polytechnique Mohammed VI du Maroc.

    Le président de l’université polytechnique Mohammed VI, Hisham al-Habti, a conduit la délégation marocaine lors de la cérémonie de signature. L’accord a été signé par le professeur Doron Auerbach au nom du Consortium des scientifiques israéliens et par le président de l’Université Mohammed VI au nom du Consortium des scientifiques marocains ». (1) atalayar.com

    A NOTER. NOTRE JOURNAL EN LIGNE RESPECTE LA LOI D’ISRAËL DE CENSURE SUR DES SUJETS SENSIBLES. Toutes nos informations reposent sur des données publiques diffusées en hébreu en Israël.

    LE PLUS. LPH. « La 1ère conférence internationale sur l’innovation de défense qui s’est tenue mi-septembre à Tel Aviv comptait, parmi la vingtaine de délégations militaires invitées, celle du Maroc, conduite par son inspecteur général, le général Belkhir, dont les entretiens avec les officiers supérieurs de Tsahal ont passionné les médias du royaume ». « Les accords bilatéraux de coopération signés dans les domaines les plus variés, y compris celui de la défense, doivent installer cette normalisation dans le long terme. Les salons et congrès de technologie israéliens, du développement durable à la biotechnologie en passant par la cybersécurité, font le plein de chefs d’entreprise ou d’investisseurs »

    LE PLUS. « Les années 1960 ont ainsi vu la création d’un cycle d’études de physique nucléaire à la faculté de Rabat, la création de laboratoires de manipulation des radio-isotopes, la première expérience marocaine en matière d’utilisation de radio-isotopes en médecine et en agriculture, ainsi que la création d’un comité d’État visant à superviser les affaires nucléaires ».


    Israelvally
    Dernière modification par Volontaire, 12 octobre 2022, 17h36.

  • #2
    C'est ce qu'on appelle la vente de air pour la consommation des Babouches de sa majesté

    Commentaire


    • #3
      A le lire attentivement un article d'espoir , l'avance algérienne avec ses deux centrales nucléaire est considérable avec nos voisins

      Commentaire


      • #4

        La Russie et le Maroc ont convenu de construire une centrale nucléaire
        18:37, 12 octobre 2022


        https://cdnn21.img.ria.ru/images/153...e6163.jpg.webp

        Vue des bâtiments de la ville de Shifshaven. Photo d'archive


        L'accord russo-marocain sur l'atome pacifique implique la construction d'une centrale nucléaire au Maroc


        Lire sur le site Ria.ru

        MOSCOU, 12 octobre - RIA Novosti. La Russie et le Maroc se sont mis d'accord sur la construction d'une centrale nucléaire sur le territoire marocain, l'arrêté correspondant du gouvernement russe a été publié mercredi sur le portail officiel d'informations juridiques.

        L'un des domaines de coopération entre la Russie et le Maroc sur l'atome pacifique dans le projet d'accord est appelé "la conception et la construction de réacteurs nucléaires de puissance et de recherche, ainsi que d'usines de dessalement d'eau et d'accélérateurs de particules élémentaires".

        Il est également prévu d'explorer et de développer des gisements d'uranium au Maroc, de fournir du combustible nucléaire pour les réacteurs de puissance et de recherche, de gérer le combustible nucléaire usé et les déchets radioactifs, de développer conjointement des technologies de réacteurs, de mener des recherches fondamentales et appliquées dans le domaine de l'atome pacifique, d'utiliser le nucléaire et technologies des rayonnements à des fins médicales, industrielles et à d'autres fins pacifiques, formation. De manière générale, on parle de la création et de l'amélioration des infrastructures de l'énergie nucléaire au Maroc.

        En octobre 2017, le ministère marocain de l'Énergie et le ministère de l'Énergie ont signé un protocole d'accord sur la coopération dans le domaine de l'atome pacifique.


        ria.ru



        C'est encore mieux en russe


        Россия и Марокко договорились о строительстве АЭС
        18:37, 12 октября 2022

        Commentaire


        • #5
          Les bousbiriens sont incorrigibles

          Commentaire


          • #6
            je viens de lire l'article sur le site officiel de ria novosti...du coup, je me demande à quoi joue le Maroc? dans l'absolu, je ne suis pas contre une collaboration technologique qui soit profitable à notre pays , mais logiquement, les américains et les européens ne vont pas être contents.(surtout le timing)

            Commentaire


            • #7
              Décret du gouvernement de la Fédération de Russie n° 2970-r du 11 octobre 2022 "portant signature de l'accord entre le gouvernement de la Fédération de Russie et le gouvernement du Royaume du Maroc sur la coopération dans le domaine de l'utilisation de l'énergie atomique à des fins pacifiques" (Portail officiel russe d'informations juridiques).

              Le document fait 15 pages.

              http://publication.pravo.gov.ru/Docu...=0&rangeSize=1

              Dernière modification par hakimcasa, 12 octobre 2022, 20h39.

              Commentaire


              • #8
                je viens de lire l'article sur le site officiel de ria novosti...du coup, je me demande à quoi joue le Maroc? dans l'absolu, je ne suis pas contre une collaboration technologique qui soit profitable à notre pays , mais logiquement, les américains et les européens ne vont pas être contents.(surtout le timing)
                C'est la russie qui a choidit le timing pour je ne sais quelle raison. Ce qui est sur c'est que ça montre que la russie continuevà fructifier ses partenariats (pas d'isolement), ça place d'autres pions dans d'autres regions pour redistribuer les cartes.

                Selon le desk, le memerendum a ete signé en 2017, 5 ans jour pour jour. Il est possible que cette periode etait defini dans lors de la signature et donc sa sortie des tirroirs etait programmé. Maintenant il faut voir ce que le gouvernement marocain a fait de cet accord

                Commentaire


                • #9
                  Le nucléaire civil ne fait pas de puissance.

                  Tous les pays de la planète finiront par s'y mettre.

                  L'énergie nucléaire est le futur quoi qu'en disent les écolos.

                  Je ne vois vraiment pas en quoi est-ce une inquiétude pour l'Algérie qui elle-même envisage de passer à la phase de production après des décennies d'études.

                  Commentaire


                  • #10
                    Je ne crois pas qu’Israël envisagerait de nuire à l'Algérie, ou même laisser faire le Maroc dans ce sens, à moins que l'Algérie ne rentre dans le tourbillon de la belligérance et de la provocation.

                    C'est pour ça qu'à mon avis, trop de flirte avec l'Iran des enturbannés peut s'avérer nuisible.
                    Dernière modification par infinite1, 12 octobre 2022, 21h32.

                    Commentaire

                    Chargement...
                    X