Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Les Libanais plus que jamais dépendants de l’aide internationale

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Les Libanais plus que jamais dépendants de l’aide internationale



    Hespress

    Le Liban traverse l’une des pires crises économiques au monde, et plus de la moitié de la population libanaise dépend maintenant de l’aide pour se nourrir et assurer ses besoins essentiels. Le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies a en ce sens annoncé un nouveau renforcement de son aide à l’adresse de ce pays.

    La chute de la monnaie locale, la livre libanaise, qui bat des records à la baisse quotidiens, ravage le pouvoir d’achat de la population et provoque la hausse intenable des tarifs des denrées alimentaires.
    Hausse de 1700% des prix alimentaires depuis 2019


    Le prix d’un panier alimentaire minimum – un assortiment d’aliments de base par famille et par mois – a augmenté de plus de 1.700 % depuis octobre 2019. Signe de la détérioration des revenus des ménages, le salaire moyen au Liban ne permet plus désormais que de couvrir 24% des besoins alimentaires de base, contre 93% l’année dernière.
    « À l’un de nos plus grands points de distribution, une mère m’a dit que pour la toute première fois, elle n’avait pas pu inscrire ses trois enfants à l’école cette année. C’est dévastateur », a-t-il déploré.

    Le rapport du PAM sur la sécurité alimentaire et la vulnérabilité des résidents libanais, révèle que les familles ont de plus en plus de mal à se procurer des aliments nutritifs et sont contraintes de recourir à des stratégies néfastes, comme dépenser moins pour les soins de santé et l’éducation ou retirer complètement les enfants de l’école.

    Les régimes alimentaires ont aussi changé radicalement : On consomme de moins en moins de produits laitiers, de protéines animales, de fruits et de légumes. Et l’approche de l’hiver ajoutera également aux difficultés en raison de l’augmentation des coûts du carburant et de l’électricité, y est-il souligné.

    De même, indique-t-on, les foyers dirigés par des femmes, les familles nombreuses ou dont les membres souffrent d’une maladie chronique ou d’une incapacité, sont plus susceptibles d’être en situation d’insécurité alimentaire.

    À un âge où l’on a hâte de prendre sa retraite après une vie de travail, j’essaie toujours de trouver une source de revenus pour nourrir ma famille », témoigne un père de famille de 74 ans qui bénéficie de l’aide en espèces du PAM.

    Les réfugiés syriens sont durement touchés


    La crise économique au Liban touche durement les réfugiés syriens. La plupart vivent désormais dans une extrême pauvreté, contraints d’envoyer leurs enfants travailler, et de vendre des biens de première nécessité pour survivre.

    Depuis le début de la crise économique au Liban, le PAM a rapidement étendu son aide dans le pays. L’agence onusienne soutient désormais 1 personne sur 3 au Liban en fournissant chaque mois une aide alimentaire ou en espèces à 1,7 million de réfugiés libanais et syriens.

    Le PAM est également l’épine dorsale des deux programmes de protection sociale du Liban, le Programme national de ciblage de la pauvreté et le Filet de sécurité sociale d’urgence, qui touchent plus de 1 million de Libanais.

  • #2
    Un beau pays en ruine, Beyrouth était la capitale du Moyen-Orient

    Commentaire


    • #3
      Je ne sais pas si dans le cas du Liban, on peut parler d'état-nation.

      Tout le Liban et même la capitale Beyrouth sont divisés en communautés religieuses. Chaque communauté vit dans une région du Liban et dans un quartier de Beyrouth et chaque communauté n'a de compte à rendre qu'au chef politique et religieux de sa communauté et non à l'état. Tant que ce système persiste, le Liban n'est pas prêt de sortir de l'auberge.

      Commentaire


      • #4
        Exact, il faut que le Liban choisisse leurs dirigeants indépendamment de la religion, un état laïque s’impose, mais les connaissant, ce ne sera pas pour demain la veille, les communautés ne se parlent pas entre elles à part par les armes. Exemple, j’ai des amis libanais chrétiens et c’est incroyable la haine qu’ils vouent aux musulmans. Je suppose que c’est réciproque.

        Commentaire


        • #5
          Pas que les Libanais, les Tunisiens et les Marocains sont à peu près dans la même situation.
          Pour les Tunisiens, c'est un fait rare. Pour les Marocains, ca fait partie de l'histoire.

          Commentaire


          • #6
            Ah bon !

            En tout cas j'ai jamais vu la queue pour du lait, sucre ou huile au Maroc, je les ai vu dans les pays Hokki.

            Peut etre que tu parles des aides militaires ... peut etre.. il faudra casser du polizabal et faire du barbecue.
            Dernière modification par mehdi1111, 24 octobre 2022, 18h02.

            Commentaire


            • #7
              Liban trés beau pays massacré par L'Iran et la corruption.

              Actuellement le cholera est en pleine expansion

              Commentaire


              • #8
                La parlement libanais a échoué aujourd'hui, 24 octobre, pour la 4e fois à élire un nouveau président pour succéder à Michel Aoun dont le mandat expire fin octobre.

                Commentaire


                • #9
                  Comme les marocains
                  « Great minds discuss ideas; average minds, events; small minds, people. » Eleanor ROOSEVELT

                  Commentaire


                  • #10
                    Comment voulez-vous réformer l’économie d’un pays où même les fruits ont une religion : la pomme étant maronite, la vigne catholique, l’olive orthodoxe, l’orange sunnite, le tabac chiite et la figue druze ?”
                    La question fut posée par l’économiste belge Paul Van Zeeland, convié au Liban

                    Commentaire

                    Chargement...
                    X