Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Climat : Le Maroc se classe 7e au CCPI parmi les 10 pays les plus performants

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Climat : Le Maroc se classe 7e au CCPI parmi les 10 pays les plus performants

    Alors qu’il était classé 8e lors de l’édition 2022, le Maroc s’est classé au septième rang mondial de l’édition 2023 du prestigieux classement de l’indice de performance du changement climatique, Climate Change Performance Index (CCPI), pour se positionner parmi les 10 pays les plus performant.

    Publié chaque année depuis 2005, le Climate Change Performance Index (CCPI) est un outil de suivi indépendant permettant de suivre les performances de protection du climat de 59 pays et de l’UE.

    À l’instar des deux précédentes éditions, le Maroc se classe en bonne place dans trois catégories principales du CCPI à savoir les émissions de GES (gaz à effet de serre), la consommation d’énergie ainsi que la politique climatique.

    Alors que la tendance des tarifs des énergies renouvelables est très élevée, le CCPI indique dans son document que le Maroc reçoit une note très basse pour sa part d’énergie renouvelable et une note basse pour ses objectifs 2030, ce qui se traduit par le support global du Maroc pour les énergies renouvelables, précise-t-on
    Par ailleurs, et si le Maroc maintient sa tendance positive dans les énergies renouvelables, il devrait également s’améliorer dans les deux autres indicateurs, souligne le CCPI, notant que malgré cette évolution positive, les experts du CCPI notent que le Maroc manque de volonté pour décentraliser les énergies renouvelables et encourager les citoyens à produire leur propre énergie renouvelable.
    Le crises freinent les ambitions du Maroc


    Le prestigieux classement de l’indice de performance du changement climatique souligne que plusieurs crises freinent les ambitions du Royaume. Selon le CCPI, le Maroc a été à l’avant-garde de la réduction de ses émissions de GES en renforçant cet effort après la COP22, notant que le gouvernement a établi un cadre pour réduire les émissions et respecter les accords de Paris.

    Tout en rappelant que le Maroc s’est engagé à un objectif de plantation de 600.000 hectares de forêt d’ici 2030, les experts du CCPI saluent les développements positifs que le pays a réalisés au cours des dernières années, mais critiquent pourtant les lois actuelles pour leur manque de force d’application et le manque d’adhésion du secteur industriel à celles-ci.

    De même, les experts saluent les changements positifs que le nouveau gouvernement a entrepris pour améliorer la performance climatique du pays, mais notent que la pandémie mondiale de COVID-19, le stress hydrique et la crise géopolitique et économique induite par la guerre agressive de la Russie contre l’Ukraine sont des freins aux ambitions.

    Plusieurs experts marocains ont contribuer dans le CCPI 2023. Il s’agit de Dr Mohamed Sadik, Abderrahim Ksiri (AESVT-Maroc), Dr Youssef Ben-Meir (Fondation Haut Atlas), Saïd Chakri et Touria Barradi.

    Hespress
Chargement...
X