Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Développement industriel: l’Afrique du Sud et le Maroc sur les premières marches du podium du continent

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Développement industriel: l’Afrique du Sud et le Maroc sur les premières marches du podium du continent

    Mohamed Koné


    La Banque africaine de développement (BAD) vient de publier, en partenariat avec l’Union africaine (UA) et l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI), son nouveau rapport intitulé «Indice 2022 de l’industrialisation en Afrique» (IIA).

    Lancée en marge du Sommet de l’UA sur l’industrialisation et la diversification économique, organisé à Niamey, au Niger, cette étude est une initiative phare de la BAD visant à améliorer la connaissance sur les facteurs et les moteurs du développement industriel en Afrique.

    L’IIA évalue les progrès industriels de 52 pays africains depuis 2010. Pour ce faire, il se base sur 19 indicateurs clés repartis en 6 groupes: les performances manufacturières, le capital, la main-d’œuvre, l’environnement des affaires, les infrastructures et la stabilité macroéconomique.

    Il classe également les niveaux d’industrialisation des pays étudiés selon trois axes, à savoir les performances, les déterminants directs et les déterminants indirects.

    Les déterminants directs concernent les dotations en capital et en main-d’œuvre et comment elles sont déployées pour stimuler le développement industriel. Quant aux déterminants indirects, il s’agit des conditions environnementales favorables, telles que la stabilité macroéconomique, des institutions et des infrastructures solides. Les notes de l’IIA et de ses trois dimensions vont de 0 (pire) à 1 (meilleure).

    Leadership serré

    Sur la période 2010-2021, l’Afrique du Sud se classe comme le pays ayant réalisé les progrès les plus importants en matière de développement industriel, avec une note de 0,8404 en 2021. La suivant de très près, avec 0,8327, le Maroc occupe la 2e place continentale en matière de développement industriel. Les autres pays du top 10 sont l’Egypte (0,7877), la Tunisie (0,7714), Maurice (0,6685), Eswatini (0,6423), le Sénégal (0,6147), le Nigeria (0,6046), le Kenya (0,6029) et la Namibie (0,6014). Selon l’étude, les 5 pays premiers constituent un groupe de principaux pays manufacturiers qui sont nettement en avance sur leurs pairs.



    Le top 10 africain en matière de développement industriel sur la période 2010-2021. (BAD, Département de la statistique)

    Les dix pays les moins performants en matière de développement industriel sur la période 2010-2021 sont les suivants: le Malawi (0,4229 en 2021), Sao Tome-et-Principe (0,4198), le Tchad (0,4178), les Comores (0,4078), l’Erythrée (0,4041), la République centrafricaine (0,4018), le Sierra Leone (0,3777), la Guinée-Bissau (0,3663), le Burundi (0,3483) et la Gambie (0,3455).

    Néanmoins, en 2022, l’IIA indique un léger chamboulement dans le peloton. La Tunisie repasse devant l’Egypte à la 3e place, tandis que l’Algérie, la Guinée équatoriale, le Sénégal font leur entrée dans le top 10. Ces changements réflètent l’impact de la crise de Covid-19, qui a directement influencé la trajectoire industrielle de l’Afrique, note l’étude.


    Classement des pays africains en matière de développement industriel en 2022. (BAD, Département de la statistique)

    Au niveau des sous-indices relatifs aux déterminants, les deux leaders du classement se partagent le gateau. Le Maroc occupe la première place continental en ce qui concerne les déterminants directs, tandis que le géant d’Afrique centrale accapare la tête du classement pour ce qui est des déterminants indirects.


    Les tops 10 par sous-indice de l'IIA 2022. (BAD, Département de la statistique.)

    Le modèle marocain

    L’étude fait, par ailleurs, un focus sur quelques pays. Parmi ceux-ci, le Maroc en particulier est présenté comme «l’une des économies manufacturières les plus solides d’Afrique, enregistrant une amélioration constante pour toutes les dimensions de l’Indice depuis 2010».

    La BAD et ses partenaires évoquent la priorité accordée par le gouvernement au développement industriel, notamment dans le secteur automobile. «Le Maroc réalise désormais 21,2% des exportations d’articles manufacturiers en Afrique, devançant nettement ses concurrents directs comme la Tunisie et l’Egypte», ajoute-t-on.

    Dans la même veine, l’Afrique du Nord (0,6594) s’affirme comme la région la plus avancée en matière de développement industriel en Afrique en 2021, suivie de l’Afrique australe (0,5649), de l’Afrique centrale (0,5020), de l’Afrique de l’Ouest (0,4887) et de l’Afrique de l’Est (0,47602). L’étude précise que le classement de ces cinq régions est resté inchangé au cours de la période considérée.


    Des politiques industrielles plus proactives

    L’on apprend également l’IIA que «trop d’économies africaines restent tributaires de produits de base non transformés, ce qui les rend vulnérables aux fluctuations de la demande mondiale».

    De plus, si le continent «a fait des progrès encourageants en matière d’industrialisation au cours de la période 2010-2022, la pandémie de Covid-19 et l’invasion de l’Ukraine par la Russie ont freiné ses efforts et mis en évidence des lacunes dans les systèmes de production», a déploré Abdu Mukhtar, directeur du Développement de l’industrie et du commerce à la BAD, lors de la présentation du rapport à Niamey.

    Aujorud’hui, la part de l’Afrique dans l’industrie manufacturière mondiale a diminué pour atteindre le niveau actuel de moins de 2 %, poursuit le rapport.

    Les experts appellent donc à des «politiques industrielles plus proactives», jugées essentielles pour inverser la tendance.

    Mais, soulignent-ils, celles-ci «nécessitent des connaissances approfondies et une compréhension détaillée des contraintes et des opportunités auxquelles chaque pays est confronté


  • #2
    Article faux. On ne voit pas la RASD.

    Selon galaxy elle fait partie du G20.

    Commentaire


    • #3
      Article faux. On ne voit pas la RASD.
      En effet, Merci de l'avoir souligné
      أصبحنا أمة طاردة للعلماء مطبلة للزعماء

      Commentaire


      • #4
        la BAD a été makhzenisé..... c'est berwita la source murmura un menhoukiste.....

        Commentaire


        • #5
          Il semble que l'article parle de "manufacturing industrialisation index" (industrie manufacturiere) . Maroc et Afrique du Sud ont de gros complexes manufacturiers (usines autos, textiles etc.)

          Donc le classement semble pertinent

          Parceque toute industries confondues, l'Algérie c'est une valeur ajoutée de 80 millards d'USD (40% du PIB), Maroc c'est 47 milliards d'USD (33% du PIB)

          Commentaire


          • #6
            Excellentes news, on sera premier bientot. Il suffit de continuer sur la meme lancée…
            "Tout ce qui te dérange chez les autres, c'est seulement une projection de ce que tu n'as pas résolu en toi-même" - Bouddha

            Commentaire


            • #7
              C’est pas étonnant surtout avec le démarrage de construction des sections de fuselages d’avions à Casablanca , et aussi l’émergence d’une ville d’industrie aéronautique et automobile qu’est la ville de Kenitra à l’instar de Tanger Med

              l’automobile au Maroc par exemple c’est 20 Mrd dollars d’exportation 150 000 salarié et presque 500 000 véhicules produit /an
              Dernière modification par Volontaire, 26 novembre 2022, 00h24.

              Commentaire


              • #8
                Dessalement de l’eau de mer, projets miniers, énergie solaire... Voici les projets prévus en 2023 dans le secteur des phosphates

                Le rapport de la Commission parlementaire des infrastructures, de l’énergie, des mines et de l’environnement sur les budgets sectoriels du ministère de l’Equipement et de l’eau, du ministère de la Transition énergétique et du développement durable et du ministère du Transport et de la logistique, consacre un axe aux réalisations et aux projets dans le secteur des phosphates.

                Ce rapport est réalisé chaque année dans le cadre de la discussion du PLF et à la lumière des échanges au sein de la commission.

                Entre 2021 et 2022, il y a eu la réalisation d’une centrale thermique d’une capacité de 130 mégawatts, à laquelle une enveloppe budgétaire de 1,16 milliard de dirhams (MMDH) a été consacrée. Le rapport cite également la réalisation d’une nouvelle station de traitement d’eau de mer d’une capacité additionnelle de 42.000 m³/h à Jorf Lasfar, qui a nécessité un investissement à hauteur de 575 millions de dirhams (MDH).


                Les projets phares

                Voici les projets prévus en 2023 dans le secteur des phosphates et les montants d’investissement qui leur seront alloués :

                - projet de la laverie Benguerir (plus de 3,86 MMDH) ;

                - projet de la mine M’Zinda (751 MDH) ;

                - projet de la mine Benguerir (274 MDH) ;

                - programme de production de 3 millions de tonnes d’engrais à Jorf Lasfar (plus de 13,53 MMDH) ;

                - programme du nouveau centre d’engrais TSP (plus de 6,68 MMDH) ;

                - projet de renouvellement de l’infrastructure dédiée à la fusion et à la filtration de souffre solide à Jorf Lasfar (plus de 1,83 MMDH) ;

                - projet de climatisation des lignes d’engrais NPK (200 MDH) ;

                - projet de l’unité de l’acide sulfurique PS4 (plus de 1,26 MMDH) ;

                - unité d’élimination du cadmium de l’acide phosphorique à Jorf Lasfar (274 MDH) ;

                - unité de lavage et de séchage à Boukraa (plus de 1,89 MMDH) ;

                - deuxième étape du projet de dessalement de l’eau de mer à Jorf Lasfar (543 MDH) ;

                - projet de traitement des eaux usées STEP à Kasbah Tadla, Fquih Bensaleh, Khouribga, Béni Mellal, Benguerir, Safi et Merssa (plus de 1,5 MMDH) ;

                - développement de services de production d’énergie solaire avec une capacité de production de 1,2 gigawatts à l’horizon 2026 (1,75 MMDH) ;

                - plan d’urgence pour faire face à la crise de l’eau et garantir l’approvionnement des sites industriels de OCP en eau provenant de Jorf Lasfar et Safi (4,3 MMDH).

                Commentaire


                • #9
                  Et malgré ces progrès , le pauvre citoyen marocain continue à vivre dans la pauvreté

                  Commentaire


                  • #10
                    Donc c’est pour les slips et faux t-shirt Lacoste
                    « Great minds discuss ideas; average minds, events; small minds, people. » Eleanor ROOSEVELT

                    Commentaire


                    • #11
                      ha techrague lfoum commence

                      Commentaire


                      • #12
                        développeur industriel de cueilleuses de fraises en Espagne

                        Commentaire


                        • #13
                          encore du techrague lfoum

                          Commentaire


                          • #14
                            Le Maroc a bien réussi son industrialisation après des années de stratégies qui ont donné de très bons résultats

                            Commentaire


                            • #15
                              "Tout ce qui te dérange chez les autres, c'est seulement une projection de ce que tu n'as pas résolu en toi-même" - Bouddha

                              Commentaire

                              Chargement...
                              X