Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Canada: Des kabyles accusent le régime algérien d'espionnage et d'intimidation

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Canada: Des kabyles accusent le régime algérien d'espionnage et d'intimidation

    Des citoyens canadiens accusent le régime algérien d’espionnage et d’intimidation
    Ces Canadiens, originaires de la région de la Kabylie, en Algérie, disent vivre dans la peur et demandent au gouvernement Trudeau d'intervenir.

    Kamal Sehaki croyait pouvoir enfin vivre librement en déménageant au Canada, en 2018. Jamais le Gatinois n'aurait cru que ses origines kabyles le rattraperaient et en feraient une cible des autorités algériennes en sol canadien.

    Les Kabyles font partie de la grande famille des Amazighs, ou Berbères, qui sont les autochtones de l'Afrique du Nord. Mais ils ont une langue et une culture qui leur sont propres, et certains militent pour la création d'un État indépendant.

    M. Sehaki, un artiste de 36 ans, a appris à ses dépens que toute personne associée de près ou de loin à ce mouvement indépendantiste risque des représailles de la part du régime algérien.

    Tout a commencé par une offre inhabituelle.

    J'ai reçu un appel récemment d'un membre du consulat de l'Algérie à Montréal, dit-il.


    M. Sehaki, lauréat de prix internationaux pour ses courts métrages, affirme que l'homme lui a laissé entendre que le gouvernement algérien pouvait l'aider à mousser sa carrière et lui aurait proposé un rendez-vous au consulat.

    Méfiant, l’artiste accepte de le rencontrer, mais dans un lieu public.

    Deux de ses amis s'installent discrètement quelques tables plus loin dans le même restaurant à Montréal. L’un d’eux a pris une photo de l’entretien qui s'est déroulé le mois dernier.


    Radio-Canada n’a pas été en mesure de confirmer que l’homme sur la photo travaille pour le consulat algérien à Montréal. Mais d’autres membres de la communauté kabyle nous ont aussi parlé de convocations au consulat ou à l’ambassade de l’Algérie à Ottawa.

    L'ambassade n'a pas donné suite à nos demandes d'entrevue et n’a pas fourni de réaction écrite aux allégations soulevées par les membres de la communauté kabyle.

    Selon le Gatinois, les arts n’étaient pas le sujet de la conversation.

    Au cœur des discussions : ses liens avec le Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie (MAK). Le MAK compte une section au Canada qui a organisé des manifestations à Montréal et à Ottawa notamment pour réclamer la libération de prisonniers politiques en Algérie.

    Il me sort les dates exactes. Il dit : "Vous avez filmé les manifestations du MAK à telle date, telle date, telle place". Je dis : "Oui, mais je suis artiste, je suis caméraman. Si quelqu'un m'appelle, c'est mon travail", raconte-t-il.

    Après, il m'a nommé deux personnes, c'est des amis que je connais, ici, au Canada, dont l'un qui vient de mon village. Il me dit : "Ces amis-là, il faut arrêter tout contact avec eux éternellement, parce que ce sont des militants du MAK".


    Pour M. Sehaki, il devient vite évident que les autorités algériennes l'espionnent au Canada depuis des mois.

    Quand il m'a mentionné les dates, les places, ce que je faisais, je me suis dit : "Wow! On dirait qu'on habitait ensemble!"

    Kamal Sehaki dit qu’il ne sait pas quand il reverra sa famille en Algérie ni les montagnes de sa Kabylie natale, qu'il affectionne tant, parce qu'il a refusé la proposition qui lui a été faite.

    L’homme qu’il a rencontré lui aurait demandé de signer un document où M. Sehaki s'engageait, entre autres, à cesser toute activité avec le MAK. D'autres membres de la communauté kabyle nous ont aussi parlé d'un document similaire.

    Il lui aurait également demandé de lui fournir les noms d'autres jeunes kabyles au Canada qui entretiennent des liens avec ce mouvement.

    En échange, les autorités algériennes lui auraient garanti le droit d'effectuer des allers-retours sans entrave en Algérie pour y voir ses proches.

    Je ne suis pas à vendre, dit M. Sehaki. Oui, je veux rentrer au pays voir ma famille, mais pas à n’importe quel prix.

    Des fonctionnaires fédéraux et québécois ciblés
    Radio-Canada a appris que des employés des gouvernements fédéral et québécois comptent parmi les citoyens canadiens d'origine kabyle qui ont récemment fait l'objet d'intimidation de la part du régime algérien. Ils n'ont pas voulu accorder d'entrevue formelle par crainte de représailles contre leurs proches toujours en Algérie. Nous avons accepté de taire leur identité pour cette raison.

    Il y a un climat de peur dans la communauté, affirme Kamel Serbouh, président du Centre Aqvayli de Montréal, l’association kabyle la plus ancienne au Québec.

    Selon lui, des citoyens canadiens d'origine kabyle ont été interrogés dès leur arrivée à l'aéroport d'Alger, alors qu'ils allaient rendre visite à leur famille en Algérie.


    Juste parce que les autorités algériennes les ont vus en compagnie des militants du MAK, on leur fait subir un interrogatoire. Quels sont tes liens? Pourquoi as-tu mis un "J'aime" sur une publication Facebook? On t'a pris en photo avec un militant, dit M. Serbouh. Radio-Canada a été en mesure de confirmer ces informations.

    Il affirme que certains Canadiens ont même été frappés d'une interdiction de sortie du territoire algérien durant des semaines, voire des années.

    Contacté par Radio-Canada, Affaires mondiales Canada n'était pas en mesure de dire combien de Canadiens de la communauté kabyle se sont vu refuser le droit de sortir du territoire algérien.

    Affaires mondiales Canada ne compile pas ces données précises, nous a-t-on répondu.

    Mais sur son site web de conseils aux voyageurs, le ministère fait la mise en garde suivante : Au cours de la dernière année, le gouvernement algérien a multiplié les arrestations de militants. [...] Les autorités algériennes ont également retenu des citoyens canado-algériens en Algérie, après les avoir identifiés comme étant politiquement engagés au Canada. Soyez conscient de la surveillance et des possibles répercussions si vous discutez de la situation politique en public ou en ligne.

    Affaires mondiales Canada précise aussi que l'Algérie ne reconnaît pas légalement la double citoyenneté.

    Un Canadien qui risque la prison
    Mourad Itim connaît bien le prix à payer pour son engagement politique.

    Si je rentre en Algérie, ils vont m'arrêter, peut-être qu'ils vont me torturer, dit M. Itim qui a travaillé durant 24 ans comme technicien chez Bell Canada avant de prendre sa retraite.


    Mourad Itim milite pour l'autodétermination de la Kabylie.

    Mourad Itim, qui fait partie du MAK, n’a pas pu se rendre en Algérie aux funérailles de sa mère, l’année dernière, de peur d’être arrêté et incarcéré par les autorités algériennes.

    Son nom figure sur la liste des personnes classées terroristes par le gouvernement algérien pour son appartenance au MAK. Il dirige la télévision officielle de l’organisation, TaqVaylit.TV, diffusée sur le web.

    J'ai perdu ma mère l'année passée et je n'ai pas pu partir en Algérie.

    Une citation deMourad Itim, militant du MAK
    C'est un peu désolant qu'on arrive à condamner des militants de la liberté parce qu'ils parlent, qu'ils ont une opinion politique différente. Des fois, ça m'attriste, des fois, je ne suis pas bien.

    M. Itim compare le MAK au Parti québécois ou au Bloc québécois, qui travaillent de façon pacifique pour la création d'un pays indépendant.

    Le MAK réclame la tenue d'un référendum pour permettre aux Kabyles de décider de leur propre sort. Selon M. Itim, son organisation compte une centaine de militants actifs au Canada.

    M. Serbouh, qui milite lui-même au sein de ce mouvement, compare les aspirations des Kabyles à celles des Québécois qui souhaitent préserver leur langue et leur culture. Plusieurs réclament leur propre État indépendant, alors que d'autres préfèrent rester au sein de l'Algérie, dit-il.

    C'est normal, c'est leur droit. Mais tout simplement, laissons-les s'exprimer, plaide M. Serbouh.

    La journaliste Brigitte Bureau s'entretient avec un membre de la communauté kabyle dans un parc de Montréal.
    Ouvrir en mode plein écran
    Le président du Centre Aqvayli de Montréal, Kamel Serbouh, réclame du gouvernement Trudeau qu’il intervienne auprès des autorités algériennes pour protéger la diaspora kabyle au Canada.

    Selon lui, même les Kabyles qui ne sont pas politisés hésitent maintenant à participer aux activités culturelles de leur communauté par crainte d'être fichés par les autorités algériennes.

    Lorsqu’on n'a pas cette liberté de rendre visite à nos familles, à nos frères et sœurs, lorsqu'on n'a pas cette liberté de rencontrer qui on veut dans un bar, dans un café, dans une place publique comme ici, qu'est-ce qui reste? demande M. Serbouh.

    Le gouvernement fédéral ne peut accepter ça. Nous sommes des citoyens canadiens.

    Une citation deKamel Serbouh, président du Centre Aqvayli de Montréal
    Selon lui, la ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly, devrait intervenir auprès du gouvernement algérien pour faire respecter leurs droits et libertés.

    Au Canada, plus de 37 000 personnes disent parler le kabyle, selon les données de Statistiques Canada.

    Le silence de la ministre Mélanie Joly
    La ministre Joly a refusé de nous accorder une entrevue, malgré nos demandes répétées.

    La ministre des Affaires étrangèresdu Canada, Mélanie Joly, pendant la période de questions le lundi 3 mai 2024.
    Ouvrir en mode plein écran
    La ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly, a refusé de commenter l’intimidation que subissent des citoyens canadiens d’origine kabyle de la part des autorités algériennes.

    Dans un courriel en réponse à nos questions, Affaires mondiales Canada écrit : Nous maintenons des relations bilatérales de longue date avec l'Algérie, ce qui nous permet entre autres d'engager des discussions avec le gouvernement algérien sur des enjeux d'importance pour le Canada, notamment sur les droits de la personne et les cas consulaires.

    Le ministère ajoute que le Canada soulève régulièrement les questions liées aux valeurs démocratiques auprès des autorités algériennes.

    Le député bloquiste Mario Beaulieu, qui connaît bien la communauté kabyle, qualifie le silence de la ministre de déplorable.

    C'est toute la question de l'ingérence étrangère. On a l'impression qu’il y a eu vraiment un laisser-aller du gouvernement fédéral, a-t-il dit en entrevue avec Radio-Canada. On s'aperçoit que ce n'est pas seulement des gros pays comme la Chine, l'Inde, la Russie, mais aussi des plus petits pays qui ne semblent pas se gêner pour intervenir auprès de leurs ressortissants au Canada, a-t-il ajouté.

    Les Québécois d'origine kabyle ont le droit à leur opinion et c'est inacceptable qu'ils subissent de l'intimidation du gouvernement algérien.

    Une citation deMario Beaulieu, député bloquiste
    Selon lui, le gouvernement fédéral doit mieux protéger ses citoyens issus de différentes communautés.

    Il faut que le Canada se donne des outils pour intervenir et qu'il y ait des conséquences pour les pays qui font de l'ingérence étrangère. En ce moment, les pays interviennent et ne semblent pas se préoccuper des réactions du gouvernement canadien, a-t-il estimé.

    Pour l'artiste gatinois Kamal Sehaki, c'est un cauchemar sans fin.

    On pense qu'on est au Canada, on est en paix, on est libres, puis on a laissé nos problèmes en Algérie. On est à combien de kilomètres? Mais ils nous suivent partout, dit-il.
    Radio-canada



  • #2
    Bof !
    « Dans les dunes du Sahara, un homme devient le symbole de la résilience face à l'immensité. » – Albert Camus

    Commentaire


    • #3
      Et rebof encore !

      Commentaire


      • #4
        "Tout ce qui te dérange chez les autres, c'est seulement une projection de ce que tu n'as pas résolu en toi-même" - Bouddha

        Commentaire


        • #5
          Bof !
          C'est tout ce que tu as à dire, sur ces agissements criminels des mafiosis de la junte militaire algérienne contre tes propres concitoyens.





          Commentaire


          • #6
            Salut Ayoub7, je ne sais pas ce que tu as posté. Une image ou une vidéo. En tout cas, eIle n'est pas affiché chez moi.
            Toute les photos et vidéos des autres forumistes sont affichés sauf les tiens.




            Commentaire


            • #7
              Re-re-bof comme si hami Tebboune avait que ça à faire de donner l'heure à ce genre d'energume, ces gens n'honorent pas la kabylie pour laquelle Matoub s'est battu. Par la noblesse de cœur, la probité et la sagesse, nous sauverons l’Algérie qu'il avait dit meskin Matoub Lounes, ces traîtres toujours là où l’on ne les attend pas et jamais là où ils devraient être ! Et puis vive l'Algérie dans sa pluralité et l'ensemble des identités qui la composent. Et aussi à bas les traîtres pro sinosites...

              TAHIA DJAZAÏR

              Commentaire


              • #8
                Donc radio Canada et ces kabyles qui temoignent sont des menteurs. On va attendre alors l'APS pour infirmer.







                Commentaire


                • #9
                  Pegasus

                  Commentaire


                  • #10
                    Canada: Des kabyles accusent le régime algérien d'espionnage et d'intimidation
                    Les kabyles ne veulent surtout pas d’être gouverné par un régime politico militaire fatigué , comme a dit Macron .

                    Les Kabyles sont un peuple instruit et libre et ont raison d'opter pour une vie meilleure .
                    ان شعباً يحكمه الأموات، لا يمكنه ان يعرف معني الحرية
                    Un peuple gouverné par les morts ne peut pas connaitre le sens de la liberté.

                    Commentaire


                    • #11
                      ces traîtres toujours là où l’on ne les attend pas et jamais là où ils devraient être ! Et puis vive l'Algérie dans sa pluralité et l'ensemble des identités qui la composent. Et aussi à bas les traîtres pro sinosites...
                      Ah. Maintenant pour les algériens, demander l'autodetermination de son peuple devient une traitrise et du sionisme. On appelle comment ca déja?










                      Commentaire


                      • #12
                        C'est tout ce que tu as à dire, sur ces agissements criminels des mafiosis de la junte militaire algérienne contre tes propres concitoyens.
                        Rebof ! tu n'es pas le mieux placé pour le dire ............
                        « Dans les dunes du Sahara, un homme devient le symbole de la résilience face à l'immensité. » – Albert Camus

                        Commentaire


                        • #13
                          Ah. Maintenant pour les algériens, demander l'autodetermination de son peuple devient une traitrise et du sionisme. On appelle comment ca déja?
                          Les pauvres , ils sont tellement aveuglés par le régime politico militaire qu'ils se retrouvent toujours avec deux explications de la même expression .
                          ان شعباً يحكمه الأموات، لا يمكنه ان يعرف معني الحرية
                          Un peuple gouverné par les morts ne peut pas connaitre le sens de la liberté.

                          Commentaire


                          • #14
                            N'importe quoi! Si au moins la junte algérienne s'intéressait à ses ressortissants à l'étranger!

                            En Allemagne, je fus l'Algérien le plus médiatisé et jamais je n'ai subis aucune intimidation par les sbires la junte militaire. En revanche, les islamistes algériens n'ont eu de cesse de tente à me "séduire".

                            A l'inverse de l'Algérie, il est patent que la dictature marocaine s'intéresse énormément aux opposants rifains et d'où le fait de mon mariage en blanc avec ressortissante rifaine.

                            Commentaire


                            • #15
                              Maintenant pour les algériens, demander l'autodetermination de son peuple devient une traitrise et du sionisme. On appelle comment ca déja?
                              Non non, arrête de trier les faits pour ne récupérer que ce qui t'arrange car ca finit par biaiser ta pensée. De quel algériens tu parles et de quelle "autodermination" ? Il y a juste une secte, minorité, voire inexistante, dont le gourou pro-sionistes est renié jusque dans son village de montagne. On vous connait les marocains avec votre vulgaire carte que vous agitez en désespoir de cause pour semer la discorde... Allez fumer votre shit avec ton crapaud de roi ...
                              Dernière modification par Farashatun, 18 juin 2024, 17h03.

                              Commentaire

                              Chargement...
                              X