Annonce

Réduire
Aucune annonce.

la vie nomade à l'époque du Prophète (sws)

Réduire
Cette discussion est fermée.
X
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • la vie nomade à l'époque du Prophète (sws)

    "Noblesse et liberté sont inséparables, et le nomade était libre. Dans le désert, un homme se sentait le maître de l'espace, et cette domination de l'espace le faisait en quelque sorte échapper à celle du temps. Chaque fois qu'il levait le camp, il se dépouillait de son passé, et les lendemains semblaient perdre de leur fatalité si l'on n'en connaissait ni le lieu ni l'heure. Le citadin, au contraire, était un prisonnier; rester fixe au même endroit, jour après jour et à jamais, c'était s'offrir comme cible à l'action du temps, destructeur de toutes choses."

    Ce passage, que je trouve très beau, est tiré d'une biographie du Prophète (Le Prophète Muhammad de Martin Lings). Je voulais juste le partager avec vous, et peut-être, savoir aussi un peu ce qu'il vous évoque!

  • #2
    salut parisette

    on pourrait se poser la question qui est la suivante : pourquoi la majorité des prophètes qu'on connaisses sont issus de la lignée de Banou Isra'îl, alors que Mohammad (Qlpssl), qui ramène l'ultime message de Dieu, Dieu a jugé utile qu'Il le fasse grandir dans le désert, et qu'il eut une vie de nomade ?!

    la réponse n'est pas loin de ce que l'auteur de ce passge raconte;
    c'est que Dieu a voulu que le dernier message soit apparu dans un terrain vièrge, démuni de toute sort trace des messages précédents qui ont été pervertis par l'homme.
    Certes, il y avait l'idôlaterie, mais vu les moyens qu'avaient les nomades, elle fut une croyance sans fondement solides et très primitive, il a fallu que quelques années pour que le Prophète (Qlpssl) efface des esprits une croyance qui a durée des siècles.
    et après avoir forgé des musulmans ayant une foi et un croyance pure, dans une atmosphètre quasi-vièrge, ils pourraient donc faire face aux autres cultes (Chretiens, juif ...etc) qui ont - il faut bien le préciser- de nombreux points en communs .
    Dernière modification par karimbarbu, 28 novembre 2008, 12h06.
    2.7. et Dieu a scellé leur cœur et leur entendement. De même qu’un voile leur barre la vue, et ils sont voués à un terrible châtiment. (Al Baqâra)

    Commentaire


    • #3
      merci pour ton intervention karim :-)

      c'est que Dieu a voulu que le dernier message soit apparu dans un terrain vièrge, démuni de toute sort trace des messages précédents qui ont été pervertis par l'homme.
      je n'avais pas pensé à ça mais maintenant que tu le dis ça semble presque évident.. je pense aussi aux moments de retraite spirituelle qu'affectionnait particulièrement le Prophète, s'isoler dans le désert pour prier et méditer...

      en tout cas, en dehors du contexte religieux (j'ai d'ailleurs hésité à poster ce topic dans "islam et humanité"), j'ai aimé ce passage pour la vision qu'il nous offre de notre mode de vie sédentaire! je n'avais jamais vu cela sous cet angle auparavant mais le fait de rester toujours au même endroit, hormis certains voyages de loisirs, c'est vrai que cela fait de nous des espèces de prisonniers, prisonniers d'un lieu et de tout le matériel qui s'y rattache.
      Je ne pense pas que bcp d'entre nous seraient capables de mener une vie nomade et je me demande pourquoi les derniers nomades qui existent ne sont pas devenus à leur tour sédentaires...

      Commentaire


      • #4
        Nomadisme

        Bonsoir KARIM et PARISETTE,

        ... pourquoi la majorité des prophètes qu'on connaisses sont issus de la lignée de Banou Isra'îl, alors que Mohammad (Qlpssl), qui ramène l'ultime message de Dieu, Dieu a jugé utile qu'il le fasse grandir dans le désert, et qu'il eut une vie de nomade ?!
        Pas d'accord, car être Arabe au 7e siècle ne rimait pas forcement avec être nomade.

        Regardez y de plus prés, le Prophète était issu de Quraysh, tribu de commerçants citadins et non pas de pasteurs nomades ; il fut élevé dans une cite -la plus importante d'Arabie a cette date- et parmi des citadins, selon des mœurs citadines et non pas dans le desert. Aussi, son message fut-il d'abord diffuse et accepte par des citadins, ceux de la Mecque d'abord, puis ceux de Yathrib devenue al-Madina ("La Ville"), dont les habitants étaient des agriculteurs.

        De même, moins d'une génération plus tard, lorsque l'Islam entamera son expansion en tant qu'empire, il fondera son pouvoir sur un ensemble de villes nouvelles (amsar) fondées dans les principales zones de son extension.

        A cela j'ajouterais l'impression quelque peu négative qu'avaient les premiers musulmans (arabes eux-mêmes) et le Prophete lui-même sur les tribus nomades (a'rab) a cause -entre autre- de leur indiscipline et de leurs voltes-faces récurrentes.
        Dernière modification par Harrachi78, 02 décembre 2008, 23h20.
        "L'armée ne doit être que le bras de la nation, jamais sa tête" [Pio Baroja, L'apprenti conspirateur, 1913]

        Commentaire


        • #5
          tu es un connaisseur Harrachi!

          je te mets le début du passage pour corriger et mieux situer :

          "Dans toutes les grandes familles des villes arabes, il était d'usage d'envoyer les garçons dans le désert, peu de temps après leur naissance, pour qu'ils soient allaités, sevrés et passent une partie de leur enfance dans une des tribus bédouines. La Mecque n'avait aucune raison de ne pas se conformer à cette coutume, d'autant que les épidémies n'y étaient pas rares et que la mortalité infantile y était élevée. Mais ce n'est pas seulement la pureté de l'air que les Mecquois savaient bonne pour leurs fils : si le désert était bienfaisant pour le corps, il l'était aussi pour l'âme. Les Quraysh n'avaient adopté que depuis peu la vie sédentaire (...).
          Aussi devait-on, à chaque génération, renouer les liens avec le désert : de l'air pur pour les poitrines, un arabe pur pour la langue et, pour l'âme, le sens de la liberté. C'est ainsi que de nombreux fils des Quraysh passaient jusqu'à huit années au désert afin d'en être marqués durablement (...)
          ".
          (chp. 8, le désert).

          tu n'as donc pas tort harrachi, mais tu trouveras une petite réponse à ton objection dans la phrase que j'ai surlignée.

          Commentaire


          • #6
            @Parisette

            Oui, je connais cette coutume, mais lorsque on observe le pourquoi on revient a la même problématique je crois.

            En vérité, la raison pour laquelle on confiait les enfants arabes a des nourrices (professionnelles et dédiées a ce métier) de tribus nomades des alentours était :

            1 - Faire grandir l'enfant dans un environnement sain afin qu'il soit d'une forte constitution et qu'il soit protégé des maladies.


            2 - Faire grandir l'enfant dans un environnement rude afin qu'il ne soit pas amolli ou efféminé par le confort de la cite.

            3 - Faire apprendre a l'enfant une langue arabe pur.
            "L'armée ne doit être que le bras de la nation, jamais sa tête" [Pio Baroja, L'apprenti conspirateur, 1913]

            Commentaire


            • #7
              eh oui... et le Prophète n'a pas échappé à la règle, et comme l'indique l'ouvrage, il en a certainement été durablement marqué... on peut supposer comme dit karim que cela l'a effectivement préparé à recevoir le message divin.

              Commentaire


              • #8
                @Parisette

                En fait, le problème pour moi se pose au niveau de cette relation qu'on établit trés souvent entre les Arabes et les origines de l'Islam et le mode de vie nomade, ce qui est trés faux à mon avis.

                Les Arabes du 7e siecle vivaient selon des modes trés variés, et leur situation allait des tribus nomades païennes du Najd aux tribus romanisées et chrétiennes de Syrie, en passant par les populations du Yemen à la haute et vieille culture citadine. Le Prophète lui est issu des milieux citadins des quelques centres urbains de la Peninsule arabique, comme l'était la Mecque ou Médine.

                Dans cette mesure, je dirais que le Prophete n'a pas été plus confronté à la vie du désert (de l'âge de 1 ou 2 ans jusqu'à celui de 7) que ne l'aurait été Jésus fils de Marie ou Jean-Baptiste avant lui, puisque eux aussi seraient passés par une période de retraite dans le desert de Judée tout proche (en Palestine et non pas en Arabie), et encore Abraham avant eux tous, et Moïse et sa fuite vers le Sinaï et le Pays de Madian.

                Tout cela pour dire que l'expérience de la solitude dans le désert comme préalable n'est pas exclusive au Prophète Mohamad (et donc pas aux Arabes en particulier), de même que cette expérience n'est pas a relier forcément a un mode de vie nomade ou au nomadisme en général.

                L'indice le plus probant en cela est justement dans le fait que l'Islam -dès sa naissance- se revèle comme une civilisation urbaine, citadine et qui regarde la vie nomade comme une "exception"
                "L'armée ne doit être que le bras de la nation, jamais sa tête" [Pio Baroja, L'apprenti conspirateur, 1913]

                Commentaire


                • #9
                  Salam ou alaykoum Parisette et Harrachi

                  posté par le Harrachi
                  Regardez y de plus prés, le Prophète était issu de Quraysh, tribu de commerçants citadins et non pas de pasteurs nomades ; il fut élevé dans une cite -la plus importante d'Arabie a cette date- et parmi des citadins, selon des mœurs citadines et non pas dans le desert. Aussi, son message fut-il d'abord diffuse et accepte par des citadins, ceux de la Mecque d'abord, puis ceux de Yathrib devenue al-Madina ("La Ville"), dont les habitants étaient des agriculteurs.
                  du point de vu que tu évoques, tu n'as pas tort bien evidemment, et ce que tu dis ne peux qu'être vérité et même incontestable,

                  corrige moi si je me trompe mais d'une façon générale, que se soit la mécque ou par exemple Yathrib, même si on lui attribu le statut de "Ville", on ne peut occulter le fait qu'elles etait au beau milieu du Desert, et ne comptait que quelques miliers d'habitants (peut être mille et quelques poussières) , leurs moyens etaient très modéstes, leur économie se basait uniquement sur le commerce (notamment le commerce de l'allcool, et des dieux en pierres), et lélevage des chameaux (Abdelmoutalib, grand père du prophète, et considéré comme chef de sa tribue Banou Hachim etait un élveur de chameau !).

                  donc relativement à la conception d'une ''cité'' à l'époque, on ne peut comparer la mecque à ce qu'elle fut Byzance par exemple ! .. d'une vision globale, les Arabes etaient plus des ''Nomades'' au 7 émé siècle que des citadins, relativement à ce qu'étaient les Romains ou les Grecs !

                  et j'appuie sur un point: c'est qu'il faut pas oublier que le berçeau des anciennes religions fut l'extrême nord de de la péninsule arabique, et le Ptrophète vit le jour à la mecque, où il y avaient des ''croyances'' primitives et sans fondement solides, et loin de toute forme de developpement culturel ou thechnique.... un terrain quasi-vièrge quoi, et ils avaient parfois des pratiques qu'on ne peut considérer comme civilisés (enterrer les nouveau-nés de sexe fiminin vivant ) ! .... ce fut la parfaite atmosphère pour forger une Foi pure démuni de toute traces des anciens cultes pervertis par les hommes et qui auraient pu embrouiller les esprtits à cause de certaines similitudes.
                  Dernière modification par karimbarbu, 04 décembre 2008, 18h15.
                  2.7. et Dieu a scellé leur cœur et leur entendement. De même qu’un voile leur barre la vue, et ils sont voués à un terrible châtiment. (Al Baqâra)

                  Commentaire


                  • #10
                    @Karimbarbu

                    Justement non !

                    D'abord la notion de nomadisme n'est pas exclusivement reliée a un environnement de type aride ou désertique puisque beaucoup de populations nomades vivaient dans les steppes ou ailleurs. Il s'agit du simple fait de vivre de manière sédentaire (relie a un sol et a un territoire géographique défini) ou non, quelle que soit la nature de l'environnement. Prends par exemple le cas des Gitans en Europe Occidentale a notre époque.

                    De même, la nature citadine, rurale ou nomade d'une société n'est pas en relation avec sa richesse ou son nombre mais simplement avec ses structures et son mode de vie, ce qui fait qu'un mecquois etait aussi citadins qu'un byzantin ou d'un carthaginois. Pour le cas précis de Quraysh, il s'agissait d'une société de commerçants sedentaires et citadins et non pas de pasteurs transhumants. Le fait qu'un chef de clan comme Abou Talib soit proprietaire chameaux ne change rien a la donne KARIM car le chameaux est un moyen de transport au meme titre que l'etait le cheval et il n'est pas forcement un apanage des nomades.

                    Enfin, il est faux d'affirmer que la majorite des Arabes etaient nomades a l'epoque voulue (7e siecle) car il n'y a pas de statistique en la matiere. D'autre part, tu notera que les Byzantins et les Perses connaissaient parmi les Arabes ceux qui vivaient sur leurs frontiere, autrement dit les Lakhmides d'Irak et les Ghassanides de Syrie ainsi que les Yemenites, Or tout ce beau monde etait habitant de villes a cette epoque la !
                    "L'armée ne doit être que le bras de la nation, jamais sa tête" [Pio Baroja, L'apprenti conspirateur, 1913]

                    Commentaire

                    Chargement...
                    X