Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Le Grand Secret de l'Islam - première partie

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Le Grand Secret de l'Islam - première partie

    Notre chroniqueur Olaf de Paris travaille depuis deux ans sur un livre intitulé Le Grand secret de l'islam. Il s'agit d'une synthèse des recherches historiques pointues sur le processus de formation long et complexe de l’islam.

    Ce livre (87 pages) est publié en avant-première sur Poste de veille sous la forme d'un feuilleton découpé selon les cinq épisodes suivants :

    1 - Que dit l'islam de lui-même ?
    2 - Les origines réelles du messianisme musulman
    3 - Histoire de l'invention de l'islam : La conquête de Jérusalem par les messianistes arabes
    4 - Histoire de l'invention de l'islam : De la religion des premiers califes à la création de l'islam d'aujourd'hui
    5 - Comment retrouver dans le coran et dans le discours musulman les traces des origines réelles de l'islam ?

    Voici donc la première partie du Grand secret de l'islam, après la préface d'Hélios d’Alexandrie. (lire aussi en .pdf: Le-grand-secret-partie-1)





    Préface par Hélios d'Alexandrie

    Il y a deux façons de parler de l'islam, de ses origines, du coran, de Mahomet et de ses successeurs les califes: la première, la plus connue et la plus répandue, a été établie et sacralisée depuis des siècles, c'est l'histoire officielle de l'islam. Elle fait partie intégrante du dogme, et elle est tenue pour absolument véridique par les savants musulmans. Elle est adoptée telle quelle par de nombreux «islamologues» occidentaux, non à cause de sa conformité avec la vérité historique, mais parce qu'elle leur permet de partager un «terrain commun» avec les savants musulmans. En effet, à quoi bon approfondir ses connaissances dans le champ de l'islam et courir le risque d’être mis à l'écart des cercles académiques musulmans? Trop de curiosité et trop de questionnements ne vont pas sans conséquences fâcheuses; c'est pourquoi l'islamologue occidental qui tient aux subventions que lui versent généreusement ses mécènes des pétromonarchies, et qui veut maintenir de bonnes relations avec ses vis-à-vis d'al Azhar ou de Qom, a intérêt à faire sienne l'injonction coranique: «Ne posez pas de questions sur des sujets, la connaissance desquels vous causera du tort» (sourate de la table, verset 101)

    Ne pas poser de questions et faire preuve de «respect», telle est également l'attitude de la majorité des intellectuels occidentaux, des multiculturalistes, des féministes, des médias, des politiciens et des hommes d'Église. L'islam est interdit de critique, partant ce qu'il dit de lui-même ne doit pas être mis en doute publiquement; il y va de l'harmonie dans la société et des bonnes relations avec les pays islamiques. Dans les circonstances on peut imaginer les difficultés que doivent affronter ceux qui cherchent à faire le tri entre ce qui est fondé et ce qui est fabrication dans l'histoire officielle de l'islam. La crainte des représailles a créé ce qu'on pourrait appeler une islamologie des «catacombes». La mise en application des méthodes scientifiques en islamologie est désormais monopolisée par des «dissidents» discrets et peu médiatisés, mais dont les découvertes suscitent régulièrement l'ire des autorités religieuses et politiques du Maroc, d'Algérie, d'Arabie Saoudite et du Pakistan.

    Ces dissidents ont choisi de sortir des sentiers battus. Les obscurités et les contradictions qui pullulent dans le coran, la non conformité de l'histoire officielle avec les données archéologiques et épigraphiques, les nombreux témoignages de contemporains qui racontent une tout autre histoire, les ont incités à soumettre à l'analyse scientifique les textes sacrés de l'islam, et à remonter loin dans le temps pour retrouver ses racines. Lentement mais sûrement les pièces du puzzle que l'histoire officielle de l'islam avait occultées ont été retrouvées, celles qu'elle a délibérément mutilées ont été restaurées. Les manipulations, les falsifications, les ajouts et les embellissements postérieurs aux faits et aux écrits originaux ont été écartés. Tout cela a permis à des chercheurs comme Patricia Crone, Christoph Luxenberg et Édouard-Marie Gallez de brosser un tableau fidèle du mouvement politico-religieux qui a donné naissance à l'islam.

    Mais les chercheurs, forts de leurs découvertes, ne se sont pas limités à un portrait statique de l'islam des origines; son peu de ressemblance avec le portrait officiel soulève de nombreuses questions auxquelles ils se sont fait un devoir de répondre: Que s'est-il vraiment passé durant les trois cent ans au cours desquels le dogme a été lentement élaboré? Quel a été le vrai rôle de Mahomet dans la genèse de l'islam? Quel rôle ont joué les califes du septième et du huitième siècles? Pourquoi et comment la doctrine religieuse adoptée par les conquérants arabes a-t-elle évolué vers l'islam? Quelles sont les causes du schisme qui a donné lieu au chiisme, et pourquoi les arabes se sont-ils entredéchirés dans le siècle qui a suivi la mort de Mahomet?

    Nous sommes à même de le constater l'histoire officielle recouvre l'histoire réelle d'un hijab qu'on ne peut ôter sans commettre un sacrilège. Mais il devient de plus en plus nécessaire, voire de plus en plus urgent de lever le voile sur ce qui s'est vraiment passé au Moyen-Orient, au septième siècle de notre ère. La montée en puissance de l'islamisme et sa prétention de soumettre le monde à l'islam, font courir un grave danger à l'humanité. C'est pourquoi il est important de déconstruire le mythe sur lequel il repose et dont il se nourrit sans cesse. Le temps est venu d'ôter le voile sur Le Grand Secret de l'Islam! Il s'agit d'informer le public, les musulmans autant que les non-musulmans, sur les véritables origines de l'islam, sur les sources du coran et sur la place réelle qu'occupe Mahomet dans l'histoire; le but étant de démythifier l'islam, de le montrer sous son vrai jour et de couper l'herbe sous les pieds des islamistes.

    Mais raconter l'histoire réelle de l'islam consiste à rendre les découvertes des chercheurs accessibles au grand public, de faire en sorte que leur jargon technique ne soit pas un obstacle à la transmission des connaissances. S'acquitter de cette tâche à la fois colossale et difficile, exige beaucoup de travail, de minutie, d'humilité, d'amour et, l'expression est passée de mode, d'esprit de sacrifice. Olaf de Paris, à qui je tiens à rendre hommage, s'en est acquitté avec brio, les lecteurs de Poste de Veille pourront en juger.



    Le Grand Secret de l'Islam, par Olaf - Première partie

    Lien de téléchargement Scribd

    http://postedeveille.typepad.com/fil...t-partie-1.pdf
    Dernière modification par nacer-eddine06, 26 septembre 2014, 10h35.
    The truth is incontrovertible, malice may attack it, ignorance may deride it, but in the end; there it is.” Winston Churchill
Chargement...
X