Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Benni-Yenni....

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    salut à toutes et à tous,

    je voudrai te remercier fantomette pour ce que tu viens de faire ainsi que tous les autres qui sont nombreux à particper au plaisir de nous régaler avec la belle poésie et en chantant une région de kabylie que je connais que trop bien puisque moi-meme je suis de la meme région à quelques kilomètres de là ( larbaa des ouacifs). une kabylie que je ne cesse de chanter et une montagne du djurdjura qui ne cesse de ma fasciner pour son extrême beauté. cette montagne couve mon village TIMEGHRAS comme un bon père qui ne laisse jamais passer la moindre invasion de la nature.

    C.B.

    Laisser un commentaire:


  • Thirga.ounevdhou
    a répondu
    Bonjour Fantome, Morjane, said et syrine.

    Je remercie Fantôme qui a eu l’idée, et qui m’a permise de relire ces belles œuvres d’art.

    Bonne annee ,

    Thirga,

    Laisser un commentaire:


  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    salam a tous et à toute

    merci fantomette54 pour ton poéme
    tu existeras toujours pour lui, ça c'est sur

    syrine

    Laisser un commentaire:


  • morjane
    a répondu
    Bonjour,

    En fin de compte, c'est très difficile pour moi de faire un choix. Devant le faire malgré tout, malgré moi , ce matin je choisis celui là.

    A quoi ça sert la vie ?
    Quand on la voit meurtris
    A quoi ça sert de respirer
    Puisque tout est pollué

    A quoi ça sert d’avancer
    Puisque l’on est prisonnier
    Dans des tours de carnage
    Là où l’air est si glacial

    De chaînes si visibles
    De pluie de torrents d’acides
    De bombes corrosives
    Qui rends les cœurs arides

    Des déserts d’eaux salées
    Qui laissent la gorge brûlée
    Tant de larmes noyées

    « Tais toi ! Je t’ai dit d’avancer »

    Et puis au loin soudain
    Me revient un air de jasmin
    Je m’élance sans frémir
    Est-ce que je dois gémir ?

    Posant là contre un arbre
    Mes doigts couvert d’échardes

    Je caresse l'unique branche
    Pliant sous le chagrin
    Rien ne la fera rompre
    Elle sait qu’elle est la vie

    Comme un radeau au milieu de l’océan
    Mes pleurs hurlent au vent
    Est-ce que cela va s’arrêter ?

    Ah ! Oui ne plus jamais souffrir
    Ne plus jamais détruire
    Ne plus jamais penser

    Etre un ruisseau paisible
    Un papillon gracile
    Etre une fleur de paix
    La touche d’humanité
    Dans les cœurs à jamais

    Et mon regard s’élance vers l’azur

    Le ciel est encore si pur
    Ce bleu va reposer
    Mes yeux si fatigué
    A chercher en mon âme
    Pourquoi les hommes se damnent

    Et je souris au soleil
    Il me fait, coquin, un clin d’œil

    Je souris de bonheur
    Je chasserai la terreur

    Je sais qu’il existe l’Amour

    L’amour et toute la tendresse
    Que tu as déposés,
    Doux comme un baiser
    au fond de mon cœur
    Ancré à tout jamais.

    A quoi ça sert la vie ?
    A vivre et à aimer

    A donner sans compter
    Du bonheur à faire pousser
    Dans le cœur des naufragés

    Un sourire en partage

    Une larme de bonheur

    Un baume contre la douleur

    Apprendre juste à aimer

    La vie même et surtout
    S’il fait nuit
    Dans tant de cœurs meurtris
    Des regards absent du monde des vivants

    Il faut si peu de chose
    Un mots doux, une rose,
    le sourire d’un enfant
    Une voix qui appelle,
    Un sourire qui donne des ailes
    Et la vie arc en ciel illumine
    De douceur la nuit qui s’enfuit
    Sans un bruit….

    morjane
    21/09/04

    Belle journée à tous

    Laisser un commentaire:


  • Saïd
    a répondu
    Capté à travers une vitre ,

    Moi , c'est celui ci , un moment de bien être , parmi d'autres , un de ceux qui font que la vie mérite d'être vécu !
    """"
    Le sourire capté à un feu rouge , à travers une vitre baissée ,
    Qui s’en va , laissant derrière lui une fumée épaisse
    Volontairement créée , comme pour tuer tout espoir de le revoir !

    Celui de la buraliste , en vous rendant la monnaie ,
    Un ‘bonne journée Mr ‘ , dît de bon cœur , tous les matins !

    Celui du père , rare , oh en combien d’occasions attendu ,
    Qui vient un jour , on ne sait pourquoi ,de ne je ne sais où !

    Celui d’un enfant rencontré au hasard d‘une balade dans un parc ,
    Qu’un grimace , un sourire aura mis en confiance ,
    Il vous dira l’innocence , la beauté , la joie de vivre , l’espoir !

    D’une grand-mère , à laquelle vous aurez tendu une main ,
    Dît bonjour tt simplement , écouté qqs unes de ses histoires sans grand intérêt ,

    Et celui , oh combien bienfaiteur de Votre enfant ,
    Vous montrant son bulletin , attendant votre explosion de joie ,
    Guettant du coin de l’œil , la larme qui va couler ,
    Vous regardant droit dans les yeux et vous dire ,
    Je suis fier de toi papa,
    L’écouter vous raconter avec émerveillement son dernier séjour avec des amis !

    Ah , ces sourires qui parlent !
    Qui vous disent tout , plus encore que des mots !

    Celui de celle , timide , gêné , plein d’espoir ,
    Qui ne vous inspirera pas , n’éveillera rien en vous ,
    Dur , dur , ensuite de trouver celui qui ne fera pas mal !

    Saïd , aug 22 /2004

    """"

    Laisser un commentaire:


  • morjane
    a répondu
    Bonjour à tous,
    Bonjour le Fantome
    j'ai repris mon poème favoris de l'année 2004, faite de même....
    Je trouve que tu as eu une très bonne idée. Par contre, mon choix n'est pas encore arrété . Dès que ce sera fait, je le mettrai sur ce fil.

    Tous mes voeux pour 2005

    Laisser un commentaire:


  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    Je vous souahite à toutes et à tous, une execellente année 2005,
    j'ai repris mon poème favoris de l'année 2004, faite de même....
    Le Fantome

    PS : bienvenue au bercail princesse

    Laisser un commentaire:


  • Thirga.ounevdhou
    a répondu

    Bonjour
    De rien Fantomette, c'est toujours un plaisir de vous lire.

    Laisser un commentaire:


  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    Merçi Thigra

    Laisser un commentaire:


  • Thirga.ounevdhou
    a répondu
    Bonjour,
    Merci a vous tous , c'est tellement beau...

    Thirga,

    Laisser un commentaire:


  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    Car c'est ici que je mourrai
    Pourtant , tu étais mon joyau
    mon bijoux, mon patrimoine
    moi le berger orfèvre
    moi le Beni Yenni.
    Tu as laissé la tabzimt
    que j'avais sculpté pour toi
    le jour ou je t'ai vue la première fois
    petite adolescente qui courait
    les chemins de notre belle vallée
    figé par tant de beauté,
    que même nos montagnes
    paraissaient si dérisoir devant tant de beauté.
    Au soir de ce jour,
    j'avais passé dix nuits
    à forger cette fibule
    car persuadé j'étais
    qu'un jour, moi le berger des beni yenni
    j'allais cotoyer l'étoile de la vallée.
    Tu étais comme ce trésor façonné
    de mes mains,
    unique et belle à la fois.
    Moi qui voulait l'épinglée sur
    la poitrine de notre enfant
    celui qu'on n'aura jamais.
    Je ne vis plus que d'espoir
    que peut-être un jour
    je te verrai courrir dans le soleil
    de nos vertes collines dans le ciel d'azur
    des Beni Yennis.
    .....
    Merçi à ma muse , à Mystèrieuse et à Thigra...
    A bientôt

    Laisser un commentaire:


  • morjane
    a répondu
    Bonjour Thirga, Mystérieuse et Fantomette,

    Que dire sinon merci.
    Mystérieuse, tes mots se posent comme une rose et de doux pétales viennent en un nuage me transporter loin de cette terre où mes pieds sont posés.


    Fantomette, merci pour ce si beau poème
    Ainsi, tu es partis,
    Pour un mirage loin de moi
    Tu as quittés notre montagne
    pourtant le charme est là.
    Tu m'as laissé le coeur meurtris
    l'âme déchiré qu'ais je donc fait?
    Je suis si riche de la terre des oliviers
    ici moi je suis enraciné.
    Et qu'importe si mon coeur implose de chagrin
    Le vent si doux sur la plaine
    saura me ranimer
    Car c'est ici que je mourrai

    Laisser un commentaire:


  • Mystérieuse
    a répondu
    Je suis là, et parfois si las…
    Je m’accroche à ce reste d’espoir
    Pour oublier ce triste jour, ce triste soir…
    Où mon coeur s’est figé de désespoir
    Ma raison s’est résignée
    Pourtant mon coeur reste prompt à t’aimer
    Comment pourrais-je jamais t’oublier
    Toi qui occupes toutes mes pensées
    Tu m’as un jour sacrifié
    Sur l’autel de la commune pensée
    Qui prônait la richesse plutôt que la bonté
    Malgré la souffrance bien ancrée
    Moi le Benni-Yenni ne puis m’empêcher
    De cultiver cette amour fort en intensité
    J’épouse du regard mes belles vallées
    Ma montagne, mon refuge tant aimé
    OUI je suis berger et je le crie au monde entier
    Ma richesse c’est ce coin de paradis
    Que tu as oublié quand tu es partie
    Mon trésor, c’est ce coeur BenniYenni
    Débordant d’une tendresse infinie
    Que je t’offrais sans partage jour et nuit
    Un jour peut-être…connaîtras tu les douceurs de la vie
    Près mon âme, mon coeur, mon être Benni-Yenni
    Que tu as oublié le jour où tu es partie...


    Bonjour à tous..

    Fantomette54...j'aime beaucoup tes poèmes et celui-ci apporte encore une touche supplémentaire de beauté et d'intensité...Merci...un pur régal...

    Laisser un commentaire:


  • Saïd
    a répondu
    Les paysages des Aït Yenni , décrits merveilleuseusement bien , dans toute la majesté qui les caractérise !
    Merci bien F54!

    Laisser un commentaire:


  • Thirga.ounevdhou
    a répondu
    Merci beaucoup,…
    Un joli poème, des beaux écrits tel que les votres méritent d’être lus et apprécies.
    Continuez a nous émerveiller..
    Bonne journée a vous , a tous
    Thirga

    Laisser un commentaire:

Chargement...
X