Claquer l’amertume des amours écœurants
Et fouiller dans la brume des souvenirs éloquents
Succomber aux maux qui rongent ma foi
Et raboter les morceaux dispersés
De mon cœur en bois
Je ne trouve que de piètres mots
Puis fuir vers d’autres rivages
Consentir mes torts déchus
Amplifiés de mirages
Attiser mes remords perdus
Et m’évader vers mon déclin
Evoquer mes craintes murées et mes sanglots souverains
En pansant mon cœur brisé
Indigne mais serein
Aujourd’hui encore
Me hante le passé
Eclaboussant mes espoirs de te retrouver
Me voilà dans l’incertitude
Songeant à mon sort faussé
Me noyant dans la lassitude
De mes «je t’aime» convulsés
Ô souvenirs !
Quel crime ai-je commis?
Quel mal ai-je fait?
Devrais-je implorer les cieux de la charité
Pour que tu te souviennes que j’avais existé?
Devrais-je tarir mes rêves colossaux sacrés
Pour que tu puisses un jour m’aimer?
Voilà maintenant que tout est dévoilé
Mon mesquin cœur cherche à t’oublier!
Voilà aujourd’hui que tu connais tous mes secrets
Je t’embrasse avec des lèvres saignantes, un dernier baiser ...
.