SIEGFRIED. Si vous voulez savoir ce que ressent une personne atteinte d’une crise migraineuse, il vous suffit d’écouter Siegfried, l’opéra créé en 1876 par Richard Wagner.
De terribles maux de tête

Le compositeur allemand souffrait en effet de terribles maux de tête avec parfois des auras migraineuses, ces troubles de la vue ou de la parole qui durent quelques dizaines de minutes. Et ces crises n’ont pas été sans conséquence sur la musique qu’il composait. Des neurologues allemands ont fait le parallèle entre les migraines de Wagner telles qu’il les avait racontées dans ses écrits, et certaines scènes de l’opéra Siegfried.
Il finit par hurler "Douleur sans fin"

Dès le premier acte, les scientifiques reconnaissent la transcription d’un violent mal de crâne. D’abord un battement sourd qui devient de plus en plus intense jusqu’à devenir pénible à écouter. Sur la scène, un nain frappe sur une enclume et finit par hurler "Douleur sans fin".

Dans la troisième scène, les scientifiques reconnaissent une aura migraineuse avec une mélodie composée pour donner un effet de scintillement. Le tempo défini dans la partition est un peu inférieur à la fréquence du scintillement expérimenté par les migraineux. Or on raconte que lors des répétitions, Wagner a fait augmenter le rythme jusqu’à ce qu’il corresponde parfaitement aux douleurs migraineuses. Wagner a donc fait une parfaite description musicale de l’activité de son cerveau…

Nouvelobs