Chirac va t'il devenir le Al Gore français et prendre lui aussi son baton de pélerin afin de faire prendre conscience sur la nécessité d'agir pour la sauvegarde de notre environnement? en tous les cas, Chirac appelle à une véritable "révolution" pour sauver la planète .

========

Après les conclusions données plus tôt dans la matinée par les experts du Giec (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat), Jacques Chirac a appelé à une "révolution" des consciences, de l'économie et de l'action politique pour sauver la planète, à l'ouverture d'une conférence internationale sur la gouvernance écologique mondiale qui se tient à Paris aujourd'hui et demain.

"Face à l'urgence, le temps n'est plus aux demi-mesures: le temps est à la révolution. La révolution des consciences. La révolution de l'économie. La révolution de l'action politique", a dit le président français. Il s'exprimait devant quelque 200 représentants de plus d'une cinquantaine de pays réunis à Paris pour lancer le projet d'une Organisation des Nations Unies pour l'environnement.

"Le jour approche où l'emballement climatique échappera à tout contrôle: nous sommes au seuil de l'irréversible", a averti Jacques Chirac. Il a proposé de transformer l'actuel Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE) "en une organisation des Nations Unies à part entière". "Cette ONUE portera la conscience écologique mondiale", a-t-il dit lancé, en soulignant que "forte d'un mandat politique, (...) elle donnera plus de force, plus de cohérence à notre action collective", a affirmé Jacques Chirac.

Les deux anciens ministres des Affaires étrangères, le socialiste Hubert Védrine et l'UMP Michel Barnier, ont défendu la création de l'Onue. "C'est une vieille idée française, c'est François Mitterrand qui en avait parlé en 1992 à Rio", a déclaré Hubert Védrine sur LCI. "Je suis content de la façon dont le président de la République a repris ça, je trouve que cela mérite d'être soutenu".

Il faut dire que les conclusions du Giec sont aussi alarmistes que prévu. Car le réchauffement climatique est bel et bien un problème actuel. C'est d'ici 2100 que les températures devraient augmenter de 1,8 à 4 degrés par rapport à la période 1980-1999, entraînant une hausse du niveau des océans de 18 à 59 cm, a annoncé ce matin le Giec, après une semaine de délibération de 500 éminents experts climatiques à Paris.

De plus, les émissions "passées et futures de CO2 continueront à contribuer au réchauffement et à l'élévation du niveau des mers pendant plus d'un millénaire", compte tenu de leur durée de vie dans l'atmosphère. L'essentiel du réchauffement climatique est "très vraisemblablement dû" aux émissions humaines de gaz à effet de serre, avec une probabilité désormais fixée à 90%. Le rapport scientifique du Giec doit fonder l'action de la communauté internationale pour les cinq ans à venir, alors que les dirigeants de la planète doivent donner une suite au protocole de Kyoto qui vient à échéance en 2008-2012.

Par La Tribune