Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Deux mères valent mieux qu'un père

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    Deux mères valent mieux qu'un père
    moi j'ai mieux, deux petites copines valent mieux qu'un petit copain et je ne vais pas entrer dans les chifres

    Laisser un commentaire:


  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    Bonjour

    Le manque du père a des conséquences connus en psychologie sur les enfants, ...

    Laisser un commentaire:


  • nassim
    a répondu
    Même s'il me semble qu'il faut d'autres études pour confirmer les conclusions de l'étude menée par Nanette Gartrell et Henny Bos, je ne suis pas surpris que les enfants élevés par des mères lesbiennes puissent devenir des adolescents aussi exemplaires que les enfants des couples hétéros dans l'école et la société.

    Lorsque le bébé est "voulu" et non né d'une grossesse non planifiée, la mère a tendance à mieux prendre soins de son bébé et à lui offrir la meilleure éducation possible.

    Une précision importante : les enfants étudiés dans cette étude sont des enfants élevés par leur mères lesbiennes dès leur naissance.

    Laisser un commentaire:


  • Grl O'neil
    a répondu
    Avec cette etude ils veulent se teouver des excuses c'est tout

    voilà du bon sens.

    Laisser un commentaire:


  • coccidz
    a répondu
    pour moi un couple parental c'est un papa"homme" et une maman "femme " c'est le schéma qui a toujours existé et j'imagine pour les meilleurs raisons qui puissent être , du reste les parents equilibrés forment un couple équilibré qui donnedes enfants equilibrés et le contraire est valable ,
    Avec cette etude ils veulent se teouver des excuses c'est tout

    Laisser un commentaire:


  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    2 compétences valent toujours mieux qu'une seule

    il faudrait un peu un de recul face à ce mode éducatif sachant que pour un couple de monosexuel la forclusion de l'un des parents à de conséquences connues ....


    QU'ils fassent leurs expériences pour voir ....
    personnellement j'observe...JE ne cherche ni à comprendre ,ni à avoir un avis les concernant .... j'attends de voir ce que ça donne pour dans 20 ans ...

    parce que juger un enfant quand il est enfant enfant, c'est occulter l'idée qu'en grandissant il peut s'extraire de son éducation, l'analyser pour soit la confirmer , soit l'infirmer, soit soigner tous ces non dit qu'on a essaye de faire passer pour formidable ....ou toute ces choses qu'on croyait moches pour lui mais qui adulte lui sont d'un grand profit ...


    donc attendons de voir ce que ces enfnats seront comme adulte ...

    personnellement,je pense pas plus névrosés que nous tous ..... normal quoi ! à SUIVRE donc ...

    Laisser un commentaire:


  • momo.05
    a répondu
    je pense pas qu'ils soient mieux eduqués mais tous simplement "bien dans leur peau".quand le couple est bien dans ses baskets les enfants le sont aussi........

    Laisser un commentaire:


  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    on est peut-être tout simplement trop ancrés dans nos schémas traditionnels.
    peut-être que l'avenir montrera que les enfants élevés par des couples homos n'ont pas de soucis au niveau des repères de "positionnement sexuel" (comment vivre une attirance pour un être du sexe opposé si on a toujours eu un schéma homosexuel sous les yeux?).
    ce seront sûrement des gens particulièrement ouverts et tolérants, mais comment auront-ils intégré cela et que transmettront-ils à leurs propres enfants? pas évident.

    Laisser un commentaire:


  • suzanna
    a répondu
    Parisette

    Oui... c'est difficile a comprendre.... j'ai beau essaye moi meme de comprendre mais cela ne passe pas... Comme toi, je ne suis pas evoluee pour comprendre ce concept, l'accepter, et acquiescer avec ....

    Laisser un commentaire:


  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    Je suis peut-être rétrograde, mais l'adoption par un couple homo, je sais pas pourquoi, j'arrive pas à m'y faire.

    Laisser un commentaire:


  • suzanna
    a répondu
    Dr Gatrell est une personne tres competente qui s'est fait une grande renommee dans ce domaine...Mais je me demande si elle aurait jamais dit quelque chose de contraire etant donne qu;elle est fait partie de cette junte homosexuelle..Il est vrai que ce sont des etudes appuyees par la recherche..Prouve -t-elle un point base sur des donnees scientifiques ou tout simplement essaie t-t-elle de prouver son point de vue, sa propre experience en utilisant des donnees scientifiques???

    En conclusion.....l';equilibre emotionel d'un enfant eleve par un couple homo est base sur le "nouveau concept " de la famille et la stabilite que cree cette famille... Interessant... Mais c'est une invitation a la valse pour certains et certaines..!

    Laisser un commentaire:


  • nassim
    a crée une discussion Deux mères valent mieux qu'un père

    Deux mères valent mieux qu'un père

    Les enfants nés et élevés par des couples lesbiens s'en sortent mieux dans les relations sociales et les études que leurs camarades issus de familles traditionnelles, révèle une étude publiée le 7 juin dans l'édition en ligne de la revue Pediatrics.

    Nanette Gartrell et Henny Bos, à l'origine de l'Etude longitudinale nationale sur les familles lesbiennes, ont commencé à suivre 154 lesbiennes enceintes entre 1986 et 1992 pour élaborer «l'étude longitudinale et prospective la plus vaste et la plus longue dans la durée, sur les familles homoparentales».

    Les chercheuses ont suivi les enfants de la conception à l'âge adulte, et 93% des familles participent encore à l'étude, basée sur des entretiens, des questionnaires et des CBCL (Child Behavior Checklists) d'Achenbach, un outil d'évaluation du comportement et de la psychologie de l'enfant.

    «Selon le bilan de leurs mères, les filles et fils de 17 ans de mères lesbiennes avaient une évaluation significativement plus élevée dans les domaines des relations sociales, des études et des compétences globales, et significativement plus basse en ce qui concerne les problèmes sociaux et les comportements agressifs ou d'infraction aux règles, que leurs camarades du même âge dans l'échantillon normatif d'Achenbach des jeunes américains.»

    Nanette Gartrell a expliqué au magazine américain Time qu'elle «était surprise de découvrir que sur certains indicateurs, nous ayons trouvé des niveaux plus hauts de compétences [psychologiques] et des niveaux plus bas de problèmes comportementaux. Ce n'est pas quelque chose que j'avais anticipé.»

    Henny Bos et Nanette Gartrell notent qu'il n'y a pas de différences de CBCL selon que les mères étaient séparées ou toujours en couple, ou selon que le père biologique/donneur de sperme était connu/avait une relation avec les enfants.

    «Nos conclusions montrent que les adolescents qui ont été élevés depuis l'enfance dans des familles lesbiennes fondées comme telles font preuve d'une adaptation psychologique saine, et par conséquent, ne fournissent aucune justification à restreindre l'accès aux technologies reproductrices ou aux droits de garde des enfants, sur la base de l'orientation sexuelle des parents», estiment les chercheuses.

    Nanette Gartrell et Henny Bos soulignent l'importance de l'engagement de la mère dans le bien-être de leurs enfants, et expliquent que paradoxalement, la différence qui cause du tort aux enfants à l'âge de dix ans, lorsqu'ils sont chahutés par leurs camarades, sert ensuite d'assise solide pour aborder les défis difficiles, lorsqu'ils grandissent, ce qui en fait des adolescents de 17 ans bien dans leur peau.

    Les deux chercheuses voudraient mener une étude similaire auprès des familles monoparentales masculines, mais il est plus difficile, et cher, pour deux hommes de devenir pères. Etude complète (en anglais): US National Longitudinal Lesbian Family Study: Psychological Adjustment of 17-Year-Old Adolescents.

    source : canoe-canada


    Couple de lesbiennes avec leur fille.
Chargement...
X